Magazin'Art
Amalgame Amalgame

Clodoul, artiste invité

au Printemps de la sculpture à Sainte-Adèle en mai

Les gens qui font l’événement

De  la région de Drummondville, Clodoul sculpte le bois recyclé depuis de nombreuses années. Selon l’artiste, la perception est le point de départ qui active sa créativité. Elle demeure souvent instinctive, involontaire. Lorsqu’elle survient, il se produit en lui un déclic, une sorte de reconnaissance qui devient une direction à suivre vers la découverte. L’observation est l’activité essentielle qui stimule et maintient son état créatif. La vision globale jumelée à la vision spécifique représente un duo choc permettant de libérer la cré-activité. « En vision  globale, je vois apparaître de multiples formes sur une  pièce de bois. La vision spécifique me permet une sélection élitiste. »

D’après Clodoul, l’aspect physique se met à l’œuvre pour donner vie à la vision. Il tente alors de représenter en trois dimensions sa vision bidimensionnelle. Au  fur et à mesure du développement d’une sculpture, il voit apparaître de nouveaux éléments qui s’intègrent inévitablement à l’œuvre. La sculpture remplace les mots, elle possède son propre langage. Par son  intermédiaire l’artiste exprime ses sentiments, ses émotions, son être. En sculpture il se sent total. « Il y a une   grandeur indescriptible qui apparaît lorsque le “je” disparaît. » Clodoul constate  qu’il ne sert à rien de  forcer la création. Elle s’exprime dans la liberté.

Été 2017

Comments are closed.