Magazin'Art

Été 2018

©Gilles Carle

CRÉER :

l’été des rencontres improbables


Artistes: Daniel Bélanger, Tony Bennett, Juliette Binoche, Jane Birkin, Geneviève Borne, Gilles Carle, Paolo Conte, Miles Davis, Lhasa de Sela, Clémence Des Rochers, Diane Dufresne, Raôul Duguay, Lewis Furey, Jimi Hendrix, Brigitte Lafleur, Charlotte Laurier, Chloé Sainte-Marie, Fred Mella, Richard Séguin, Alain Stanké, Sophie Thibault et Michel Tremblay

Commissaires: Richard Langevin et François Renaud, commissaires


Des artistes aux multiples talents

Passez par toute la gamme des émotions en parcourant les différents îlots scénographiques. Plongez par exemple dans l’abîme d’un rêve éveillé à travers les montages photographiques inspirés et mystérieux de Daniel Bélanger, projetez-vous entre l’humain et son destin en interprétant les aquarelles réalisées par Michel Tremblay ou laissez-vous transporter entre le cosmos et la nature dans les mandalas ludiques de Raôul Duguay.

Découvrez comment certains artistes se sont inspirés d’autres œuvres ou personnalités pour en faire leurs propres créations. Admirez notamment un croquis de Woody Allen dessiné par Jane Birkin et les encres de Juliette Binoche réalisées à partir du film Les amants du Pont-Neuf de Leos Carax. Voyagez aussi dans les souvenirs heureux de personnalités du monde du spectacle grâce à Fred Mella qui vous dévoile des bribes de son journal intime

©R.Duguay.Boire des yeux la lumière des fleurs - détail

©R.Duguay.Boire des yeux la lumière des fleurs – détail

Saisissez l’occasion de vous placer derrière la lentille d’artistes comme Sophie Thibault qui, par une étonnante série de macrophotographies, amorce une réflexion sur une ressource naturelle que nous tenons trop souvent pour acquise : l’eau. Geneviève Borne pose quant à elle un regard sensible sur les pays qu’elle a visités et sur les rencontres fortuites qui mettent ses sens en alerte.

« L’exposition estivale du Centre d’art Diane-Dufresne regorgera de trésors dont les couleurs et les formes sont multiples et éclatées. Les œuvres présentées sont inédites et révélatrices d’un talent et d’une créativité inouïs, à l’image des personnalités qui les ont réalisées. De la poésie de Charlotte Laurier et de Chloé Sainte-Marie à l’énergie de Lhasa de Sela, chacun puise son inspiration dans une réalité qui les touche et les émeut, et le résultat est fascinant. Mais ce qui est encore plus intéressant, c’est que la scénographie proposée par les commissaires est accessible et met réellement les œuvres en valeur pour que toutes et tous puissent les apprécier et s’intéresser à la culture », explique Chantal Deschamps, mairesse de la Ville de Repentigny.

Les sources d’inspiration sont effectivement nombreuses : Tony Bennett et Paolo Conte s’intéressent à l’effervescence de la vie urbaine, Gilles Carle pose un regard critique sur le milieu du cinéma et la société québécoise, Clémence Des Rochers se laisse guider par les petites choses de la vie quotidienne, Charlotte Laurier célèbre la femme, Richard Séguin ancre ses œuvres dans les racines profondes de l’américanité, Lewis Furey, Jimi Hendrix et Alain Stanké utilisent les techniques, les formes, les couleurs et les mots comme moteurs de création alors que les chevaux font partie des sujets de prédilection de Brigitte Lafleur.

LEWIS FUREY. Photo: Dominique Malaterre

LEWIS FUREY. Photo: Dominique Malaterre

Quant à celle qui est à l’origine de cette grande exposition collective, Diane Dufresne, elle vous propose de vivre une expérience multi sensorielle par une installation musicale tout en mouvement.

Ne manquez pas cette exposition multidisciplinaire qui vous propose, à la manière d’un voyage immersif, un parcours atypique à travers l’imagination et le désir d’expression de ces célébrités tant aimées du public!

Visitez le site internet de la Ville de Repentigny pour connaître tous les détails sur la programmation complémentaire à l’exposition et sur le circuit gastronomique inspiré des œuvres.


 

Le Centre d’art Diane-Dufresne est le seul centre de diffusion en arts visuels et en métiers d’art en importance de la région du sud de Lanaudière. Il est situé au 11, allée de la Création, Repentigny (Québec) J6A 8H7

Horaire régulier :

Mercredi : 13 h à 17 h
Jeudi et vendredi : 13 h à 21 h
Samedi et dimanche : 10 h à 17 h
Entrée : 5 $ par personne / gratuit pour les 18 ans et moins

Téléphone : 450 470-3010

 

Mot-clic : #CADD


Source :     

Judith Dubeau
Ixion Communications
514 495-8176

 

 

Découvrez comment certains artistes se sont inspirés d’autres œuvres ou personnalités pour en faire leurs propres créations.

Lac de la souris, 12 x 18 po

Marc Grandbois

Vivre la nature

Grande rencontre

« Dans un tableau, je cherche le vrai, le senti et le réconfortant. » – Marc Grandbois

Dès la première poignée de main, le « côté » vrai du peintre m’a séduit. En personne, il a le détachement et l’attitude rieuse des plus grands. Celle de ceux qui savent et peignent pour le dire en alliant sensibilité et sensualité qu’ils étalent sur la toile par gestes assurés, sans retenue, ni soumis par la raison et le convenu de la représentation.

La puissance évidente qui se dégage des tableaux de l’artiste, nous laisse percevoir sa fascination pour la peinture. Tout d’une pièce, heureux, passionné et confiant, l’homme est d’une humilité bienfaisante.

Pour Marc Grandbois comme pour tous les grands peintres, la peinture « est tout, sauf chose mentale », mais indiciblement chose sentie, « jeu de l’esprit », combinaison de gestes farouches et intrépides. Mais chez Grandbois, elle se fait davantage véhémente. C’est-à-dire que lorsqu’il se retrouve en un lieu unique dans les bois, il doit satisfaire sur l’heure le désir de s’exprimer sur la toile.

Souvenir d’Essex, MA , 20 x 16 po

Souvenir d’Essex, MA , 20 x 16 po

La nature

Dès la tendre enfance, toute la vie de Marc Grandbois témoigne de sa fascination pour la nature qui l’a guidée et qui est toujours pour lui sa muse, son esprit et sa force. D’où peut-être ce pouvoir ultime de nous reconstituer ses visions. Né en 1969 à Saint-Jean-sur-Richelieu, lieu de villégiature par excellence, la petite famille filera vers la Mauricie, à Sainte-Anne-de-la Pérade plus exactement, là où été comme hiver la communauté vit au rythme de la forêt et de l’eau avec les bateaux et la pêche même au plus froid de l’hiver. En effet, enfant, Marc Grandbois est entré directement en contact avec la nature. Et tout autant avec les enseignements de sa mère Denise Grandbois, aquarelliste de talent. Marc adore l’aquarelle. Tout comme envers la nature, il se laisse toucher par sa beauté et son mystère. Or, je crois fermement que la pratique de l’art a contribué à développer chez le gamin une approche sensorielle où l’essentiel est de partager afin de nous faire découvrir peu à peu comment elle folâtre, batifole, papillonne, marivaude !

Pêche blanche dans l’Anse-St-Jean, 24 x 36 po

Pêche blanche dans l’Anse-St-Jean, 24 x 36 po

Le trajet

Se sachant d’avance étudiant atypique aux enseignements dispensés par le département des arts visuels de l’Université Concordia, il complète ses études en 1991. Il dira de cette période que cela lui aura permis de rencontrer des théoriciens, Peter Krausz, paysagiste nommément, qui lui auront permis de déconstruire ses images pour mieux les refaire à sa manière. La théorie de la couleur de Johannes Itten, il connait. Kandinsky, aussi. Suivra une période de création active à titre d’aquarelliste entre 1992 et 2002. Et comme pour plusieurs artistes, il donne des cours de peinture et de dessin sans parler des multiples participations à des symposiums à travers le Québec. Toutefois, voilà que soudain, il met fin à ses activités d’artiste.

Port-Gloucester, 30 x 30 po

Port-Gloucester, 30 x 30 po

Il est clair que des revenus modestes empêchaient le développement de ses projets tels que celui de fonder une famille en un lieu naturel et sain. Aussi, après une décennie à vivoter de petits boulots (alimentaires), il part s’installer à l’Anse-Saint-Jean, là où le fjord du Saguenay se fait plus que majestueux. Il s’achète un bateau. Fait des contrats de mesure de bois en dilettante. Sauf que la beauté exceptionnelle du paysage sera le déclencheur à un retour en création, son premier amour, celui de toujours. Toutefois l’acrylique sera dorénavant sa technique de prédilection.

Toujours plus haut le miroir de nos vies boréales, 24 x 36 po

Toujours plus haut le miroir de nos vies boréales, 24 x 36 po

Âme d’explorateur

Pour Grandbois on pense atmosphère. Ses coups de pinceaux donnent la vitalité et la richesse aux coloris. Il adore peindre sur le motif. Et pas question de terminer le tableau en studio. Le tableau s’arrête sur le motif. En hiver, il peint à bord de son camion pour contourner le froid. Certains jours il part sur un « nowhere » juste pour découvrir sur son chemin. Il adore les lumières de la fin de l’après-midi. Ce qui ne l’empêche guère d’aller peindre avec Guy Legaré les lueurs de l’aube. De façon générale, aucun personnage dans ses œuvres à moins que cela fasse partie du sujet principal du tableau. Son plus grand plaisir : les contrastes texturés et lumineux.

Un trou dans les nuages, 16 x 20 po

Un trou dans les nuages, 16 x 20 po

À la question comment reconnaître un tableau terminé, il dira : lorsque le tableau devient le patron, soit lorsque l’on ne peut ajouter ni enlever un élément. Ultime objectif du peintre : que cela soit un ultime repos pour l’œil.

Depuis les origines de l’humanité c’est la totalité de notre personne qui est en relation avec la nature, et c’est en nous plaçant dans la nature, avec tous nos sens ouverts et nos émotions que nous pouvons vraiment la connaître, en faire l’expérience. Merci Grandbois!

Septembre étang caché

Septembre étang caché


Texte de  Michel Bois

Marc Grandbois est un fleuron de la galerie Douce Passion42A, rue Notre-Dame, Québec Qc. 418 648-9292 
On retrouve également les œuvres de monsieur Grandbois en Alberta à la galerie Stephen Lowe, à Calgary. Notons que ses œuvres font parties de collections publiques et privées au Canada comme à l’étranger.

Dès la première poignée de main, le « côté » vrai du peintre…

Sur les ailes de la liberté, 30 x 40 po

Lyse Marsan

Hommage à la vie et à la paix

Sur la cimaise

« Si chaque personne jetait une fleur sur le chemin de sa vie, l’expérience humaine serait tellement plus belle. » – Michel Bois

Voir les œuvres de Lyse Marsan est une expérience qui s’imprègne longuement dans la mémoire et la chair tellement elle dispense de l’énergie par la volupté des coloris, la sensualité et la subtilité du propos.

L’artiste est d’une passion aigue et intense. Toujours à explorer les possibilités de la peinture, voilà comment elle en arrive à plus de quarante ans de carrière avec une œuvre picturale personnelle, soutenue et ré-énergisante. Pour ce faire, elle a d’abord étudié avec des professeurs en ateliers privés puis au sein d’écoles dans plusieurs pays d’Europe. Ce qui lui permit d’obtenir une médaille d’or décernée en 2000 par la France pour la qualité de sa création et son engagement à promouvoir les arts visuels. Va sans dire que sa persévérance, ses compétences et son savoir-faire lui ont permis d’ouvrir toute grande les portes ici au pays, au sein d’organismes provinciaux, nationaux, mais aussi internationaux.

Au parfum d’un fruit de la passion, 24 x 24 po

Au parfum d’un fruit de la passion, 24 x 24 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Lyse Marsan est représentée par la Galerie Douce-Passion, 42A, rue Notre-Dame, Québec. 418-684-9292

Voir les oeuvres de Lyse Marsan est une expérience…

Sommes à la recherche de l’acheteur de ce tableau pour en avoir les détails

Sur les traces de

René Lemay (1934-2015)

Réalisme contemporain

Alors que tout semble éphémère et paraît passer de plus en plus rapidement de la vie à l’oubli, persiste parfois au fond de soi l’envie de faire durer les choses. Une fois les êtres devenus poussière, il ne reste que bien peu d’empreintes de leur passage, mis à part leur descendance directe. Souvent, ne perdurent que les traces laissées par les réalisations humaines, pour peu qu’elles soient assez durables et qu’elles parviennent à éviter une détérioration les menant à disparaître, elles aussi.

Pour un créateur comme René Lemay, les éclats de pigments étalés sur toiles témoignent de chacun de ses petits bonheurs personnels captés sur le vif, chaque sujet ayant trouvé sa source au cœur d’une joie jaillie du moment présent. En retrouvant ses œuvres, ce sont tous les arrêts ayant jalonné son parcours de peintre qui revivent passagèrement sous les yeux de ses deux fils, lesquels sont les instigateurs d’une vaste recherche visant à rassembler tout ce que leur père a produit durant sa carrière artistique. D’abord un geste d’amour pour ranimer des souvenirs donnant accès par la bande au disparu, mais aussi une façon de le découvrir davantage et de continuer à faire rayonner son talent, tel un hommage posthume en constante évolution.

Le poisson d'or - 33 x 25 po, 2007

Le poisson d’or – 33 x 25 po, 2007

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier

L’ensemble de la collection se trouve sur le site renelemay.ca et la galerie d’art Michel-Ange possède encore quelques œuvres.

Alors que tout semble éphémère et paraît passer de plus en plus…

Sans titre, huile, 8 x 12 po

Alain Massicotte

Le peintre à bonne mine

Peindre un pays

Au sein de chaque discipline artistique, il y a toujours des créateurs et des créatrices qui font l’unanimité chez leurs pairs quand vient le temps de parler de la qualité de leur production. Alain Massicotte fait partie de cette poignée d’individus.

Creusant le puits de leurs ressources, cheminant sur les sentiers de l’émerveillement, arpentant des forêts uniques, ces êtres d’exception imprègnent chaque œuvre d’épices au goût envoûtant. Le temps et les efforts investis, ainsi que le talent, sont les ingrédients de leur recette parfaite.

Alain est illustrateur de métier, l’un des pionniers de l’Association des Illustrateurs et Illustratrices du Québec. Il a fait des études en sciences pures au Cégep Bois-de-Boulogne avant de se diriger dans le domaine de l’architecture à l’Université de Montréal. Après deux années passées dans ce département, il réoriente son cheminement professionnel et se retrouve en communications graphiques à l’université Laval. C’est là qu’il prend conscience que la carrière d’illustrateur est taillée à sa mesure.

Sans titre, huile, 8 x 12 po

Sans titre, huile, 8 x 12 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de  Robert Lafontaine

La galerie Tommy Zen est située au 1452, rue Sherbrooke Ouest à Montréal

Au sein de chaque discipline artistique, il y a toujours…

À votre service, acrylique sur toile et objets recyclés, 16,5 x 26, 9 po

Jocelyne Ménard

Le temps d’une paix

Formes, volume et espace

Vivantes et colorées, les fresques en trois dimensions de Jocelyne Ménard ont ce charme unique qui décoche un sourire aux observateurs. Scènes de ruelles, maisons d’autrefois ou commerces d’époque, ils représentent une tranche de vie Made in Québec en voie de disparition. Teintées d’humour bon enfant, on aimerait s’y attarder et laisser libre cours à notre imaginaire.

Voici neuf ans déjà que Jocelyne Ménard s’est lancée dans l’aventure du 3D. « J’ai toujours aimé bricoler, j’achetais des antiquités que je prenais plaisir à rafistoler, » raconte l’artiste native de Montréal. Construites autour d’une toile, les objets qu’elle y ajoute dépassent le cadre de celle-ci. « Je veux que mes pièces demeurent abordables pour tous, elles ne sont pas faites pour être encadrées, une étape qui rajoute des coûts parfois élevés. » Ce souci pécuniaire a bonne raison d’être : Jocelyne Ménard a travaillé pendant 36 ans en tant que fonctionnaire au Chômage et Bien-Être Social.

Les souliers de maman, acrylique sur toile et objets recyclés, 26 x 19 x 6,5 po

Les souliers de maman, acrylique sur toile et objets recyclés, 26 x 19 x 6,5 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Isabelle Gauthier

Galerie Zen
1139, rue Saint-Jean, Québec, QC G1R 1S3
581 994-8406

Vivantes et colorées, les fresques en trois dimensions de Jocelyne Ménard…

Extérieur de la Galerie Québec Art

France Marcotte

Femme d’art et de passion

Portrait de galerie

« Le plus beau des métiers, c’est de vivre de sa passion. » – François Salvat de Montfort

Il y a vingt-sept ans, France Marcotte faisait sans grande curiosité la visite d’une galerie d’art lorsque survient sur les cimaises un coup de cœur pour un tableau de Normand Hudon. Il s’agissait d’un prêtre prenant plaisir à glisser avec des enfants sur une pente enneigée.

« J’avais le sourire fendu d’une oreille à l’autre, » aime à se souvenir France Marcotte, encore sous le charme de l’acquisition de cette première œuvre. « Tout était parfait : attitude respectueuse du galeriste pendant qu’il témoignait de son admiration contagieuse pour la création de Normand Hudon. Je n’avais aucune notion d’art. Je me suis mise à lire Magazin’Art et à courir les galeries.

Bruno Côté, Canadian Dreamscape, oil, 24 x 36 po

Bruno Côté, Canadian Dreamscape, oil, 24 x 36 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Galerie Douce Passion, 42A, rue Notre-Dame, Québec
418-648-9292

Galerie Québec Art, 40, rue Notre-Dame, Québec et 27, rue Notre-Dame (Place Royale), Québec
418-692-8200

Il y a vingt-sept ans, France Marcotte faisait sans grande curiosité…

Jean-Paul Garneau (Garno)

Les quarante ans

de diffusion culturelle de Lévis

40 ans en art

L’incontournable Galerie Louise-Carrier

L’année 2018 marque les quarante ans de Diffusion culturelle de Lévis, soit quatre décennies consacrées à la tenue d’expositions d’envergure à la Galerie Louise-Carrier et à la diffusion des arts de la scène à la salle de spectacles L’Anglicane, dans le Vieux-Lévis.

« La Galerie Louise-Carrier est née en 1978 de la volonté des artistes du milieu à vouloir se donner un lieu d’exposition, » raconte Claude Vallières, coordonnateur de la galerie depuis 28 ans. « La communauté anglicane avait mis les immeubles en vente et la Ville de Lévis s’en est porté acquéreur pour en faire des logements sociaux. Ce qui amenait la destruction de l’église et du presbytère qui est devenu la Galerie Louise-Carrier. Or, les citoyens et les artistes se sont mobilisés et ont commencé à tenir des activités culturelles bien avant que les bâtiments soient rénovés.

Louise Carrier

Louise Carrier

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

« L’Art de nos quarante ans » présentée du 28 juin au 2 septembre 2018, un collectif rappelant les moments forts de la Galerie Louise-Carrier, 33 rue Wolfe, Lévis, 418 838 6001

L’année 2018 marque les quarante ans de Diffusion culturelle de Lévis…

Marine XII , collage, 92 x 61 cm

Mouvements de la vie

Pierre-Paul Bertin (1926-2006)

À découvrir

« Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde. » – Bouddha

Ancien bâtiment datant de 1845, voué à la mise en valeur de la richesse du patrimoine artistique de Percé, le Musée Le Chafaud présente des expositions mettant en valeur la splendeur de Percé, source d’inspiration d’une prodigieuse création artistique à l’échelle internationale.

L’œuvre de Pierre-Paul Bertin y sera célébrée tout au long de l’été, tel un bijou s’étalant en splendeur dans le plus merveilleux des écrins.

Marina, huile, 160 x 124 cm

Marina, huile, 160 x 124 cm

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Le fleuve et son espace de Pierre-Paul Bertin, du 24 juin au 24 septembre 2018
Musée le Chafaud, 145, Rte 132 Ouest, rue du Quai, Percé, Qc
418 782-5100
www.pierrepaulbertin.com

« Celui qui est le maître de lui-même est plus grand…

BATISSEUR DE NATION

Bâtisseurs de la Nation

Nous poursuivons ici notre dossier sur les Bâtisseurs de la Nation en vous présentant 4 premiers ministres et une artiste.

 

Sir Wilfrid Laurier (1896-1911)

Susan Statham, Sir Wilfred Laurier, huile sur toile, 36 x 24 po

Susan Statham, Sir Wilfrid Laurier, huile sur toile, 36 x 24 po

 

 

Sir Wilfrid Laurier a été le 7e Premier ministre du Canada. Son mandat s’est déroulé à une époque où l’industrie était en plein essor et l’économie a montré de la croissance et de la prospérité. Sous son règne, il a vu deux nouveaux chemins de fer transcontinentaux se construire, en plus de la création de la Marine royale canadienne. La Confédération s’est améliorée avec l’entrée de la Saskatchewan et de l’Alberta comme 8e et 9e provinces du Canada. Il a travaillé avec diligence pour une réconciliation entre les Anglais et les Français afin de faciliter la réalisation de l’unité nationale. Ce fut un politicien habile, ce qui lui a valu le plus long mandat sans interruption en tant que Premier ministre et il fut le premier francophone à occuper ce poste. Il tenait fermement à l’autonomie canadienne contre l’emprise des Britanniques. Laurier était contre la conscription, même s’il encourageait les gens à s’enrôler. C’est une question qui a divisé le Parti libéral, mettant à l’épreuve les relations internationales pendant les disputes sur la frontière de l’Alaska avec les Américains. En échange de quatre îles, il a permis aux Américains de garder la plupart de leurs terres du nord-ouest. L’immigration au Canada a été sanctionnée par son gouvernement, par la Loi sur le passage continu, exigeant que tous les immigrants, peu importe leur origine, se rendent au Canada sans arrêt. Par conséquent, les immigrants d’Asie et d’Inde n’ont pas pu immigrer au pays. Le ministère des Affaires extérieures fut créé à cette époque pour délivrer des passeports aux voyageurs canadiens.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Christine McCulloch

80 % de l’édition Collectionneur des Bâtisseurs de la Nation ont déjà été vendus.
Précommandez votre copie via la presse Q à www.galerie-q.com ou au 705-944-8888.
Pour voir les autres tableaux des artistes ou pour visiter Galerie Q : Cavana, ON.

Nous poursuivons ici notre dossier sur les Bâtisseurs de la Nation…

Magazinart sur le radar Abitibi

Sur le radar

Abitibi

Sur le radar

Découvrez 10 artistes de la région d’Abitibi! Votre Magazin’Art de l’été, s’est aventuré en Abitibi, lieu d’un métissage étroit entre culture et nature. Pour votre plaisir, on y débusque une création expressive et singulière, comme si l’Abitibi n’avait de cesse de nous dire sa vérité pour notre plus grand plaisir de voir et savoir. Soulignons que cette rubrique a pour but de faire connaître la création produite en région au large public, qu’il soit composé de galeristes, de collectionneurs, journalistes ou producteurs d’événements. À noter que pour la publication de l’automne, nous serons en Estrie.


Anne Théberge

Hannah, acrylique sur papier, 18 x 24 po, 2015

Hannah, acrylique sur papier, 18 x 24 po, 2015

On pense à Rouault. Non pas pour le côté religieux, mais bien pour le talent prestigieux à ramener le portrait d’un personnage à l’essentiel des valeurs qu’il dégage. « Mon travail en peinture cherche à dépasser les perspectives convenues et ordinaires de l’Homme (humanité). Ma création s’appuie sur les notions de fragilité et de vulnérabilité que j’envisage comme une ouverture sur des états bruts, libres de faux-semblants et de conditionnement. Je tente d’en faire émerger un sens. Une force dénuée d’artifices qui se situe ailleurs que dans les paramètres de l’image convenable, lisse et parfaite. Peindre est d’abord, pour moi, un acte qui prend racine dans l’instinct, la gestuelle, la sensation et la poésie », me dit la peintre Anne Théberge. Du grand art ! Le vrai ! Celui au-delà des yeux.

MB

thebanne@gmail.com


Caroline Blouin (Méoune)

In between, acrylique sur toile, 36 x 48 po, 2018

In between, acrylique sur toile, 36 x 48 po, 2018

« Je m’exprime essentiellement par la peinture abstraite à l’acrylique. Par elle, je lance des liens afin de communiquer mon énergie, mes émotions via la couleur et la recherche d’équilibre si apaisant à mon inconscient anxieux. Je crée dans l’instantanéité du moment où je me confronte à la toile. Sans narration aucune, je ne crée pas d’histoire, sauf peut-être celle que le spectateur pourra s’inventer » confie Méoune. L’artiste est encore jeune en carrière. On sent la découpe de la forme intuitive, mais aussi la recherche sous-jacente à vouloir jeter les bases d’un langage personnel où les formes s’imbriquent selon l’énergie des couleurs. La peintre vie assurément sa peinture. Une artiste à suivre pour le meilleur à venir.

MB

Facebook : @meoune
Instagram : #meoune
Tél : 819-354-9196
caro.blouin@me.com


Céline J.Dallaire

MAPPE VII , huile sur panneaux Ampersand, assemblage de 4 panneaux de 24 x 24 po

MAPPE VII , huile sur panneaux Ampersand, assemblage de 4 panneaux de 24 x 24 po

Originaire de Rouyn-Noranda, Céline J. Dallaire a fait ses études en beaux-arts aux États-Unis où elle explore les disciplines de l’art graphique, de l’estampe, de la sculpture, de la photographie et de la peinture. De retour au pays après un séjour de dix-sept ans, son parcours multiculturel forge son identité et lui lègue un riche héritage qui influence son travail artistique.

L’utilisation des technologies et l’exploitation de la peinture sont au cœur de sa démarche. Elle transforme en réalisations abstraites les sujets d’actualité. Influencé du tachisme et de l’univers des fibres et textiles, son langage s’organise autour de la notion des contrastes et de la répétition des motifs.

Mappe VII fait partie d’une série d’œuvres récentes, inspirée de vues en plongée. L’œuvre est composée de quatre panneaux interchangeables où des motifs linéaires colorés s’entrelacent et s’imbriquent tel un tissu urbain en un mouvement exponentiel.

Galeriste située au cœur du milieu culturel du Vieux-Noranda, l’artiste se consacre également à l’enseignement des arts via l’Académie des arts Céline J. Dallaire fondée en 2000. Ses œuvres font partie de collections privées et publiques à travers le Canada et le États-Unis.

MB

Tél : 819 768-2916
celinejdallaire@gmail.com
https://www.celinejdallaire.com/


Jocelyne Caron

Poésie abitibienne, encaustique sur bois, 30 x 30 cm, 2013

Poésie abitibienne, encaustique sur bois, 30 x 30 cm, 2013

L’image donne à respirer l’air ambiant. D’où cette sensation de très grande liberté. L’espace, le calme, le silence et le contact avec la nature seraient-ils le plus grand bienfait apaisant de notre époque ? « Les grands espaces, la vie des gens qui m’entourent et les drames qui se déroulent dans le monde influencent continuellement mes choix de sujets. Des événements peuvent marquer le quotidien de tout être humain. Le fil des saisons, et les émotions qui s’y vivent me rendent plus créative. Dans mes œuvres, je m’échappe de la réalité pour aller ailleurs dans mon imaginaire. En fait, c’est à ce moment que la magie opère » confie la peintre Jocelyne Caron. La cire d’abeille demeure son médium de prédilection : l’artiste préfère mélanger elle-même les pigments de couleur à la cire afin de créer la plus personnelle des palettes; translucidité de la cire, empâtement à la spatule, et grattage des surface venant distribuer son lot d’accidents à contourner pour la naissance de hasards inattendus et heureux. Une œuvre formidable !

MB

Tél : 819 797-6605
jocelynecaron8@gmail.com


Louisa Nicol

Jean-Pierre, 3 crayons, dessin marouflé sur toile, 183 x 91 cm

Jean-Pierre, 3 crayons, dessin marouflé sur toile, 183 x 91 cm

Quand on pense à artiste actuel en matière de dessin le nom de Louisa Nicol s’impose. La dame possède la conscience du corps de ses modèles. Et tout autant la connaissance des précieux papiers venant accentuer l’acuité de l’expression. Le tout est marouflé sur des toiles de coton ou de lin et monté comme des tableaux. Plusieurs dessins tiennent compte du clair-obscur mettant l’accent sur le relief. D’autres dessins sont tracés au trait et, parfois, un seul détermine le contour du corps. Souvent, l’artiste se sert de la couleur et de la forme du papier Kraft déchiré comme des éléments qui lui permettent d’équilibrer les vides et les pleins de la composition. Louisa Nicol a travaillé comme graphiste à la Société Radio-Canada, de 1967 à 1983, et a été illustratrice pour de nombreuses maisons d’édition. Chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université du Québec en Outaouais. À Palmarolle, fondation de la Galerie Sang-Neuf Art et l’École des Beaux-Arts Rosa-Bonheur, un lieu d’enseignement estival. Ajoutons Ars Longa, un lieu d’exposition qui a eu pignon sur rue, à Montréal. Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions dans la province, ainsi qu’en France et au Japon.

MB

Galerie Sang Neuf Art 109, principale , Palmarolle, Qc
Tél : 819 787-3047
Ouverture dès le 24 juin au 3 septembre inclusivement.
Du mercredi au dimanche de 13 h à 18 h.


Martine Beauchamp

Plexus Solaire, Médiums mixtes, 44 x 30 x 5 po, 2016

Plexus Solaire, Médiums mixtes, 44 x 30 x 5 po, 2016

Martine Beauchamp trouve son langage par l’assemblage de divers matériaux. Papiers froissés, déchirés, tordus et tendus, métaux, plastiques et autres font du coude à coude à travers les organisations aussi audacieuses qu’inusitées.

L’intention est de faire revivre le matériau, lui redonner vie pour renouveler son rapport les perceptions convenues. « J’offre à toute matière l’ultime occasion de devenir personnage, vêtement, décor forestier, enfin tout ce qui éveille mon inspiration. J’aime bien dérouter le regardeur avec des objets récupérés au court de mes ballades matinales. Ces objets insérés à l’œuvre interpellent et intriguent le visiteur au point de choquer parfois le spectateur, signe heureux de réussite car j’ai atteint quelque chose en lui, » dit-elle. La femme demeure la thématique privilégiée dans ses œuvres. Fortes, fragiles ou démunies, l’artiste souhaite la réflexion ouverte à tous les possibles plutôt qu’à une imagerie réductrice pervertie par les stéréotypes et les clichés.

MB

csnmartineb@outlook.fr


Martine Savard

Way to be More, acrylique sur toile et fausses feuille d’or 122 x 122 cm, 2017

Way to be More, acrylique sur toile et fausses feuille d’or
122 x 122 cm, 2017

Imagerie entre le rêve et la réalité, technique alliant la peinture, la gravure les collages et le dessin. La création intuitive de Martine Savard trouve une présence enviée au sein du domaine des arts visuels actuels. Sorte de journal de bord de ses rêves, désirs, opinions et états d’âme, tout semble respirer à une vitesse au-delà des songes. Un peu comme si le spectateur se retrouvait plongé au beau milieu d’une histoire déjà commencée, sans début ni conclusion. Le langage de l’artiste est épuré au maximum pour une volonté d’efficacité. Symboles amérindiens, formes stylisées à la manière du Pop Art, couleurs ayant la subtilité d’avoir oublié le naturalisme du quotidien, les œuvres en quête d’une mythologie réinventée de Martine Savard sont autant de ponts jetés à une filiation entre l’âme, l’expérience humaine et la réalité de tout un chacun pour mieux dire l’humain.

MB

martinesavard@mail.com
Tél : 819-762-3794
www.martinesavard.com
Facebook et Instagram


Roger Pelerin

Lac Abitibi, linogravure, 23 x 15 cm, 1984

Lac Abitibi, linogravure, 23 x 15 cm, 1984

« Le temps est mon allié. Avant il était mon ennemi. Maintenant, avec le temps, je découvre quelque chose d’autre. C’est un langage qui vient de l’intérieur. C’est un symbole rempli de symboles que je reconnais et qui m’aide à dire la beauté de la vie. Si je pouvais le dire avec des mots, je l’écrirais ! Étant donné que je ne peux pas le dire avec des mots, je le peins. » me dit l’artiste Roger Pelerin. Wow, l’état d’âme, et la recherche d’authenticité sous la pression du pinceau ! Impossible de passer à côté de cette création unique. Et si vraie. La déferlante des ruisseaux au printemps. Les effluves des sapins. Les relents des terres humides. Une imagerie à la manière d’un territoire à protéger. Un must!

MB

On parle à Mathieu Gnocchini, agent
Tél : 819.442.1977
Nocdesign.com


Sophie Royer

Just be a Queen, medium mixte sur panneau de bois, 36 x 36 po, 2018

Just be a Queen, medium mixte sur panneau de bois, 36 x 36 po, 2018

Les images de Sophie Royer sont résolument issues du Pop Art dont nous vivons actuellement les vibrations comme jamais auparavant en galerie. Originaire de La Reine en Abitibi, cette artiste professionnelle s’est avant tout fait connaitre par la recréation d’expressions et d’émotions liées au genre féminin. Personnages sortis d’univers underground, avec ses dégoulinades, ses écritures manuscrites, collages de papiers texturés sur mélange d’encre et de peinture, la facture de ces œuvres se fait tout aussi spontanée que novatrice. « J’aime peindre avec passion, conviction et fierté l’intensité de la femme, sa force, son courage, et sa confiance en elle. » souligne Sophie Royer. Artiste bien établie en Abitibi, notons qu’elle devient en 2013, la propriétaire du Rouge Café situé à LaSarre où ses œuvres sont exposées en permanence.

MB

Vous pouvez suivre l’artiste sur sa page Facebook à l’adresse www.facebook.com/sophieroyerartiste sous l’album Express your soul ou sur la galerie virtuelle www.Artblr.com.

Sophie Royer
La Sarre, Québec
soroyer@hotmail.com


Virginia Pésémapéo Bordeleau

Danseur, acrylique sur toile, 92 x 92 cm, 2015

Danseur, acrylique sur toile, 92 x 92 cm, 2015

Parler des œuvres de Virginia Pésémapéo Bordeleau, c’est comme parler d’un monument des arts visuels. Les œuvres de Virginia Pésémapéo Bordeleau sont d’une expression poétique les plus singulières que j’ai sentie. Elles donnent à rêver pour mieux nous imprégner de la culture et du mode de vie amérindien. Espaces oniriques, formes intuitives, énergie des couleurs subjectives, lignes aléatoires, juxtaposées ou superposées : le langage de Virginia Pésémapéo Bordeleau se distingue entre tous. Poète, artiste, écrivaine, sa création trouve l’écho de sa riche culture cri entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Anecdote, suite à un texte dans les médias de Gesca, (LaPresse, LeSoleil) m’est parvenue un bâton de parole. Une œuvre de Virginia sur qui portait le texte. Selon ses mots « Puisque tu es un journaliste, voici ce bâton. Il est destiné au gens prenant le parole selon la lumière de l’esprit ». Voyez la profondeur de l’âme créatrice de la dame ? Pur plaisir !

MB

Tél : 819 637-2270
pesemapeo@hotmail.com


Pour nous signaler votre intérêt ou celle de votre région à participer, on parle à Madame Odette Moreau au 1 800 642-9552 ou magazinart@videotron.ca. Au plaisir de parler de vous !

Votre Magazin’Art de l’été, s’est aventuré en Abitibi…

À ciel ouvert, huile sur canevas, 36 x 48 po, 2018

« À ciel ouvert »

Galerie uNo

Les gens qui font l’événement

La Galerie d’art uNo présentait du 1er mai au 3 juin 2018 l’exposition « À ciel ouvert » de l’artiste Nathalie Frenière. Le tout sous l’ambiance « jazz » de Didier Chasteau au piano, musicien français de renom, conjoint de l’artiste-peintre québécoise. Nathalie Frenière peint avec des huiles diluées qu’elle travaille à la spatule. Sa technique crée des effets vaporeux et des fondus où elle côtoie l’abstraction et la figuration. À travers ces tableaux, on reconnaît le caractère des peintures impressionnistes à dire la lumière. Son œuvre s’inspire d’une peinture spontanée aux atmosphères profondes.

« Le ciel est devenu un sujet d’inspiration pour moi. Il est toujours en mouvement, il est un spectacle en constante mutation. Il fait partie intégrante de notre vie tous les jours. Mes œuvres sont inspirées du moment présent. Je ne cherche pas à créer l’idéal ou à reproduire la nature, mais interpréter selon mon regard intérieur. » Notons les études en art de Frenière en Europe. D’où la singularité du savoir technique et des images intemporelles. Merci à Nikolina oKuka, pour cette exposition de prestige. Galerie d’art uNo, 809, avenue Cartier, Québec (Qc), 418-523-9785

 

Été 2018

La Galerie d’art uNo présentait du 1er mai au 3 juin 2018 l’exposition…

Nouveau départ, 18 x 24 po, 2018

Jacques Landry

Un bel été occupé

Les gens qui font l’événement

L’artiste Jacques Landry crée à sa façon, et bien souvent de mémoire, les éléments distinctifs du petit village de sa jeunesse. Des musiciens animent les lieux et ses œuvres se transforment au gré des saisons avec une touche fantaisiste et une signature unique. « La musique agrémente la vie et mes œuvres vous la rendront encore plus belle. Nous entretenons avec les lieux des sentiments particuliers et sans comprendre pourquoi on se sent bien, » mentionne Jacques Landry.

Ses œuvres seront à la Galerie du Lac à Venise-en-Québec toute l’année ; cette galerie est située dans l’ancien presbytère de ce magnifique village près du Lac Champlain. Le Centre d’exposition du Vieux Presbytère de Saint-Bruno-de-Montarville accueille l’artiste pour une exposition sous le thème « Nostalgie » du 22 juillet au 26 août 2018 ; il y présentera plusieurs œuvres du Saint-Bruno d’antan et le vernissage sera le 22 juillet à 14 h. Son œuvre intitulée Merci Félix se retrouve dans un livre de poésie produit par Les Éditions mp tresart sous le thème La musique de l’âme .

L’artiste participera au Symposium Découvr’art dans le secteur du Vieux Cap-Rouge les 2 et 3 juin, et à Bromont en Art les 24, 25 et 26 août, sur la magnifique rue Shefford au cœur du vieux village de Bromont. Vous pouvez le suivre sur sa page Facebook.

 

Été 2018

L’artiste Jacques Landry crée à sa façon, et bien souvent de mémoire…

L’Expo Galerie AAPARS à La Prairie

un très beau succès !

Les gens qui font l’événement

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) a remporté un vif succès avec l’Expo-Galerie, qui s’est tenue pour la première fois au Centre multifonctionnel Guy-Dupré à La Prairie, les 24 et 25 mars derniers. Près de 1 400 visiteurs sont venus admirer les œuvres de plus d’une centaine d’exposants. Les acquéreurs se sont procuré des œuvres totalisant près de 28 000 $.

Les visiteurs ont apprécié les œuvres de l’artiste invité, Monsieur François Faucher, peintre reconnu internationalement, qui a déclaré : « J’aimerais remercier le comité organisateur de l’AAPARS de m’avoir choisi comme artiste invité pour l’Expo Galerie de La Prairie. Je suis fier d’avoir participé à ce bel événement. De plus, je tiens à souligner le travail exceptionnel des bénévoles ainsi que la grande qualité des œuvres exécutées par les artistes. Bravo à vous tous et merci encore. »

L’AAPARS remercie Madame Julie Voyer, PDG de Gravité médias, d’avoir accepté la présidence d’honneur de cette exposition. Elle remercie également les organisateurs et organisatrices, ainsi que les nombreux bénévoles pour leur importante implication.


Sur la photo : La première rangée de gauche à droite : Mme Danielle Tremblay, présidente de l’AAPARS, Mme Line Valade, directrice aux expositions de l’AAPARS, Mme Chantal Chagnon, vice-présidente aux expositions de l’AAPARS, M. Donat Serres, maire de La Prairie, M. François Faucher, artiste invité, M. Richard Merlini, député provincial de La Prairie, M. Jean-Claude Poissant, député fédéral, Mme Julie Voyer, présidente d’honneur et PDG de Gravité média, Mme Lise Brousseau, présidente de Prism’Art, Mme Marie-Josée Bellemare, membre du conseil d’administration de la Caisse Desjardins de La Prairie, Mme Francine Laliberté, directrice de la maison Katéri. Crédit photo : Mme Pascale Breton, photographe professionnelle de Impression ‘Art

Été 2018

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS)…

Magnifico Azul, encre et vernis, 48 x 72 po

Showtime

à la Galerie ZEN

Les gens qui font l’événement

L’artiste-peintre et galeriste Esther Garneau offrira une performance artistique dans le cadre de son exposition Showtime, du 1er au 30 juillet. De fait, elle se livrera à un véritable marathon créatif les 6 et 7 juillet, de 10 h à 21 h où elle se plongera dans une séance intensive de création au sein de la Galerie ZEN, rue St-Jean à Québec, qui, pour l’occasion, prendra davantage la dynamique d’un atelier ouvert au public.

Inspirée par la démarche de l’artiste française Mireille Stricker-Puaud, Esther Garneau utilisera essentiellement des encres et de la peinture à vitrail sur de grands formats. L’artiste en profitera pour s’adonner à la technique spectaculaire du dripping, clin d’œil à Pollock qu’elle aime tant. Esther Garneau sait, voit et défend le sérieux de sa démarche. D’où l’engouement du public pour ses toiles gestuelles aux coloris tonitruants.

Esther Garneau s’est plongée corps et âme dans la peinture en 2010. Peintre et femme d’affaires, elle ouvrait la Galerie ZEN à Lac-Beauport en 2015. Deux ans plus tard, elle déménageait sur la rue Saint-Jean, dans le Vieux-Québec, avant d’ouvrir une deuxième galerie sur la rue Sous-le-Fort, dans le quartier Petit Champlain.


La Galerie ZEN est située au 1139, rue Saint-Jean et au 55, rue Sous-le-Fort, Québec (Qc)

581 994-8406

 

L’artiste-peintre et galeriste Esther Garneau offrira…

Roger Ricard et Lynn Garceau à la galerie d’art Céleste

Lynn Garceau

à la Galerie d’art Céleste

Les gens qui font l’événement

L’artiste peintre de renommée Lynn Garceau présentera, le dimanche 29 juillet, à la Galerie d’art Céleste, 285, rue Principale à Saint-Sauveur, une peinture en direct devant les spectateurs qui seront présents à la galerie.

 

Été 2018

L’artiste peintre de renommée Lynn Garceau présentera…

Jacques Baril, Cheval

Sculptures au Jardin Moore

Les gens qui font l’événement

Pour sa troisième édition, Sculptures au jardin reçoit un artiste de région éloignée du Québec, Jacques Baril. Ce dernier présentera un corpus de cinq œuvres intitulées La légende du lac (Abitibi). Le sculpteur s’adjoint aux 22 artistes sélectionnés dont les créations seront intégrées à la végétation des parcours aménagés du Jardin Moore de Mascouche. Le pavillon d’accueil pour sa part présente la collection privée du Festival de peinture de Mascouche à l’occasion de son trentième anniversaire.

Jardin à l’anglaise, dédié à la permaculture, le Jardin Moore et ses expositions de 2018 vous accueillent du 20 juin au 30 septembre.

 

Été 2018

Pour sa troisième édition, Sculptures au jardin reçoit un artiste…

Village de l'Isle Verte - Huile 36po x 60po_2

Reconnaissances multiples

pour Marcel Mussely

Les gens qui font l’événement

En février dernier, l’artiste peintre Marcel Mussely est devenu « Maître en beaux arts » au sein de l’Académie internationale des Beaux-arts du Québec (l’AIBAQ). Reconnu par un jury à ce titre de Maître en beaux-arts de haut niveau, M. Mussely se dit honoré et très fier de porter ce titre.

L’artiste peintre paysagiste s’est aussi vu décerner, en mars, la médaille de bronze dans le cadre du Prix international des galeries-2017, concours réservé aux membres du Mondial Art Academia (MAA). Il s’est mérité cette médaille de bronze dans la catégorie « paysage figuratif » avec son tableau intitulé Village de l’Isle Verte, huile de 36 x 60 po.

 

Été 2018

En février dernier, l’artiste peintre Marcel Mussely…

Nouveaux membres IAF

L’IAF : force vive

dans la reconnaissance d’artistes accomplis

Les gens qui font l’événement

C’est avec enthousiasme que l’Institut des arts figuratifs a accueilli le public lors du vernissage de clôture de l’exposition Signatures, dans les locaux d’Axart à Drummondville, le 29 avril dernier. Dans la même journée, l’IAF a tenu sa 33e Assemblée générale annuelle.

Pour former le nouveau CA, Pierre Morin, président, Kim Veilleux et Carole Bonneau, administratrices, ont renouvelé leur mandat pour 2 ans. Serge Babeux et Kim C Pelletier en seront à leur deuxième année. Deux nouveaux collaborateurs et artistes, Michel Monett et Manon D Gauthier complètent ce conseil d’administration. L’irremplaçable Nathalie Gagnon assure toujours les postes de trésorière et de secrétaire.

Fidèle à sa tradition, l’IAF a intronisé avec fierté 10 nouveaux artistes comme membres signataires. Le choix de ces artistes est l’aboutissement d’un processus d’évaluation rigoureux par le comité de sélection composé d’experts en arts visuels. L’IAF souhaite la bienvenue à : Jocelyne Bellemare, Martine Chassé, Claudine Dontigny, Jocelyn Fafard, Manon D Gauthier, Gabriel Lavoie, Marie-Claire Martel, Rolande Ouellon, Virginie Tanguay et Irena Zaras.

Les artistes membres signataires de l’IAF sont reconnus pour l’excellence de la pratique artistique dans laquelle ils évoluent, soit dans les arts visuels en deux ou trois dimensions. Ils se distinguent par la haute qualité de leur travail, tant pour la création que pour l’exécution et par les faits marquants de leur carrière professionnelle. Toutes les catégories et styles de figuration sont admis.

On peut voir le travail de ces artistes sur le site web :
www.institutdesartsfiguratifs.com.

C’est avec enthousiasme que l’Institut des arts figuratifs a accueilli…

Maisons d'artistes de Mont-Saint-Hilaire

Les maisons d’artistes

ouvrent leurs portes !

Les gens qui font l’événement

Les Muséales de Mont-Saint-Hilaire proposent une incroyable aventure culturelle en ouvrant les portes durant tout l’été de deux sites patrimoniaux exceptionnels que sont le Domaine Ozias-Leduc et la Maison Paul-Émile-Borduas. Le public est ainsi invité à marcher sur les traces de deux artistes mythiques de l’histoire du Québec.

Une excursion au Domaine Ozias-Leduc permet de visiter une authentique habitation rurale typique du XIXe siècle, où le célèbre peintre Ozias Leduc a vu le jour, ainsi que la superbe Maison familiale qu’il a dessinée et mise sur pied. Autrefois située sur un magnifique verger, celle-ci est maintenant un centre d’interprétation dédié au sage de la montagne et à son œuvre prolifique teintée de symbolisme.

La Maison Paul-Émile Borduas est un chef-d’œuvre architectural national qui incarne brillamment les élans créatifs modernes du peintre automatiste. Elle fut un lieu d’effervescence artistique et intellectuelle où Borduas a produit une quantité importante d’œuvres et rédigé le célèbre manifeste Refus Global. Vous y découvrirez la vie et l’œuvre de cet artiste d’avant-garde tout en profitant de la beauté du site situé au bord du Richelieu.

Le Domaine Ozias-Leduc est situé au 272, Chemin Ozias-Leduc et la Maison Paul-Émile-Borduas est située au 621, Chemin des patriotes Nord, Mont-Saint-Hilaire. Les deux sites sont ouverts au public les samedis et dimanches à partir du 26 mai, de 13 h à 17 h. Dès le 24 juin, les heures d’ouverture seront du jeudi au dimanche, de 13 h à 17 h.


Pour information, appelez au 450-536-3033 ou par courriel à reception@mbamsh.com.

Les Muséales de Mont-Saint-Hilaire proposent une incroyable aventure culturelle…

Anik17, La maison en tete II, mixte sur papier 29 x 23 cm

Expositions d’été

au Moulin La Lorraine

Les gens qui font l’événement

Le Moulin La Lorraine propose des expositions et activités culturelles tout au long de l’été, en un lieu exceptionnel où se côtoient nature, art et culture.

Avec In vivo, l’artiste et photographe Claude Gagné présente une série d’œuvres ayant comme point de départ le corps humain. Chaque œuvre cherche à exprimer une émotion particulière et nous questionne sur l’utilisation de la forme dans cette représentation. Par un jeu de découpages, d’assemblages et d’installations, des objets tridimensionnels, mobiles ou interactifs sont créés ayant comme base commune le médium photographique. Du 16 juin au 2 septembre. Claude Gagné sera présent le 29 juillet et invite le public à visiter l’exposition en sa compagnie.

L’exposition Paysages intérieurs pose un regard sur le territoire et ses frontières. L’artiste Anik Lachance y explore les thèmes de l’espace, de l’inconnu et de l’enracinement. À la croisée du réel, de l’imaginaire, du rêve et du voyage, les Paysages Intérieurs prennent vie et invitent à plonger dans un parcours initiatique et engageant. Une œuvre sensible et inspirée ! Du 16 juin au 16 septembre.

Parmi les autres activités estivales : On s’amuse chez Moulinette ! Un conte suivi d’un atelier de créativité pour toute la famille, du 20 juin au 19 août. Les Journées des Moulins offrant l’occasion d’explorer le moulin et sa meunerie, du 30 juin au 1er juillet. Le Pique-nique des créateurs, le 29 juillet. Et, de juin à octobre, une expérience sensorielle à 360 degrés dans un jardin coloré et parfumé, agrémenté d’un parcours de sculptures monumentales dont l’emblématique Arbre de vie de René Derouin et une toute nouvelle sculpture de Gilles Pedneault.


Pour information :

418-625-4400 ou info@moulinlalorraine.ca

Le Moulin La Lorrain propose des expositions et activités culturelles…

Man in the mirror, 36 x 36 po

Aro en exposition

au Carrousel du Louvre à Paris

Les gens qui font l’événement

L’artiste peintre Caroline Bergeron (Aro) sera en exposition au Carrousel du Louvre avec la galerie d’art MECENAVIE dans le cadre de la 22e édition du réseau ART Shopping, salon international d’Art Contemporain.

Du 25 au 27 mai 2018, ART Shopping Paris ouvrira ses portes pour trois jours dédiés à l’art contemporain au Carrousel du Louvre. C’est un événement incontournable pour les amateurs d’art, offrant l’opportunité à ces derniers de rencontrer et d’échanger directement avec des artistes internationaux de renommée. Accompagnée par MECENAVIE, Aro fera vivre une expérience artistique unique aux visiteurs du salon en exposant trois œuvres abstraites : Balance of Myself, Dance with Grace et Man in the Mirror.

Caroline Bergeron, plus connue sous le pseudonyme Aro, est une artiste peintre née à Québec en 1975. Artiste autodidacte passionnée par l’art abstrait, Aro se définit comme Authentique, Romantique et Originale. Chaque œuvre a son histoire, teintée par son état émotif. Son désir de mouvement et sa quête d’équilibre lors de son processus de création font de son travail des œuvres vivantes. Ses choix de couleurs reflètent les vibrations de son univers intérieur. La diversité de ses rencontres influence ce qu’elle est et la façon dont elle crée. Pour sa 22e édition, ART Shopping compte accueillir près de 10 000 visiteurs. Avec un programme éclectique riche regroupant plus de 1 700 œuvres sélectionnées avec soin parmi 450 artistes internationaux.

 

Été 2018

L’artiste peintre Caroline Bergeron (Aro) sera en exposition…

Martin Blanchet, Dentelle de février, 24 x 40 po

Festival de peinture à Mascouche

Une passion qui dure depuis 30 ans

Les gens qui font l’événement

Il y a déjà 30 ans, un groupe de généreux bénévoles, passionnés de culture, organisait la toute première manifestation en arts visuels présentée à Mascouche, laquelle allait ensuite donner lieu à une longue série de rendez-vous entre artistes peintres et amateurs d’art. Durant trois décennies, cet organisme a su se positionner comme l’un des événements-phares dans la municipalité. Il s’inscrit comme la plus importante compétition en arts visuels de Lanaudière. Sa notoriété lui a permis d’attirer des artistes reconnus à l’échelle de la province, d’ailleurs au canada et à l’extérieur du pays, d’accueillir de grandes collections et de travailler en collaboration avec de prestigieuses galeries d’art québécoises.

À l’occasion de son 30e anniversaire, le comité organisateur du Festival de peinture a voulu rendre hommage à cette ville qui a vu naître l’événement et l’a toujours soutenu. Pour célébrer la richesse exceptionnelle du paysage mascouchois et de son patrimoine bâti, l’art de Martin Blanchet s’est imposé comme un incontournable. Véritable ambassadeur de nos paysages québécois, Martin Blanchet possède une feuille de route riche en reconnaissances de toutes sortes. Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections corporatives et privées et sont présentées dans certaines des meilleures galeries, dont la galerie d’art Michel Bigué, collaboratrice à l’organisation de l’exposition ici présentée.

Ce très attendu solo de Martin Blanchet sera présenté au parc du Grand-Coteau de Mascouche, du 1er au 3 septembre prochain, lors du Rendez-vous 2018 du Festival de peinture, qui réunira encore une fois tout près d’une centaine d’artistes de tous niveaux et de tous styles.

 

Été 2018

Il y a déjà 30 ans, un groupe de généreux bénévoles…

OTTAWA 2018v2

OTTAWA

Région de la Capitale Nationale

Au Musée des beaux-arts du Canada, l’exposition Trésors impressionnistes. La collection Ordrupgaard présente des chefs d’œuvre de ce réputé musée de Copenhague et de sa collection remarquable d’œuvres des plus grandes figures de la peinture française au XIXe siècle. Agencés avec brio, les paysages lumineux de Corot, Monet, Sisley et Pissaro côtoient le naturalisme de Courbet, les natures mortes de Manet et Matisse, les portraits intimistes de Renoir et Morisot et l’imaginaire de Gauguin. Cette exposition de 76 tableaux est aussi une occasion unique de découvrir des œuvres exceptionnelles de la grande époque de l’art danois, avec des artistes comme C.W. Eckenberg et Vilhelm Hammershøi. Jusqu’au 9 septembre 2018.


Aussi à l’affiche du MBAC, l’exposition L’espace d’un instant. Cinquante ans de collectionnement de photographies permet aux visiteurs de retracer l’évolution de la collection de photographies du Musée des beaux-arts du Canada, de 1967 à nos jours. Du daguerréotype au numérique, du monochrome à la couleur hyper saturée, l’exposition souligne la capacité de la photographie à refléter l’air du temps et à témoigner des univers publics et secrets des photographes. Jusqu’au 16 septembre 2018.


Le Musée des beaux-arts du Canada présente également une rétrospective consacrée à l’orfèvre Laurent Amiot, considéré l’un des praticiens canadiens les plus influents du XVIIIe et XIXe siècles, ayant redéfini l’orfèvrerie à un point tel qu’il en a fait un art. Laurent Amiot. Maître-orfèvre canadien rassemble une sélection exceptionnelle de pièces en argent de la collection du MBAC et de diverses collections institutionnelles et particulières à travers le monde. Jusqu’au 23 septembre 2018.


Avec l’exposition Les Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques 2018 le MBAC souligne le travail de huit artistes canadiens reconnus cette année pour leur carrière remarquable dans les domaines des arts visuels et médiatiques. Ces lauréats exceptionnels sont : Glenn Alteen, Bruce Eves, Wyn Geleynse, Spring Hurlbut, Midi Onodera, Sandra Semchuk, Adrian Stimson, et Jack Sures, le gagnant du Prix Saidye-Bronfman pour l’excellence en métiers d’art. Jusqu’au 5 août 2018.


Au MBAC toujours, PhotoLab 4 : Exposition du Prix Nouvelle génération de photographes fera découvrir les œuvres de trois lauréates de ce Prix, Elisa Julia Gilmour, Meryl McMaster et Deanna Pizzitelli. Ce prix récompense le travail remarquable de Canadiens de trente ans et moins qui évoluent dans le domaine des arts photographiques. Jusqu’au 19 août 2018.

 

Été 2018

Au Musée des beaux-arts du Canada, l’exposition…

GATINEAU 2018v2

GATINEAU

Région de l’Outaouais

Madame Lisette Lacombe Gill expose ses œuvres à la bibliothèque de la Maison de la Culture, au 25 rue Laurier à Gatineau. Du 28 juillet au 7 septembre 2018. Les heures d’ouverture de la bibliothèque sont de 10 h à 20 h, tous les jours de la semaine.

 

Été 2018

Madame Lisette Lacombe Gill expose ses œuvres à la bibliothèque…

STHONORE JUILLET 2018v2

SAINT-HONORÉ

Région du Saguenay-Lac Saint-Jean

Le Festival Saint-Honoré dans l’Vent dévoile les détails de sa programmation pour sa 20e édition. En collaboration avec Niobec, présentateur officiel, le Festival promet d’éblouir avec une programmation complètement renouvelée et des activités originales. Pour célébrer ses 20 ans, le festival offre en soirée d’ouverture un spectacle, présenté par l’Orchestre Symphonique du Saguenay-Lac Saint-Jean, combinant musique orchestrale et cerfs-volants. Le volet international du festival sera assuré par des cerfs-volistes d’Indonésie, de France, d’Allemagne et des États-Unis. Comme toujours, la famille sera au cœur de la programmation, de nombreuses activités étant destinées aux enfants. Et parmi les incontournables : souper dans les rues, spectacles musicaux, feu d’artifice et traditionnel Vol de nuit d’Hydro-Québec. À ne pas manquer, du 14 au 17 juin 2018.

 

Été 2018

Le Festival Saint-Honoré dans l’Vent dévoile les détails…

Victoriaville_TEST

VICTORIAVILLE

Région du Centre du Québec

L’art de la création au pastel sera un rendez-vous coup de cœur de l’été alors que le Musée de l’Hôtel des Postes sera l’hôte de la 21e édition de l’exposition Pastel toujours, organisée par la Société de Pastel de l’Est du Canada. L’exposition qui s’installera cette année au Musée de l’Hôtel des Postes présentera, sur les deux premiers étages du bâtiment, environ 100 œuvres réalisées par une soixantaine d’artistes. Ce sera l’occasion de découvrir le pastel et ses multiples possibilités. Le spectateur pourra apprécier le velouté de la matière, la luminosité et les textures de ces créations au pastel sec offrant des techniques, couleurs, styles et sujets variés. Du 3 juin au 8 septembre 2018. Plusieurs activités en lien avec l’art du pastel seront également offertes tout au long de l’été. La programmation estivale complète des activités du Musée Laurier est disponible en ligne au museelaurier.com.

 

Été 2018

L’art de la création au pastel sera un rendez-vous…

SAINTBRUNO JUILLET 2018

SAINT-BRUNO-DE-MONTARVILLE

Région de la Montérégie

L’AAPARS est fière de présenter la 11e édition du Circuit des Arts de Saint-Bruno-de-Montarville. Cet événement permet à la population non seulement d’entrer dans les ateliers mais de s’imprégner des inspirations créatrices de ces artistes peintres. Cette année, 15 ateliers d’artistes de Saint-Bruno ouvriront leurs portes en compagnie de leurs artistes invités. En tout, les visiteurs auront le privilège de rencontrer et d’échanger avec 29 artistes le long du parcours, dans un décor chaleureux et une ambiance amicale. Monsieur Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville sera le porte-parole de l’événement. Les informations générales, le plan du circuit et une œuvre de chaque artiste participant sont disponibles sur le site circuitdesartssaintbruno.com. Coup de cœur assuré pour les visiteurs, les 22 et 23 septembre 2018, de 10 h à 17 h.

 

Été 2018

L’AAPARS est fière de présenter la 11e édition du Circuit des Arts…

MONTREAL JUILLET 2018

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente dans le Carré d’art contemporain Motion – Émotion, la dernière série des « Tornades » de l’artiste français Jean-Michel Othoniel. Suspendues dans l’espace, ces imposantes sculptures monochromes, faites d’acier et d’aluminium, évoquent par leurs mouvements torsadés et leurs tailles imposantes la violence des changements climatiques. L’exposition s’accompagne de sept estampes à l’encre sur feuille d’or blanc marouflé sur toile, qui témoignent du cheminement de l’artiste depuis la création de Nœud Pivoine aux séries des « Lotus » et « Tornades ». Du 20 juin au 11 novembre 2018. Le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein du MBAM intègre, depuis son inauguration en 2016, Le Nœud Pivoine de Jean-Michel Othoniel ; cette sculpture de l’artiste est composée de 212 perles de verre miroir et d’acier inoxydable.


À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, le MBAM a invité sept artistes de notre diversité artistique à créer une œuvre inspirée de sa collection des cultures du monde. Artistes confirmés ou émergents ont été conviés à exprimer dans leur œuvre un dialogue transhistorique et contemporain sur le thème des collections anciennes du MBAM portant sur l’art africain, asiatique, méditerranéen et oriental, et précolombien. Leurs créations seront révélées en préfiguration de la nouvelle Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble. Du 28 août 2018 au 4 août 2019.

 

Été 2018

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente dans le Carré d’art contemporain…