Moulin La Lorraine
Magazin'Art

Été 2016

MAGAZINART EDITORIEL ETE2016

Emporté par ses coups de cœur ou comment rassembler une collection ?

Michel Bois

D’entrée de jeu, selon la maison Artprice, chef de file de l’information sur le marché de l’art, la peinture, la sculpture, la gravure, la photographie, bref l’ensemble des disciplines des arts visuels serait au pinacle des ventes actuellement. L’art serait de plus en plus accessible à toutes les bourses, tout en s’avérant plus rentable à la revente qu’un placement bancaire.

Règles à suivre :
Fréquenter les galeries d’art et les musées, lire les magazines spécia-lisés, vérifier la cote de l’artiste et sa progression depuis les cinq der-nières années, situer l’actualité de sa démarche par rapport à celles de ses pairs, enfin scruter le réseau des collections où l’on retrouve les œuvres du créateur. Des œuvres sur papier ou de petit format sous la barre des 400 $ faciliteront vos premiers achats. Une petite somme d’argent retenue à tous les mois sur votre budget, vous per-mettra de donner libre cours à l’acquisition de vos coups de cœur au moment venu. Cela dit, c’est au contact de vos œuvres que vous découvrirez le genre ou la tendance qui vous plaît davantage. Alors peut-être déciderez-vous de sérieusement bonifier votre collection en passant à un ordre de prix supérieur pour vos achats. Dès lors, vous vous questionnerez en ce qui a trait à la visibilité de l’artiste, sa renommée, son dynamisme, à son parcours, aux prix et distinctions reçus, puis s’il fait partie de collections privées et publiques d’ici comme à l’étranger, ce qui lui fera une cote internationale. Si tel est le cas, va sans dire que la valeur des œuvres ne cessera d’augmenter avec le passage du temps. D’ailleurs vaut mieux choisir des objets d’art qui vous font vibrer sans quoi vous vous en débarrasserez à court terme.

Meilleur qu’un régime enregistré d’épargne retraite ? Oui, car la valeur d’une œuvre ne diminue jamais. Le rendement demeure largement plus profitable. Anecdote : une œuvre payée 450 $ au début des années 1990, œuvre d’une artiste émergeante mais qui a su faire fructifier sa carrière : prix, bourses, collections muséales, œuvres publiques, etc. Cette même œuvre s’est retrouvée en 2010 au sein des acquisitions de la collection d’un musée régional qui a évalué l’objet à 3 600 $. Parlons du coup de cœur d’un collection-neur avisé, quoi ! Sur ce, au plaisir de vous rencontrer sur les routes de l’art et de l’été !