Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art

Été 2017

Symposium les pinceaux voyageurs

Symposium

les pinceaux voyageurs


4e édition – 19 et 20 août de 10h à 16h

C’est avec un immense plaisir que nous vous accueillerons à la quatrième édition du Symposium Les Pinceaux Voyageurs qui aura les 19 et 20 août de 10h à 16h, sous un grand chapiteau au cœur de Lavaltrie. Désirant faire connaître les artistes de la région et de la province, le symposium réuni plus de 30 peintres et sculpteurs afin qu’ils vous présentent leurs dernières réalisations, dont la diversité et la qualité du travail se démarquent.

Sur place, vous aurez la chance de voir travailler les artistes, d’en apprendre sur leurs techniques et sources d’inspiration en plus de voter pour votre coup de cœur, et ce, sous l’ambiance musicale du quatuor de l’OSJJ le samedi. La biblio-tente et le Musée d’art de Joliette participent également à l’événement et les plus jeunes pourront en profiter pour vous démontrer leurs talents en dessin.

Tout a été mis en œuvre pour faire de ce weekend une expérience inspirante et enrichissante pour tous au niveau des arts visuels. On vous attend en grand nombre, l’accès est gratuit et facilement accessible, restauration sur place.

Informations complètes sur l’événement Facebook

 

C’est la 4e édition su symposium à Lavaltrie – 19 et 20 août de 10h à 16h

LIRE +
MAGAZINART OTTAWA 2017

OTTAWA

Région de la Capitale Fédérale

Au Musée des beaux-arts du Canada, est présentée l’exposition La photographie au Canada, 1960 – 2000. Découvrez toute la diversité de la pratique et l’étendue de la production photographique au pays dans cette exposition qui met en valeur plus de 100 œuvres réalisées par 71 artistes et explore la façon dont la technique a structuré le rôle de l’art et de l’artiste dans un monde en perpétuel changement, ainsi que les idées divergentes exprimées en matière d’identité et de collectivité. Jusqu’au 17 septembre 2017.


Toujours au MBAC, l’exposition Photolab 2 : Quand les femmes prennent l’art au mot vous permet de voir comment, au début des années 1970, la vidéo a été utilisée par des femmes artistes pour exprimer des préoccupations sociales, susciter des réactions et inciter le public à s’interroger. Les mots résonnent fort en art contemporain, à la fois médium et message. PhotoLab 2 invite les visiteurs à explorer le pouvoir du langage à travers 14 créations vidéographiques et photographiques. Jusqu’au 10 septembre 2017.


Aussi à l’affiche du Musée des beaux-arts du Canada Comprendre nos chefs-d’œuvre. L’art en héritage : Ron Moppett et Damian Moppett. Découvrez les créations artistiques de ce duo père-fils, deux artistes canadiens talentueux établis respectivement à Calgary et à Vancouver. Voyez comment, de manière intrigante, leurs œuvres se sont rapprochées puis dissociées au fil des générations. Réunies, leurs œuvres offrent aux visiteurs des perspectives originales sur le sens et la pertinence contemporaine de cet espace central d’où émergent la peinture, la sculpture et le dessin : l’atelier. Jusqu’au 10 septembre 2017.

Été 2017

Au Musée des beaux-arts du Canada, est présentée l’exposition La photographie au Canada, 1960 – 2000…

LIRE +
Gatineau 2017

GATINEAU

Région de l’Outaouais

Le Musée canadien de l’histoire présente une exposition digne des ligues majeures sur le hockey au Canada. Le hockey au Canada est plus qu’un simple jeu, c’est une passion obsessionnelle, personnelle et nationale. Elle nous rassemble au centre de la patinoire, dans le confort de nos salons ou dans les gradins d’où nous acclamons les équipes. Dans la foulée des festivités du 150e anniversaire du Canada, cette exposition qui explore le hockey sous tous ses angles, braque les projecteurs sur les origines du sport d’hiver du Canada, l’évolution constante du jeu et les raisons de son importance pour les Canadiens et les Canadiennes, d’un océan à l’autre. Hockey réunit 280 artefacts qui racontent les origines interculturelles du jeu et mettent en évidence la place prépondérante qu’il occupe dans les diverses collectivités canadiennes et dans notre culture populaire. Parmi les célèbres artefacts présentés : le masque « bretzel » de Jacques Plante, les patins de Hayley Wickenheiser, cinq fois médaillé olympique, le chandail du joueur étoile Maurice Richard et ses bagues du Temple de la renommée des sports et du championnat de la coupe Stanley. Jusqu’au 9 octobre 2017.


Les œuvres de Lisette Lacombe Gill seront exposées à la Bibliothèque municipale de Gatineau,
25, rue Laurier, Gatineau. Du 16 juillet au 24 août 2017.

Été 2017

Le Musée canadien de l’histoire présente une exposition digne des ligues majeures sur le hockey au Canada…

LIRE +
MAGAZINART ÎLES-DE-LA-MADELEINE2017

ÎLES-DE-LA -MADELEINE

Région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Dans le cadre du 375e de Montréal et de son ancrage avec l’histoire au cours de ce long parcours, le Musée de la Mer à Havre Aubert, invite les visiteurs à découvrir l’exposition majeure de la sculpteure écrivaine Ginette C. Trépanier, D’île en île … de port en port, le grand voyage bleu. Cette exposition temporaire regroupe plus d’une vingtaine de tableaux composites qui nous font voyager entre le passé et le présent. Puis, par des oeuvres de grands formats en aluminium, papiers moulés avec des intégrations de bas-reliefs en bronze, cette passionnée de patrimoine nous livre des traces et des empreintes. De nos origines francophones à la diversité culturelle, un voyage visuel à ne pas manquer, avec la collaboration de Lucien Chabot, dessinateur sculpteur et Nicolas Vigneau, écrivain madelinot. Du 18 juin au 22 octobre 2017. Cette exposition est en lien avec le livre collectif paru récemment : D’île en île … de port en port, de La Rochelle à Ville-Marie vers les Îles-de-la-Madeleine, paru récemment aux Éditions Création Bell’Arte, maison du livre d’artistes.

Été 2017

Le Musée de la Mer à Havre Aubert, invite les visiteurs à découvrir l’exposition…

LIRE +
MAGAZINART QUEBEC 2017

QUÉBEC

Région de la Capitale Nationale

À l’occasion du 400e anniversaire de l’arrivée de Louis Hébert à Québec, la Bibliothèque de l’Université Laval présente l’exposition 1617-2017 : L’héritage de Louis Hébert, 400 ans de pharmacie au Québec. Réalisée en collaboration avec la Société québécoise d’histoire de la pharmacie, l’exposition célèbre la mémoire de Louis Hébert, considéré comme premier apothicaire en Nouvelle-France, ainsi que l’évolution des savoirs et pratiques de la pharmacie jusqu’à son enseignement à l’Université Laval, tout en racontant la genèse d’une profession dédiée à guérir et à soulager. C’est à travers deux parcours thématiques que les visiteurs pourront vivre une expérience immersive dans l’histoire de la pharmacie par la mise en valeur de plus de 150 objets, archives, spécimens de botanique, instruments et produits pharmaceutiques.

À la Bibliothèque du pavillon Jean-Charles-Bonenfant, les visiteurs découvriront le volet historique qui retrace les balbutiements du métier d’apothicaire et les différents rôles endossés par les pharmaciens. À la salle Alcan du pavillon Alexandre-Vachon, le volet scientifique réunit plusieurs instruments anciens tels qu’une presse à sceller les tubes à onguents, un moule à cachets, un pilulier et plusieurs fioles aux contenus d’origine. Jusqu’au 22 décembre 2017.

Été 2017

À l’occasion du 400e anniversaire de l’arrivée de Louis Hébert à Québec, la Bibliothèque de l’Université Laval présente l’exposition…

LIRE +
MAGAZINART REPENTIGNY 2017

REPENTIGNY

 Région de Lanaudière

Le Centre d’art Diane-Dufresne présente Jean-Claude Poitras : Sur le chemin du Roy, au fil de mes escales. Jean-Claude Poitras a consacré sa vie à la création. Son nom à lui seul évoque une signature, un art de vivre et une carrière entière à magnifier tout ce qui lui passe entre les doigts. Cette rétrospective consacrée à ce grand créateur multidisciplinaire vous fera découvrir son cheminement professionnel et artistique au cours des 50 dernières années. Cette incursion dans l’univers créatif foisonnant de Jean-Claude Poitras nous permet de comprendre les transformations qui ont influencé le monde de la mode au Québec et au Canada ainsi que certains autres aspects de la culture matérielle qui ont jalonné son parcours. L’exposition met aussi en scène des artéfacts et les dernières créations du célèbre designer et icône incontournable dans les domaines de la mode et du design. Du 22 juin au 17 octobre 2017.

Été 2017

Le Centre d’art Diane-Dufresne présente Jean-Claude Poitras : Sur le chemin du Roy, au fil de mes escales…

LIRE +
MONTREAL

MONTRÉAL

Région métropolitaine

 Plusieurs célébrations prendront place aux quatre coins de la métropole dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal.

La Grande tournée du 375e  – La Grande tournée se décline en une dizaine d’activités qui s’arrêteront dans tous les arrondissements de Montréal. Pendant 19 weekends, un parc ou un lieu public de l’arrondissement à l’honneur accueillera de nombreuses activités dont des prestations de cirque et artistiques en collaboration avec Cirque Éloize, une exposition historique en collaboration avec le Musée McCord, des parcours gourmands ainsi que des rallyes de quartier. Jusqu’au 17 septembre 2017.


Commémoration Expo 67 – À l’occasion du 50e anniversaire de l’Expo 67, de nombreux musées montréalais proposeront des expositions variées retraçant l’histoire de cet événement marquant pour la ville de Montréal. Restez à l’affut du dévoilement d’un passeport créé spécialement pour l’événement qui offrira une expérience immersive amplifiée à ceux qui en posséderont un exemplaire. À partir d’avril 2017.


Illumination du pont Jacques-Cartier – Le simple fait de poser son regard sur le pont Jacques-Cartier de Montréal sera désormais une expérience radicalement différente. Faisant corps avec la structure tout en finesse du pont, un kaléidoscope numérique et interactif s’harmonisera aux couleurs de chaque saison ainsi qu’à l’énergie de la ville. Ce projet repoussant les limites de l’innovation touchera le coeur des usagers et des visiteurs et dotera la métropole d’une nouvelle icône visuelle. À partir du 17 mai 2017.


Avudo – Se déployant sur l’eau, Montréal AVUDO sera un hommage poétique au Fleuve à travers les ans comme au fil des saisons. L’eau du Fleuve, omniprésente, s’exprimera au moyen d’installations et de projections de grande envergure. Elle relatera l’histoire de ceux qui y vivaient, de ceux qui y sont arrivés par le fleuve, ceux qui ont vécu grâce à lui, ont bâti, innové et qui sont repartis pour faire découvrir Montréal au monde. Quai des Convoyeurs, Vieux-port de Montréal. Du 17 mai au 2 septembre 2017.


Arts de la rue – Pas moins d’une soixantaine de troupes de théâtre de rue, parmi les meilleures de la planète, convergeront vers Montréal pour présenter quelque 800 spectacles. Des centaines d’artistes provenant de six pays offriront de courtes représentations théâtrales, clownesques, acrobatiques, alliant images poétiques, moments de beauté, tantôt drôles, tantôt émouvants, parfois minimalistes et souvent grandioses. Quartier des spectacles, Du 1er au 30 juillet 2017.


LACHINE

À l’occasion du 350e anniversaire de Lachine et du 375e de Montréal, le Musée de Lachine propose une programmation spéciale faisant écho à l’histoire de Lachine, à l’exploration du territoire et à la traite des fourrures. 

Sur la route des échanges en Nouvelle-France  – Le site de la Maison Le Ber-Le Moyne au Musée Lachine renoue avec sa fonction première : un incontournable poste de traite très fréquenté sur la route des fourrures en Nouvelle-France. Dans l’ambiance historique d’un bâtiment tricentenaire, petits et grands pourront découvrir comment s’exerçait le troc entre Amérindiens et Européens, tout en manipulant peaux, outils et objets de traite. À compter du 24 mai 2017.


L’exposition historique de la Maison LeBer-Le Moyne est infiltrée par le projet Le flâneur : (re)Marquer de l’artiste Douglas Scholes, dans le cadre de l’événement national Repères 2017. Ce projet aborde le canal de Lachine à travers le regard, les actions et l’expérience du personnage créé par l’artiste et ses contributeurs. À compter du 24 mai 2017.

Été 2017

Plusieurs célébrations prendront place aux quatre coins de la métropole dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal…

LIRE +
Musique au menu, 24 x 36 po

Danse chromatique

François Faucher

Grande rencontre

Telle une envolée  lyrique, les toiles de François Faucher se distinguent par leur intensité pigmentaire et l’organisation spatiale des éléments figuratifs. Unique en son genre, l’œuvre résolument pimpante semble détenir sa propre trame musicale. Ce rapprochement avec l’art musical s’explique par la technique inventée par l’artiste pour incorporer un effet vibratoire aux éléments du tableau. L’ambiance qui en résulte en est une de mouvement, de chaleur vivante. Regard sur un artiste qui célèbre quarante années d’art.

Né en 1959 à Thetford Mines, François Faucher aime dessiner depuis toujours. Il reçoit tout jeune un ensemble de peinture amateur qui le mettra sur la piste de  la création. Dès 16 ans, il expose annuellement ses œuvres. Malgré son intérêt, il n’envisage pas une carrière artistique à cette époque. Il choisira l’architecture qu’il exercera sur la basse côte-nord pendant six ans. Puis, l’écoute mélancolique du « Blues du businessman » de Claude Dubois viendra solliciter un élan de passion pour son amour des arts et à 40 ans, il abandonne son métier pour lancer sa carrière d’artiste. N’ayant jamais cessé de peindre, François Faucher est un autodidacte qui a participé aux célèbres ateliers libres d’Albert Rousseau et qui s’inspire de Iacurto, Le Sauteur, Picasso et Van Gogh.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Isabelle Gauthier

Galeries canadiennes : Symbole Art (Montréal), Jutras Art Gallery (Toronto).

Telle une envolée lyrique, les toiles de François Faucher se distinguent par leur intensité pigmentaire…

LIRE +
GARCEAU - Peace and Love

Rouge passion

Lynn Garceau

Sur la cimaise

Ayant grandi au sein d’une famille peuplée d’artistes, il était presque prévisible que la peinture fasse un jour partie de la vie de Lynn Garceau. Par-delà cet héritage, elle constate que cette discipline l’a littéralement choisie et qu’elle ne peut emprunter aucune autre voie. Ce n’est toutefois qu’au début de la trentaine que cet appel se fait plus impératif, la poussant à s’y investir davantage suivant des élans plus puissants que jamais. Passionnée par les fleurs, tulipes, pivoines et coquelicots prennent la vedette dans ses œuvres, parfois en gros plan, parfois en embrassant un panorama plus large permettant un traitement presqu’abstrait.

« Je ne peux pas me passer des fleurs, c’est une affection familiale qu’on se transmet de génération en génération. Ce thème ne sortira donc pas de ma vie de sitôt, surtout qu’il y a quantité de lieux différents où les voir s’épanouir. » À commencer par le parc national de la Mauricie qu’elle fréquente chaque semaine depuis longtemps, le festival annuel des tulipes à Ottawa ou encore, les fabuleux jardins de l’entreprise Les Hémérocalles de l’Isle situés à Bécancour, qui comptent plus de vingt mille cultivars. Elle s’est également rendue au parc Algonquin situé entre la baie Georgienne et la rivière des Outaouais en Ontario, se promenant en kayak pour découvrir la flore aquatique et les pins tortueux qu’a si bien illustrés Tom Thompson. Elle a aussi été attirée par Giverny pour voir les jardins de Monet, sans oublier l’Espagne pour admirer ceux de l’Alhambra ainsi que la Provence, suivant l’influence de Van Gogh. De plus, son passage dans les Antilles où la lumière est tout autre lui a donné l’occasion d’aborder les espèces exotiques, cette fois représentées en pots dans de petits formats.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Lisanne Le Tellier

Les œuvres de Lynn Garceau sont disponibles uniquement en galeries, aux endroits suivants :

Galerie Bel Art, dans la ville de Québec, Galerie Beauchamp à Baie-Saint-Paul, Galerie Le Bourget à Montréal, Galerie Lumière au pinceau dans la ville de Grand-Mère, Koyman Galleries à Ottawa, Woodlands Gallery à Winnipeg, Galerie Céleste à Saint-Sauveur, Oceanside Art Gallery en Colombie-Britannique Ryan Fine Art Gallery à Port Carling, en Ontario.

Ayant grandi au sein d’une famille peuplée d’artistes, il était presque prévisible que la peinture fasse un jour…

LIRE +
Aventure, acrylique et techniques mixtes, 60 x 40 po

Voltige tout en couleurs

Marc Samson

Profil d’artiste

Ayant  fait du  dépassement de soi un mode de vie depuis sa formation initiale en éducation physique, pas étonnant que Marc Samson aborde la peinture avec le même engagement et la même détermination qu’il a investi dans les disciplines sportives auxquelles il s’est dédié. Athlète de longue date, il retrouve dans l’esthétique du monde visuel l’équivalent de la perfection de mouvement qu’il vise à atteindre au fil de ses entrainements intensifs.

Pour lui, la seule façon d’obtenir des résultats satisfaisants est de mettre toute son énergie dans ce qu’il entreprend, avec la passion comme moteur d’action. Par conséquent, il se lance à fond dans l’art pictural, avec autant d’ardeur que lui a exigé l’univers de la compétition au sein duquel il a su se démarquer grâce à sa constante quête d’excellence. Picasso et Cathelin le fascinent, l’un pour son interprétation géométrique du réel, l’autre pour la richesse de ses textures. Matisse l’influence aussi par son approche moderne aux valeurs fortes et ses motifs abondants.

L’art participe aujourd’hui à sa santé globale en permettant à cette partie de lui qui veut repousser toute limite de discourir à l’infini sur la toile. Puisant dans son inconscient et dans ses souvenirs, il est à l’écoute de ses manifestations intérieures et laisse la magie s’installer d’elle-même. La reconnaissance de son talent d’artiste contribue à compléter son épanouissement, lui confirmant qu’il a su définir son style et trouver sa place dans le milieu. « Cette seconde carrière, c’est le bonheur total ! », s’exclame-t-il. Enchanté de réussir à se consacrer depuis peu uniquement à sa peinture, il confie avoir des idées par-dessus la tête. Comme la demande pour ce qu’il fait ne cesse d’augmenter, il est confiant que son choix d’avoir tout misé sur son art est le bon.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Lisanne le Tellier

Il est possible d’admirer les œuvres de Marc Samson en allant sur son site internet www.marcsamsonartist.com/fr/a-propos/ ou en visitant sa page Facebook.

Ayant fait du dépassement de soi un mode de vie depuis sa formation initiale en éducation physique…

LIRE +
Envier, 20 x 20, 2015

Fleurer bon la peinture

Ilinca Ghibu

L’art au féminin

 « Cueillez les jours comme des fleurs et puisez-en toutes les couleurs du senti au quotidien. » – Jo Coeijmans

Elle peint à la manière de ceux et celles qui cherchent la respiration salutaire, bienfaisante, favorable. Elle possède l’expérience inusitée de l’immigrante qui regarde, observe, qui s’est enracinée et s’exprime. Elle est d’une culture roumaine par ses origines et d’un bagage culturel québécois imposant. Elle, c’est Ilinca Ghibu, juriste au Ministère de la justice à Ottawa. Et qui, depuis 2012 se donne toute entière à l’expérience de l’art en maniant le pinceau au quotidien. 

Pour l’artiste, les bas sont aussi tragiques que les hauts sont des imprévus merveilleux et inexplicables dans la pratique de l’art. Bienvenue dans l’univers de quelqu’un qui sait.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Michel Bois

Ilinca Ghibu est représentée par la Galerie Québec Art, 40, rue Notre-Dame, Québec (Québec) / 418 692-8200www.galeriequebecart.com

Elle peint à la manière de ceux et celles qui cherchent la respiration salutaire, bienfaisante, favorable…

LIRE +
Évan Kialou, huile sur toile, 24 x 30 po, 2014

L’Univers de Jean-Pierre Neveu

Réalisme contemporain

Jean-Pierre Neveu est né en 1948 à Saint-Basile-le-Grand (Québec). Dès son plus jeune âge, il s’initie au dessin et à la peinture. Il vend d’ailleurs ses premiers tableaux à l’âge précoce de 14 ans et obtient une certaine notoriété dans sa région. Il suit des cours de dessin et de peinture avec différents professeurs et entre finalement, à 20 ans, à l’École des Métiers d’Arts de Montréal pour y suivre une formation en sculpture sur pierre avec Ivanhoé Fortier. Par la suite, en 1973 et 1974, il suit des cours d’émaux sur cuivre ; en 1974 des cours de sculpture sur bois ; en 1975, des cours d’aquarelle ; en 1976, des cours de soudure sur métal, etc. Jusqu’à tout récemment, Jean-Pierre Neveu n’a jamais cessé d’étudier les différentes techniques et médiums des arts visuels et des arts plastiques, faisant de lui, avec toutes ces années d’étude, un artiste multidisciplinaire accompli et complet.

Jean-Pierre Neveu a enseigné de 1971 à 2014 la peinture, le dessin, les émaux sur cuivre, la sculpture sur bois et sur pierre, l’aquarelle, dans divers organismes à travers le Québec. En 1985, il a fondé sa propre école de peinture et de sculpture sur pierre, Studio Créativ-Art, qui a donné naissance à l’Association des Sculpteurs sur Pierre de la Montérégie. Au cours de sa carrière, l’artiste a reçu plusieurs prix et distinctions pour son travail, dont le Prix pour « technique nouvelle » lors de l’exposition internationale du Salon des artistes du monde à Cannes, en octobre 2016 ; une belle reconnaissance internationale pour cet artiste canadien hors du commun. Il a également reçu, en 2015, une Médaille de bronze décernée par la Société nationale des Beaux-Arts de Paris (SNBA), lors de son exposition au Carrousel du Louvre. En juin 2016, il a été récompensé par une Médaille d’argent de la Commission Supérieure des Récompenses de l’Académie Arts-Sciences-Lettres de Paris.

L’artiste grandbasilois fait partie des rares Québécois à avoir participé au programme d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics, subventionné par le Ministère de la Culture et des Communications. C’est ainsi qu’en 1991, il a créé trois œuvres murales majeures pour l’Hôpital Jacques Viger à Montréal et, en 2005, une maquette pour l’École de la Mosaïque à Saint-Basile-le-Grand. Jean-Pierre Neveu est aussi un artiste muséal (Musée Marc-Aurèle-Fortin, Musée Marius-Barbeau, etc.) qui expose régulièrement au Canada depuis 1969, en France depuis 1987, aux États-Unis depuis 1989 et en Belgique depuis 2016.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de HeleneCaroline Fournier

www.galerievieuxstjean.com/portfolio/jean-pierre-neveu

Jean-Pierre Neveu est né en 1948 à Saint-Basile-le-Grand (Québec). Dès son plus jeune âge, il s’initie au dessin et à la peinture…

LIRE +
Charmeur, fusain-pastel acrylique, 36 x 24 po

Esprit libre

Johanne Doucet

À découvrir

Les chevaux sont des sujets pour les artistes depuis la nuit des temps. Leur beauté, leur grâce, cette qualité indéfinissable qui allie force et fragilité, féminin et masculin L’artiste Johanne Doucet est particulièrement sensible à l’aura mythique de ces nobles animaux et pour cause : ils lui ont sauvé la vie.

Montréalaise née en 1951 au sein d’une famille de quatre en­fants, Johanne Doucet a toujours été entourée d’animaux. Malgré son milieu urbain, elle s’adonne à l’équitation en bas âge. Sa famille comprend des artistes et des créatifs qui l’inspirent à suivre son in­térêt pour le dessin. Son père, habile dessinateur, passera à la sculp­ture sur bois à la fin de sa vie. Son oncle est chanteur, sa tante est aquarelliste de renom et son grand-père construit dans les années 1920 son propre avion. La maisonnée est amateur de western et dès son jeune âge, Johanne rêve d’avoir un cheval. Tout comme son père, elle dessine exclusivement le monde animalier.

Lorsqu’elle intègre le marché du travail, elle donne de la forma­tion aux adultes dans le secteur immobilier. En 1998, le décès de son père impose une période de réflexion. Lui qui n’a jamais fait ce qu’il aimait comme travail, elle ressent soudain l’urgence d’orienter sa vie dans le sens de ses aspirations. Elle quitte tout pour lancer sa propre entreprise et revenir aux arts. Faisant fi des conventions et en s’inspirant du livre de Betty Edwards « Dessiner grâce au cerveau droit », elle lance l’atelier Mine de rien, un lieu de création et d’initiation au dessin destiné aux adultes.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte d’Isabelle Gauthier

Les chevaux sont des sujets pour les artistes depuis la nuit des temps…

LIRE +
Panache (détail), racine de pin, plus de 6 pieds de largeur, collection privée

Magicien de souche

Michel Lajeunesse

Formes, volume et espace

L’article que vous tenez entre les mains, bien que court, a pris du temps à rédiger. Pourquoi ? Parce que l’être que je rencontre tient à laisser une empreinte qui lui plaît telle une plante qui veut être photographiée en période de floraison. C’est le seul interviewé qui, à ce jour, m’a demandé une relecture. Je pèserai donc chaque phase, que dis-je ? Chaque mot. Je veux, tout comme lui, que le texte soit à la hauteur de son talent, que cette page soit magique et qu’en passant à travers elle, tout comme le miroir d’Alice, on découvre un monde fabuleux de l’autre côté.

La nourriture spirituelle de Michel Lajeunesse c’est la nature, les animaux, la forêt. Son père était un artiste également et il l’a initié au dessin plutôt qu’au hockey dès son jeune âge, le prédestinant ainsi à son futur emploi. Le talent est donc héréditaire même si, par la suite, le fiston a fréquenté l’école des Beaux-Arts.

Une  fois adulte, au cours de sa première vie, notre homme tenait un commerce. Dans le but de nourrir sa famille, il besogne dans le lettrage, la calligraphie, le graphisme et l’illustration. Il introduit au Québec les enseignes de bois enjolivées de feuilles d’or. Dans cette discipline, il gagne des prix internationaux, fait la une de magazines américains et il est l’objet de reportages ainsi que d’émissions télévisées. C’est à cette période qu’il apprend le maniement des gouges, les propriétés de la matière ligneuse et mille et une techniques du métier qui lui seront essentielles plus tard. « On ne s’improvise pas artiste, on forge son art ! »

Ses plus grandes influences proviennent de l’époque d’Alfons Mucha, durant laquelle l’esthétique des lignes ainsi que l’élégance des rythmes et des couleurs régnaient. C’était le mouvement de l’Art Nouveau (1890-1914). Parmi les contemporains, Lajeunesse affectionne, entre autres, l’artiste multidisciplinaire Hubbell qui construit des structures organiques, un peu à la manière de Gaudi Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Robert Lafontaine

L’article que vous tenez entre les mains, bien que court, a pris du temps à rédiger…

LIRE +
IMG_3768

Galerie d’art St-Aubin-Marion

Peintres et galeristes : quand le bonheur est au rendez-vous !

Portrait de galerie

Le lieu donne sur la patrimoniale et savoureuse Avenue Royale, soit à la hauteur de Château-Richer, sur la mythique côte de Beaupré. Il s’agit d’une maison bicentenaire en pierre plus qu’invitante à visiter. La Galerie St-Aubin-Marion occupe l’espace de la cuisine d’été. Et l’atelier du peintre surplombant le lieu est accessible par un escalier meunier. Ce qui fait le bonheur des visiteurs. Je jubile !

Voici ce que deux artistes au sommet de leurs arts nous proposent. Une chance inouïe pour le public. Le fana d’arts visuels et le collectionneur. Réciproquement, Yvon St-Aubin et Louise Marion éprouvent beaucoup de satisfaction à rencontrer des gens intéressés par leurs tableaux. De fait, ces artistes ont  parcouru plusieurs lieux à travers le Québec, le Canada et l’Europe. Or, ils viennent de déposer leurs pénates sur le « Chemin du Roy » en ouvrant cette galerie. La réalisation d’un rêve prend ici toute sa dimension en ce qui a trait à la création et la vie. Ouverte depuis le 1er août  2016, c’est sur un lopin de terre concédé  à Toussaint Toupin en 1650 que l’on pourra voir les artistes peindre sur le motif, en parallèle à la tenue d’ateliers en groupe à la production de croquis et de peinture dispensés par Yvon St-Aubin tout au long de l’été et de l’automne.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Galerie St-Aubin-Marion, 8361, Avenue Royale, Château-Richer.  De 9 h à 18 h, 7 jours sur 7, entre le 1er mai au 31 octobre de chaque année. On s’informe au 514 942-2514.

Le lieu donne sur la patrimoniale et savoureuse Avenue Royale, soit à la hauteur de Château-Richer, sur la mythique côte de Beaupré…

LIRE +
MAGAZINART PORTNEUF

Dix artistes de la région

de Portneuf

Sur le radar

Pour l’édition du numéro de l’été 2017, dix artistes professionnels de la MRC de Portneuf nous font le plaisir des découvertes de la création en arts visuels. Fanas d’arts visuels, artistes, collectionneurs, galeristes, commissaires, journalistes, producteurs d’évènements régionaux, à vous de lire, de voir et d’agir maintenant !


 

Carol Poulin

Joie, huile sur toile, 48 po x 64 po, 2017

Joie, huile sur toile, 48 po x 64 po, 2017

Carol Poulin est un merveilleux créateur dont  les connaissances en peinture lui ont  permis de  travailler à titre de restaurateur prestigieux à qui l’ont a confié  de véritables trésors de l’histoire de l’art. « Avec le cumul des années et la connaissance du métier, dit-il, le processus de création est devenu  le moteur de ma démarche où l’improvisation s’est imposée comme  l’outil de départ privilégié. Cette ouverture de l’approche permet l’imprévu, rend le geste urgent et provoque inévitablement le renouvellement de l’imagerie et du langage. Cet abandon de la raison permet au subconscient de prendre la place et de suggérer des lieux insoupçonnés, aussi loin que  ceux de l’enfance. Les influences sociales, politiques et émotionnelles se révèlent à travers ces éléments qui surgissent ; j’ai alors la liberté de garder ou d’éliminer ce qui n’est pas essentiel à l’œuvre et à l’émotion qui s’impose. » Que cela soit en dessin ou  en peinture Carol Poulin excelle et surprend. Réalisme, expressionnisme, surréaliste et abstraction lyrique, les influences sont multiples. À ses œuvres maintenant de parler !

MB

Informations :

229, du Trèfle, St-Augustin de Desmaures, G3A 1H9 / 418 878-6148 / carolpoulin@videotron.ca / www.carolpoulin.ca


 

Cathy Raymond

Au diapason (série À chacun son rêve), acrylique, graphite, aquarelle, pastel, fils, tissus sur toile galerie, 48 x 36 po, 2005

Au diapason (série À chacun son rêve), acrylique, graphite, aquarelle, pastel, fils, tissus sur toile galerie, 48 x 36 po, 2005

Cathy  Raymond  vit et travaille à Portneuf depuis 6 ans. Elle est titulaire d’un baccalauréat de l’École des arts visuels de l’Université Laval. Et depuis 2014, ses créations se revendiquent tant  des  arts visuels  que des métiers d’art par le recours à l’intégration de matières textiles, cousues et  tissées au sein de ses tableaux. Œuvres peintes ou dessinées avec une audacieuse fantaisie où les reliefs des matières cousues jouent un rôle singulier ; le respect de la perspective, la représentation appliquée des matières, les plans fauves et rugissants de lumière venant contribuer à en faire des jeux d’une réalité inusitée. L’approche est consciencieuse. L’imagination s’y fait prospective. Une création hors des sentiers battus.

MB

Informations : 

www.cathyraymond.ca / cathyraymond@videotron.ca / 418 801-7508


 

Céline Martel

Brume matinale, techniques mixtes, 40 x 30 po, 2016

Brume matinale, techniques mixtes, 40 x 30 po, 2016

Souvent  à la limite de l’abstraction et de la figuration, le recours heureux aux techniques mixtes alliant acrylique, dessin et collages de diverses matières, plongent  le spectateur au centre d’un horizon inhabituel, mouillé et texturé. Parlons de toiles où le geste et les matières, la symbolique des personnages à peine esquissés et l’édification en profil de mégapoles, s’allient au mystère pour créer une atmosphère où le naturel s’apparente au surnaturel afin de cerner une parabole. Céline Martel dépeint une atmosphère dense de manière à faire transparaître l’âme. Œuvre d’une sensibilité secrète, exaltée, tout  y repose sur la rudesse de la matière et la subtilité des gestes et du coloris pour exprimer la vérité hors du temps de l’artiste.

MB

Informations :

martelce@hotmail.com / cmartel@celinemartel.com / www.celinemartel.com


 

Christine Genest

La ferme ancestrale, acrylique sur toile, 36 x 48 po, 2017

La ferme ancestrale, acrylique sur toile, 36 x 48 po, 2017

L’artiste est une merveilleuse raconteuse d’histoires gorgées des sucs d’un univers fantasmagorique à la fois inspiré par les traditions du mode de vie rural et  d’anecdotes candides et suaves. Tout ici est prétexte à peindre des maisons québécoises, des personnages et des animaux à la fois colorés et amusants. Couleurs vives, toniques et ensoleillées, deviennent ici l’expression de son regard nous ramenant à la magie  grandiose d’une sorte de communion entre l’énergie vivifiante de la nature, la complicité implicite et réconfortante des animaux et la joie de vivre cette expérience humaine. Sa vision est le bonheur et la joie de vivre. N’est-ce pas là l’ultime manière de nous rappeler par les moyens propres du  peintre que le bonheur est aussi une des vocations de l’artiste ?

MB

Informations :

Galerie d’Art Christine Genest 57A, route 138, Cap-Santé, Qc, G0A 1L0 / 418-462-0909 ou 418-285-5466 / christine.genest@globetrotter.net / www.artistepeintrechristinegenest.com

Galerie Christine Genest, Cap-Santé / Galerie Jeannine Blais, North Hatley / Galerie Yvon Desgagnés, Baie-Saint-Paul


 

Gisèle Boulianne

Chigaco, acrylique sur métal avec lumières intégrées, 24 x 48 po

Chigaco, acrylique sur métal avec lumières intégrées, 24 x 48 po

Les œuvres de Gisèle Boulianne sont d’une habileté et d’une actualité flamboyante ! Ses peintures représentent des scènes de la vie urbaine en mouvement, où s’entremêlent lignes et formes dans une complexité de couleurs diffuses. Ses œuvres sont exposées à sa Galerie d’art – Loft de création située dans le Vieux-Port de Québec.

De graphiste à enseignante en arts plastiques, et possédant un baccalauréat en arts visuels, cette  artiste unique en son genre, et largement jalousée par plusieurs artistes pour son style et son grand talent, poursuit une carrière en pleine ascension tant sur le marché national qu’international. Ses peintures sur toile, sur métal perforé et lenticulaires à effet 3D sont à l’image de son caractère bouillonnant, audacieux et avant-gardiste de Gisèle Boulianne.

Jonglant entre son atelier de Cap-Santé et sa galerie de Québec, l’artiste prend aussi le temps de s’impliquer dans plusieurs organisations entrepreneuriales. Elle est entourée d’une équipe stimulante d’employés, de fournisseurs, de collaborateurs, de nombreux clients et de collectionneurs sérieux. Sa recette du succès : une personnalité humble et dynamique, dotée d’un mélange de créativité, de persévérance et d’innovation. Vous êtes avertis.

MB

Informations :

Galerie d’art – Loft de création Gisèle Boulianne 55, rue du Sault-au-Matelot, Vieux-Port de Québec, Qc, G1K 3Y7 / 418 692-2505 ou 418 802-2505 / www.giseleboulianne.com


 

Harold Germain

Sous le pont de la rivière des Roches, huile sur toile, 61 x 91,4cm, 2015

Sous le pont de la rivière des Roches, huile sur toile, 61 x 91,4cm, 2015

« Mon travail, c’est dire la nature et la vie ! » Harold Germain ajoute : « Je crois que peindre la beauté contribue à changer les cultures, à façonner le quotidien des gens et à apporter de l’harmonie dans le monde ». Voilà. C’est dit. Oui, cet humaniste attachant est aussi un formidable peintre doté d’une précieuse sensibilité. Surtout que de peindre à l’huile sur le motif et à travers les lumières impressionnistes relève d’un amour inconditionnel pour l’art, la nature et l’environnement. Féru des communications de formation, ethnologue et auteur travaillant dans le domaine de la muséologie, son  art procède d’une conception émotive toute personnelle, savante, fouillée. Quel plaisir de  savoir qu’un peintre est à immortaliser sur toile, des endroits tout au long des rivières, des marais et du fleuve de la région de Portneuf. Autodidacte, la couleur mûrement choisie devient le complément idéal de la forme, mettant en évidence, maintes  trouvailles impressionnistes. Une création à suivre !

MB

Informations :

harold.germain@hotmail.com / 418 876-2604 / Galerie d’art Chez Alfred Pellan, 3e Ave, Qc, G1L 2W4 / www.chez-alfred-pellan.com


 

Jean-Michel Caron

Sans titre, composition no.10, acrylique sur toile, 5 x 8 pi, 2015

Sans titre, composition no.10, acrylique sur toile, 5 x 8 pi, 2015

Une fête pour les yeux venant se prêter au jeu d’une sorte de va et vient entre les formes et le fond. Impossible de poser le regard. Tout bouge. Tout est en mouvement. Et l’œil renouvelle l’expérience sans cesse aucune. « D’un côté, j’explore des compositions qui sont liées à une sensibilité à l’événement, au phénomène, au geste et à la matière. De l’autre, je développe une recherche sensible aux références extérieures et aux mécanismes d’interprétation de l’œuvre. L’accumulation, la confrontation, l’assemblage et la citation sont des procédés récurrents qui animent mon travail. L’œuvre est achevée lorsqu’elle semble contenir et/ou proposer ses propres codes de lecture. Je sais que j’ai terminé une pièce lorsque j’arrive à un résultat qui suscite chez moi un sentiment d’étonnement », explique Jean-Michel Caron.

MB

Informations :

www.jean-michelcaron.comjimcaron@gmail.com


 

Jeannette Trépanier

Complicité, huile sur toile, 16 x 12 po, 2016

Complicité, huile sur toile, 16 x 12 po, 2016

« Peindre pour vivre et partager une émotion, une découverte, un ravissement à travers mes  expériences, mes tentatives, mes réussites ou  mes échecs. L’univers onirique des mythes, contes et légendes, la fantaisie ou  la réalité du quotidien, le monde  animal, végétal et plus particulièrement les enfants qui traversent ma vie sont mes sujets de prédilection », relate l’artiste. Nul doute, ce peintre d’exception sait et peint !  Elle ajoute que le réalisme de ses images lui propose des défis. En effet, la perspective, le rendu des textures, la fidélité aux couleurs, aux tons, le jeu des contrastes, de la lumière, sont autant de lieux où elle tente de repousser ses limites dans des thèmes variés comme, la nature morte , la peinture animalière, le portrait ou des sujets plus fantaisistes.

« Ce que je vis, ce que je vois et ce que je peint comblent de plaisir l’artiste en  moi. Mais de voir également le ravissement de ceux qui apprécient mes toiles, car c’est inévitablement dans le regard des autres que la peinture prend toute sa signification, attise la passion de dire aux autres. » À la vue des toiles, qui oserait dire le contraire ? Sublime !

MB

Informations :

L’atelier est accessible au public tous les jours durant la saison estivale de juin à octobre et plus tard sur rendez-vous.

95, rue du Roy, Cap-Santé, G0A 1L0 / 418 285-5438 / jeannette.trepanier@videotron.cawww.jeannettetrepanier.com


 

Mario Jobin

Le saut, bronze, 19 x 5 x 16 po, 2017

Le saut, bronze, 19 x 5 x 16 po, 2017

Les fondeurs de bronze ne sont pas légion. Encore moins ceux qui sont autodidactes. Mario Jobin est de ceux-là. Un saumon émergeant à la surface de la rivière Jacques-Cartier, tel est le moment que le sculpteur a voulu fixé dans le temps. Réalisée selon la technique d’un moulage à la cire, cette pièce unique représente l’effort et la détermination du poisson à remonter les rapides le menant à la fraie et à la survivance de l’espèce.

Depuis 2009, à l’intérieur de la fonderie de bronze à petite échelle de sa conception, le sculpteur/fondeur expérimente une technique ancienne dite à la cire perdue. À partir de métaux, qu’il fait fondre et coule dans des moules de sa fabrication, Mario Jobin nous livre des sculptures vigoureuses dans le propos et merveilleuses, tant par la force technique que par l’expressionnisme inusité et enrobé des patines particulières de son cru.

MB

Informations :

mariojobin@globetrotter.netwww.artistepeintrechristinegenest.com

Galerie Christine Genest, Cap-Santé, Qc / Galerie d’Art Jeannine Blais, North Hatley, Qc


 

Yvan Bédard

Sérénité printanière, sur toile ou papier d’art de qualité longue durée ou archivage. Édition limitée à 10 impressions originales.

Sérénité printanière, sur toile ou papier d’art de qualité longue durée ou archivage. Édition limitée à 10 impressions originales.

En notre époque, la photographie étonne et étonne encore par son acuité, son rendu technique et la sensibilité de son imagerie. Les œuvres d’Yvan Bédard figurent au sein des  plaisirs et des découvertes inattendues !

« Photographe paysager, je m’inspire de l’esprit des lieux et de l’ambiance du moment, » indique l’artiste. « Vivre le présent est nécessaire pour découvrir la beauté  d’une scène. Mon processus est lent, minutieux et intuitif, requérant à la fois disponibilité émotive et maîtrise technique pour faire de la prise de vue une action créatrice allant bien au-delà du simple cliché. Exclure du cadre ce qui ne contribue pas à l’émotion que l’on veut transmettre, choisir les bons plans, attendre les bonnes lumières et y retourner aussi souvent que nécessaire, voilà les bases de ma recherche de la beauté. » Professeur émérite de l’Université Laval en génie géomatique, titulaire du prix d’Excellence en enseignement de l’Université Laval et conférencier international, Yvan Bédard enseigne la photographie à titre privé. Depuis 2009, ses cours d’introduction à la photographie numérique et de composition photographique avancée sont offerts à la Ville de Neuville. Il offre aussi ses cours à la Galerie d’art Chez Alfred Pellan située sur la 3e Avenue à Québec.

MB

Informations :

www.yvanbedardphotonature.comwww.chez-alfred-pellan.com / 418 561-7046 (Neuville)


 

Vous désirez proposer votre région ?
Contactez-nous !

Dix artistes professionnels en arts visuels de la MRC de Portneuf…

LIRE +
Triptyque, huile à la spatule

L’artiste Jacques Landry

met en valeur les villages d’antan

Les gens qui font l’événement

L’artiste Jacques Landry crée à sa façon, et bien souvent de mé­moire, les éléments distinctifs du petit village de sa jeunesse avec les enfants jouant dehors, des rencontres au café du coin, au maga­sin général ou encore les gens discutant en se croisant dans la rue. Les saisons montrent les villages sous des jours différents ; l’automne surprend avec ses couleurs intenses tandis que l’hiver, en peinture, apporte une luminosité tous à fait remarquable et ce, à l’inverse de ce que nous pensons de cette saison souvent trop longue. L’œuvre intitulée Attirance en 3 temps donne une bonne idée de l’impact des différentes saisons en couleur. « Aujourd’hui, il  m’importe da­ vantage de créer une ambiance que d’être parfaitement fidèle à la réalité, voulant plutôt faire vivre une émotion  au spectateur, » mentionne Jacques Landry.

L’artiste participera à plusieurs expositions à travers le Québec. Il sera au symposium Découvr’art à Cap-Rouge les 3 et 4 juin et deux nouveaux symposiums s’ajoutent cette année soit Cap-Santé « Riche en couleurs » les 24 et 25 juin, présenté en plein cœur de ce beau village, et « Bromont en Art » les 25, 26 et 27 août, sur la magnifique rue Shefford au cœur du vieux village de Bromont.

Été 2017


Vous pouvez suivre ses péripéties lors de ses différents symposiums sur sa page Facebook ou encore consulter son site Internet jlandryartiste.com.

L’artiste Jacques Landry crée à sa façon, et bien souvent de mé­moire, les éléments distinctifs du petit village de sa jeunesse…

LIRE +
Inaccessible - détail Claude-Félix Pomerleau

Moulin La Lorraine

Une 10e année de présence artistique

Les gens qui font l’événement

Actif dans le milieu des arts et de la culture depuis 10 ans déjà, le Moulin La Lorraine de Lac-Etchemin est reconnu pour l’excellence et la diversité de ses propositions.

À la Salle Pierre-Beaudoin, plus de 30 artistes participent à l’exposition­ concours « Penser le temps » organisé pour souligner le 10e anniversaire du Moulin, une  exposition éclectique présentée jusqu’au 28 mai. Le public peut aussi appré­cier, jusqu’au 11 juin, les sculptures de Claude-Félix Pomerleau, créations épurées de cuivre, aluminium, laiton ou bois, ras­semblées dans le Hall du Moulin sous le thème « jardin de métal ». Dans la Salle des Courroies, on peut admirer un corpus de 18 tableaux foisonnants réalisés par l’artiste Paule Genest. Cette  exposition intitulée « Fragments d’une  métamorphose » montre une série exaltée d’acryliques sur papier noir, travaillés au pinceau chinois, jusqu’au 4 juin.

À compter du 17 juin, le Moulin présen­tera, à la Salle Pierre-Beaudoin, une exposi­tion du musée de la civilisation, intitulée « Mémoire de village », qui permettra au public de contempler le travail d’une artiste québécoise, Thérèse Sauvageau, reconnue pour ses scènes pittoresques et documen­taires de la vie d’autrefois. Des photogra­phies anciennes et une sélection d’objets apparentés seront aussi présentés dans le Hall et la Salle des Courroies sous le titre « Témoins du passé », une exposition histo­rique et thématique organisée en partena­riat avec le comité des fêtes du 150e de Lac­-Etchemin. Ces deux expositions resteront en salle jusqu’au 17 décembre.

Été 2017


Pour plus de détails sur la programmation moulinlalorraine.ca. Le Moulin La Lorraine est situé au 1286, route 277, Lac-Etchemin. Pour information 418 625-4400 ou info@moulinlalorraine.ca

Actif dans le milieu des arts et de la culture depuis 10 ans déjà, le Moulin La Lorraine de Lac-Etchemin est reconnu pour l’excellence et la diversité de ses propositions…

LIRE +
En prière au Lac Long, (Mascouche), acrylique sur papier, 6 x 4,5 po

Bebejabets

Le Colbert Late Show, l’Islande, le Royaume-Uni et Lanaudière

Les gens qui font l’événement

Quelle année pour Bebejabets (nom  d’artiste de Sophie Lapointe) ! En effet, depuis un an ses publications artistiques sont « retweetées et likées » par nul autre que Le Colbert Late Show. Les acryliques sur papier de l’artiste étant déjà fort prisées par les collectionneurs de la région de New York, voilà qu’une toile, qui a été exposée  à « The Big Picture » au Centre d’art contemporain de Rochester en 2016, a été achetée  par un collectionneur de l’endroit. Un texte et les yeux de cette  artiste multidisciplinaire ont aussi été exposés au Musée d’art de Reykjavik, Islande, dans l’installation « Arising » de Yoko Ono, du 7 octobre au 5 février dernier.

Sophie Lapointe a également  été exposante au Twitter Art Exhibit présenté à Stratford-Upon-Avon au Royaume-Uni en avril. De plus, deux de ses toiles ont été sélectionnées par jury pour une exposition collective relevée à la Maison Jardins Antoine-Lacombe, en mars dernier. Enfin, l’exposition solo « Parabole de l’artiste retrouvée » est présentement en cours jusqu’au 29 juin prochain sur les murs de la Bibliothèque municipale de Mascouche. Cette exposition, sélectionnée par jury, comporte  une quinzaine d’œuvres originales, des acryliques sur toile et sur bois.

Été 2017

Quelle année pour Bebejabets (nom d’artiste de Sophie Lapointe) ! En effet, depuis un an ses publications artistiques sont « retweetées et likées »…

LIRE +
Amalgame

Clodoul, artiste invité

au Printemps de la sculpture à Sainte-Adèle en mai

Les gens qui font l’événement

De  la région de Drummondville, Clodoul sculpte le bois recyclé depuis de nombreuses années. Selon l’artiste, la perception est le point de départ qui active sa créativité. Elle demeure souvent instinctive, involontaire. Lorsqu’elle survient, il se produit en lui un déclic, une sorte de reconnaissance qui devient une direction à suivre vers la découverte. L’observation est l’activité essentielle qui stimule et maintient son état créatif. La vision globale jumelée à la vision spécifique représente un duo choc permettant de libérer la cré-activité. « En vision  globale, je vois apparaître de multiples formes sur une  pièce de bois. La vision spécifique me permet une sélection élitiste. »

D’après Clodoul, l’aspect physique se met à l’œuvre pour donner vie à la vision. Il tente alors de représenter en trois dimensions sa vision bidimensionnelle. Au  fur et à mesure du développement d’une sculpture, il voit apparaître de nouveaux éléments qui s’intègrent inévitablement à l’œuvre. La sculpture remplace les mots, elle possède son propre langage. Par son  intermédiaire l’artiste exprime ses sentiments, ses émotions, son être. En sculpture il se sent total. « Il y a une   grandeur indescriptible qui apparaît lorsque le “je” disparaît. » Clodoul constate  qu’il ne sert à rien de  forcer la création. Elle s’exprime dans la liberté.

Été 2017

De la région de Drummondville, Clodoul sculpte le bois recyclé depuis de nombreuses années…

LIRE +
Raymond Quenneville, La route du bonheur, 36 x 18 po

La Galerie d’art Céleste

Les gens qui font l’événement

Beaucoup d’événements auront lieu à la Galerie d’art Céleste cet été. En tout premier lieu, André Buist, artiste de la galerie, peindra sur place devant la galerie le 18 juin prochain au grand plaisir des amateurs d’art. Il  sera suivi par Raymond Quenneville le 26 juillet qui installera son chevalet lui aussi devant le 285, rue Principale à Saint-Sauveur où il nous enchantera avec ses paysages qui font rêver.

Le mois dernier, un tableau de Chantal Maleck a été offert à l’organisme à but non lucratif F.E.Lib au profit des enfants du Liban, une association canadienne fondée en 1987 et dont le principal objectif est la scolarisation des plus démunis de ce pays. Reconnue mondialement, elle attire les professionnels du monde  entier qui reconnaissent dans cet organisme l’aide apportée aux enfants victimes de la guerre au Liban.

Été 2017

Beaucoup d’événements auront lieu à la Galerie d’art Céleste cet été…

LIRE +
Les mots du silence V, technique mixte sur toile, 100 x 100 cm

Vivianne Gruais

Les gens qui font l’événement

L’artiste peintre Viviane Gruais de Saint-Malachie a été invitée pour la 6e fois à Moscou pour représenter le Canada au 2e Festival d’abstraction sans frontières qui se tenait jusqu’au 13 mars dernier au jazz Club Kino à Moscou. L’événement, qui rassemblait une vingtaine d’artistes de qualité, s’est poursuivi jusqu’au 1er mai au Musée d’état des beaux-arts de la République du Tatarstan, Espace Art contemporain à Kazan.

Formidable anecdote, le travail de Viviane a été découvert par Monsieur David Ru, commissaire de l’exposition et ancien vice-pré­sident de l’Union Nationale des artistes Russes à Moscou, lors de l’exposition « Le cœur des origines», qui a eu lieu au Grand Théâtre de Québec en 2014.

En 2015, Viviane Gruais avait aussi été invitée pour exposer sa création au Musée d’art moderne de Moscou, sous la thématique Un Héros, une exposition consacrée au 100e anniversaire du Carré noir du peintre Malevitch. D’origine française, Vivianne Gruais vit et travaille au Québec depuis 2010. Très impliquée  dans le milieu des arts visuels, elle ouvre à Québec la galerie d’art Gruais-Grondin à Place de la Cité avec sa partenaire d’affaires Sylvie Grondin. Ouverte en 2016, la Galerie d’art vise la démocratisation de la pratique de l’art et à soutenir la culture par la diffusion d’œuvres. Plus de 25 artistes Québécois y sont représentés.

Été 2017


galeriedartgruaisgrondin@gmail.com

L’artiste peintre Viviane Gruais de Saint-Malachie a été invitée pour la 6e fois à Moscou pour représenter le Canada au 2e Festival d’abstraction sans frontières…

LIRE +
gal. Monaro

Galerie Monaro

Changements importants

Les gens qui font l’événement

Après plus de quarante ans, la Galerie Monaro change de concept et devient une galerie-appartement située au 34, rue Saint-Paul Ouest, à Montréal. En effet, vous pouvez, sur rendez-vous, y admirer les œuvres des artistes de la galerie et rencontrer ceux-ci afin de discuter avec eux dans le décor chaleureux d’un loft à l’étage de cette adresse. Le même concept se transporte à la résidence de campagne de Madame Monaro, au 2, rue du Pont à Bedford, où vous pourrez à nouveau  voir les tableaux des artistes.

Une fois par mois à l’été, vous aurez aussi la chance de participer à des événements à la résidence du Dre Marie-Andrée Carrier de Bromont. Prenez note que le 18 juin prochain, John Eaton sera à l’honneur et présent à Bromont lors du vernissage de son exposition d’œuvres récentes. Le lieu est parfait, vu le grand amour de l’artiste pour les chevaux. L’exposition se prolongera jusqu’au 9 juillet  inclusivement et est ouverte au public de 13 h  à 18 h.

C’est un rendez-vous à ne pas manquer.

Été 2017


Téléphone : 1 514 849-6052 / Fax : 1 514 849-8823

Après plus de quarante ans, la Galerie Monaro change de concept et devient une galerie-appartement…

LIRE +
Les trésors de mon jardin

Les Trésors de mon jardin

Une exposition solo bénéfice de Lorraine P. Dietrich

Les gens qui font l’événement

L’artiste internationale Lorraine P. Dietrich, IAF, NEWS, SCA, peint des compositions florales sur le motif à l’aquarelle depuis 1988. Elle détient un baccalauréat en enseignement des arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal. Les fleurs sont sa principale source d’inspiration et elles s’épanouissent dans des couleurs harmonieuses. Seulement des pigments offrant une excellente résistance au temps et à la lumière sont utilisés. Ses peintures au style unique dénotent un sens inné du dessin et de la composition. Elles possèdent un pouvoir expressif au caractère à la fois intimiste et universel, dans une ambiance au romantisme serein qui suscite une belle qualité d’émotion.

L’exposition solo bénéfice Les Trésors de mon jardin, comprenant plus de 35 peintures à l’aquarelle de cette artiste de renommée internationale, est en cours jusqu’au 30 juin 2017 à la Salle Adrienne-Choquette, Bibliothèque Bruno-Sigmen, 1550, 118e Rue, à Shawinigan. En achetant une peinture ou des produits dérivés, comme des cartes d’artiste et des reproductions, vous contribuez à la cause de l’autisme car 25% des profits seront versés par l’artiste à l’organisme Les Horizons ouverts, centre d’activités de jour pour adultes autistes de tout niveau de fonctionnement.

Été 2017


Communiquez avec l’artiste par téléphone au 819 538-4088, ou courriel info@lorrainedietrich.com. Site web officiel : www.lorrainedietrich.com

Lorraine P. Dietrich, IAF, NEWS, SCA, peint des compositions florales sur le motif à l’aquarelle…

LIRE +
Photos RVP 2016 Harpistes sur le parcours

Rendez-vous des peintres de Sainte-Flore

15e édition

Les gens qui font l’événement

En effet, le Rendez-vous des peintres de Sainte-Flore en sera à sa 15e édition les 11, 12 et 13 août 2017. Une programmation surpre­nante est prévue pour souligner  l’événement sous le thème : Un jardin de couleurs. À l’art pictural, musical et littéraire, on ajoutera l’art floral.

Collectionneurs et amateurs d’art seront choyés par la qualité des artistes, le choix des chanteurs et des musiciens. L’art lyrique se mariera aux différents styles comme source d’inspiration à la créati­vité. Font aussi partie de la programmation du 15e anniversaire la Troupe Transcendance, les personnages de la Brigade  des contes pour les tout-petits, les populaires ateliers de dessin pour enfants et adultes ainsi que la Caserne des poètes, le tout sous la présidence artistique de l’aquarelliste Hélène Charland de Victoriaville.

Un incontournable rendez-vous à inscrire à votre agenda, les 11, 12, 13 août  prochains. L’accès est gratuit partout sur le site. Vous êtes tous bienvenue à Sainte-Flore, secteur bucolique de la ville de Shawinigan.

Été 2017

Le Rendez-vous des peintres de Sainte-Flore en sera à sa 15e édition les 11, 12 et 13 août 2017. Une programmation surpre­nante…

LIRE +
Liberté, bronze poli, 59 cm x 23 cm

Arlette Saheb Niedoba

L’art en toute liberté

Les gens qui font l’événement

Le Musée des maîtres et artisans du Québec a présenté jusqu’en avril « L’art en toute liberté », une exposition de bronzes et de toiles de l’artiste Arlette Saheb  Niedoba. Cette Laurentienne d’adoption est la créatrice du bronze du père Émile Legault placé à l’entrée de la salle de théâtre du même nom. L’artiste aux multiples talents explore au-delà de la sculpture diverses formes d’art : peinture, icônes, joaillerie, vitrail ; elle sculpte le bois et la pierre, travaille la glaise et la cire et marie géodes, bronze, marbre et granite. Toujours à la recherche de liberté elle refuse de cantonner son art à une forme unique d’expression. Sa démarche artistique s’inscrit et se poursuit au sein d’une longue carrière en éducation, de concert avec des études en Arts et Lettres.

Née en Égypte, Arlette Saheb Niedoba émigre au Canada en 1963. La sculpture est la forme d’art qu’elle privilégie et le bronze est son médium de prédilection. Sa passion créatrice pour l’agencement des Lettres et des Arts est doublée d’une profonde réflexion, à témoin, les textes poétiques qui accompagnent ses œuvres. Elle expose en groupe et en solo. On retrouve ses œuvres dans diverses collections privées au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Été 2017

Le Musée des maîtres et artisans du Québec a présenté jusqu’en avril « L’art en toute liberté », une exposition de bronzes et de toiles de l’artiste Arlette Saheb Niedoba.

LIRE +
Pavots en Toscane

Claude A. Simard

Les gens qui font l’événement

L’œuvre de Claude A. Simard est joyeuse et apaisante. De facture très personnelle, la lumière, source de vie, y est flagrante et on ne peut en contester la qualité picturale. On reconnaît un Simard quel que soit le thème du tableau.

Il a occupé  une place importante dans le marché de l’art d’après 1960. Il a exposé  dans les plus grandes galeries du Canada, à Montréal, Toronto et Calgary. Déjà à l’âge de quarante ans, il était reçu membre de l’Académie Royale des Arts du Canada. Une première rétrospective de ses œuvres a eu lieu en 1991, à la Villa Bagatelle de Québec pour ensuite être présentée par la Ville de Paris au Château Bagatelle. Les deux événements furent un succès.

Depuis son décès en septembre 2014, de nombreux témoignages de collectionneurs et d’amateurs d’art attribuent à Claude A. Simard un pouvoir de sublimer la réalité. C’est Jacques DeGuise, sociologue, qui écrit dans la préface du dernier livre de Claude A. Simard « Inspiration » : « Plus essentiel encore que la beauté, Simard peint le bonheur. »

Été 2017

L’œuvre de Claude A. Simard est joyeuse et apaisante. De facture très personnelle, la lumière, source de vie, y est flagrante…

LIRE +

Festival de Mascouche

 Du 2 au 4 septembre prochains

Les gens qui font l’événement

Le peintre Sylvain Coulombe, sera présent au Festival de Mascouche en tant qu’artiste invité. Ce sera une occasion de rencontrer l’artiste à ce Rendez-vous annuel de peintres professionnels et de la relève.

Été 2017

Du 2 au 4 septembre prochains, le peintre Sylvain Coulombe, sera présent au Festival de Mascouche…

LIRE +
Vers le nouveau monde, de La Rochelle à Ville-Marie, bronze et collage sur acrylique, 34 x 24 po

Ginette C. Trépanier

Je suis une mémoire visuelle…

Les gens qui font l’événement

C’est en poursuivant ses recherches entre le bronze et le papier matière que cette sculpteure a fait éclater des œuvres hybrides, du grand format au livre d’artistes. En quête  d’identité depuis sa tendre enfance, cette  artiste crée depuis plus d’une trentaine d’année des œuvres reliées à des thématiques. L’option de travailler par thématiques lui permet d’approfondir ses sujets et de laisser une plus grande place à l’exploration, tant au niveau de la forme que de la narration. Aborder l’œuvre de Ginette C. Trépanier, c’est entreprendre un voyage initiatique de plus de trente ans d’une carrière foisonnante où l’interdisciplinarité des arts visuels et de la littérature ont toujours été intrinsèquement liées. Elle vous dira « Je suis une mémoire. L’importance de chercher et de transmettre est fusionnée à mon souffle créateur et à ma vie. » De sa plume à son ciseau de sculpteure, sa forme d’expression est indélébile. Sa formation avec les maîtres à Pietra Santa en Italie est sans controverse l’influence dans sa signature visuelle.

Cette  artiste écrivaine en constante évolution nous surprend encore avec des créations composites, du passé à la modernité, une autre dimension à découvrir. Elle poursuit sa route en soutenant  la relève par des interventions ponctuelles et en réalisant des projets collectifs d’envergure.

Été 2017

C’est en poursuivant ses recherches entre le bronze et le papier matière que cette sculpteure…

LIRE +