Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art

Articles

Automne 2017

JACQUES LATULIPPE MAGAZINART

Hommage à Jacques Latulippe

fondateur de Magazin’Art


Pour diffusion immédiate – Le 25 septembre 2017, à l’âge de 79 ans, est décédé monsieur Jacques Latulippe, époux de madame Odette Moreau.

C’est avec une volonté déterminée depuis les débuts en 1987, que Jacques Latulippe, un diplômé en marketing de UCLA, journaliste et un des créateurs du magazine Les Affaires, lance l’aventure Magazin’Art.

Tous les numéros de la première heure auront trouvé preneurs. Alors, fort de ce succès, Monsieur Latulippe aura su s’entourer de personnes aguerries professionnellement. Lors de sa fondation il y a trente ans, M. Latulippe avait donné à la publication la mission de développer une tribune médiatique avérée pour les artistes de toutes disciplines confondues, afin de mieux faire connaître leurs créations, mais également les dynamiques des arts locaux, nationaux et internationaux. Produit dans les deux langues officielles, Magazin’Art est accessible également par internet et par l’intermédiaire d’un réseau pancanadien comptant plus de 2 000 points de chute.

C’est avec une profonde tristesse que nous saluons le départ d’un grand amoureux des arts et des mots.

M. Latulippe laisse dans le deuil, outre son épouse, ses enfants, Line Cadieux, Amélie Ménard et Lance Lindstone, sa petite-fille Thali, ses frères et sœurs, ses beaux-frères et belles-sœurs, ses neveux et nièces, ainsi que plusieurs autres parents et amis.

La famille recevra vos condoléances au
Complexe Funéraire Demers, 651, boul. Laurier, McMasterville, Qc J3G 0K5,
le vendredi 6 octobre 2017 dès 14h.

Une liturgie suivra au salon à 16h.

L’Équipe de Magazin’Art


 

Vous pouvez offrir vos condoléances ici

C’est avec une profonde tristesse que nous saluons le départ du fondateur de Magazin’Art

LIRE +
RICHARD BÉLANGER MAGAZIN'ART

Hommage

à Richard Bélanger


Richard Bélanger, l’aquarelliste de grande renommée, nous a quitté ce vendredi, le 16 juin 2017, à l’âge de 66 ans.

Votre Magazin’art ne pouvait garder sous silence cet événement malheureux. Natif de la Gaspésie, durant près de 40 ans, il aura su faire reculer les limites du réalisme par la vivacité des lumières de son talent audacieux. Soulignons qu’il fut le premier canadien à recevoir la médaille d’or de l’Américan Watercolor Society en 1991 parmi d’autres distinctions prestigieuses obtenues tout au long de sa carrière. À la famille, aux amis, aux collectionneurs amoureux de son art, et aux galeristes qui ont su reconnaître et défendre son talent, veuillez recevoir l’expression de notre support et de nos sentiments les meilleurs.

Équipe de Magazin’Art

Site Internet de l’artiste

Richard Bélanger, l’aquarelliste de grande renommée, nous a quitté.

LIRE +

Été 2017

Symposium les pinceaux voyageurs

Symposium

les pinceaux voyageurs


4e édition – 19 et 20 août de 10h à 16h

C’est avec un immense plaisir que nous vous accueillerons à la quatrième édition du Symposium Les Pinceaux Voyageurs qui aura les 19 et 20 août de 10h à 16h, sous un grand chapiteau au cœur de Lavaltrie. Désirant faire connaître les artistes de la région et de la province, le symposium réuni plus de 30 peintres et sculpteurs afin qu’ils vous présentent leurs dernières réalisations, dont la diversité et la qualité du travail se démarquent.

Sur place, vous aurez la chance de voir travailler les artistes, d’en apprendre sur leurs techniques et sources d’inspiration en plus de voter pour votre coup de cœur, et ce, sous l’ambiance musicale du quatuor de l’OSJJ le samedi. La biblio-tente et le Musée d’art de Joliette participent également à l’événement et les plus jeunes pourront en profiter pour vous démontrer leurs talents en dessin.

Tout a été mis en œuvre pour faire de ce weekend une expérience inspirante et enrichissante pour tous au niveau des arts visuels. On vous attend en grand nombre, l’accès est gratuit et facilement accessible, restauration sur place.

Informations complètes sur l’événement Facebook

 

C’est la 4e édition su symposium à Lavaltrie – 19 et 20 août de 10h à 16h

Mots clés :
LIRE +
MAGAZINART OTTAWA 2017

OTTAWA

Région de la Capitale Fédérale

Au Musée des beaux-arts du Canada, est présentée l’exposition La photographie au Canada, 1960 – 2000. Découvrez toute la diversité de la pratique et l’étendue de la production photographique au pays dans cette exposition qui met en valeur plus de 100 œuvres réalisées par 71 artistes et explore la façon dont la technique a structuré le rôle de l’art et de l’artiste dans un monde en perpétuel changement, ainsi que les idées divergentes exprimées en matière d’identité et de collectivité. Jusqu’au 17 septembre 2017.


Toujours au MBAC, l’exposition Photolab 2 : Quand les femmes prennent l’art au mot vous permet de voir comment, au début des années 1970, la vidéo a été utilisée par des femmes artistes pour exprimer des préoccupations sociales, susciter des réactions et inciter le public à s’interroger. Les mots résonnent fort en art contemporain, à la fois médium et message. PhotoLab 2 invite les visiteurs à explorer le pouvoir du langage à travers 14 créations vidéographiques et photographiques. Jusqu’au 10 septembre 2017.


Aussi à l’affiche du Musée des beaux-arts du Canada Comprendre nos chefs-d’œuvre. L’art en héritage : Ron Moppett et Damian Moppett. Découvrez les créations artistiques de ce duo père-fils, deux artistes canadiens talentueux établis respectivement à Calgary et à Vancouver. Voyez comment, de manière intrigante, leurs œuvres se sont rapprochées puis dissociées au fil des générations. Réunies, leurs œuvres offrent aux visiteurs des perspectives originales sur le sens et la pertinence contemporaine de cet espace central d’où émergent la peinture, la sculpture et le dessin : l’atelier. Jusqu’au 10 septembre 2017.

Été 2017

Au Musée des beaux-arts du Canada, est présentée l’exposition La photographie au Canada, 1960 – 2000…

LIRE +

Printemps 2017

ALFRED PELLAN

Premier anniversaire

de la galerie Chez Alfred-Pellan


 

 

Les artistes-membres de la Coopérative artistique du quartier vous invitent à la journée porte ouverte soulignant le premier anniversaire de la galerie d’art Chez Alfred-Pellan, inaugurée le 1er mai 2016. Pour l’occasion, ils seront accompagnés de plusieurs de leurs partenaires, collaborateurs, artistes, parents, amis, commanditaires et invités surprises qui ont rendu possible le projet.

À noter que le piano jaune de Limoilou hébergé à la galerie sera mis à contribution pour l’animation.

Premier anniversaire de la galerie d’art Chez Alfred-Pellan
Date : Le samedi 13 mai 2017
Heure : De 12h à 17h
Lieu : 581, 3e Avenue
Arrondissement La Cité-Limoilou, Québec
(Québec) G1L 2W4

 

INFORMATION: galerie@chez-alfred-pellan.com

FACEBOOK de la Galerie

Premier anniversaire de la galerie d’art…

LIRE +
La_Partition_des_Corps_Chantre

La partition des corps

de Manuel Chantre


Centre d’art Diane-Dufresne – 26 avril au 4 juin 2017

Faire corps avec la musique! L’installation interactive, lumineuse et musicale a été créée spécialement pour l’exposition au Centre d’art Diane-Dufresne. Pour La partition des corps, l’artiste Manuel Chantre s’est inspiré de la musique en tant qu’élément qui tisse les moments et les souvenirs. Il nous propose d’imaginer ce qu’il adviendrait: « si nos corps étaient des notes, si nos intentions étaient des mélodies ou si nos gestes étaient des sons. » La partition des corps ce sont les corps marqués par les musiques; ce sont les mélodies qui portent nos mémoires; c’est une masse musicale qui se déplace à travers les époques.

L’œuvre est constituée de quarante disques de vinyles trouvés, d’une tête transparente lumineuse et de papiers à bulles. C’est en éclatant les bulles que le public active les musiques de différentes époques, tout en animant le visage par un éclairage dynamique. Les actions des gens révèlent ainsi une atmosphère musicale déformée et étrange qui se déploie dans un moment suspendu.

La partition des corps de Manuel Chantre

La partition des corps de Manuel Chantre

« Je souhaite que les musiques provoquent le rappel de souvenirs associés à ces musiques. Des souvenirs qui appartiennent au public, au visage transparent et aux anciens propriétaires de vinyles. » Manuel Chantre.

La partition des corps propose une expérience immersive exceptionnelle qui permet d’entrer dans l’univers de cet artiste québécois qui rayonne ici comme sur la scène internationale.

Artiste des arts visuels numériques et compositeur, Manuel Chantre s’inscrit dans ce mouvement de créateurs qui ont fait de la planète Terre leur jardin de création. Depuis 2004, il conçoit un univers unique qu’il présente par des performances, des installations et des sculptures audiovisuelles qui intègrent savamment la musique, la projection vidéo, l’animation 3D, l’éclairage robotisé et l’interactivité. Puisque l’art n’a plus de frontières et que les technologies nouvelles n’ont de limites que l’imagination de ses créateurs, ses œuvres sont produites et présentées par des institutions en art médiatique de renommée internationale. Les visiteurs sont ici conviés à plonger dans l’univers créatif de Manuel Chantre qui est également développeur de programmes pédagogiques, enseignant et conférencier pour des écoles secondaires, des collèges, des universités, la Société des arts technologiques et le Centre de formation professionnelle pour la Colombie (SENA).


Visites commentées 

Le Centre d’art Diane-Dufresne vous propose de découvrir les expositions en cours à travers les visites commentées et dirigées par un guide spécialisé.  Des visites commentées ont lieu les samedis 29 avril et 6 mai à 11 h et 14 h. Elles vous sont offertes en entrée libre et sans inscription.


Horaire régulier :

Mercredi au vendredi : 13 h à 17 h
Samedi et dimanche : 10 h à 17 h
Entrée libre


Source
Judith Dubeau
IXION Communications / 514 495-8176

La partition des corps propose une expérience immersive exceptionnelle!

LIRE +

Hiver 2017

ALFRED PELLAN

Premier anniversaire

de la galerie Chez Alfred-Pellan


 

 

Les artistes-membres de la Coopérative artistique du quartier vous invitent à la journée porte ouverte soulignant le premier anniversaire de la galerie d’art Chez Alfred-Pellan, inaugurée le 1er mai 2016. Pour l’occasion, ils seront accompagnés de plusieurs de leurs partenaires, collaborateurs, artistes, parents, amis, commanditaires et invités surprises qui ont rendu possible le projet.

À noter que le piano jaune de Limoilou hébergé à la galerie sera mis à contribution pour l’animation.

Premier anniversaire de la galerie d’art Chez Alfred-Pellan
Date : Le samedi 13 mai 2017
Heure : De 12h à 17h
Lieu : 581, 3e Avenue
Arrondissement La Cité-Limoilou, Québec
(Québec) G1L 2W4

 

INFORMATION: galerie@chez-alfred-pellan.com

FACEBOOK de la Galerie

Premier anniversaire de la galerie d’art…

LIRE +
La_Partition_des_Corps_Chantre

La partition des corps

de Manuel Chantre


Centre d’art Diane-Dufresne – 26 avril au 4 juin 2017

Faire corps avec la musique! L’installation interactive, lumineuse et musicale a été créée spécialement pour l’exposition au Centre d’art Diane-Dufresne. Pour La partition des corps, l’artiste Manuel Chantre s’est inspiré de la musique en tant qu’élément qui tisse les moments et les souvenirs. Il nous propose d’imaginer ce qu’il adviendrait: « si nos corps étaient des notes, si nos intentions étaient des mélodies ou si nos gestes étaient des sons. » La partition des corps ce sont les corps marqués par les musiques; ce sont les mélodies qui portent nos mémoires; c’est une masse musicale qui se déplace à travers les époques.

L’œuvre est constituée de quarante disques de vinyles trouvés, d’une tête transparente lumineuse et de papiers à bulles. C’est en éclatant les bulles que le public active les musiques de différentes époques, tout en animant le visage par un éclairage dynamique. Les actions des gens révèlent ainsi une atmosphère musicale déformée et étrange qui se déploie dans un moment suspendu.

La partition des corps de Manuel Chantre

La partition des corps de Manuel Chantre

« Je souhaite que les musiques provoquent le rappel de souvenirs associés à ces musiques. Des souvenirs qui appartiennent au public, au visage transparent et aux anciens propriétaires de vinyles. » Manuel Chantre.

La partition des corps propose une expérience immersive exceptionnelle qui permet d’entrer dans l’univers de cet artiste québécois qui rayonne ici comme sur la scène internationale.

Artiste des arts visuels numériques et compositeur, Manuel Chantre s’inscrit dans ce mouvement de créateurs qui ont fait de la planète Terre leur jardin de création. Depuis 2004, il conçoit un univers unique qu’il présente par des performances, des installations et des sculptures audiovisuelles qui intègrent savamment la musique, la projection vidéo, l’animation 3D, l’éclairage robotisé et l’interactivité. Puisque l’art n’a plus de frontières et que les technologies nouvelles n’ont de limites que l’imagination de ses créateurs, ses œuvres sont produites et présentées par des institutions en art médiatique de renommée internationale. Les visiteurs sont ici conviés à plonger dans l’univers créatif de Manuel Chantre qui est également développeur de programmes pédagogiques, enseignant et conférencier pour des écoles secondaires, des collèges, des universités, la Société des arts technologiques et le Centre de formation professionnelle pour la Colombie (SENA).


Visites commentées 

Le Centre d’art Diane-Dufresne vous propose de découvrir les expositions en cours à travers les visites commentées et dirigées par un guide spécialisé.  Des visites commentées ont lieu les samedis 29 avril et 6 mai à 11 h et 14 h. Elles vous sont offertes en entrée libre et sans inscription.


Horaire régulier :

Mercredi au vendredi : 13 h à 17 h
Samedi et dimanche : 10 h à 17 h
Entrée libre


Source
Judith Dubeau
IXION Communications / 514 495-8176

La partition des corps propose une expérience immersive exceptionnelle!

LIRE +

Automne 2016

Chapitre DixDes Mots et Merveilles. 2010. Geneviève Oligny

Deux expositions

au Centre d’art Diane-Dufresne

20 novembre 2016 au 8 janvier 2017


Marionnettes et imaginaires
Parcours artistique du Théâtre de l’Avant-Pays, 1976-2015

© Roxanne Bélanger

© Roxanne Bélanger

Depuis sa fondation en 1976, le Théâtre de l’Avant-Pays a créé à ce jour 35 spectacles de marionnettes pour le jeune public. Cette exposition rétrospective, présentée dans la salle principale du centre d’art, permet de découvrir, en genre et en nombre, le rôle de la marionnette comme objet artistique en mettant en scène ses modes de manipulation et en rendant un vibrant hommage aux concepteurs de cette compagnie québécoise qui rayonne tant ici qu’à l’étranger. Des marionnettes historiques de la collection personnelle de Michel Fréchette, membre fondateur et directeur artistique de Théâtre de l’Avant-Pays jusqu’en 2014, permettent au visiteur d’apprécier le rôle de la marionnette dans son acception la plus grande. La pièce Contes pour les enfants de 1000 jours de Julie-Anne Ranger-Beauregard sera présentée le jeudi 29 décembre 2016 et le mercredi 4 janvier 2017 à 11 h dans la salle principale. Billet 8 $ enfant et adulte, disponible au comptoir du centre d’art.


Corps de livres, vêtus de mots
Geneviève Oligny

Chapitre Dix: Des Mots et Merveilles (détail ) Matériaux : Papier, pages de livres, bois, éléments de dactylo. Dimensions: 142 cm X 80 cm X 76 cm. 2010.

Chapitre Dix: Des Mots et Merveilles (détail ). Matériaux : Papier, pages de livres, bois, éléments de dactylo. Dimensions: 142 cm X 80 cm X 76 cm. 2010.

Des œuvres de lumière

Pour l’artiste lanterniste et sculpteure de lumière Geneviève Oligny : «le corps abrite sa propre lumière. De ce principe naît l’idée de la vêtir d’habits qui laissent passer la lumière. La puissance métaphorique de cette démarche artistique suggère aussi  que le corps abrite une parole et des mots, grâce à la logique de la récupération et de seconde vie de pages de livres délaissés d’où provient tout l’art de la sculpteure. Grâce aussi à une pose, un geste suspendu, et surtout aux voies d’échappement de la lumière. Avec une gestuelle de graveure qui s’inscrit dans le vêtement de papier à coup d’incision, y tatouant de minuscules alphabets de lumière.». Le Studio D accueille cette exposition qui fait place à la magie des mots imprimés qui se transforment en autant de sculptures de lumière et d’installations ludiques. Les livres recyclés et découpés sont ici mis en scène par Geneviève Oligny qui nous invite dans son univers de création, mot à mot, page par page, empreinte d’harmonie et de légèreté.


HORAIRE RÉGULIER

Mercredi au vendredi : 13 h à 17 h
Samedi et dimanche : 10 h à 17 h

HORAIRE DU TEMPS DES FÊTES :

27, 28, 29, 30 décembre 2016; 3, 4, 5 et 6 janvier 2017 : 13 h à 17 h

ENTRÉE GRATUITE


INFORMATIONS

Centre d’art Diane-Dufresne
11, allée de la Création
Repentigny (Québec)  J6A 0C2
450 470-3010


Source: Centre d’art Diane-Dufresne

 

 

Le Centre d’art Diane-Dufresne présente Marionnettes et imaginaire et Corps de livres…

LIRE +
Crinière

Claude Gauthier

Fantaisie libre

Grande rencontre

On intègre le monde imaginaire de Claude Gauthier en empruntant un éclatant parcours de couleurs et de symboles. Ses œuvres oniriques et fantaisistes promettent à l’observateur un voyage intérieur dont lui seul peut interpréter le sens.

L’art de Claude Gauthier ne passe pas inaperçu : couleurs vives, sujets évoluant sur des fonds abstraits, textures et composition graphiques qui accrochent l’œil avec vigueur. Ces attraits visuels empreints de graphisme sont le résultat d’une longue carrière en arts graphiques au sein de Radio-Canada. Là ou l’art commence et l’illustration se termine est un point non-défini qui caractérise son œuvre. Ouvert sur l’imaginaire, son art a des airs juvéniles qu’il explique simplement : « C’est un peu enfantin mais c’est normal, je suis encore un enfant ! » Des objets qui composent ses paysages fantaisistes se démarquent et réapparaissent dans ses toiles : des maisons, des vases, des chevaux. Sans histoire précise, les créations débridées laissent place à l’imaginaire et à la libre interprétation.

Nées de l’action spontanée, ses toiles voient d’abord le jour sous forme d’abstraction. Par grands gestes libres, Claude Gauthier crée l’environnement qu’il peuplera ensuite selon son inspiration. « J’aime l’abstrait, mais je trouve cela difficile. C’est entièrement une question de lumière et de composition. » Les textures s’ajoutent et l’artiste dégage peu à peu des sujets de l’abstraction. De formats standards aux toiles immenses, son atelier abrite des œuvres récentes qui permettent d’apprécier l’ampleur de son vocabulaire visuel. « J’ai récemment commencé à faire des visages, c’est nouveau et inhabituel pour moi. » Loin d’être classiques, les visages de Claude Gauthier sont des patchworks de textures et de symboles graphiques.

Claude Gauthier

Claude Gauthier

Utilisant à prime abord la peinture acrylique et le mix-média, il expérimente présentement avec les stencils et la peinture aérosol. Sur un chevalet, un cheval en mouvement poursuit sa course dans un univers vibrant et intriguant. « J’aime laisser un peu de mystère dans mes toiles, des lignes pas trop définies. » Claude Gauthier est issu de l’art graphique, un métier qui à l’époque s’attirait le mépris des ‘vrais’ artistes. On comprendra donc que celui qui s’inspire de Gauguin, Da Vinci et Mirò affirme vouloir éviter à tout prix ‘faire cute’, ou peindre pour plaire. La recherche d’authenticité est le moteur principal. Une fois l’œuvre complétée, l’artiste la met à l’écart pour mieux la voir et possiblement la retoucher avec une vision plus détachée. « C’est très difficile de savoir quand s’arrêter. Je me fie souvent au jugement de ma femme, qui a l’œil. Pour moi, le tableau est terminé quand j’ai tout donné.»

Égypte, 40 x 30 po

Égypte, 40 x 30 po

Équilibriste au violon, 40 x 30 po

Équilibriste au violon, 40 x 30 po

Né à Montréal en 1942, Claude Gauthier s’intéresse au dessin depuis son plus jeune âge et remporte même quelques prix et l’encouragement de son professeur. Sur ses recommandations, il fait les Beaux-Arts et se destine à ce qu’on appelle à l’époque ‘l’art commercial’, soit le design graphique et l’illustration. Quelques petits boulots et il entre en 1966 à Radio-Canada, en remplacement de René Derouin, rien de moins. « J’étais très content, c’était très créatif à l’époque. Je faisais ce que je voulais : dessiner. J’ai même touché à l’animation. » Il fournissait des images pour différentes émissions mais travaillait principalement sur des thèmes pour enfants, une influence encore ressentie dans son œuvre actuelle. Il a aussi collaboré à de nombreuses publications telles le MacLean, La Presse, Châtelaine et à de nombreux évènements comme les jeux olympiques et Terre des Hommes.

Oasis

Oasis

Il prend sa retraite en 1996 et ouvre un petit studio dans un bâtiment de sa demeure dans les Laurentides. « J’ai fait des chaises pour commencer, mais j’ai rapidement passé aux toiles, c’était plus lucratif. » Les affaires allaient rondement lorsqu’on lui conseille de présenter son travail à La galerie Michel Bigué. Pris sur le champ, son travail y est encore représenté. De plus il est présent dans le Vieux-Montréal à la galerie Lydia Monaro pour notre plus grand plaisir. Comme à l’époque de Radio-Canada, c’est un bourreau de travail et il doit apprendre à doser ses efforts. « Lors de mes premières expositions, je travaillais tellement qu’une fois le jour du vernissage arrivé j’étais complètement épuisé. »

Infusion

Infusion

Un dur évènement familial verra toute sa production artistique immobilisée pendant deux ans. Deux années pour prendre le recul nécessaire pour réapprendre à vivre, et à peindre. Claude Gauthier prend désormais plus de temps pour élaborer sa vision mais aussi pour évaluer son travail et définir sa constante évolution. « C’est important pour moi d’être fier et satisfait personnellement avant de signer une toile. » L’exploration des visages se poursuivra, de même que la création de très grands formats dont quelques-uns peuplent déjà majestueusement son atelier.

Pour l’artiste qui a débuté son cheminement en se disant « pourvu que je puisse acheter ma peinture, je serai content », Claude Gauthier peut se vanter d’avoir accompli une œuvre éminemment personnelle dont la signature visuelle est unique.


Texte d’Isabelle Gauthier

Représenté par : Galerie Lydia Monaro, Vieux-Montréal Galerie Michel Bigué, Saint-Sauveur

 

On intègre le monde imaginaire de Claude Gauthier en emprun- tant un éclatant parcours de couleurs et de symboles. Ses œuvres oniriques et fantaisistes promettent à l’observateur…

LIRE +

Été 2016

Photo tirée du Facebook de Royal Ontario Museum

TORONTO

Le Musée royal de l’Ontario présente CHIHULY, une exposition consacrée aux œuvres spectaculaires et aux couleurs éclatantes de Dale Chihuly, artiste mondialement connu du verre soufflé. Dans les Hall d’exposition Garfield Weston, CHILULY réunit des installations créées pour le ROM, ainsi qu’une sélection de ses séries les plus populaires. Chihuly explore les possibilités du verre soufflé dans ses magnifiques installations depuis 50 ans. Ses œuvres monumentales défient l’apparente fragilité du matériau. Les créations à couper le souffle de Chihuly sont nées de la tradition séculaire de la collaboration et de sa vision artistique.

« Je voudrais que les gens soient inondés de lumière et de couleur comme jamais auparavant, » a affirmé l’artiste. À l’affiche du Musée royal de l’Ontario du 25 juin 2016 au 2 janvier 2017.

Été 2016

Le Musée royal de l’Ontario présente CHIHULY, une exposition consacrée aux œuvres spectaculaires…

LIRE +
MAGAZINART GATINEAU

GATINEAU

Sous le thème Le dire avec des fleurs au printemps, les œuvres de l’artiste peintre Lisette Lacombe-Gill seront exposées à la Bibliothèque de la Maison-du-Citoyen au 25, rue Laurier, Gatineau, du 18 juin au 31 juillet 2016.

Été 2016

Sous le thème Le dire avec des fleurs au printemps, les œuvres de l’artiste peintre Lisette Lacombe-Gill…

LIRE +

Printemps 2016

LAPOINTE

Rencontres d’artistes de juin

à la Galerie Perreault

Réservez votre 5 à 7 du jeudi 2 juin 2016 pour venir rencontrer l’artiste Nathalie Lapointe. Venez échanger, verre de bulles à la main avec cette artiste aux œuvres hautes en couleurs et en contraste.


Durant tout le mois de juin, la galerie organise des échanges et rencontres avec les artistes.

Jeudi 2 juin 17h à 19h — Nathalie Lapointe

Jeudi 9 juin 17h à 19h — Stefan Horik

Samedi 11 juin 14h à 16h — Nathalie Frenière

Jeudi 16 juin 17h à 19h — Marie-France Boisvert

Samedi 18 juin 14h à 16h — Danielle Champoux

Jeudi 23 juin 17h à 19h — Gagnon

Samedi 25 juin 14h à 16h — Pierre Bellemare

Jeudi 30 juin 17h à 19h — Hugo Landry

 


 

Galerie perreault

Au plaisir de vous y rencontrer au 205, rue Saint-Paul, Québec.

Informations : 418 692-4772  |  Visitez la page Facebook de la Galerie Perreault

 

Réservez votre 5 à 7 du jeudi 2 juin 2016…

LIRE +
FLOREZ PICARD

Melvin Florez et Isabel Picard exposent en duo.

Jusqu’au 8 mai, l’espace galerie de La Clarté-Dieu présente l’exposition Matière apprivoisée où se font écho les hauts-reliefs de la peintre Isabel Picard et les sculptures de métal de Melvyn Florez.

On peut soupçonner que les artistes invités sont d’abord des praticiens, des adeptes d’un savoir-faire longuement étudié, amoureusement apprivoisé. La matière saillante très colorée que privilégie Isabel Picard dans son approche picturale se conjugue à merveille avec les entrelacs d’acier et d’aluminium tout en mouvement des sculptures de Melvyn Florez. La maîtrise technique incontestée de leurs œuvres n’a d’égal que leur poésie!

 

Galerie de la Clarté-Dieu
220, Grande-Allée Est
Québec(Québec)

 


Source: Isabel Picard et la Galerie La Clarté-Dieu

 

Jusqu’au 8 mai, l’espace galerie de La Clarté-Dieu présente l’exposition…

LIRE +

Hiver 2016

Simon Beaudry, Prendre le Pouvoir, 2016
Impression jet d'Encre

Simon Beaudry: Véhicule et scalp

La démarche de Simon Beaudry, artiste et étudiant à la maitrise en Arts à l’UQAM, explore l’identité québécoise. Cette exploration a fait naître en lui une réflexion qui le pousse à réinventer, transformer ou critiquer les morceaux qui constituent cette notion d’identité, inhérente à chacun. La matière qu’il y trouve s’avère abondante et riche de sens (langue, culture, folklore, histoire, symboles identitaires et nationaux, us et coutumes, etc.). De ce processus aboutissent des œuvres qui reflètent une certaine vision du Québec qu’il tente de propulser vers l’avant en utilisant certains éléments traditionnels modernisés. Sa pratique est transdisciplinaire et actuellement en mutation. Au départ elle s’affirmait en photographie, sculpture puis vidéo, elle est devenue manœuvre, performance et installation dans l’espace public. Mélanger l’art et la vie en rapprochant l’atelier et le lieu d’exposition, l’artiste au public, le citoyen aux autres citoyens constitue l’enjeu esthétique et politique de sa pratique actuelle.

En pratique, Simon Beaudry travaille en équipe. «Chaque « superartisan » qui collabore [au projet artistique] devient partie prenante de l’œuvre, y apportant une expertise qui se mélange à la mienne comme un processus de métissage. Il y a un parallèle à faire entre mon processus de création et celui de la construction d’une société où chaque individu qui la constitue joue un rôle dans son édification.»

Véhicule et scalp est un projet artistique mettant en scène les deux pulsions qui animent Simon Beaudry, soit la pulsion collective et la pulsion individuelle. Le premier volet, intitulé Véhicule, fait référence à l’émancipation nationale et l’occupation du territoire. Le second, Scalp, porte sur la dérision et sur la valorisation de ce qui nous manque comme statut social. L’artiste ajoute à propos de ce volet : «C’est le versant sombre de la vision que j’entretiens avec la société. Un caribou sans panache qui portent des cheveux, c’est la dénaturation, vouloir être autre chose, c’est la colonisation, le culte de la beauté comme égarement du réel, se penser autre chose que ce que l’on est.»

 

Horaire régulier : 

Mercredi et jeudi : 13 h à 17 h, 19 h à 21 h

Vendredi, samedi et dimanche : 13 h à 17 h

Entrée libre


Source : Sophie Lemercier – Agente culturelle – Centre d’art Diane-Dufresne

Véhicule et scalp est un projet artistique mettant en scène les deux pulsions qui animent Simon Beaudry…

Mots clés :
LIRE +
NADJEJDA

Nadjejda Gilbert expose

La Galerie d’art uNo présentera du  22 février  au 31 mars 2016 l’exposition Dévoilement de notre prochaine artiste invitée, Nadjejda Gilbert.

Vernissage:
Jeudi 25 février de 17h à 19h en présence de l’artiste.

 

À propos de l’artiste :

Nadjejda Gilbert est une artiste peintre émergente en art figuratif contemporain. Ses années d’études en art visuel et en communication graphique, ainsi que son parcours professionnel en art graphique lui permettent aujourd’hui de dévoiler ses œuvres inédites empreintes d’émotions et d’intensité.

Dans l’exposition Dévoilement, l’artiste Nadjejda Gilbert nous révèle ses bribes d’existence par le biais de peintures représentant l’humain. La vie est un livre dans lequel on écrit une histoire tout au long de son existence. Les souvenirs, les émotions, les croyances nous habitent et nous transforment pour façonner notre identité. Tel un tatouage, l’essence est gravée sur notre peau. Homme, femme, jeune et moins jeune, tous ont un vécu que l’artiste essaie de transposer. Que l’on regarde la toile de près ou de loin, les sujets semblent avoir leurs propres histoires à raconter. À vous d’y voir la vôtre.


Source: Nikolina Okuka, galeriste – La Galerie d’art uNo

 

La Galerie d’art uNo présentera du 22 février au 31 mars 2016 l’exposition Dévoilement de notre prochaine artiste invitée, Nadjejda Gilbert.

LIRE +

Automne 2015

agenda novembre

Agenda

Novembre 2015

Vous désirez ajouter votre événement
de novembre à notre agenda?

(suite…)

Agenda Novembre 2015 Vous désirez ajouter votre événement de novembre à notre agenda?

LIRE +
AGENDA nouveau Magazinart

Nouveau!

Agenda mensuel

À partir du 9 novembre, nous publierons mensuellement sur notre site Internet une liste de VOS événements en art visuel par région.

Il s’agit d’une occasion de promouvoir vos vernissages, expositions, colloques d’art visuel, symposiums d’art, lancement de catalogue d’art ou tout événement spécifique aux arts visuels.

La publication Internet se fera sous forme de texte sans image avec au maximum 2 hyperliens.

Voici un exemple:


Montréal

Exposition | Erik BeckInterstices
Du 7 novembre au 18 décembre 2015
Maison de la Culture Mercier


 

Pour ajouter votre événement à notre agenda de novembre,

veuillez remplir ce formulaire

clic formulaire

ATTENTION: seules les soumissions reçues via le formulaire seront considérées. Aucun courriel ne sera accepté. Magazin’Art se donne le droit de refuser de publier un événement.

Inscrivez vos événements en art visuel gratuitement!

Mots clés :
LIRE +

Été 2015

CLEMENCE DESROCHERS_MAGAZINART ete2015

Clémence DesRochers

Vivre, sans plus ni moins !

Grande rencontre

« Sachons mettre l’art dans la vie, et la vie dans l’art. »Marie D’Agoult, 1849.

Beaucoup de tendresse, beaucoup d’amour, beaucoup de générosité et de vérité. Que cela soit par l’humour, la chanson, l’écriture ou le dessin, Clémence DesRochers demeure toujours fidèle à elle-même, puisque l’autocensure de sa personnalité comme de son talent n’existe pas.

Or, depuis le 23 avril 2015, les dessins de Madame DesRochers sont entrés par la Grande porte du Musée. Les oeuvres méconnues de l’artiste font partie d’une donation d’objets offerts par le collectionneur René Jacob, ami de longue date avec lequel la dessinatrice a collaboré à imager divers écrits du poète, écrivain et éditeur, aussi pharmacien. Cela fait 15 ans que Clémence entretient en toute liberté, une amitié féconde. Il a écrit. Elle a dessiné. L’ensemble réalisé à partir des photographies de la famille de René Jacob, dresse en quelque sorte un portrait de la société québécoise d’une époque dont nous sommes les héritiers.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois 

On contactera Louise Collette ou Clémence par le biais du site clemencedesrochers.ca pour l’achat d’oeuvres dont les sous profiteront à l’organisme Les Impatients.

Beaucoup de tendresse, beaucoup d’amour, beaucoup de générosité et de vérité. Que cela soit par l’humour, la chanson, l’écriture…

LIRE +
ROSA avec sculpture blanche

Rosa Serra

et Xavier Carbonell

Formes, volume et espace

THUIR (Catalogne en France), hiver 2011

La Tramontane, ce vent terrible venu des Pyrénées, souffle quasi de toute sa force sur la vieille ville. Dans un coin de la place j’attends mon conjoint, à l’abri derrière une sculpture en bronze, ronde, chaleureuse, maternelle, à côté d’un palmier.

En face, un peu plus loin sur ce même coin de pelouse, à côté d’un olivier, une deuxième sculpture en bronze d’une grande puissance représente Saint Georges terrassant le Dragon. « Sant Jordi », l’illustre patron de la Catalogne du Sud au Nord. Je n’y trouve pas de signature, pas de nom, seulement un sigle. Après investigations, j’obtiens enfin le nom de l’auteur de ces deux superbes sculptures en bronze : Rosa Serra. Les jours passent et j’oublie ce moment vécu entre ces deux sculptures.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Christiane Frenay
BIBLIOGRAPHIE (Hors des nombreux articles de presse et de revues.)

« Rosa Serra, Una visió monumental » (Livre d’art, 238 pages) D’Antoni Garrido, écrivain, éditeur, critique d’art et fondateur de la « Fundació de la PREMSA COMARCAL de Catalunya ». Aux éditions « Edicions el Bassegoda, Olot, 2008 ».

« Rosa Serra » (Livre d’art, 238 pages) Introduction d’Arcadi Calzada, éditeur. Texte de Josep Valls, philologue, écrivain, critique d’art. Aux éditions « Galeria d’Art Arcadi Calzada, Olot, 2008 ».

« Suite Olympique Rosa Serra » (Livre d’art, 128 pages) Texte de Andreu Mercé Varela, journaliste sportif (Barcelone 1918-2011). Aux éditions « Musée Olympique de Lausanne, Suisse ».

« Xavier Carbonell MANHATTAN » (Livre d’art, 216 pages) De Ed McCormack, collaborateur à la rédaction des éditions « Editors of Andy Warhol’s », qui a beaucoup écrit sur les Arts et Culture Populaire pour Rolling Stone et The Village Voice, entre autres. Actuellement, avec son épouse Jeannie McCormack, il publie The New York Art Journal Gallery & Studio. Aux éditions « Jadite Gallery, New York, 2010 ».

« Xavier Carbonell STILL LIFE » (Livre d’art, 200 pages) De K. Mitchell Snow, auteur et critique d’art et d’essais et littérature. Aux éditions « Jacqueline Rothschild Fine Art, New York, 2001 ».

« Xavier Carbonell VIATGE I PINTURA » (Livre d’art, 224 pages) De Josep Valls, écrivain, biographe, critique d’art. Aux éditions « Jadite Gallery, New York, 2014 ».

La Tramontane, ce vent terrible venu des Pyrénées, souffle quasi de toute sa force sur la vieille ville. Dans un coin de la place…

LIRE +

Printemps 2015

Fin d’automne à l'Anse de Roche

René Gagnon

Atteindre l’intemporel

Peindre un pays

« J’ignore si mes tableaux sont surréalistes ou pas, mais je sais qu’ils sont l’expression la plus franche de moi-même. »Frida Kahlo

Devant moi, l’homme se tient droit comme un chêne. Les mains sont immenses. La chevelure hirsute à la Albert Einstein. Un regard profond où l’on débusque les joies les plus grandes et les affres de l’expérience humaine. René Gagnon négocie depuis 86 ans avec les aléas de la vie, dont 67 ans avec les démons de la création.

Sur la table du resto, les photographies contenues dans son livre défilent. Ici, à la pêche avec Riopelle, Paul Rebeyrolle et Stanley Cosgrove. Une autre avec Alfred Pellan, lors d’une exposition à Paris. Merci à la vie d’avoir mis sur ma route la création de René Gagnon ! S’agit-il du secret le mieux gardé de l’histoire de l’art du Québec !

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte de Michel Bois

Devant moi, l’homme se tient droit comme un chêne. Les mains sont immenses. La chevelure hirsute à la Albert Einstein…

LIRE +
Rouge enchanté, coll. 9, 36 x 84 po

Gordon Harrison

Mon seul désir est de peindre !

Grande rencontre

Gordon Harrison a plusieurs cordes à son arc et elles ont toutes contribuées à faire de lui l’un des peintres paysagistes canadiens les plus en vue du moment. 

En septembre il a remporté le Premier prix lors de l’exposition-concours Rêves d’automne 2014 de Baie Saint-Paul en Charlevoix, où 140 artistes de renom exposaient quelque 251 oeuvres, chacun espérant se mériter le titre du Meilleur peintre paysagiste du Canada. Ses oeuvres furent également exposées à la galerie que l’on pourrait surnommer demeure spirituelle des oeuvres paysagistes canadiennes, la McMichael Gallery de Kleinberg près de Toronto, où tous les membres du Groupe des Sept, sauf un, sont inhumés.

Pour ceux qui ne seraient pas au fait de la spectaculaire beauté de la région de Charlevoix, il s’agit d’une contrée captivante qui passionne l’imaginaire des artistes peintres paysagistes québécois et canadiens, depuis le Groupe des Sept jusqu’à aujourd’hui. Notons qu’Harrison a d’ailleurs occasionnellement été surnommé le huitième membre du Groupe des Sept.

La peinture d’Harrison est audacieuse et éclatante. Difficile de croire qu’il est largement autodidacte vu ses incomparables habiletés de coloriste et son sens aigu du dessin. De fait, sa formation académique en art s’est résumée à quelques cours suivis ici et là. Quant à sa palette, les tableaux d’Harrison ressemblent quelque peu aux oeuvres récentes de l’artiste britannique David Hockney où, au premier regard, des couleurs improbables parsèment les paysages qui, lorsqu’on intériorise l’oeuvre, se révèlent très appropriées. Les deux oeuvres qui lui ont mérité le premier prix à Baie-Saint-Paul, par exemple, mettent en scène des montagnes en hiver largement peintes en teintes de rouge et des conifères au bleu très présent.

Randonnée vers les montagnes, coll. 2, 24 x 30 po

Randonnée vers les montagnes, coll. 2, 24 x 30 po

Harrison est un amoureux de la couleur; il semble avoir créé son propre vocabulaire chromatique pour décrire le paysage canadien. Certains aspects de son oeuvre peuvent rappeler le Groupe des Sept, mais il est difficile de les identifier spécifiquement. Peut-être s’agit-il de l’élan d’émotions suscité par ses oeuvres d’art exceptionnelles ou de leur complexité graphique.

Ses scènes d’automne sont, évidemment, des plus éclatantes, vibrantes et de tonalités complexes ; tellement complexes que nous pouvons nous demander comment il peut arriver à peindre près de 200 oeuvres par année. Ses scènes estivales, quant à elles, se rapprochent des teintes traditionnellement utilisées pour les paysages. L’artiste décrit ainsi son propre style : « Une forme d’impressionnisme contemporain. Les tableaux sont fortement texturés avec de vigoureux coups de pinceau. J’aime que mes coups de pinceau soient apparents et je crois que la plupart des gens qui regardent mes tableaux apprécient cet aspect de ma peinture ainsi que l’application de couleur par empâtements. La combinaison texture et coups de pinceau visibles, joue un rôle important dans mon oeuvre. »

Commentant l’évolution de son style au cours des ans, Harrison déclare : « Ce que j’accomplissait en quatre ou cinq coups de pinceau, je le fais maintenant avec un seul en simplifiant contour et forme. Je ne veux pas utiliser le mot ‘stylisé’, mais c’est un peu ça. J’ai une confiance accrue en mon travail et je crois que ça se sent. »

Règne de la beauté, coll. 35, 18 x 18 po

Règne de la beauté, coll. 35, 18 x 18 po

De bien des façons Harrison ressemble à plusieurs autres artistes canadiens, mais en même temps il se démarque. Il fait en effet partie de ces artistes introvertis parce qu’atteints d’une affliction débilitante, ce qui souvent favorise la créativité artistique. Pour sa part, Gordon Harrison, né avec un frein de la langue l’empêchant de parler et de communiquer adéquatement, n’a recouvré la parole qu’à l’âge de six ans suite à une intervention chirurgicale corrective.

Enfant, il avait toujours un crayon et du papier en sa possession et il était déjà fasciné par la nature, plus spécifiquement par les arbres. Jeune garçon, il passera ses étés au chalet familial à Ste-Marguerite- du-Lac-Masson, dans les Laurentides, où son grand-père avait, en 1902, troqué un piano pour 10 acres de terrain. Et c’est là que Gordon commence à se démarquer ! Il est tellement fasciné par les arbres qu’il fait le tour du lac à répétition à la recherche d’espèces absentes du terrain familial, qu’il transplante. Il désirait acquérir un spécimen de chaque espèce présente dans la contrée.

Harrison a toujours dessiné et peint, même au temps où, étudiant, il travaillait de longues heures à Banff. Comme beaucoup d’autres peintres canadiens, il entreprit une carrière parallèle, comme architecte paysagiste d’abord, puis en planification d’urbanisme pour la ville d’Ottawa.

Sa première exposition eut lieu dans le sous-sol de la demeure de sa mère. Bien que l’on puisse dire qu’il a occupé simultanément deux fonctions durant de nombreuses années, urbaniste et artiste, ce n’est vraiment qu’après avoir officiellement pris sa retraite de la première qu’il est devenu peintre à temps complet. Et, comme vous pouvez l’imaginer, loin d’être pour l’artiste une période de loisir et de repos, cette retraite s’est avérée être une carrière à temps plein des plus chargées.

Règne de la beauté, coll. 38, 48 x 60 po

Règne de la beauté, coll. 38, 48 x 60 po

Harrison possède maintenant sa propre galerie à Ottawa, la « Gordon Harrison Canadian Landscape Gallery », et est aussi représenté en galerie à travers le pays, de Québec jusqu’à Victoria. Il publiera sous peu un troisième livre. Il enseigne ou, comme il préfère dire, « guide » des artistes de la relève ou reconnus et, de plus, exploite un gîte touristique, où il offre également des ateliers, dans la demeure préalablement destinée à accueillir sa retraite et celle de son partenaire de vie Phil Emond, le « Pine Point Lake House » du Lac Masson.

Il nous serait, de fait, impossible de rédiger un article au sujet de Gordon Harrison sans faire mention de son partenaire Phil Emond. « Phil est mon agent et galeriste. Il est en grande partie responsable du succès que je connais présentement. Il a fait du très bon travail. Chaque artiste devrait avoir un Phil Emond. » Ainsi, c’est Phil qui a pris la décision d’ouvrir leur propre galerie, et c’est Phil qui a eu l’idée d’une fête champêtre estivale annuelle au cours de laquelle, durant trois jours, ils exposent leurs oeuvres à l’extérieur de leur atelier de New Edinburgh, Ottawa, pour attirer l’attention des passants et piquer leur curiosité. Phil a probablement aussi été l’instigateur des publications littéraires, dont le dernier volume en liste intitulé « Gordon Harrison, I just want to paint – my journey as an artist », sortira bientôt. Le second livre : « Gordon Harrison, The Colours of Canada », est disponible au Musée des beaux-arts du Canada.


Texte de Noel Meyer

Gordon Harrison est représenté par les galeries suivantes : Galerie Perreault, 205 rue Saint Paul, Québec, 418-692-4772; L’Express Gourmand, 31 rue Morin, Sainte-Adèle, 450-229-1915; Les Fougères, 783 Route 105, Chelsea Qc, 819-827-8942; Gordon Harrison Canadian Landscape Gallery, 495 Sussex Drive, Ottawa, 613-746-6853; Petroff Gallery, 1016 Eglington Ave West, Toronto, 416-782-1696; In2Art Gallery, 136 Church St, Oakville, 905-582-6739; Peaks and Rafters Gallery, 162 Medora St., Port Carling, 705-765-6868; Ryan Fine Art Gallery, 3658 Muskoka, Hwy. 118 West, Port  Carling, 705-765-1500; Rouge Gallery, 245 3rd Ave., Unit 200, Saskatoon, 306-955-8882; West End Gallery, 12308 Jasper Ave. NW, Edmonton, 780-488-4892; West End Gallery, 1203 Broad St., Victoria, 250-388-0009.

 

Gordon Harrison a plusieurs cordes à son arc et elles ont toutes contribuées à faire de lui l’un des peintres paysagistes canadiens les…

LIRE +

Hiver 2015

Paris square fleuri, 36 x 42 po

Claude A. Simard (1943-2014)

Atteindre l’intemporel

Grande rencontre

« Il faut savoir prendre son temps, ralentir s’il le faut, suivre son instinct et goûter la sensualité au quotidien. C’est l’essence même de la vérité d’âme en création. Et de sa prolongation à travers les générations. » – Calvin Klein

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Claude-A. Simard est représenté par : Galerie Alan Klinkhoff, Montréal, Québec ; Galerie Perreault, Québec, Québec ; Galerie L’Harmattan, Baie-Saint-Paul, Québec ; Galerie Richard Hevey, Sainte-Adèle, Québec ; Galerie Roberts, Toronto, Ontario ; Galerie Masters, Calgary, Alberta ; Galerie Masters, Vancouver, C.-B. ; Galerie West End, Edmonton, Alberta ; Galerie West End, Victoria, C.-B.

Jamais le décès d’un peintre et professeur universitaire en communication graphique n’aura reçu tel hommage au moyen d’une lettre publiée…

LIRE +
À vos souhaits, huile sur toile, 30 x 36 po

Raymond Quenneville

L’heure dorée

Peindre un pays

« Pour le peintre, le véritable voyage des découvertes ne consiste pas à trouver de nouveaux paysages, mais d’amener le spectateur à voir avec de nouveaux yeux. » – Marcel Proust

Les photographes britanniques et américains l’appellent « Golden Hour » : L’heure dorée. Alors, parlons ici d’une véritable découverte (pour moi) que m’a réservée le peintre Raymond Quenneville. J’adore toujours apprendre des choses qui poussent à la réflexion. D’où le plaisir de vous la livrer en retour.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Raymond Quenneville est représenté par : Fallen Leaf Gallery, 102, Main Street, Canmore, Alberta ; Galerie d’art Céleste, 285, rue Principale, St Sauveur, Québec ; Galerie Michel-Ange, 430, rue Bonsecours, Montréal, Québec ; Galeries Beauchamp, à Québec et à Baie-St-Paul, Québec ; New Masters Gallery, Carmel, California, USA ; Oceanside Art Gallery, 172, Second West ave, Qualicum Beach, B.C.

Les photographes britanniques et américains l’appellent « Golden Hour » : L’heure dorée. Alors, parlons ici d’une véritable découverte…

LIRE +

Automne 2014

MAGAZINART INSPIRATION - HIVER

Scènes hivernales

Quelques inspirations

Nous avons rassemblé quelques tableaux de scènes hivernales pour vous inspirer.

Vous y trouverez quelques contemporains d’ici comme Pauline Paquin , des tableaux du Groupe des Sept, une rare et magnifique scène hivernale de Claude Monet.
Évidemment, il nous est impossible de tout mettre! Nous vous invitons à consulter le tableau complet sur notre page Pinterest ou encore nous proposer des tableaux aux scènes hivernales qui vous ont marqués via notre page Facebook.

Pour plus d’informations sur l’oeuvre, cliquez sur l’image ce qui vous dirigera le tableau Pinterest de Magazin’Art.


Par MissPixels


Nous avons rassemblé quelques tableaux de scènes hivernales pour vous inspirer.

LIRE +
MAGAZINART INSPIRATION - MCNICOLL

Helen McNicoll

Quelques inspirations

Inspirez-vous avec les tableaux de la peintre impressionniste canadienne Helen McNicoll (1879-1915). Attente de surdité depuis l’âge de 2 ans, elle a grandi à Montréal. Elle se rendra aussi en Angleterre où elle étudiera auprès de l’impressionniste britannique Algernon Talmage. Nul doute de son talent à capter la lumière et à transposer les scènes plein-air de manière remarquable.

Détails biographiques sur Helen McNicol via le Musée des Beaux-Arts du Canada 

Pour plus d’informations sur l’oeuvre, cliquez sur l’image ce qui vous dirigera le tableau Pinterest de Magazin’Art.


Par MissPixels


Inspirez-vous avec les tableaux de la peintre impressionniste canadienne Helen McNicoll

Mots clés :
LIRE +

Été 2014

L’artiste devant quelques-unes de ses oeuvres.

Première exposition à Paris>

pour Andrée LaRoche

Les gens qui font l’évènement

L’artiste peintre bien connue dans la région du Bas-du-Fleuve, Andrée LaRoche, revient de Paris où elle exposait cinq de ses tableaux au Parc Floral de Paris, situé au Bois de Vincennes. L’exposition s’est terminée le 9 juin dernier. Seulement 60 artistes peintres et sculpteurs y étaient retenus. Cette exposition est organisée par le Cercle des Artistes de Paris. Un catalogue de l’exposition a été produit pour l’événement.

Depuis 2012, Andrée LaRoche cumule les succès. En 2012, elle participait à un concours international organisé par L’Agora Gallery de New York. Seulement trois canadiens gagnaient ce concours et André était la seule québécoise. Le prix du concours était une exposition dans la grosse pompe, New York étant la porte d’entrée pour l’international. À l’automne 2012, l’artiste peintre ouvrait une des plus belles galeries d’art au Québec, située à Place Ste-Foy. Depuis, trois nouvelles galeries diffusent sont art, soit la Grande Galerie Iris à Baie-St-Paul, la Galerie QuébecArt du Vieux Québec ainsi que la galerie C2 à Trois-Rivières.

Été 2014

L’artiste peintre bien connue dans la région du Bas-du-Fleuve, Andrée LaRoche, revient de Paris où elle exposait…

LIRE +
Galerie_Genest_MAGAZINART_ETE_2014_final.(2)_Page_24_Image_0001

Déjà 5 ans d’existence

pour la Galerie Christine Genest

Les gens qui font l’évènement

La galerie a été fondée en 2009 à Cap-Santé, en bordure du chemin du Roy. Elle compte présentement une vingtaine d’artistes en art visuel. En 2010, la galerie d’art a participé au concours de la MRC Portneuf et rapporté le concours Québécois en entrepreneuriat, création d’entreprise, catégorie commerce. Avec les années l’artiste peintre Christine Genest prend de l’expérience en tant que galeriste. Elle s’entoure naturellement d’artistes aussi passionnés qu’elle. Elle aime les gens et l’achalandage augmente de plus en plus, ce qui la rend très fière. C’est avec gratitude qu’elle remercie le public pour leur fidélité et pour cette confiance témoignée envers la galerie. Elle invite les gens à venir la visiter du mercredi au samedi de 11 h à 16 h et les dimanche de 12 h à 16 h, au 57A, route 138, Cap Santé.

Invitation spéciale à fêter avec elle le 12 juillet, alors que des artistes seront sur place et en même temps il y aura l’exposition de quelques oeuvres de Paul « Tex » Lecor, du 1er au 31 juillet 2014. Du 1er août au 28 septembre se tiendra l’exposition L’érosion de Carmen Lavoie, et du 2 octobre au 30 novembre, l’exposition Regard sur le sacré de Joyce Dubé. Exposition Noël à venir du 3 au 21 décembre.

Été 2014

La galerie a été fondée en 2009 à Cap-Santé, en bordure du chemin du Roy. Elle compte présentement une vingtaine d’artistes en art visuel. En 2010, la galerie d’art…

LIRE +

Hiver 2014

MAGAZINART INSPIRATION - COEUR

Cœurs

Quelques inspirations

Nous avons rassemblé sous un tableau Pinterest, quelques oeuvres d’art dont le coeur est le principal sujet.

Des tableaux, des sculptures, des installations et aussi de l’art de rue. Vous y trouverez quelques oeuvres de Jim Dine, un incontournable lors de la Saint-Valentin! Vous découvrirez aussi des pièces de Kristan Vinzant, Mr. Brainwash, BanksyNiki de Saint Phalle et la magnifique installation de Cooke-Sasseville que l’on peut admirer à Thetford-Mines.
Nous vous souhaitons une journée inspirante !


Par MissPixels


Nous avons rassemblé sous un tableau Pinterest, quelques oeuvres d’art dont le coeur est le principal sujet…

LIRE +
Dreamscape (Ancestor series), conté, 58,5 x 39 po, 1975

Capteur d’âmes

L’art de John Gould

L’art du dessin

Les grandes oeuvres d’art dégagent une forte présence. Elles ont un impact visuel indéniable. Elles attirent le regard et le retient, en partie grâce au style adopté par l’artiste, en partie par leur sujet. 

L’artiste canadien John Gould (1929- 2010) est reconnu surtout pour la constante haute qualité de ses fascinants dessins, sa technique de choix. « Les techniques de peinture et de sculpture sont plus ardues et tellement moins directes, » écrit-il dans John Gould Journals , 1996. « Le matériel requis est encombrant et complexe, et parfois complique le travail. Y mettre autant d’efforts est évidemment noble, mais votre lancée s’en trouve ralentie. Voilà pourquoi j’ai dessiné toute ma vie ! Il n’y a que moi et le papier. Tracer la première ligne sur ce papier active instantanément cerveau et muscles. Dessiner se fait en temps réel. »

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte par John Norris
Les photos sont une gracieuseté de la Roberts Gallery

Les grandes oeuvres d’art dégagent une forte présence. Elles ont un impact visuel indéniable…

LIRE +

Automne 2013

Chaud Saguenay, huile, 36 x 48 po.

Michel Mecteau

Éclat des teintes et formes galbées

À découvrir

Homme de peu de mots, Michel Mecteau n’en a pas moins beaucoup à dire avec ses pinceaux, à l’aide desquels il révèle un univers formé essentiellement de couleurs fulgurantes et d’arabesques gracieuses.

Devant une toile, la verve créatrice de l’artiste devient quasi intarissable, alimentée par un regard captant sans cesse tout ce qui l’entoure en termes de sujets et de valeurs. Bien qu’ils soient figuratifs, ses paysages s’inscrivent  dans une atmosphère aux accents enchantés dont la palette vibrante va au-delà du réel et la composition généreuse aux courbes omniprésentes fait allègrement valser l’œil. Les maisonnettes caractéristiques des petits villages du Québec s’y enfilent en un long collier coloré, bordant un sentier sinueux où se découpent de part et d’autre des montagnes aux flancs imposants.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte de Lisanne Le Tellier

Homme de peu de mots, Michel Mecteau n’en a pas moins beaucoup à dire avec ses pinceaux, à l’aide desquels il révèle un univers…

LIRE +
Poupées Reborn, Solange Ouellet

Solange Ouellet

aux Journées portes ouvertes à la Galerie Berick

Les gens qui font l’évènement

Pour une première fois, Solange Ouellet, reborneuse, arrivera avec sa nursery de Bouts D’choux… ses adorables bébés « reborn ».

Ayant toujours été passionnée de poupées et de bébés de toutes sortes, Solange Ouellet est peintre et artiste à ses heures. Elle s’est mise à la création de ses propres bébés. Elle a développé des méthodes spécifiques pour rendre ses créations encore plus uniques et vraisemblables, telles qu’incorporer des petits moteurs et des mécanismes imitant les battements d’un petit coeur ou enregistrer sur un mini magnétophone les pleurs et/ou les rires d’un poupon. Ses clients sont des gens tout aussi passionnés qu’elle. L’artiste compare son travail à celui des peintres d’autrefois qui réalisaient les portraits de toute une famille, ou encore aux photographies qui immortalisent les visages.

Lors des journées portes ouvertes à la Galerie Berik, qui auront lieu les 9 et 10 novembre, de 11 h à 17 h, vous pourrez assister en direct à la naissance d’une magnifique poupée « bébé naissant » de Solange Ouellet. Trois autres artistes y feront une démonstration de leur passion pour l’art visuel, à leur façon : Louise CodèRe, artiste peintre, partagera un moment avec vous en démontrant la création d’une oeuvre sur verre utilisant l’huile comme médium ; Johanne Ouellet, qui se perfectionne avec les coqs, aura une touche spéciale pour cette crête de coq toute particulière, de toutes les couleurs ; Michelle Dozois, auteur et artiste multidisciplinaire, créera des bijoux autochtones et proposera ses créations toutes en mots.

Automne 2013

Pour une première fois, Solange Ouellet, reborneuse, arrivera avec sa nursery de Bouts D’choux…

LIRE +

Printemps 2014

Joe Jbeily

Joe Jbeily

réveille le bois et le réincarne en bronze

Clin d’oeil

Il y du nouveau à Montréal. De l’audace et du talent qui font écarquiller d’émerveillement les yeux des passants, freiner brusquement les autos et saupoudrer d’exotisme l’angle des rues Sherbrooke et Saint-Laurent. En effet, depuis le 19 novembre 2013, une sirène géante nommée Baladi, une imposante et majestueuse sculpture de cinq mètres envoute tous ceux et celles qui la croisent. Conçue et réalisée par le sculpteur montréalais Joe Jbeily, elle se déploie en bois de cèdre orangé et ensoleillé. Voluptueusement, elle laisse tan-guer autour d’elle son voile en câbles d’acier, un signe distinctif du travail de l’artiste. Ins-tallée devant les locaux de l’Agence de communication et de branding TM, dont Jbeily est le fondateur et président, elle a préludé l’inauguration de la galerie d’art du sculpteur, Galerie 65, où Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Source : Agence TM

sculpture.joejbeily.com

Il y du nouveau à Montréal. De l’audace et du talent qui font écarquiller d’émerveillement les yeux des passants, freiner…

LIRE +
Marc St-Jean

Marc St-Jean

Convivialité et joie de vivre

Visite dʼatelier

Face à un défi, Marc St-Jean se lance intensément et sans réserve dans l’aventure, jusqu’à obtenir satisfaction. Sous son air sobre et son calme apparent se love une énergie débordante qui exulte lorsque vouée à un but précis. Économiste de formation, la pre-mière moitié de sa vie se passe dans le milieu de la finance, une sphère d’activités plutôt aride, cérébrale et analytique où la créativité n’a que bien peu de place. Sérieux et responsable, il préfère commencer par sécuriser ses assises avant d’oser plonger dans le vertige d’un monde qui, tel un précipice bordant une haute falaise, l’attire quasi magnétiquement en même temps qu’il craint d’y basculer. Ainsi, aussitôt qu’il est en mesure de se consacrer exclusive-ment à la peinture, son envie de s’exprimer explose en autant de couleurs qu’il porte en lui de passion retenue. Cette nouvelle plage de liberté l’enchante et il produit d’abord frénétiquement afin d’alimenter les multiples galeries qui exposent son travail et de répondre aux nombreuses commandes des amateurs d’art. Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Lisanne LeTellier

On trouve les œuvres de Marc St-Jean à la galerie Médius du marché Bonsecours à Montréal, à la galerie dʼart du Château Bromont ainsi quʼà la galerie Quatre Saisons de Québec.

 

Face à un défi, Marc St-Jean se lance intensément et sans réserve dans l’aventure, jusqu’à obtenir satisfaction. Sous son air sobre…

LIRE +