Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art

Hiver 2018

Annie Conceicao-Rivet

Annie Conceicao-Rivet

artiste multidisciplinaire


Du 4 avril au 3 juin 2018, le Centre d’art Diane-Dufresne invite à la découverte d’Annie Conceicao-Rivet, une artiste multidisciplinaire qui s’intéresse à la trace laissée par le corps humain dans son utilisation d’un objet placé au recyclage. La rencontre des masses : études et prototypes comprend des sculptures, des aquarelles, des collages et des dessins. Une exposition à ne pas manquer!

Se réapproprier la matière résiduelle comme matériau de production artistique

Plusieurs œuvres présentées dans cette exposition ont été produites dans le cadre d’une résidence d’artiste effectuée en Finlande, en 2012. Une série d’autres œuvres réalisées par la suite, en atelier, à Montréal, viennent compléter la collection où deux grands principes sont à la base des expérimentations : l’empreinte et la matière résiduelle à son sens large, comme matière rejetée lors de la production artistique. L’exposition s’inscrit ainsi dans une démarche de réappropriation de cette matière résiduelle, matière de création et de consommation, en tant que matériau de production artistique.

©Annie Conceicao-Rivet

Au moyen de procédés d’empreinte simples (pochoir, tracé de contours, ombre chinoise ou frottis), l’artiste cherche à saisir les modifications géométriques, ainsi que les propriétés du matériau de fabrication de l’objet récupéré. La présence du corps est aussi fondamentale dans la pratique d’Annie Conceicao-Rivet. En performance, il est un matériau peint ou transformé par l’ajout de prothèses artisanales, prêt à se mouvoir devant public ou à être analysé et montré partiellement par l’entremise de la caméra. Ce corps de la performance est aussi morcelé, car moulé en partie, devenant ainsi la base d’une production sculpturale anthropomorphique.

©Annie Conceicao-Rivet

Active depuis 2003 dans le milieu des arts visuels, l’artiste originaire de Lanaudière détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle est également récipiendaire de nombreuses bourses dans le domaine : bourse en recherche-création du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en 2010, bourse de l’atelier-résidence du CALQ en Finlande, en 2012, deux bourses de la SODEC, en 2013 et 2016. Depuis 2008, elle travaille auprès des étudiants de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM et elle enseigne les arts visuels au collégial.

Le Centre d’art Diane-Dufresne est le seul centre de diffusion en arts visuels et en métiers d’art en importance de la région du sud de Lanaudière. Il propose de découvrir les expositions en cours à travers des visites commentées et dirigées par un guide spécialisé.


Horaire régulier :

Mercredi au vendredi : 13 h à 17 h  |  Samedi et dimanche : 10 h à 17 h
Entrée libre


Le Centre d’art Diane-Dufresne est situé au 11, allée de la Création, Repentigny, QC  J6A 0C2.

 

La rencontre des masses : études et prototypes comprend des sculptures, des aquarelles, des collages et des dessins.

La chaloupe, 14 x 20 po

Jacques Jourdain

L’un des derniers peintres romantiques

Peindre un pays

« L’œuvre d’art est un arrêt du temps » – Bonnard

Impossible de retrouver un parcours artistique aussi unique en notre époque si compliquée où le créateur doit plaire à sa mère, à son père, aux collectionneurs, au journaliste du canard local comme aux gens du ministère de la culture. OUF ! Aussi Jacques Jourdain, 86 ans, serait peut-être le dernier artiste romantique de toute une époque en ce qui a trait au domaine des arts visuels.

Né en 1931 à Trois-Rivières et diplômé de l’École de Beaux-Arts de Québec en 1956, il a été l’étudiant « chouchou » de Jean Paul Lemieux qui lui a prodigué l’essence de l’art et ses meilleurs conseils. D’abord, ceux pour l’encourager à poursuivre sa création. Puis ceux afin de parfaire sa démarche toute personnelle tout en l’avisant des embûches, des modes éphémères et du « tortueux » marché de l’art.

Ohé ohé au sucre, 32 x 48 po

Ohé ohé au sucre, 32 x 48 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Jacques Jourdain est représenté par Galerie Douce Passion
42 A, rue Notre-Dame, Québec. 418-648-9292

« L’œuvre d’art est un arrêt du temps » – Bonnard…

Bouleaux 50, 30 x 48 po

Chantal Malek

Forger sa bonne étoile

Grande Rencontre

Quand Chantal Malek a quelque chose en tête, rien ne peut l’arrêter sur sa lancée. Une fois sa cible fixée, cette étincelante comète catalyse ses efforts vers l’accomplissement de son rêve et surmonte avec aplomb tout ce qui obstrue sa course.

Partant toujours d’une vision claire ancrée dans son instinct, ses désirs se matérialisent les uns après les autres grâce à son audace et sa détermination, arrimées à un tempérament d’entrepreneure. « Chaque fois que j’ai un plan, il se réalise car mes choix sont planifiés à long terme. Il faut croire en ses capacités et savoir aller chercher ce qu’on veut sans attendre après personne, en allant jusqu’au bout de ses idées, » dit-elle avec foi. Elle fait ainsi confiance à la vie en ayant la ferme conviction que tout est accessible et ce principe lui permet d’avancer sans jamais se laisser démonter.

Abstraction 62, 48 x 24 po

Abstraction 62, 48 x 24 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier

Les œuvres de Chantal Malek se retrouvent à la galerie Céleste, au 285, rue Principale à Saint-Sauveur, à la galerie Vigneault de Repentigny ainsi qu’à la galerie Les plumes de Beyrouth, au Liban.

Quand Chantal Malek a quelque chose en tête, rien ne peut l’arrêter…

La wéture à patates, 12 x 16 po

Tex Lecor (1933-2017)

Salut Tex ! L’frère de tous.

En mémoire

« Le véritable artiste est celui qui a le sentiment de la vie, qui jouit de toutes choses, qui obéit à l’inspiration sans la raisonner, et qui aime tout ce qui est beau sans faire de catégories. » – George Sand (1846)

L’artiste aux multiples talents – peintre d’exception d’une humanité immense, animateur à la radio et à la télé, humoriste et chansonnier – a rendu l’âme le 9 septembre dernier, 2017, à l’âge de 84 ans. Tex Lecor, de son vrai nom Henri-Paul-Cyrille Lecorre, est né le 10 juin 1933 à Saint-Michel-de-Wentworth dans les Laurentides québécoises.

Il était l’aîné d’une famille de trois enfants. Chansonnier personnifiant un coureur des bois, un authentique « lumberjack », il a su se faire aimer d’un très large public tant par la chanson que par l’animation d’une incontournable émission télévisée, et ce durant plusieurs années. Tex aura été à la tête d’une émission humoristique qui révolutionna le « ronron » des stations de radio montréalaise. Peintre d’abord et avant toute-chose, fort du succès de sa carrière parallèle dans les médias radio et télé, il dira que toute cette énergie humaine et pécuniaire lui aura fourni l’aplomb de vivre (monétairement) sans soucis l’aventure de la peinture. Tex ? La « légende » veut, que l’homme engagé sur des chantiers forestier portait une ceinture sur laquelle était écrit le mot Texas. D’où le diminutif affectueux affublé par les gars lui collant parfaitement à la peau.

Tex dans son atelier

Tex dans son atelier

Nos chemins se croisent…
J’ai eu le très grand plaisir et privilège de rencontrer, à l’automne 2010, ce géant de l’art et de l’âme en son atelier de Terrebonne. J’étais très impressionné. Or, ce fut un accueil mémorable. La chienne Marguerite, si apaisante. Le « Salut mon ti-frère ! » et le « Criss j’t’aime déjà. Juste à te voir, je sais qui tu es… » Ajoutez la valse des œuvres sublimes sur les murs. L’odeur de l’huile. Et ce géant me ramassant le squelette dans sa main immense, offerte pour une rencontre inoubliable. Une assignation de Jacques Latulippe, mon défunt patron, qui aura su me permettre de rencontrer les plus grands, tant et tant de fois.

Du rire aux larmes, 14 x 11 po

Du rire aux larmes, 14 x 11 po

Ayotte, concierge et mentor
Adolescent, il se retrouve chez les Clercs de Saint-Viateur où le concierge de l’école était nul autre que Léo Ayotte, le prestigieux peintre. Sans trop savoir pourquoi, ni comment, Lecor a été happé de plein fouet au cœur par la personnalité d’Ayotte. La fascination du jeune Tex le poussera à se rendre dans l’atelier d’Ayotte en cachette pour le regarder peindre, selon la confidence de Lecor. Anecdote, lorsque j’ai fait un texte sur Ayotte en le qualifiant de « grand-maître », j’ai reçu un coup fil de notre homme pour me dire toute sa joie de lire ce qu’il n’avait jamais lu ni entendu auparavant sur Ayotte. Et que le titre lui était redevable depuis longtemps. Voilà succinctement qui était Tex Lecor : un homme très sensible et à part entière, un amoureux de la vie capable de le traduire par l’art, et malgré ses racines modestes, n’ayant jamais oublié et plein de gratitude envers ceux qui l’auront aidé à développer son plein potentiel à une période tumultueuse où il jouait les « détestables » par ses hilarantes facéties en repoussant les limites de la crédibilité sociale des bien-pensants de l’époque, voire même à bringuebaler les valeurs de la société et de sa vie.

Maman et sa progéniture, 18 x 14 po

Maman et sa progéniture, 18 x 14 po

C’est en 1951 qu’il part faire des études vers Montréal à l’École des Beaux-Arts. Tex a 18 ans. Il en a marre des petits boulots. Il est prêt à vivre l’expérience de l’art ; seule chose qu’il sait faire, dira-t-il. Les Jacques de Tonnancour, Jean Simard et Cosgrove auront su transmette chez lui la passion de la peinture. Mais dans le contexte de ces années de vaches maigres, Tex vivra absolument et résolument dans l’insécurité financière et la bohême. Les dessins pour les touristes se ramassent à la pelle. Puis viendra cette opportunité de travailler sur de petits caboteurs en Gaspésie. Voilà comment est apparue l’imagerie singulière du peintre à cette époque !

Mon saumon, rivière Grande-Cascapédia, 24 x 20 po

Mon saumon, rivière Grande-Cascapédia, 24 x 20 po

Son art inoubliable
Il est le peintre des scènes de la vie courante et des paysages qu’il a traversés. Il est amoureux des gens. Tout ce qui ramène le spectateur au terroir en fait. Au point tel que tout ce qui le touche et l’impressionne devient prétexte pour dire sur la toile. Sa grande qualité : trouver l’âme de ses sujets. Un savoir-faire peaufiné dès l’âge de onze ans auprès du caricaturiste de La Presse, Marcel Lanctôt, qui passait ses vacances dans le « nord » chez la famille Lecorre. Il sait capter l’essentiel afin de composer une truculente galerie de personnages rencontrés tout au long des routes. Tout est vrai dans les tableaux de Lecor, mais avec un peu plus de charme et de poésie. Parlons ici d’une idée que se fait le peintre du bonheur, qu’il nous présente chaud, humain, vibrant de couleur et fouillé de détails savoureux, généreux.

Tex, Louise et Jean-Claude, 24 x 36 po

Tex, Louise et Jean-Claude, 24 x 36 po

« De la Gaspésie aux Îles de la Madeleine en passant par les Maritimes et le Grand-Nord, j’aime à dire l’immensité de l’eau, de la terre et de la nature. J’aime les personnages qui travaillent de leurs mains. J’aime peindre les aînés qui ont tant à dire tout en sagesse. Voilà pourquoi mes personnages ont de grosses mains. Celles qui ont connu le labeur de la survie, » confie Tex Lecor. Fils d’une mère amérindienne et d’un père d’origine bretonne, Paul-Tex Lecor nous aura montré l’inconnu d’une nature si riche et de gens qu’il nous enjoint de comprendre et d’aimer comme des membres de notre propre famille. Merci pour tout ti-frère ! Mission accomplie !


Texte de Michel Bois

Le véritable artiste est celui qui a le sentiment de la vie…

Le vieux pont, 24 x 12 po

Yves Doré

Fantaisie illustrative

Profil d’artiste

Avec ses lignes simples et ses coloris pimpants, l’art d’Yves Doré vient nous décrocher un sourire. Ses sujets bien de chez nous évoquent des souvenirs de temps plus simples et trahissent le sens de l’humour de l’artiste. Un esprit vif et fantaisiste, un style illustratif et une approche graphiste composent la signature visuelle d’Yves Doré.

Né à Montréal en 1942, l’artiste crayonne depuis son plus jeune âge. « Le crayon est rapidement devenu mon meilleur ami. » Sans visées artistiques professionnelles, il s’adonne à son passe-temps par pur plaisir. Son père remarque son talent et lui propose des cours en arts graphiques et en dessin industriel. Il se plaira dans ces fonctions et grimpera rapidement les échelons du monde de la publicité. Il deviendra directeur artistique et travaillera avec de nombreux clients d’envergure. En cette ère pré-ordinateur, le travail est laborieux et les semaines de travail sont chargées. Yves Doré peint occasionellement dans ses temps libres mais ceux-ci sont limités. De la conception à l’exécution, sa carrière de graphisme laissera une marque profonde dans sa façon de s’exprimer. Aujourd’hui retraité depuis cinq ans, il est devenu son propre client et s’octroie mandat et objectifs pour ses propres projets.

1408, rue St-Paul

1408, rue St-Paul

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Isabelle Gauthier

Représenté à la Galerie Robert Senneville, Sherbrooke

Avec ses lignes simples et ses coloris pimpants, l’art d’Yves Doré…

Rest area

Sandra Veillette

Soupir de forêt

Formes volume et espace

Tels de petits écrins précieux, l’art délicat de Sandra Veillette capture l’éphémère beauté de la nature. Recueillies avec émotion et assemblées avec sensibilité, ces œuvres organiques uniques sont montées sur des aimants, permettant de les exposer de façon originale et modulable.

Dès son enfance en Abitibi, Sandra Veillette côtoie une nature immense. Celle des cartes postales du Canada : la forêt, les cieux, la faune. Élevée par ses grands-parents, elle accompagne son grand-père, homme de nature, à la pêche et fait de la motoneige sous la pleine lune. Le silence et la lenteur l’obligent à apprendre l’observation. Elle collectionne déjà des pierres et boutons de fleurs séchées. À l’âge de onze ans elle déménage à Montréal et entre au pensionnat. Sous la guidance des religieuses, elle touche à diverses formes d’art appliqué : poterie, émail, fusain. Elle se défend bien en dessin et considère brièvement le dessin de mode.

Petit plaisir

Petit plaisir

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Isabelle Gauthier

Représentée chez :
Galerie Québec Art (exclusivité pour Québec)
Balcon d’Art, Saint-Lambert
Musée Colby-Curtis, Stanstead

Tels de petits écrins précieux, l’art délicat de Sandra Veillette…

Chaises II

Debby Talbot

La relativité de l’image

À découvrir

À l’ère du culte de l’image où les représentations du réel sont constamment revampées, qu’est-ce qui est vrai dans ce qu’on voit ? Peut-être est-ce l’influence de son métier de graphiste spécialisée dans les emballages qui a fait germer la réflexion de Debby Talbot sur le rapport très personnel que chacun entretient avec la beauté et la séduction.

Toujours est-il qu’on peut se demander si l’humain n’est pas devenu lui aussi un produit de consommation à mettre en valeur. Partout, les photos pullulent, enjôleuses voire trompeuses, en une luxuriance infinie et tentaculaire. Retouchées, améliorées ou modifiées, elles présentent des êtres toujours à leur meilleur en un diaporama qui ne connaît pas de ratées, comme si la vie n’était que perfection. C’est ce postulat visuel que questionne Debby Talbot dans sa démarche artistique, en poussant le regard au-delà de la première impression pour ne pas qu’il s’arrête à ce qui est capté lors d’un balayage sommaire de tout ce qui lui saute dessus. Dans cet univers de la fabrication du look où plusieurs ressentent le besoin de s’exposer pour exister, qu’en est-il de la dimension insaisissable de la beauté qui ne relève pas d’un conditionnement social prédéfini ? Pourquoi se conformer aux dictats de l’esthétisme moderne ?

Eliane

Eliane

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne le Tellier

Debby Talbot est représentée à la Galerie du Vieux Saint-Jean, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

À l’ère du culte de l’image où les représentations du réel sont…

L'extérieur de la galerie

Galerie Le Chien d’Or

La belle histoire !

Portrait de Galerie

« L’œuvre surgit dans son temps et de son temps, mais ce n’est qu’une fois présentée en public qu’elle devient œuvre d’art par ce qui échappe au temps. » – André Malraux

Institution de renommée faisant partie du patrimoine culturel de Québec s’il en est une, située rue du Fort, juste en face du Château Frontenac, la Galerie Le Chien d’Or traverse les époques en bonifiant sa mission par la croissante qualité des œuvres présentées au gré des multiples propriétaires qui s’y sont succédés. 

Johanne Thomassin, l’actuelle propriétaire, aura racheté le nom de la galerie à Anne Lemieux, la fille du peintre Jean Lemieux (1946-2011). Forte d’expériences diverses à travers le marché de l’art, la dame, également peintre de grand talent, relève le défi avec brio !

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Michel Bois

Galerie Le Chien d’Or, Johanne Thomassin, artiste propriétaire – 8, rue du Fort, Québec (Qc)

www.chiendor.com

418 694-9949

« L’œuvre surgit dans son temps et de son temps, mais…

Magazinart ur le radar centre-du-quebec

Six artistes de la région

du Centre-du-Québec

Sur le radar

Pour la mouture du numéro de l’hiver, six artistes professionnels de la région du centre-du-Québec. Fanas de l’art, chers lecteurs, artistes, collectionneurs, galeristes, journalistes, à vous de découvrir maintenant. Pour le numéro du printemps, nous serons dans Lanaudière. Afin d’en savoir davantage ou pour vous inscrire, on s’informe auprès de madame Odette Moreau au 1-800-641-9552


Douce nuit, huile sur toile, 24 x 36 po, 2017

Douce nuit, huile sur toile, 24 x 36 po, 2017

Denise Hubert

« Dans chaque enfant, il y a un artiste. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant. » – Pablo Picasso

« Peintre de l’âme ». Quelle belle expression pour décrire les œuvres de cette artiste ! Sensibilité et parfois humour peuvent aussi faire partie du vocabulaire descriptif de ses tableaux.

Denise Hubert s’inspire de la nature, de son environnement pour réaliser méticuleusement ses œuvres. Elle puise parfois dans ses souvenirs des brides du passé qu’elle tisse comme une fine dentelle sur sa toile. Une strophe de poème, une musique peuvent l’inspirer. L’œuvre picturale est de facture naïve. Au fond, elle crée une vision personnelle et plutôt bucolique du monde.

Professionnelle du pinceau, elle troque parfois celui-ci pour la plume, couchant sur papier quelque prose ou poésie qui rejoint les pages de livres d’artistes ou tout simplement décore les corridors de l’hôtel de ville de son patelin. La création repose au bout  des doigts de cette  artiste dont  l’imaginaire l’amène à des expositions nationales et internationales.

MB

Courriel : denhubert@yahoo.ca


Manitou, bronze patiné, 26 cm de diamètre x 46 cm de haut, 2013

Manitou, bronze patiné, 26 cm de diamètre x 46 cm de haut, 2013

Jacques Malo

« Mes œuvres sont réalisées avec l’intention particulière d’explorer l’espace par l’étude des relations entre les lignes et les formes. Cela de manière très exploratoire, mais à la recherche de nouveaux horizons venant définir et inscrire le style de ma personnalité. J’affectionne particulièrement les techniques de modelage et de moulage des matériaux qui apportent la pérennité de mes œuvres à travers le temps. Le bronze, l’aluminium ainsi que les résines sont mes matériaux de prédilection. »

Il est clair que l’homme aime le jeu des lumières reflétées par la patine de la matière. Pour lui, il s’agit d’un prolongement des œuvres installées à l’extérieur. D’ailleurs, à ce sujet, le sculpteur est un véritable spécialiste d’intégration de l’art à l’environnement. Ses réalisations se font nombreuses et heureuses. Bref, voici un cheminement tout à fait authentique, sans compromis aucun, et d’une expression de qualité, savoureuse.

MB

Courriel : malojacques00@gmail.com

Site web : jacquesmalo.com


Vibrer au son de la musique, techniques mixtes, 30 x 30 po, 2016.

Vibrer au son de la musique, techniques mixtes, 30 x 30 po, 2016.

Karolle Grondin

L’imagerie est résolument abstraite et atmosphérique malgré le corps de l’image truffé d’objets, de personnages et de paysages urbains plus évoqués que représentés. La peintre procède par les effets de transparences, de textures, d’ombres et de lumières pour faire émerger divers aspects du contenu de l’œuvre. Pareille à l’artiste guidée par son intuition lors du processus de création, dans sa lecture, le spectateur effectuera le même parcours qu’il saura projeter de manière singulière : selon ses émotions, ses souvenirs, son vécu et ses visions les plus personnelles si avisées. Voici une peintre à la pratique vraie doublée d’une poésie généreuse.

MB

Courriel : karog65@icloud.com

Page Facebook : www.facebook.com/karollegrondinartiste


Hommage au silence, huile sur toile, 20 x 10 po, 2013

Hommage au silence, huile sur toile, 20 x 10 po, 2013

Lise Champagne

Cette démarche s’inscrit dans une approche singulière où l’huile, les textures et les collages s’allient pour faire émerger la mixité des formes. « Sur un support fortement apprêté, j’applique les couleurs de façon aléatoire. Je laisse les formes émerger, s’imposer et je les mets en valeur. L’insertion de déchirures de partitions musicales anciennes permet à la musique de prendre vie dans le tableau. Ces matériaux, qui suggèrent le morcellement, animent ma volonté de réunifier, de reconstruire des univers en symbiose », explique l’artiste. Elle ajoute : « Je jongle avec la transparence et la superposition, je traite l’ensemble de manière à créer des combinaisons de lectures inattendues. » En effet la musique semble y inspirer les couleurs tout en venant donner un rythme aux formes et autres amalgames en une grandiose symphonie. Image intemporelle proche de la dissolution des songes voici une création invitant à l’émerveillement.

MB

Courriel : lch@sogetel.net

Site web : www.centrart.qc.ca/artistes/artvisuel/lchampagne/ecran.html


Éric Maheux, huile sur toile, 48 x 30 po, 2017

Éric Maheux, huile sur toile, 48 x 30 po, 2017

Nancy Desrosiers

Wow ! Les portraits de Nancy Desrosiers dépassent l’entendement. Quelle précision dans le geste. Quelle finesse à transmettre l’émotion. Quelles lumières permettant la révélation de la personne. Autodidacte, elle dessine depuis la tendre enfance avec des crayons au plomb. Puis lui est venu l’envie de créer ses portraits en couleur. « Alors je me suis tournée vers la peinture à l’huile. J’ai suivi un cours de quelques  jours pour apprendre comment travailler avec les couleurs sans aucun succès. Donc un soir, chez moi, je me suis assise devant mon chevalet, j’ai pris mes pinceaux et sans technique  particulière  j’ai donné vie à mes dessins » nous confie l’artiste. Depuis, les amis, les collègues au travail, et les membres de sa famille en complète admiration, lui ont passé de petites commandes. Puis vinrent le gens d’un très large public. Les ambiances et les émotions, voilà ce qui l’inspire avec brio. Un nom et une adresse à retenir absolument.

MB

Nancy Desrosiers : 819-758-3386

Courriel: nannerland@gmail.com

Site internet: www.nannerland.com


Brume de nuit, acrylique, 30 x 30 po, 2017

Brume de nuit, acrylique, 30 x 30 po, 2017

Sylvia Audet, SCA

Toute l’enfance de la peintre a baignée dans les paysages d’eau, de forêts et de montagnes au Lac-Mégantic. Voilà pourquoi aujourd’hui dans ses toiles, la nature lui  propose des sujets sans limite. « La faune, la Aore, la nature ont toujours été au cœur de mes préoccupations. En effet, je suis influencée par l’environne­ment  naturel dans lequel l’eau et ses vapeurs, qu’elles soient brume, glace, neige ou nuages, imprègnent le contenu de mes tableaux », nous dit Syvia Audet. Elle a la conviction profonde que l’humain a un besoin fondamental et vital de cette nature pour sa survie. Pour ma part j’y vois une sorte de vivier duquel émane le sentiment d’une nature d’avant la présence de l’homme. Une forme de vie échappant à notre époque en mal de temps.

Études à l’école des Beaux-Arts de Montréal, puis enseignement en pédagogie artistique à l’École des Arts Visuels de l’Université Laval, Sylvia Audet se consacre  maintenant à temps plein à l’expression de son art. Une artiste à suivre.

MB

Galerie: Galerie Taillon-Carpe Diem, Magog

Courriel: sylvia.audet@hotmail.com

Site web: sylviaaudet-artistepeintre.com


 

Vous désirez proposer votre région ?

Contactez-nous !

Pour la mouture du numéro de l’hiver, six artistes professionnels…

Livres art hiver 2018

Livres

à découvrir


Réjeanne Lizotte

Réjeanne Lizotte – L’espace intérieur

Peintre d’abstraction, Réjeanne Lizotte (1947-2014) a laissé une œuvre peinte, dessinée et gravée qui s’étend sur une quarantaine d’années. Fascinée par le rythme, qu’il soit visuel, sonore ou émotionnel, elle en a fait son principal sujet d’étude, allant des biorythmes aux rythmes de la nature, mais s’attardant surtout aux rythmes du jazz et à ceux des grandes villes qui forment le corpus principal de sa production. Nomade, elle a scandé sa vie en « enjambées d’océan » pour aller voir ailleurs si elle y était et si les autres y sont, que ce soit au Pérou ou au Japon, à Paris ou à New York, comme à Toronto et Vancouver. Désireuse de « témoigner de sa vie », elle a conçu son œuvre comme un « journal de bord ». C’est dans cet espace intérieur que vous êtes conviés avec ce livre d’art qui retrace le parcours de l’artiste.

Auteur : Richard Foisy

Éditeur : Groupe Fides

Ouvrage de 280 pages

Prix : 44,95 $


Frida Kahlo

Moi, c’est Frida Kahlo

Après le succès de Frida, c’est moi paru à l’automne 2016, nous retrouvons ici notre petite héroïne qui, à travers ses yeux et ses mots, nous raconte d’autres épisodes marquants de sa vie : sa rencontre avec le peintre Diego Rivera, leur amour, leur mariage, leurs voyages de Cuernava à Paris en passant par New York et San Francisco, son attachement aux racines de son pays natal, son divorce et son chagrin, et l’importance bien sûr de la peinture dans sa vie. Tous les événements qui ont tissé le destin de cette artiste culte et en ont largement inspiré l’œuvre.

Auteure : Sophie Faucher

Illustrations : Cara Carmina

Éditeur : Édito jeunesse – Gallimard Limitée

Ouvrage de 40 pages

Prix : 19,95 $


James Wilson Morrice

James Wilson Morrice. Une collection offerte par A.K. Prakash à la nation canadienne !

On parle de don unique. Je préfère parler de véritable trésor. En fait cette donation est si remarquable que les critiques ont pu dire de Morrice qu’il était dès 1909, le plus grand peintre nord-américain présent sur la scène internationale. James Wilson Morrice (1865-1924) savait sublimer l’intemporel de la vie à travers le quotidien des gens aux marchés, aux cafés et dans le plaisir convivial des parcs. À l’affiche jusqu’au 18 mars 2018 au Musée des beaux-arts du Canada, James Wilson Morrice. Une collection offerte par A.K. Prakash, démontre la passion d’un fervent collectionneur à établir sa collection sur près de quarante ans. 49 tableaux et aquarelles de cette  collection viennent souligner le 150e anniversaire de la naissance du  peintre. À noter, ce sublime ouvrage : Morrice. The A.K. Prakash, Collection pour la nation canadienne. Ce catalogue exhaustif sur la création de Morrice, se démarque par la qualité du propos et des illustrations. Un must.

On s’informe au www.figure1pub.com pour se procurer ce document d’exception.

Auteur : Katerina Atanassova et al.

Éditeur : Figure 1 publishing

Ouvrage de 240 pages


Briser le mur du silence

Briser les murs du silence – Line Blouin

Sous le titre Briser les murs du silence, Line Blouin, photographe de la condition humaine et féminine, poète et artiste peintre, nous présente son premier recueil de poésie et d’arts visuels aux Éditions mp  tresart. Il s’agit d’un livre aux propos éminemment personnels, rassemblant 68 poèmes accompagnés d’une trentaine d’œuvres picturales. L’ensemble donnant accès aux lecteurs par le choix des mots et des images, au florilège puissant des exutoires de l’enfermement et de ses silences intérieurs de l’auteure. Véritable témoignage de l’ascendance des mots sur la mémoire et le vécu des êtres, tout dans ce recueil interpelle celui ou celle portant l’envie de se dire et de se faire entendre. Valse-hésitation accueillant l’ombre et la lumière composant les reflets du grand théâtre existentiel de la vie, parlons d’une incitation sentie à prendre la parole et le pinceau.

ISBN: 978-2-9816519-0-7

Site internet : lineblouin.com

Peintre d’abstraction, Réjeanne Lizotte (1947-2014) a laissé une œuvre peinte, dessinée et gravée…

Blue man

Toutes dimensions confondues

Un mariage réussi de la ligne et de la forme

Les gens qui font l’événement

Artiste pluridisciplinaire, peintre et sculpteure, Johanne Senay dessine des visages depuis son plus jeune âge. Fascinée par l’expression visuelle, elle s’inspire de ses écrits journaliers pour y puiser une énergie créatrice qui la conduit dans des univers empreints d’émotions et de sensibilité.

Récemment reçue membre signataire de l’Institut des Arts Figuratifs du Québec (I.A.F.), une association d’artistes professionnels reconnus pour l’excellence de leur travail en art figuratif, elle est également Chevalier académicienne de Mondial Art Academia, une association française basée sur la sélection d’artistes de talent. En 2016, elle a été parmi les finalistes du festival de peinture Rêves d’automne tenu à Baie-Saint-Paul. En juillet dernier, la Galerie Gisèle Boulianne de la ville de Québec l’a accueillie pour une exposition de ses œuvres et une démonstration de peinture en direct.

Bien ancrée dans son milieu, Johanne Senay s’implique activement au sein de la nouvelle Route des Arts et Saveurs du Richelieu, un parcours artistique et gourmand qui vient de voir le jour en Montérégie.


Pour la suite des événements qui la concernent, on peut consulter son site web :
www.johannesenay.com

Hiver 2018

Artiste pluridisciplinaire, peintre et sculpteure, Johanne Senay dessine des…

AAPARS

L’AAPARS honore 10 artistes peintres

Les gens qui font l’événement

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) présentait sa 14e édition de l’Exposition Concours Automnale au Centre Marcel-Dulude à St-Bruno-de-Montarville, les 21 et 22 octobre derniers. Les artistes gagnants se sont partagé une bourse de 2 000 $. De plus, des mentions honorifiques toutes catégories ont été attribuées. Les artistes ont vendu des œuvres totalisant près de 25 000 $.

Un jury composé de trois juges indépendants a élu les gagnants. Ils ont sélectionné les œuvres primées à partir des critères suivants : la composition ; les couleurs ; la maîtrise du médium ; la créativité et l’originalité ; la présentation et leur appréciation personnelle de l’œuvre dans son ensemble.

Le Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire offrira une exposition en juin 2018 à la Maison Paul-Émile-Borduas aux récipiendaires des deux premiers prix, en art figuratif et non figuratif. Vous pourrez donc y admirer les œuvres de messieurs Yves Doré et J. Michel Poulin.


Pour plus d’informations : www.aapars.com.

De gauche à droite : Mme Johanne Blaquière, d’Otterburn Park, 2e prix dans la catégorie art figuratif; Mme Carole Jack, de St-Jean-sur-Richelieu, 5e prix honorifique toutes catégories; Mme Monique Robitaille, de Longueuil, mention honorifique; M. Yves Doré, de Mercier, 1er prix dans la catégorie art figuratif; M. J. Michel Poulin, d’Ulverton, 1er prix dans la catégorie art non figuratif; Mme Françoise Falardeau, de Belœil, mention honorifique; M. Jean-Charles Daumas, de Boucherville, mention honorifique; Mme Pauline Boudreau, de Sherbrooke, mention honorifique; M. Rémi Grenier, de Saint-Bruno-de-Montarville, mention honorifique; Mme Mélissa Wilcox, de St-Alphonse-de-Granby, 3e prix dans la catégorie art figuratif.

Hiver 2018

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS)…

Rapides, polyaluminium sur toile, 20 x 40 po, 2017

Galerie d’Art France Malo

Les gens qui font l’événement

Une nouvelle galerie a vu le jour récemment en Montérégie. Il s’agit de la galerie de l’artiste peintre reconnue pour ses tableaux de coureurs cyclistes, France Malo.

Membres de plusieurs associations professionnelles, France Malo a parcouru un cheminement international inhabituel et inusité. Sa passion pour la création l’a conduite à travers différents chemins et continents à la quête d’expériences artistiques nouvelles. Elle a étudié et habité aux États-Unis, en Suisse, en Angleterre, sans compter les nombreux voyages exploratoires et marquants qui ont influencé sa production devenue disciplinaire.


Galerie d’Art France Malo
72, St-Jean-Baptiste, Belœil, QC J3H 1W3
450 446-7896
francemalo@icloud.com

Hiver 2018

Une nouvelle galerie a vu le jour récemment en Montérégie…

Ski, Mont Plaisir, 18 x 24 po

André Buist

à la Galerie Céleste

Les gens qui font l’événement

Pour célébrer trois ans à titre d’artiste peintre en permanence à la Galerie Céleste de Saint-Sauveur, André Buist peindra sur place le samedi 13 janvier 2018. Vous êtes invités à venir le rencontrer à cette occasion.


Galerie d’art Céleste
285, rue Principale
Saint-Sauveur, QC
450 227-0333
Galeriedartceleste.com

Hiver 2018

Pour célébrer trois ans à titre d’artiste peintre en permanence…

L'appel des champs, huile, 36 x 72 po

Marcel Mussely

à l’honneur, au sein d’une compétition mondiale.

Les gens qui font l’événement

Les American Art Awards 2017 viennent d’attribuer deux prix à cet artiste peintre paysagiste de Longueuil. Le 2e prix et le 3e prix dans la catégorie Paysage impressionniste avec ses tableaux La croisée des chemins, huile 30 x 60 po, et L’appel des champs, huile de 36 x 72 pouces. Tout un honneur ! Il s’agit d’une des plus importantes compétitions annuelles, mondiales. 56 pays participants cette année avec un jury composé des 25 meilleures galeries et musées à travers les États-Unis.

« Je suis très honoré de cette reconnaissance de mon travail, ces prix sont importants pour moi et viennent confirmer que l’art figuratif est encore reconnu et appréciée, dans notre monde contemporain. Membre de l’Institut des arts figuratifs (IAF) depuis 2004, je défends avec fierté cette forme d’expression. Je prône le savoir dessiner et l’exécution de compositions équilibrées, qui pour moi sont les clés d’un tableau réussi. »

Les tableaux de Marcel Mussely ont été primés à l’étranger et au Québec à maintes reprises. Ils font partie de plusieurs collections privées et publiques à travers le monde. En 2013, il a été reconnu académicien au sein de l’Académie internationale des Beaux-arts du Québec (AIBAQ). Cette année, il devient membre élu de la Société des artistes canadiens et se joint aussi à l’organisation du Mondial Art Academia. Les œuvres de l’artiste Marcel Mussely, IAF, SCA sont représentées en exclusivité à la Galerie d’art Richelieu, située au 7903, rue Saint-Denis à Montréal.


www.galerierichelieu.com
www.marcelmussely.com

Hiver 2018

Les American Art Awards 2017 viennent d’attribuer deux prix…

MAGAZINART saison hiver 2018 OTTAWA

OTTAWA

Région de la Capitale Fédérale

Durant la Première Guerre mondiale, le soldat canadien George Stephen Cantlie acueilli des fleurs dans les champs et dans les jardins d’une Europe déchirée par la guerre afin de les envoyer à Celia, sa fille toute jeune, chez lui à Montréal. Cent ans plus tard, son touchant rituel a servi d’inspiration pour la création d’une expérience multisensorielle novatrice présentée au Musée canadien de la guerre. Fleurs d’ARMES – Une exposition d’art itinérante évoque la nature humaine en temps de guerre au moyen de représentations artistiques. Elle réunit des lettres et des fleurs pressées de Cantlie, des odeurs originales, des sculptures de cristal et les portraits de 10 canadiens qui ont personnellement vécu la Première Guerre mondiale. Réalisée par Viveka Melki et les Jardins de Métis/Reford Gardens à Grand-Métis au Québec, l’exposition est construite autour des fleurs de Cantlie préservées depuis un siècle. La conservatrice propose une réinterprétation par la floriographie – un mode de communication du sens et de l’émotion par les fleurs qui était utilisé à l’époque victorienne. Jusqu’au 7 janvier 2018.

Hiver 2018

Durant la Première Guerre mondiale, le soldat canadien…

Zïlon-Zen

Galerie Tommy Zen

Les gens qui font l’événement

La Galerie Tommy Zen célébrait un tout nouveau départ le 19 octobre dernier avec l’inauguration de ses nouveaux locaux au 1452 rue Sherbrooke Ouest à Montréal dans le magnifique Mille carré doré. L’atelier-galerie de l’avenue Papineau ouvert depuis 1981 sera remplacé par un atelier plus vaste et polyvalent consacré uniquement à la production et la nouvelle galerie de la rue Sherbrooke devient le principal point d’ancrage où les œuvres de Zen peuvent être admirées. En plus des œuvres de Tommy Zen, la galerie offrira au public six expositions temporaires par année. Elle présentera des artistes reconnus, surtout du Québec, ainsi que ses artistes coup-de-cœur dont le message interpelle.
Artiste avant d’être diffuseur, Zen propose une vision toute personnelle d’une galerie équitable pour les artistes, invitante et chaleureuse pour les amateurs d’art et ouverte sur le monde. La mission de la galerie est de faire découvrir des aspects moins connus du travail des artistes qu’elle présente, comme le travail de recherche en marge de leur production actuelle et les différentes étapes de leur processus créatif. Des rencontres avec les artistes, des discussions et différentes activités festives seront proposées tout au long de l’année. C’est Zïlon, artiste iconique de Montréal, qui brise la glace avec l’exposition Zïlon/Zen en cours jusqu’au 6 janvier 2018.

Tommy Zen pratique le métier d’artiste céramiste depuis près de 40 ans. Son œuvre singulière caractérisée par la démesure et la sensualité des formes et des textures a été maintes fois saluée.


www.tommyzengallery.ca
tommyzengallery@gmail.com

Hiver 2018

La Galerie Tommy Zen célébrait un tout nouveau départ…

MAGAZINART saison hiver 2018 Saint-Faustin

SAINT-FAUSTIN

Région des Laurentides

La Maison des Arts de Saint-Faustin présente Art Accessible, une exposition qui a pour but de faire connaître le travail d’une grande variété d’artistes de talent et de rendre l’art accessible. Tous les tableaux et sculptures qui y sont exposés sont offerts au coût unique de 100 $. Vous pouvez donc devenir propriétaire d’une œuvre originale à un prix accessible ou l’offrir en cadeau. Les créations de 30 artistes sont exposées. Entrée libre du mercredi au dimanche de 11 à 17 heures. Jusqu’au 13 janvier 2018.


La Maison des Arts de Saint-Faustin est fière de présenter son nouveau concept d’exposition permanente de minis solos. Depuis le début de l’année le deuxième étage a été réaménagé de manière à permettre de 13 à 15 artistes d’exposer simultanément tableaux, vitraux et sculptures pour une durée de trois mois. La Maison des Arts vous invite à visiter la quatrième exposition de ce nouveau type, Mini Solo, et admirer les créations de grande qualité d’artistes professionnels et amateurs. Jusqu’au 26 janvier 2018.

Hiver 2018

La Maison des Arts de Saint-Faustin présente Art Accessible…

MAGAZINART saison hiver 2018 sherbrooke

SHERBROOKE

Région de l’Estrie

Au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, l’exposition Henry Wanton Jones. Démasqué ! présente une soixantaine d’œuvres picturales et une dizaine de sculptures. Il s’agit de la toute première rétrospective consacrée au travail d’un artiste québécois qui séduit le public et les collectionneurs depuis plus de 40 ans. Né en 1925 à Waterloo dans les Cantons-de-l’Est, Henry Wanton Jones a fait partie des « rebelles » qui, en 1950, exposaient en marge du Salon du Printemps du Musée des beaux-arts de Montréal. De la même génération que les peintres Jean-Paul Riopelle, Marcelle Ferron et Pierre Gauvreau, il a marqué notre quête de la modernité. Le langage plastique de l’artiste, qui dénote une tendance pour le surréalisme, demeure unique dans l’histoire de la peinture canadienne. Jones met en scène des situations souvent équivoques, représentant autant des chevaux accompagnés de nus sensuels, des portraits masqués, des autoportraits et des natures mortes. Véritable poésie visuelle, son œuvre témoigne d’un humour et d’une sensibilité qui marquent l’imaginaire. Jusqu’au 17 février 2018.

Hiver 2018

Au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, l’exposition Henry Wanton Jones…

MAGAZINART saison hiver 2018 SAINTCONSTANT

SAINT-CONSTANT

Région de la Montérégie

Un Noël ferroviaire – Exporail, le Musée ferroviaire canadien transportera ses visiteurs dans la magie de Noël. Plusieurs véhicules seront décorés et illuminés dans la Grande galerie, des activités seront offertes et le Père Noël rencontrera les visiteurs. Noël ferroviaire est un événement incontournable qui s’adresse à toute la famille. Accompagnés de leurs parents ou grands-parents, après avoir visité la grande galerie, les enfants pourront se diriger vers la salle des trains miniatures, l’atelier de bricolage, participer à une activité de décoration de biscuits de Noël et rencontrer avec le Père Noël. Pour obtenir les horaires : www.exporail.org. Jusqu’au 7 janvier 2018.

Hiver 2018

Un Noël ferroviaire – Exporail, le Musée ferroviaire canadien transportera…

MAGAZINART saison hiver 2018 Montreal

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée des beaux-arts de Montréal, en collaboration avec Atout France et la Mission du Centenaire, présente L’armée de laine Wool War One, une installation composée d’un sympathique bataillon de 780 petits soldats tricotés par 500 bénévoles des quatre coins du monde après un appel lancé sur Internet par la plasticienne autodidacte française Délit Maille. Inaugurée au Musée le 11 novembre, jour du Souvenir, l’installation souligne la fragile destinée des soldats et rend hommage aux victimes de la Grande Guerre (1914-1928). En cette année du centenaire de la bataille de la crête de Vimy, le MBAM s’unit à ces petites mains solidaires pour lancer un message de paix. Cette présentation s’inscrit dans le cadre de la Paix au MBAM, un vaste programme d’activités et d’expositions entamé en novembre 2016 avec l’inauguration du Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, réaffirmant les valeurs humanistes et l’engagement du Musée pour la paix, la diversité, l’inclusion sociale et le mieux-être. Jusqu’au 7 janvier 2018.


En cours au Musée des beaux-arts de Montréal : Il était une fois… Le western. Une importante exposition pluridisciplinaire offrant une lecture inédite du cinéma western en considérant ses liens avec les arts visuels (peinture, sculpture, photographie) depuis le milieu du XIXe siècle à nos jours.
Plus de 400 peintures, sculptures, installations, photographies, artéfacts, photogrammes et extraits de films rendent compte de l’évolution du genre marqué par un dialogue incessant entre les beaux-arts et le cinéma. Jusqu’au 4 février 2018.


Le Musée des beaux-arts de Montréal annonce la présentation, en février 2019, de la première exposition consacrée au créateur français Thierry Mugler. Conçue, produite et mise en tournée par le MBAM, cette exposition dévoilera les multiples univers de cette figure artistique incontournable – couturier visionnaire, metteur en scène, photographe et parfumeur – en revisitant notamment ses créations prêt-àporter et haute couture. En première mondiale à Montréal, cette imposante exposition
réunira plus de 130 tenues, pour la plupart jamais exposées, réalisées entre 1973 et 2001, en plus de nombreux documents d’archives inédits, croquis et clichés signés par certains des plus grands artistes et photographes.

Hiver 2018

Le Musée des beaux-arts de Montréal, en collaboration avec Atout France…