Magazin'Art

sculpture

MONTREAL JUILLET 2018

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Trois sculptures monumentales de l’artiste Magdalena Abakanowicz (1930-2017), Figures marchant, ont fait une entrée remarquée dans la collection du Musée des beaux-arts de Montréal. Ces impressionnantes figures arpentent le Sentier de la Paix, situé dans  le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, sur la terrasse du niveau 3. Une impressionnante opération technique a dû être mise en branle afin d’installer les trois sculptures sur la terrasse. Les trois silhouettes de l’œuvre Figures marchant symbolisent la démocratie et l’un de ses principes, la liberté d’expression indi- viduelle. Elles sont  tirées d’un ensemble de 16 figures exécutées  entre 2004 et 2006 à la fonderie de Śrem en Pologne, réalisées sous la direction de Magdalena Abakanowicz alors âgée de 76 ans. Toutes sont différentes, chacune ayant été soigneusement conçue comme une œuvre unique.


Le Musée des beaux-arts de Montréal organise la première rétrospective en sol canadien de l’œuvre de l’Américain Alexander Calder : Calder. Le monde mobile d’un inventeur radical. Cette monographie d’envergure met l’accent sur l’ingéniosité de cet artiste qui a mis la sculpture en mouvement avec ses mobiles et ses stabiles. Cette exposition trouve à Montréal une résonance toute particulière, puisque le stabile géant L’Homme, commandé pour Expo 67 et érigé au parc Jean-Drapeau sera restauré en 2018. Du 22 septembre 2018 au 17 février 2019.


Toute première exposition du Musée des beaux-arts de Montréal consacrée aux livres d’heures de l’époque médiévale et de la Renaissance, Lumineuses enluminures offre l’occasion de découvrir un patrimoine méconnu à travers une sélection remarquable d’enluminures et de reliures conservées au Québec, datant du 13e au 16e siècle. Recueils de prières destinés aux laïcs, les livres d’heures sont popularisés auprès des fidèles chrétiens. Ces ouvrages manuscrits étaient pour la plupart personnalisés et enluminés de peintures miniatures – les enluminures – illustrant la vie du Christ, des saints ou de la Vierge. Au Centre des arts graphiques, Pavillon Jean-Noël Desmarais, niveau 2. Jusqu’au 6 janvier 2019.


La France est à l’honneur au Musée Stewart – Pour sa saison  2018-2019, le Musée offre une fascinante incursion dans la Ville Lumière avec un riche programme culturel qui met en vedette des historiens internationaux et célèbre la culture française sous toutes ses formes. L’exposition Paris en vitrine – Les boutiques au 18e siècle nous transporte dans la capitale en pleine effervescence commerciale, artistique et intellectuelle. Proposant un livret de visite rédigé à la manière d’une guide de voyage du 18e siècle, l’exposition nous fait traverser trois quartiers de l’époque situés de part et d’autre de la Seine : La Cité, La Ville et l’Université. Ils concentrent de nombreuses boutiques révélant tout le savoir-faire des artisans français, ainsi que le goût raffiné et exotique des marchands parisiens. Près de 400 artéfacts français des  collections du Musée Stewart recréent l’univers de ces boutiques réputées par les voyageurs et l’aristocratie française qui les fréquentaient. Jusqu’au 24 mars 2019.


Le Musée Stewart célébrera l’Halloween an proposant une activité spéciale originale qui repousse les limites d’une visite classique. Munis d’une lampe de poche, les plus petits pourront parcourir l’exposition permanente Histoire et Mémoires, plongée dans le noir avec ambiance sonore et décorée pour l’occasion. Grâce au jeu de piste « Où se cachent les intrus ? » les familles partiront à la recherche de créatures et d’objets d’Halloween dissimulés dans l’exposition. Ceux et celles ayant repéré tous les personnages auront droit à une  surprise sucrée à la fin du parcours. Les visiteurs de tous âges sont aussi invités à se présenter costumés au Musée. Le week-end du 27 et 28 octobre 2018, de 10 h à 17 h.


La Galerie d’art Stewart Hall accueille Trajectoires, une exposition itinérante du Conseil des arts de Montréal en tournée, qui regroupe trois artistes montréalaises nées ailleurs et qui ont vécu le processus d’immigration. Khadija Baket (Syrie), Dorothée Nowak (France-Pologne) et Lysette Yoselevitz (Mexique) ont des pratiques artistiques qui, sans être axées sur les questions de l’immigration, en reflètent certainement l’influence. Ces déplacements vécus d’un pays à l’autre sont ancrés dans leurs démarches. Au 176, Chemin du Bord-du-Lac à Pointe-Claire, jusqu’au 14 octobre 2018.


Candidate au doctorat en sociologie à l’UQAM, Annabelle Ponsin s’intéresse aux questions de mobilité, d’immigration et d’immersion. Elle interroge les manières dont les identités se forment dans le mouvement. Son projet de résidence Entre !, qu’elle investira sur place durant 4 semaines, vous invite à co-créer un antre réflexif du sentiment de chez-soi. En complémentarité à l’exposition Trajectoires, Annabelle Ponsin interroge nos manières d’habiter dans le mouvement :   qu’est-ce qui forme nos trajectoires de vie, nos mobilités quotidiennes, qu’est-ce que nos cartographies subjectives disent de nous, de notre rapport à l’espace, au « chez soi » ?  Profiter de sa présence à la Galerie d’art Stewart Hall, jusqu’au 29 septembre 2018, pour en découvrir davantage.

 

Automne 2018

Trois sculptures monumentales de l’artiste Magdalena Abakanowicz…

Jacques Baril, Cheval

Sculptures au Jardin Moore

Les gens qui font l’événement

Pour sa troisième édition, Sculptures au jardin reçoit un artiste de région éloignée du Québec, Jacques Baril. Ce dernier présentera un corpus de cinq œuvres intitulées La légende du lac (Abitibi). Le sculpteur s’adjoint aux 22 artistes sélectionnés dont les créations seront intégrées à la végétation des parcours aménagés du Jardin Moore de Mascouche. Le pavillon d’accueil pour sa part présente la collection privée du Festival de peinture de Mascouche à l’occasion de son trentième anniversaire.

Jardin à l’anglaise, dédié à la permaculture, le Jardin Moore et ses expositions de 2018 vous accueillent du 20 juin au 30 septembre.

 

Été 2018

Pour sa troisième édition, Sculptures au jardin reçoit un artiste…

SAINT-FAUSTIN – LAC-CARRÉ

SAINT-FAUSTIN – LAC-CARRÉ

 Région des Laurentides

La Maison des Arts Saint-Faustin présente pour la douzième année consécutive son exposition DADA , un événement unique à ne pas manquer. La seule exposition DADA au Québec ! Le DADA c’est aller à l’encontre de toutes les idées habituelles sur l’art. Peu importe leur discipline, les artistes sont invités à créer une pièce unique. Que ce soit sous forme d’un tableau, d’une sculpture, d’un texte, d’un vêtement ou d’une installation, l’œuvre doit faire preuve de créativité et d’imagination. Une œuvre DADA n’est pas nécessairement une œuvre que l’on installera dans son salon. Chose certaine, elle doit passer un message et susciter des réactions diverses. Elle peut émouvoir, faire rire et réfléchir ou peut-être même déranger, tout en demeurant respectueuse. Jusqu’au 12 juin 2018.

 

Printemps 2018

La Maison des Arts Saint-Faustin présente…

La nostalgie en 3D de Jocelyne Ménard

Nostalgie en 3D

de Jocelyne Ménard


Du 1er au 30 mai, l’artiste-peintre Jocelyne Ménard présente une collection d’oeuvres en 3D unies sous le thème de la nostalgie à la Galerie ZEN  de Québec.

Pendant toute l’exposition, une installation grandeur nature réalisée par Jocelyne Ménard sera aménagée dans la vitrine. «Ce sera exceptionnel; l’installation fera 7 pieds par 8 pieds, alors qu’habituellement, l’artiste crée des pièces de format miniature», exprime la directrice de la Galerie ZEN, Esther Garneau.

L’exposition de Jocelyne Ménard met la Ville de Québec en vedette, en particulier avec l’Auberge du Vieux-Québec, la porte Saint-Jean, et le Quartier Petit Champlain, avec un clin d’oeil à la Galerie ZEN.

Nostalgie en 3D de Jocelyne Ménard

Nostalgie en 3D de Jocelyne Ménard

Scènes d’antan et objets recyclés

Jocelyne Ménard a étudié les arts plastiques à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Sa passion pour la création n’a cessé de s’épanouir au fil du temps.

Si les scènes québécoises d’antan forment la pierre angulaire de l’oeuvre de Jocelyne Ménard, les objets recyclés sont mis en valeur sur ses tableaux à l’acrylique en 3D. Ces objets, trouvés dans les marchés aux puces et les ventes de garage, sont intégrés aux tableaux pour créer l’effet de la troisième dimension.

L’artiste aime prolonger la vie des objets en les détournant de leur usage original, comme une bobine de fil en métal pour machine à coudre, revampée en poulie de corde à linge! Ou un contenant de plastique pour pellicule de film transformé en transformateur électrique.Ainsi, ces menus objets trouvent une nouvelle vie!

Jocelyne Ménard donne un éclairage nouveau aux objets, qu’elle intègre dans des scènes d’antan, avec un regard porté vers l’avenir.


Le vernissage de Nostalgie aura lieu le mardi 1er mai de 14h à 19h.

Galerie Zen

1139 rue St-Jean, Québec, G1R 1S3

Téléphone: (1) 581-994-8406

galeriezen@gmail.com

 

Horaire régulier :

Lundi au dimanchei : 11 h à 17 h
Entrée libre

 

 

l’artiste-peintre Jocelyne Ménard présente une collection d’oeuvres en 3D unies sous le thème de la nostalgie…

Annie Conceicao-Rivet

Annie Conceicao-Rivet

artiste multidisciplinaire


Du 4 avril au 3 juin 2018, le Centre d’art Diane-Dufresne invite à la découverte d’Annie Conceicao-Rivet, une artiste multidisciplinaire qui s’intéresse à la trace laissée par le corps humain dans son utilisation d’un objet placé au recyclage. La rencontre des masses : études et prototypes comprend des sculptures, des aquarelles, des collages et des dessins. Une exposition à ne pas manquer!

Se réapproprier la matière résiduelle comme matériau de production artistique

Plusieurs œuvres présentées dans cette exposition ont été produites dans le cadre d’une résidence d’artiste effectuée en Finlande, en 2012. Une série d’autres œuvres réalisées par la suite, en atelier, à Montréal, viennent compléter la collection où deux grands principes sont à la base des expérimentations : l’empreinte et la matière résiduelle à son sens large, comme matière rejetée lors de la production artistique. L’exposition s’inscrit ainsi dans une démarche de réappropriation de cette matière résiduelle, matière de création et de consommation, en tant que matériau de production artistique.

©Annie Conceicao-Rivet

Au moyen de procédés d’empreinte simples (pochoir, tracé de contours, ombre chinoise ou frottis), l’artiste cherche à saisir les modifications géométriques, ainsi que les propriétés du matériau de fabrication de l’objet récupéré. La présence du corps est aussi fondamentale dans la pratique d’Annie Conceicao-Rivet. En performance, il est un matériau peint ou transformé par l’ajout de prothèses artisanales, prêt à se mouvoir devant public ou à être analysé et montré partiellement par l’entremise de la caméra. Ce corps de la performance est aussi morcelé, car moulé en partie, devenant ainsi la base d’une production sculpturale anthropomorphique.

©Annie Conceicao-Rivet

Active depuis 2003 dans le milieu des arts visuels, l’artiste originaire de Lanaudière détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle est également récipiendaire de nombreuses bourses dans le domaine : bourse en recherche-création du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en 2010, bourse de l’atelier-résidence du CALQ en Finlande, en 2012, deux bourses de la SODEC, en 2013 et 2016. Depuis 2008, elle travaille auprès des étudiants de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM et elle enseigne les arts visuels au collégial.

Le Centre d’art Diane-Dufresne est le seul centre de diffusion en arts visuels et en métiers d’art en importance de la région du sud de Lanaudière. Il propose de découvrir les expositions en cours à travers des visites commentées et dirigées par un guide spécialisé.


Horaire régulier :

Mercredi au vendredi : 13 h à 17 h  |  Samedi et dimanche : 10 h à 17 h
Entrée libre


Le Centre d’art Diane-Dufresne est situé au 11, allée de la Création, Repentigny, QC  J6A 0C2.

 

La rencontre des masses : études et prototypes comprend des sculptures, des aquarelles, des collages et des dessins.

Blue man

Toutes dimensions confondues

Un mariage réussi de la ligne et de la forme

Les gens qui font l’événement

Artiste pluridisciplinaire, peintre et sculpteure, Johanne Senay dessine des visages depuis son plus jeune âge. Fascinée par l’expression visuelle, elle s’inspire de ses écrits journaliers pour y puiser une énergie créatrice qui la conduit dans des univers empreints d’émotions et de sensibilité.

Récemment reçue membre signataire de l’Institut des Arts Figuratifs du Québec (I.A.F.), une association d’artistes professionnels reconnus pour l’excellence de leur travail en art figuratif, elle est également Chevalier académicienne de Mondial Art Academia, une association française basée sur la sélection d’artistes de talent. En 2016, elle a été parmi les finalistes du festival de peinture Rêves d’automne tenu à Baie-Saint-Paul. En juillet dernier, la Galerie Gisèle Boulianne de la ville de Québec l’a accueillie pour une exposition de ses œuvres et une démonstration de peinture en direct.

Bien ancrée dans son milieu, Johanne Senay s’implique activement au sein de la nouvelle Route des Arts et Saveurs du Richelieu, un parcours artistique et gourmand qui vient de voir le jour en Montérégie.


Pour la suite des événements qui la concernent, on peut consulter son site web :
www.johannesenay.com

Hiver 2018

Artiste pluridisciplinaire, peintre et sculpteure, Johanne Senay dessine des…

MAGAZINART saison hiver 2018 sherbrooke

SHERBROOKE

Région de l’Estrie

Au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, l’exposition Henry Wanton Jones. Démasqué ! présente une soixantaine d’œuvres picturales et une dizaine de sculptures. Il s’agit de la toute première rétrospective consacrée au travail d’un artiste québécois qui séduit le public et les collectionneurs depuis plus de 40 ans. Né en 1925 à Waterloo dans les Cantons-de-l’Est, Henry Wanton Jones a fait partie des « rebelles » qui, en 1950, exposaient en marge du Salon du Printemps du Musée des beaux-arts de Montréal. De la même génération que les peintres Jean-Paul Riopelle, Marcelle Ferron et Pierre Gauvreau, il a marqué notre quête de la modernité. Le langage plastique de l’artiste, qui dénote une tendance pour le surréalisme, demeure unique dans l’histoire de la peinture canadienne. Jones met en scène des situations souvent équivoques, représentant autant des chevaux accompagnés de nus sensuels, des portraits masqués, des autoportraits et des natures mortes. Véritable poésie visuelle, son œuvre témoigne d’un humour et d’une sensibilité qui marquent l’imaginaire. Jusqu’au 17 février 2018.

Hiver 2018

Au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, l’exposition Henry Wanton Jones…

Statera_PeterGnass2 copie

Une imposante sculpture du grand artiste Peter Gnass

dévoilée sur le quai du Traversier de Sorel-Tracy

Les gens qui font l’événement

Le dévoilement d’une impressionnante œuvre d’art public réalisée par l’artiste de renommée internationale Peter Gnass a eu lieu en juillet dernier, sur le quai du Traversier de Sorel-Tracy. Sur l’invitation du regroupement indépendant pour la relance économique de la région de Sorel-Tracy (RIRÉRST), des dignitaires de la région de Sorel-Tracy, des représentants du milieu culturel et touristique québécois se sont déplacés pour l’occasion. Figure marquante de l’art contemporain québécois, Peter Gnass n’a pas déçu en présentant l’œuvre Sorel-Tracy, Nature-Culture, véritable hommage à sa région d’adoption.

Le dévoilement de l’œuvre marque le compte à rebours avant l’ouverture de l’attraction touristique produite par le RIRÉRST, Statera, la 104e île, en juin 2018. Sorel-Tracy, Nature-Culture est une sculpture de type anamorphique largement inspirée de la thématique de Statera (balance en latin). Elle met en lumière une caractéristique particulière de la région : celle d’avoir su préserver le fragile équilibre entre les mondes naturels et industriels. L’imposante installation de Peter Gnass est composée en partie d’un équipement maritime d’origine, en référence à l’industrie navale qui a été le cœur de l’activité économique de Sorel-Tracy pendant la seconde guerre mondiale. L’œuvre Sorel-Tracy, Nature-Culture sera exposée sur le quai du Traversier de Sorel-Tracy jusqu’en 2019.

Automne 2017

Le dévoilement d’une impressionnante œuvre d’art public réalisée par l’artiste…

Panache (détail), racine de pin, plus de 6 pieds de largeur, collection privée

Magicien de souche

Michel Lajeunesse

Formes, volume et espace

L’article que vous tenez entre les mains, bien que court, a pris du temps à rédiger. Pourquoi ? Parce que l’être que je rencontre tient à laisser une empreinte qui lui plaît telle une plante qui veut être photographiée en période de floraison. C’est le seul interviewé qui, à ce jour, m’a demandé une relecture. Je pèserai donc chaque phase, que dis-je ? Chaque mot. Je veux, tout comme lui, que le texte soit à la hauteur de son talent, que cette page soit magique et qu’en passant à travers elle, tout comme le miroir d’Alice, on découvre un monde fabuleux de l’autre côté.

La nourriture spirituelle de Michel Lajeunesse c’est la nature, les animaux, la forêt. Son père était un artiste également et il l’a initié au dessin plutôt qu’au hockey dès son jeune âge, le prédestinant ainsi à son futur emploi. Le talent est donc héréditaire même si, par la suite, le fiston a fréquenté l’école des Beaux-Arts.

Une  fois adulte, au cours de sa première vie, notre homme tenait un commerce. Dans le but de nourrir sa famille, il besogne dans le lettrage, la calligraphie, le graphisme et l’illustration. Il introduit au Québec les enseignes de bois enjolivées de feuilles d’or. Dans cette discipline, il gagne des prix internationaux, fait la une de magazines américains et il est l’objet de reportages ainsi que d’émissions télévisées. C’est à cette période qu’il apprend le maniement des gouges, les propriétés de la matière ligneuse et mille et une techniques du métier qui lui seront essentielles plus tard. « On ne s’improvise pas artiste, on forge son art ! »

Ses plus grandes influences proviennent de l’époque d’Alfons Mucha, durant laquelle l’esthétique des lignes ainsi que l’élégance des rythmes et des couleurs régnaient. C’était le mouvement de l’Art Nouveau (1890-1914). Parmi les contemporains, Lajeunesse affectionne, entre autres, l’artiste multidisciplinaire Hubbell qui construit des structures organiques, un peu à la manière de Gaudi Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Robert Lafontaine

L’article que vous tenez entre les mains, bien que court, a pris du temps à rédiger…

Inaccessible - détail Claude-Félix Pomerleau

Moulin La Lorraine

Une 10e année de présence artistique

Les gens qui font l’événement

Actif dans le milieu des arts et de la culture depuis 10 ans déjà, le Moulin La Lorraine de Lac-Etchemin est reconnu pour l’excellence et la diversité de ses propositions.

À la Salle Pierre-Beaudoin, plus de 30 artistes participent à l’exposition­ concours « Penser le temps » organisé pour souligner le 10e anniversaire du Moulin, une  exposition éclectique présentée jusqu’au 28 mai. Le public peut aussi appré­cier, jusqu’au 11 juin, les sculptures de Claude-Félix Pomerleau, créations épurées de cuivre, aluminium, laiton ou bois, ras­semblées dans le Hall du Moulin sous le thème « jardin de métal ». Dans la Salle des Courroies, on peut admirer un corpus de 18 tableaux foisonnants réalisés par l’artiste Paule Genest. Cette  exposition intitulée « Fragments d’une  métamorphose » montre une série exaltée d’acryliques sur papier noir, travaillés au pinceau chinois, jusqu’au 4 juin.

À compter du 17 juin, le Moulin présen­tera, à la Salle Pierre-Beaudoin, une exposi­tion du musée de la civilisation, intitulée « Mémoire de village », qui permettra au public de contempler le travail d’une artiste québécoise, Thérèse Sauvageau, reconnue pour ses scènes pittoresques et documen­taires de la vie d’autrefois. Des photogra­phies anciennes et une sélection d’objets apparentés seront aussi présentés dans le Hall et la Salle des Courroies sous le titre « Témoins du passé », une exposition histo­rique et thématique organisée en partena­riat avec le comité des fêtes du 150e de Lac­-Etchemin. Ces deux expositions resteront en salle jusqu’au 17 décembre.

Été 2017


Pour plus de détails sur la programmation moulinlalorraine.ca. Le Moulin La Lorraine est situé au 1286, route 277, Lac-Etchemin. Pour information 418 625-4400 ou info@moulinlalorraine.ca

Actif dans le milieu des arts et de la culture depuis 10 ans déjà, le Moulin La Lorraine de Lac-Etchemin est reconnu pour l’excellence et la diversité de ses propositions…

Amalgame

Clodoul, artiste invité

au Printemps de la sculpture à Sainte-Adèle en mai

Les gens qui font l’événement

De  la région de Drummondville, Clodoul sculpte le bois recyclé depuis de nombreuses années. Selon l’artiste, la perception est le point de départ qui active sa créativité. Elle demeure souvent instinctive, involontaire. Lorsqu’elle survient, il se produit en lui un déclic, une sorte de reconnaissance qui devient une direction à suivre vers la découverte. L’observation est l’activité essentielle qui stimule et maintient son état créatif. La vision globale jumelée à la vision spécifique représente un duo choc permettant de libérer la cré-activité. « En vision  globale, je vois apparaître de multiples formes sur une  pièce de bois. La vision spécifique me permet une sélection élitiste. »

D’après Clodoul, l’aspect physique se met à l’œuvre pour donner vie à la vision. Il tente alors de représenter en trois dimensions sa vision bidimensionnelle. Au  fur et à mesure du développement d’une sculpture, il voit apparaître de nouveaux éléments qui s’intègrent inévitablement à l’œuvre. La sculpture remplace les mots, elle possède son propre langage. Par son  intermédiaire l’artiste exprime ses sentiments, ses émotions, son être. En sculpture il se sent total. « Il y a une   grandeur indescriptible qui apparaît lorsque le “je” disparaît. » Clodoul constate  qu’il ne sert à rien de  forcer la création. Elle s’exprime dans la liberté.

Été 2017

De la région de Drummondville, Clodoul sculpte le bois recyclé depuis de nombreuses années…

Liberté, bronze poli, 59 cm x 23 cm

Arlette Saheb Niedoba

L’art en toute liberté

Les gens qui font l’événement

Le Musée des maîtres et artisans du Québec a présenté jusqu’en avril « L’art en toute liberté », une exposition de bronzes et de toiles de l’artiste Arlette Saheb  Niedoba. Cette Laurentienne d’adoption est la créatrice du bronze du père Émile Legault placé à l’entrée de la salle de théâtre du même nom. L’artiste aux multiples talents explore au-delà de la sculpture diverses formes d’art : peinture, icônes, joaillerie, vitrail ; elle sculpte le bois et la pierre, travaille la glaise et la cire et marie géodes, bronze, marbre et granite. Toujours à la recherche de liberté elle refuse de cantonner son art à une forme unique d’expression. Sa démarche artistique s’inscrit et se poursuit au sein d’une longue carrière en éducation, de concert avec des études en Arts et Lettres.

Née en Égypte, Arlette Saheb Niedoba émigre au Canada en 1963. La sculpture est la forme d’art qu’elle privilégie et le bronze est son médium de prédilection. Sa passion créatrice pour l’agencement des Lettres et des Arts est doublée d’une profonde réflexion, à témoin, les textes poétiques qui accompagnent ses œuvres. Elle expose en groupe et en solo. On retrouve ses œuvres dans diverses collections privées au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Été 2017

Le Musée des maîtres et artisans du Québec a présenté jusqu’en avril « L’art en toute liberté », une exposition de bronzes et de toiles de l’artiste Arlette Saheb Niedoba.

Vers le nouveau monde, de La Rochelle à Ville-Marie, bronze et collage sur acrylique, 34 x 24 po

Ginette C. Trépanier

Je suis une mémoire visuelle…

Les gens qui font l’événement

C’est en poursuivant ses recherches entre le bronze et le papier matière que cette sculpteure a fait éclater des œuvres hybrides, du grand format au livre d’artistes. En quête  d’identité depuis sa tendre enfance, cette  artiste crée depuis plus d’une trentaine d’année des œuvres reliées à des thématiques. L’option de travailler par thématiques lui permet d’approfondir ses sujets et de laisser une plus grande place à l’exploration, tant au niveau de la forme que de la narration. Aborder l’œuvre de Ginette C. Trépanier, c’est entreprendre un voyage initiatique de plus de trente ans d’une carrière foisonnante où l’interdisciplinarité des arts visuels et de la littérature ont toujours été intrinsèquement liées. Elle vous dira « Je suis une mémoire. L’importance de chercher et de transmettre est fusionnée à mon souffle créateur et à ma vie. » De sa plume à son ciseau de sculpteure, sa forme d’expression est indélébile. Sa formation avec les maîtres à Pietra Santa en Italie est sans controverse l’influence dans sa signature visuelle.

Cette  artiste écrivaine en constante évolution nous surprend encore avec des créations composites, du passé à la modernité, une autre dimension à découvrir. Elle poursuit sa route en soutenant  la relève par des interventions ponctuelles et en réalisant des projets collectifs d’envergure.

Été 2017

C’est en poursuivant ses recherches entre le bronze et le papier matière que cette sculpteure…

PRINTEMPS DE LA SCULPTURE

Printemps de la Sculpture 2017


L’expo-vente Printemps de la Sculpture est de retour et aura lieu les 19-20-21 mai prochains à Saint-Adèle sous la Présidence d’honneur de M. le maire Robert Milot.

Cette année, plus de 40 sculpteurs seront au rendez-vous afin de vous présenter leurs dernières créations.

L’artiste invité Clodoul de la région de Drummondville sculpte le bois recyclé. Ses oeuvres colorées propose un langage particulier. De nombreuses activités auront lieu durant l’événement, dont des démonstrations de techniques de sculpture et la projection d’un documentaire sur le sculpteur québécois Robert Roussil (1925-2013).

Prix de présence: le 500e visiteur recevra une oeuvre de Clodoul. 

Informations: www.printempsdelasculpture.com

L’expo-vente Printemps de la Sculpture est de retour et aura lieu les 19-20-21 mai prochains à Saint-Adèle.

Marie-Claude-Demers

Marie-Claude Demers

Moment de grâce ‒ Élans créateurs et enthousiasme heureux

Formes, volume et espace

« Ensoleillée, la sculpture est mémoire ensoleillée. » 
— Miguel Angel Asturias

La totale en ce samedi après-midi pour une entrevue. Grand air vivifiant. De la neige immaculée partout. Les vallons annoncent les multiples rencontres avec les chevreuils par dizaine. Puis un atelier d’artiste blotti sur les hauteurs d’un rang menant à l’infini. Celui de Marie-Claude Demers. Une artiste au talent tangible, généreuse, chaleureuse. Et une œuvre en bronze, magique, plus que formidable. Je suis à la renverse ! L’œuvre est sublime. Porteuse de bonheur, qui plus est. Cela autant dans les détails que dans sa monumentalité. Sublime ravissement !

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Où trouver ses œuvres
Atelier Marie-Claude Demers, 418-453-3351
Musée du bronze, 1760, ch. Dublin, Inverness, QC, 418-453-2101
Galerie Jeannine Blais, 100, rue Main, C.P. 90, North Hatley, QC, J0B 2C0, 819-842-2784
Galerie dʼart Iris, 30, Saint-Jean-Baptiste, Baie-Saint-Paul, QC, G3Z 1L9, 418-435-0224
Galerie dʼart La Marée Montante, 1317, chemin Royal, Saint-Laurent, Île d’Orléans, QC, G0A 3Z0, 418-828-1859
Galeries dʼart Beauchamp, info@galeriebeauchamp.com 1-877-694-2244

Une artiste au talent tangible, généreuse, chaleureuse. Et une œuvre en bronze, magique, plus que formidable.

Cyclistes

Carole Desgagné

Des masses d’émotions

Formes, volume et espace

Originaire du Saguenay, Carole Desgagné est d’abord une femme d’action qui apprécie la nature et le plein air. C’est pour donner un nouveau souffle à son parcours artistique, déjà bien amorcé dans sa région, qu’elle vient s’établir à Montréal.

Cette audace se révèle gagnante, car rapidement, son art y explose et sa visibilité augmente sans cesse depuis 5 ans. Ne craignant pas d’aller de l’avant, elle peut aujourd’hui compter sur une reconnaissance publique lui ayant fait mériter plusieurs prix ainsi que de nombreuses distinctions et l’ayant amenée jusqu’au carrousel du Louvre, à Paris, pour ne nommer que cet endroit parmi tous ceux qu’elle a conquis.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier

Les amateurs peuvent voir certaines de ses pièces 
à la galerie La Marée Montante de l’île d’Orléans ainsi qu’à la galerie Suite 60 de Trois-Rivières.

on peut aussi visiter son site internet : www.caroledesgagne.com

 

 

 

 

Originaire du Saguenay, Carole Desgagné est d’abord une femme d’action qui apprécie la nature et le plein air.

De gauche àdroite, Marie-Annick Viatour, Marie Eykel, membre du jury et Gaetan Berthiaume.

Viatour-Berthiaume

lauréat d’un prix lors du Gala de Longueuil

Les gens qui font l’événement

Le Conseil des arts de Longueuil tient à féliciter le duo d’artisans sculpteurs Marie-Annick Viatour et Gaétan Berthiaume pour l’obtention du Prix Ambassadeur, catégorie culture, qui leur a été remis le mardi 2 novembre dans le cadre du Gala de Longueuil : l’excellence d’ici.

Viatour-Berthiaume, des artistes professionnels de Longueuil ont été recompenses du Prix pour l’excellente exposition présentée à l’été 2016 à la Maison de la culture de Longueuil, intitulée Sous l’écorce des mots de Kim Túy. Cette exposition était inspirée du livre Ru de l’auteure longueuilloise d’origine vietnamienne. Le prix Ambassadeur reconnait l’excellence et l’originalité d’un projet ayant contribué au rayonnement de Longueuil sur la scène régionale, nationale ou internationale dans le milieu de la culture. Le Conseil des arts de Longueuil a pour mission de soutenir la création, la production et la diffusion artistique sur le territoire de la ville de Longueuil. Le Conseil des arts de Longueuil est le troisième conseil des arts municipal québécois après ceux de Montréal et de Saguenay.

Hiver 2017

 

 

Le Conseil des arts de Longueuil tient à féliciter le duo d’artisans sculpteurs Marie-Annick Viatour et Gaétan Berthiaume pour…

What a Wonderful World ‒ Prix du public, 32 x 72 po

Carole Doucet

Quand la parole prend forme

À découvrir

Bien que les œuvres de Carole Doucet soient fortes et techniquement accomplies, elles demeurent avant tout des messagers spirituels au service d’un dessein humanitaire allant bien au-delà de l’univers artistique d’où elles émergent.

S’appuyant d’abord sur des propos de sagesse universelle, ses tableaux se construisent autour d’une palette chaude et minérale venant exprimer l’intention radieuse des Psaumes de David, du Cantique de Salomon, ou encore des proverbes sensés ou des phrases averties qui les ont fait naître. « Il s’agit en fait de connecter l’émotion avec l’idée, sans souci de performance, en la laissant aller librement. Le spectateur prolongera cette action en interprétant ce qu’il ressent, à partir des liens issus de sa réalité unique, » poursuit-elle. Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Lisanne LeTellier

Bien que les œuvres de Carole Doucet soient fortes et techniquement accomplies, elles demeurent avant tout des messagers spirituels au service d’un dessein humanitaire…

Garagonthier, stéatite brésilienne, 55 x 25 x 40 po

Mireille Dubreuil

Des pierres qui ont de la veine

Formes, volume et espace

Quiconque sonde le monde artistique de Mireille Dubreuil est convié à vivre une expérience fascinante et instructive. Sa passion pour le monde minéral, son sourire contagieux, sa sensibilité sont les ingrédients de la recette qui font d’elle un être d’exception.

Forte de ses 20 années de voyages, Mireille a depuis longtemps compris que la richesse de son existence est en grande partie héritée de cadeaux d’inconnus bienveillants qui savent eux aussi, depuis longtemps, lire dans les pierres du temps.

Que ce soit l’albâtre des Îles-de-la-Madeleine, la stéatite du Brésil, le chlorite du Japon ou le marbre du Vermont, chaque caillou a son langage. Lorsqu’on les écoute, ces pierres nous parlent, car dessinées dans les sillons de leurs veines des âmes ont caché leur visage, à l’abri du regard des marchands. Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Robert Lafontaine

 

 

 

Quiconque sonde le monde artistique de Mireille Dubreuil est convié à vivre une expérience fascinante et instructive. Sa passion pour le monde minéral, son sourire contagieux…

magart_aut16_hr__p24_page_1_image_0001

Moulin La Lorraine

Les gens qui font l’événement

Quel endroit ! Nature, art et culture patrimoniale en un même lieu. Le sentier pédestre m’a fait voir la nature, sentir les effluves sauvages, admirer la diversité des fleurs et des sculptures monumentales tout au long du tumulte d’une cascade d’eau vivifiante, suffisamment énergique pour actionner la roue du moulin à farine. Au fait, la mouture de la farine n’aura plus de secret pour vous après votre visite. Ni ses propriétés alimentaires. Quant à la salle d’exposition, parlons d’art contemporain nous ramenant à l’expérience de vivre exprimée par des moyens actuels, souvent inusités. J’y retournerai en septembre ou en octobre pour piqueniquer avec les amis et les enfants. Juste pour la coloration des feuilles… et l’émerveillement de la légèreté d’être.

Automne 2016

Moulin La Lorraine, 1286, route 277, Lac-Etchemin. 418 625-4400.

 

Quel endroit ! Nature, art et culture patrimoniale en un même lieu. Le sentier pédestre m’a fait voir la nature, sentir les effluves sauvages, admirer la diversité des fleurs..

jaume-plensa

L’artiste international Jaume Plensa

conçoit une œuvre monumentale pour Montréal

Les gens qui font l’événement

Dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, le sculpteur catalan de réputation internationale, Jaume Plensa, conçoit Source, une œuvre d’art public qui sera installée à la future entrée Bonaventure du centre-ville de Montréal, et ce grâce à l’apport de deux importants mécènes Mme France Chrétien Desmarais et M. André Desmarais. Cette collaboration est une première pour Montréal. Source fait référence à l’origine d’un ruisseau, des racines de l’énergie et de la vitalité de Montréal, et constitue une métaphore de la richesse des cultures que Montréal a accueillies au cours de ses presque quatre siècles d’existence.

Une œuvre monumentale à un endroit stratégique, la sculpture Source sera d’une hauteur approximative de 10 mètres, faisant face à la ville. Actuellement en cours de conception, l’œuvre sera inaugurée en septembre 2017 dans le cadre du 375e de  Montréal. Installées dans des espaces publics, les sculptures de Jaume Plensa apportent une touche de beauté et de contemplation à la densité du paysage urbain. En créant Source, Plensa a voulu tenir compte de l’importance de l’eau dans l’histoire de la ville, autant pour le commerce que l’immigration et les communications, mais aussi de la place des Premières Nations en tant que fondateurs de Montréal.

Jaume Plensa crée des sculptures et des installations qui unissent les individus à travers les liens de la spiritualité, du corps et de la mémoire collective. Grâce à une large gamme de matériaux, incluant le marbre, l’albâtre, l’acier, la fonte, la résine, la paraffine et le verre, ainsi que la lumière, l’eau et le son, Plensa apporte une forme physique et un volume aux composantes de la condition humaine et de l’éphémère.

Automne 2016

 

Dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, le sculpteur catalan Jaume Pensa…

En trois temps, acrylique, 38 x 54 po, 2015

Normand Ménard

sauvage dans tous ses états

À découvrir

« Comme un marcheur des grands chemins, je capture les images, j’absorbe les regards, les situations, les objets qui chatouillent les racines de mes entrailles. Et je les transforme comme l’alchimiste qui défie le temps. » – Normand Ménard

S’il est un peintre incontournable associé au village de Val-David, c’est bien Normand Ménard qui y réside depuis 35 ans. Que l’on visite les résidents ou les collectionneurs locaux, les bureaux de la municipalité ou les lieux publics, on est quasiment assuré de tomber sur un Ménard. Sa carrière est prolifique et sa production a été constante au fil des ans.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Robert Lafontaine

Inspiré par l’art amérindien, notre sauvage de prédilection sculpte aussi des totems qui sont partie prenante de sa démarche. Sa prochaine exposition en solo se tiendra du 2 au 26 février 2017 à la magnifique Place des Citoyens de Sainte-Adèle. L’occasion en vaudra la peine. Les murs appellent déjà les Ménard. J’y serai, et vous ?

Comme un marcheur des grands chemins, je capture les images…

entourant marie-Hélène Lapointe au centre, à gauche Francine Bouchard, Suzanne Godbout et à droite, Kim c. Pelletier et Joyce Paradis

Quatre nouveaux membres

à l’institut des arts figuratifs

Les gens qui font l’événement

L’institut des arts figuratifs annonce que quatre artistes ont été sélectionnés pour devenir membres signataires de l’organisme national. Le choix de ces artistes est l’aboutissement d’un processus fait par un Comité de sélection qui a procédé à l’analyse des dos- siers de candidature à partir d’une grille d’évaluation rigoureuse. Il s’agit des artistes peintres Francine Bouchard, aquarelle, Trois-Rivières, Suzanne Godbout, pastel, Contrecoeur, Kim C. Pelletier, huile, Montréal, et Joyce Panadis, dessin, Odanak.

Fondé en 1986, l’IAF a comme objectif la promotion de l’art figuratif de qualité et la reconnaissance d’artistes œuvrant spécifi- quement dans cette forme d’expression. Ayant développé une véritable expertise en art figuratif, l’IAF regroupe plus de 145 membres professionnellement actifs en peinture, sculpture et autres techniques artistiques. Plusieurs jouissent d’une renommée nationale et même internationale. À l’occasion de son assemblée générale annuelle tenue le 24 avril dernier, l’IAF s’est donné un nouveau président en la personne de M. Pierre Morin. Ce dernier sera appuyé d’une équipe dynamique d’administrateurs composée de mesdames Suzanne Therrien, Kim Veilleux, Carole Bonneau et de monsieur Jean-Pierre Neveu.

Été 2016

L’institut des arts figuratifs annonce que quatre artistes ont été sélectionnés…

Clément Côté

Créateurs de « Wow »

au prochain Camp Maxi-Art du Moulin La Lorraine

Les gens qui font l’événement

Le Moulin La Lorraine invite les jeunes âgés de 8 à 12 ans qui présentent de l’intérêt et des aptitudes pour les arts à vivre l’expérience d’immersion artistique du Camp Maxi-Art. Deux sessions sont offertes : 6, 7, 8 juillet et 13, 14, 15 juillet 2016. Pour cette cinquième édition, les jeunes participants auront la chance d’apprendre et de créer en compagnie de l’artiste Clément Côté qui leur proposera diverses activités créatives autour du thème de l’univers et des exoplanètes. L’artiste amènera les jeunes à expérimenter des techniques originales et des matériaux inusités, tels que la peinture luminescente, le dessin sous lumière ultra-violette ou le modelage avec du fil de pêche. Ce créateur de nombreuses sculptures et installations d’art public impliquera également les jeunes dans la réalisation d’une œuvre collective dans le sentier caribou. Pour s’inscrire : 418-625-4400.

Le Camp Maxi-Art offre aux jeunes de la région l’opportunité de vivre une expérience exceptionnelle en compagnie d’artistes professionnels. Ce camp vise à encourager et à développer l’intérêt pour les carrières artistiques chez les jeunes en soutenant ceux et celles qui manifestent un talent particulier.

Été 2016

Le Moulin La Lorraine invite les jeunes âgés de 8 à 12 ans…

FLOREZ PICARD

Melvin Florez et Isabel Picard exposent en duo.

Jusqu’au 8 mai, l’espace galerie de La Clarté-Dieu présente l’exposition Matière apprivoisée où se font écho les hauts-reliefs de la peintre Isabel Picard et les sculptures de métal de Melvyn Florez.

On peut soupçonner que les artistes invités sont d’abord des praticiens, des adeptes d’un savoir-faire longuement étudié, amoureusement apprivoisé. La matière saillante très colorée que privilégie Isabel Picard dans son approche picturale se conjugue à merveille avec les entrelacs d’acier et d’aluminium tout en mouvement des sculptures de Melvyn Florez. La maîtrise technique incontestée de leurs œuvres n’a d’égal que leur poésie!

 

Galerie de la Clarté-Dieu
220, Grande-Allée Est
Québec(Québec)

 


Source: Isabel Picard et la Galerie La Clarté-Dieu

 

Jusqu’au 8 mai, l’espace galerie de La Clarté-Dieu présente l’exposition…

La maison, céramique, 7,5 x 9 x 4 po

Yolande Valiquette

Diversification prolifique

Formes, volume et espace

Grande aventurière lorsqu’il s’agit d’exploration artistique, Yolande Valiquette a investigué quantité de techniques et de médiums au cours de son riche parcours professionnel. Fusain, pastels, huile, acrylique, aquarelle autant qu’argile, porcelaine ou bois, tout concourt d’abord à lui offrir des sentiers vierges appelant moult découvertes. Durant sa trajectoire composite, elle fonde l’entreprise Yo Design, spécialisée en expositions thématiques et éducatives, qui la fera oeuvrer auprès d’agences gouvernementales fédérales et provinciales ainsi que d’associations professionnelles.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne LeTellier

 

Grande aventurière lorsqu’il s’agit d’exploration artistique, Yolande Valiquette a investigué quantité de techniques et de médiums au cours de son riche parcours professionnel…

Adirondack Nature, marbre grec, 36 x 12 x 14 po

Une sculpture

de Susan Stromberg acquise par le Hyde Museum de Glens Falls

Les gens qui font l’événement

L’année s’annonce excellente pour la sculpteure Susan Stromberg. Sa sculpture de marbre grec intitulée Adirondack Nature  a été récemment acquise par Hyde Museum de Glens Falls, New York, suite à une décision unanime du Comité des acquisitions et du Conseil d’administration. En prime, Madame Stromberg a été invitée à se joindre au Conseil d’administration.

Quoique sa résidence principale soit à Montréal, Susan Stromberg possède également une maison et atelier à Lake George, New York, et c’est à cet endroit qu’elle a puisé son inspiration pour Adirondack Nature , une sculpture de 36 par 12 par 14 pouces.

La sculpteure raconte que la pièce de marbre blanc brut se trouvait déjà dans son atelier depuis plusieurs années, en attente de ce moment précis. Amoureuse de la nature, Susan Stromberg, comme bien d’autres personnes assises sur les rives du lac, a passé de nombreuses heures à observer avec grand plaisir la faune du lac.

Selon ses dires, l’inspiration lui vint soudainement de rendre hommage à la splendeur naturelle de la région et elle se mit à travailler comme sous l’effet d’une transe. La pièce détaille avec soin une mère héron nourrissant son petit d’un poisson, sur fond d’arbres et de fleurs.

Susan Stromberg prononcera une conférence intitulée « Working in 3 Dimensions  », à la Women’s Art Society of Montreal, au Musée McCord de Montréal, le 12 avril 2016, à 13 h 30.

Printemps 2016

L’année s’annonce excellente pour la sculpteure Susan Stromberg…

beauce

Symposium international

de la sculpture de Ville de Saint-Georges en Beauce

Les gens qui font l’événement

S’il n’existait pas, la sculpture serait orpheline !

Au Québec comme à travers le Canada tout entier, le dynamisme des Beaucerons fait figure de proue en plusieurs domaines. Cette fois, il s’agit d’une effervescence peu commune ayant trait à l’univers de la création sculpturale tout en favorisant l’émergence et le croisement de l’art international d’artistes du Québec, du Canada et de l’étranger. Je suis à la renverse !

L’objectif (et la volonté)

L’International de la sculpture à Ville de Saint-Georges s’est donné pour mandat de présenter 10 symposiums internationaux de sculpture. Patronnés par l’Organisation internationale de la Francophonie, la tenue de ces événements conduira à la création d’un espace permanent de sculptures tel un musée en extérieur à Ville de Saint-Georges. Bref, l’ensemble des œuvres réalisées viendra constituer un patrimoine culturel d’une valeur incommensurable.

Pour cette nouvelle édition

Les artistes choisis se sont appliqués à nous faire ressentir la vélocité et l’énergie de l’eau, celle du bouillonnement jusqu’au puissant maelstrom des courants en cascades. De fait, la thématique aborde la rencontre des rivières Chaudière et Famine en leur point de confluence. Il est clair que les organisateurs du symposium ont su développer l’idée de la présence des courants hydriques au coeur de l’espace urbain de Ville de Saint-Georges.

Loin de l’illustration servile de l’eau déferlante, les créations des 10 sculpteurs, choisis parmi les divers horizons culturels de l’Organisation internationale de la Francophonie (72 pays), proposeront une multitude d’angles et d’approches inédits. Aussi aurons-nous le plaisir d’expérimenter et de s’approprier les visions de Kossi Assou du Togo, de Don Darby du Québec, de Sylvie Koechlin de la France, d’André Lapointe du Nouveau-Brunswick, de Jean- François Maheux du Québec, de Jean-Yves Menez de la France, de Nicolae Mincu de la Roumanie, de Guy Nadeau du Québec, de Philippe Pallafray du Québec, enfin de Marie-Josée Roy du Québec.

Sous la supervision aguerrie de l’artiste Joseph-Richard Veilleux, directeur artistique, la 3e édition du Symposium international de la sculpture de Ville de Saint- Georges se tiendra du 3 mai au 21 juin 2016. Parlons alors d’un incontournable de calibre universel, doublé du plaisir inopiné et exceptionnel des découvertes s’offrant dans un décor idyllique au sein d’un parc linéaire qui, tel un musée en pleine nature, se transformera au fil des saisons. Quoi demander de plus ? Vous êtes avertis !

Texte de Michel Bois

Printemps 2016

Au Québec comme à travers le Canada tout entier, le dynamisme des Beaucerons fait figure de proue en plusieurs domaines…

Lise Boilard

Lise Boilard

nous revient

Les gens qui font l’événement

Suite à trois participations « avec mention », à la Société nationale des Beaux-Arts de Paris, Lise Boilard poursuit ses activités sur la scène locale et internationale. La galerie Art’et Miss la représente à Paris et elle a participé à plusieurs expositions dans des pays de la Communauté européenne. En novembre dernier elle réalisait à Laval l’exposition solo « Croissance et Harmonie  » où elle présentait sa collection de femmes élégantes et très féminines. Nous la retrouvons à l’exposition duo « Face à Face  », en compagnie de l’artiste Jacqueline Gosselin, en cours à la maison Le Sélection Laval jusqu’au 24 avril 2016.

Lise Boilard nous propose une série de toiles modernes, abstraites ou semi abstraites. L’artiste est restée fidèle à elle-même en exploitant, comme elle sait si bien le faire, les techniques mixtes qui sont sa spécialité. Son atelier de Rosemère, où elle enseigne les techniques mixtes et la sculpture, bourdonne d’activité. Elle y prépare une nouvelle exposition duo pour la mi-mars « La Vie est Belle » avec Josée Gauthier, où pour la première fois elle présentera uniquement ses sculptures.

Printemps 2016

 

Suite à trois participations « avec mention », à la Société nationale des Beaux-Arts de Paris, Lise Boilard poursuit ses activités sur la scène locale et internationale…

Marée basse, huile sur toile, 20 x 24 po

Yvon Lemieux

Mon art, mon cheminement

Peindre un pays

Né dans la petite paroisse de Saint-Pascal à Québec, Yvon Lemieux a commencé à peindre à l’âge de 16 ans; il peint maintenant depuis 50 ans. Comme le temps passe vite quand on s’amuse ! C’est en esquissant au crayon les personnes rassemblées sur la place municipale que débute le cheminement artistique d’Yvon. Par chance, son professeur de huitième année est aussi un artiste et celui-ci expose ses toiles sur les murs de la classe. Yvon s’applique alors à copier ce qu’il voit, jouant de couleurs et de formes sur la toile. L’observation attentive, le dessin, la composition et l’harmonie des couleurs lui procureront quelques difficultés d’apprentissage.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Valerie Kent

Yvon Lemieux est représenté par:

Galerie Q

1521 County Road 10, Cavan, Ontario, L0A 1C0

Tél. : (705) 944-8888

www.galerie-q.com

 

 

Né dans la petite paroisse de Saint-Pascal à Québec, Yvon Lemieux a commencé à peindre à l’âge de 16 ans; il peint maintenant depuis 50 ans. Comme le temps passe vite…

Attente du chevreuil

Hélène Laplante

présence naturelle

Formes, volume et espace

Les sculptures animalières de l’artiste Hélène Laplante ne font pas que prendre l’apparence de leurs égaux de chair et de poils. Faites de résine blanche aux contours vaporeux, elles évoquent leur présence furtive, presque fantomatique, dans les milieux naturels qui sont leurs demeures. L’artiste pluridisciplinaire cherche ainsi à exprimer l’esprit des animaux à partir d’une matière inerte.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte d’Isabelle Gauthier

Les sculptures animalières de l’artiste Hélène Laplante ne font pas que prendre l’apparence de leurs égaux de chair et de poils. Faites de résine blanche…

MAGAZINART_Page_25_Image_0003

L’Association des Artistes
en Arts Visuels

de Terrebonne

Les gens qui font l’événement

Organisme sans but lucratif fondé en 2009, l’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne (AAAVT) regroupe des artistes peintres, sculpteurs et photographes, qu’ils soient amateurs, semi-professionnels ou professionnels. L’AAAVT est gérée par un conseil d’administration composé de huit artistes en arts visuels. Sa mission est de promouvoir les arts visuels ; réaliser des activités artistiques et culturelles ; regrouper les efforts et le talent des artistes de Terrebonne et de la région ; favoriser la création et la diffusion des arts visuels ; favoriser un lieu de rencontre. Chaque année, les membres sont invités à participer à l’exposition collective du printemps ainsi qu’aux Petits formats en décembre dans des locaux fort appréciés des nombreux visiteurs. Des possibilités d’expositions solos ou en petits groupes, des ateliers et conférences sont aussi offerts périodiquement. La plus importante réalisation de l’association est sans contredit l’organisation du Symposium en Arts Visuels en juin, sur l’Île-des-Moulins, qui connaît annuellement un vif succès. Ces symposiums regroupent une sélection de 80 artistes de fort calibre et attirent annuellement des milliers de visiteurs. Pour devenir membre, consulter le site web, www.aaavt.org et remplir le formulaire d’adhésion.

Hiver 2016

Organisme sans but lucratif fondé en 2009, l’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne (AAAVT) regroupe des artistes peintres, sculpteurs et photographes, qu’ils soient amateurs…

Joseph-Richard Veilleux

L’Académie Royale des arts du Canada

Actualités

RCA, trois lettres inscrites en terminaison de la signature des artistes les plus reconnus. Cet acronyme signifie que la personne est membre de L’Académie Royale du Canada. L’organisation honorifique regroupe à ce jour 790 créateurs professionnels établis à travers toutes les régions du Canada. L’organisation nationale au service des arts contemporains est considérée comme un organisme de bienfaisance ayant pour finalité d’encourager, de favoriser et de promouvoir la création canadienne faisant preuve d’excellence.

Joseph-Richard Veilleux, artiste peintre d’une démarche aussi singulière et fructueuse qu’accomplie, homme d’action et d’opinion depuis plus de 40 ans, est le premier président canadien français de L’Académie Royale du Canada. Dévoué à soutenir la communauté artistique au Québec et au pays, le rôle de président sied bien aux activités visant à promouvoir les arts visuels en offrant des bourses et des prix, en facilitant la réalisation d’événements et de projets, et ce, en collaboration avec membres RCA et amis. « Mon plus beau rêve pour le moment est d’établir un musée d’art contemporain à Saint-Georges de Beauce, » confie Joseph-Richard Veilleux. On retrouve les œuvres de Joseph-Richard Veilleux à la Galerie Linda Verge à Québec ainsi qu’à la Galerie Bernard à Montréal.

Hiver 2016

RCA, trois lettres inscrites en terminaison de la signature des artistes les plus reconnus. Cet acronyme signifie que la personne est membre de L’Académie Royale du Canada…

Confiance

Des bronzes de Carole Desgagné

à la boutique du MBAM

Les gens qui font l’événement

L’artiste sculpteure Carole Desgagné a été choisie par la boutique-bibliothèque du Musée des beaux-arts de Montréal pour exposer 4 bronzes pendant toute la durée de l’exposition Rodin. L’occasion représente pour l’artiste un événement extrêmement important dans son cheminement artistique, en plus de lui procurer une crédibilité auprès du public et aussi auprès de ses pairs. La passion pour les arts habite Carole Desgagné depuis l’enfance alors que très tôt la sculpture s’impose. Elle est sa complice depuis plus de 20 ans. Avec elle, elle livre ses grands combats de justice et d’égalité sociale, mais surtout, elle trouve toujours la façon d’exprimer sa passion pour la vie. L’artiste écrit toujours un texte pour accompagner ses sculptures, qui se veut la trace des émotions ressenties pendant le processus de création. L’artiste a participé à de nombreux symposiums au Québec et s’est mérité plusieurs prix et reconnaissances. Elle a aussi à son actif plusieurs expositions de groupe au Canada et en France.

Automne 2015

L’artiste sculpteure Carole Desgagné a été choisie par la boutique-bibliothèque du Musée des beaux-arts de Montréal pour exposer 4 bronzes…

Cheval

Le musée Zénon Alary

Un musée hors de l’ordinaire

Portrait

Lors de ma première visite au musée Zénon Alary à Mont-Rolland, j’ai été surpris de constater qu’une telle qualité d’établissement, qui défie l’ordre muséal, pouvait être aussi méconnue dans la région des Laurentides.

Sans le dévouement d’une extraordinaire équipe de bénévoles et l’acharnement de Simone Constantineau, la fondatrice, il y aurait belle lurette que ce projet se serait envolé en fumée.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte de Robert Lafontaine

Lors de ma première visite au musée Zénon Alary à Mont-Rolland, j’ai été surpris de constater qu’une telle qualité d’établissement…

Prix Distinction

Le Printemps de la Sculpture

2e édition

Les gens qui font l’évènement

La créativité et la qualité étaient au rendez-vous lors de l’expo-vente de sculpture à Lachute, en avril dernier. Vingt-six sculpteurs du Québec, dont douze de la région d’Argenteuil, ont présenté des oeuvres réalisées dans divers matériaux. Le Prix coup de coeur du public a été remis pour une deuxième année à Christine Gagné de Mirabel. Il s’agit d’un certificat de 1 000 $, offert par la Fonderie d’Art d’Inverness, applicable à la fonte d’une oeuvre en bronze. Le Prix Distinction 2015, soulignant le travail remarquable de l’artiste par ses pairs, a été remis à Yves de Montigny de Melbourne en Estrie. Il s’agit d’une oeuvre symbolique, rappelant le Printemps de la Sculpture, réalisée dans la pierre par le sculpteur participant Eugène Jankowski.

Le public a apprécié la variété des oeuvres et a été ravi par les démonstrations de techniques de sculpture. Durant le week-end, Jean-Pierre Busque a fait le portrait en argile d’un modèle vivant. Un documentaire sur le sculpteur montréalais David Altmejd a été aussi présenté, donnant un aperçu de son travail et de sa démarche artistique. Le Printemps de la Sculpture est un événement unique dans les Basses-Laurentides faisant la promotion de la sculpture.

Été 2015

La créativité et la qualité étaient au rendez-vous lors de l’expo-vente de sculpture à Lachute, en avril dernier. Vingt-six sculpteurs…

Marcel au travail

Marcel Mussely

Décroche le prix Coup de coeur du public au Grand Salon Art et Passion

Les gens qui font l’évènement

Et oui, pour une deuxième année consécutive, Mussely a su séduire le public par la qualité de son travail et s’est mérité le prix Coup de coeur du public. Ce prix revêt une grande importance pour lui car le Grand Salon Art et Passion, édition 2015, regroupait pour sa 15e édition plus de 75 artistes peintres et sculpteurs professionnels du Québec, tous de haut niveau, et ce, sous la présidence d’honneur de Monsieur Yves Ayotte, artiste peintre.

Marcel Mussely remercie toutes les personnes qui lui ont accordé leur vote et c’est avec reconnaissance et grande émotion qu’il a reçu son prix, dimanche le 3 mai, des mains de Madame Anne Drouin, présidente du Grand Salon Art et Passion 2015 de Sainte-Julie.

Et oui, pour une deuxième année consécutive, Mussely a su séduire le public par la qualité de son travail et s’est mérité le prix…

De gauche à droite, François Haguier; Lyne Lavoie, directrice générale de la Fondation J. Armand Bombardier; Karine Corbeil, directrice du Centre culturel Yvonne L. Bombardier et Nathalie Trépanier.

Expositions en arts visuels

de François Haguier et de Nathalie Trépanier

Les gens qui font l’évènement

Le Centre culturel Yvonne L. Bombardier inaugurait en mai dernier ses expositions estivales en arts visuels, Ondes de choc de l’artiste peintre François Haguier et Les resc®apés de la sculptrice Nathalie Trépanier. Le cheminement de ces deux artistes comporte quelques similitudes, les arts visuels étant pour chacun d’eux une deuxième vocation où ils ont tracé leur propre voie en faisant preuve d’innovation et d’audace.

Dans Ondes de choc, François Haguier présente des toiles abstraites ainsi que des oeuvres urbaines. Graphiste de formation, il est influencé par cette première vocation dans sa démarche artistique. On retrouve dans ses oeuvres des formes et des espaces picturaux d’où émanent des édifices, des structures anciennes et modernes. Ses oeuvres lumineuses et monochromes traitent souvent du milieu urbain.

Dans Les resc®apés, Nathalie Trépanier présente des sculptures qui sont composées entièrement d’objets anciens et de matériaux recyclés. L’artiste a su trouver une façon rafraîchissante de sensibiliser les gens à la surconsommation; en rescapant et en « resscrapant » des objets. Souvent aussi engagées sur le plan social, avec une pointe d’humour bien dosé, ses oeuvres mettent en scène des personnages ludiques et fantastiques.

Été 2015

Le Centre culturel Yvonne L. Bombardier inaugurait en mai dernier ses expositions estivales en arts visuels, Ondes de choc de l’artiste…

MAGAZINART_ETE2015__Page_10_Image_0001

L’IAF accueille 15 nouveaux

Membres signataires

Les gens qui font l’évènement

À l’occasion de l’assemblée générale annuelle de l’IAF, le 19 avril dernier, quinze artistes ont été accueillis à titre de Membre signataire. L’Institut des arts figuratifs regroupe au sein de son association des artistes peintres et sculpteurs professionnels qui font de la figuration le pivot de leur démarche artistique. Qu’ils soient adeptes de tous styles ; qu’ils soient baroques, impressionnistes, surréalistes, cubistes ou autres, les artistes figuratifs exploitent les différentes facettes de la réalité en la reproduisant de façon authentique ou imagée en modifiant ou en altérant certaines de ses composantes, répondant à une démarche artistique personnelle. L’IAF reconnaît que l’art figuratif couvre un large éventail artistique et peut donc s’appliquer tant à une oeuvre d’art de facture classique, que moderne ou contemporaine.

Sur une photo de Jean-Paul Dietrich, on retrouve de gauche à droite et de bas en haut : Denise Lefebvre, Jean-Charles Daumas, Marie-Hélène Lapointe (présidente), Denis Masson, Judith Tremblay, Sylvie Nobert, Carmen Caron, Suzanne Richer, Manon Potvin, Michel Monett, Denis Courchesne, Hélène Charland. N’apparaissent pas sur la photo : Virginie Blanchette, Marie-Claude Bouchard, Pascal Piro.

Été 2015

À l’occasion de l’assemblée générale annuelle de l’IAF, le 19 avril dernier, quinze artistes ont été accueillis à titre de Membre signataire…

Le Symposium en Arts Visuels en juin sur l’Île-des-Moulins

L’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne

Actualités

L’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne (AAAVT) est un organisme sans but lucratif qui a été fondé en novembre 2009. Elle regroupe des artistes peintres, sculpteurs et photographes, amateurs, semi-professionnels ou professionnels, et est gérée par un conseil d’administration composé de huit artistes en arts visuels.

Sa mission

  • Promouvoir les arts visuels
  • Réaliser des activités artistiques et culturelles
  • Regrouper les efforts et le talent des artistes de Terrebonne et de la région
  • Favoriser la création et la diffusion des arts visuels
  • Favoriser un lieu de rencontre

Chaque année, les membres de l’association sont invités à participer à l’exposition collective du printemps ainsi qu’aux « Petits formats » en décembre dans des locaux fort appréciés des nombreux visiteurs. L’AAAVT offre aussi la possibilité d’exposer en solo ou en petits groupes dans des lieux publics. Des ateliers et conférences sont également offerts périodiquement.

L’organisation du Symposium en Arts Visuels en juin sur l’Île-des-Moulins, qui regroupe quelque 80 artistes de fort calibre de divers coins de la province, connaît annuellement un vif succès. Les symposiums de 2011 et 2012 sont d’ailleurs lauréats du Griffon d’Or pour l’événement culturel de l’année à Terrebonne. Ce symposium annuel attire des milliers de visiteurs et contribue indéniablement à l’essor économique, culturel et touristique de la région. L’AAAVT est de plus en plus reconnue parmi les organismes consultés par la ville de Terrebonne pour l’élaboration de sa politique culturelle.

Pour devenir membre, consultez le site web, www.aaavt.org et remplir le formulaire d’adhésion.

Printemps 2015

L’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne (AAAVT) est un organisme sans but lucratif qui a été fondé en novembre 2009…

Gina Morton, Angleterre, 2,5 x 3 po (grandeur réelle)

8e édition

de l’internationale d’art miniature de Lévis

Les gens qui font l’évènement

Une exposition – Quatre lieux : le Presbytère Saint-Nicolas, la Galerie Louise-Carrier, la Galerie d’art des Deux-Ponts et le Centre d’artistes Regart présenteront, du 14 juin au 6 septembre 2015, la 8e édition de l’Internationale d’art miniature. Le Presbytère Saint-Nicolas et la Galerie Louise-Carrier proposeront des productions d’artistes professionnels dans le volet concours de l’exposition. Seront réunies près de 400 oeuvres réalisées par plus de 200 créateurs en provenance de plus de 20 pays dont le Canada, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie, la Grèce, la Bulgarie, la Pologne et le Japon.
Un jury spécialement mandaté pour l’occasion sélectionnera les gagnants. Des bourses totalisant 4000$ seront remises. La Galerie d’art des Deux-Ponts exposera des miniatures réalisées dans un atelier de création par des jeunes de 7 à 12 ans. Le Centre d’artistes en art actuel Regart présentera en vitrine des oeuvres miniatures réalisées par ses membres. À chacune des éditions, c’est près de 6 000 visiteurs qui s’offrent le plaisir de voyager en admirant des peintures, sculptures et oeuvres de métiers d’art de format réduit. Cet été, offrez-vous un véritable tour du monde… en miniature!

Printemps 2015

Une exposition – Quatre lieux : le Presbytère Saint-Nicolas, la Galerie Louise-Carrier, la Galerie d’art des Deux-Ponts et le Centre d’artistes Regart présenteront…

L'amour lent

Shokichi Sato

Quand l’essentiel est de réaliser les formes que l’on sent

Formes, volume et espace

« Il faut se contenter de découvrir, mais toujours se garder d’expliquer. » – Georges Braque.

Le bronze, matériau traditionnel et de vieille tradition. Ce médium est l’un de ceux qui attirent le plus les sculpteurs du fait de pouvoir y juxtaposer dans UN même élan l’éclat des surfaces lisses à la finesse minutieuse des détails en relief. Cela étant écrit, à notre époque, la volonté de produire des oeuvres en bronze est intéressante puisqu’elle nous montre comment cette matière s’adapte admirablement aux expressions contemporaines.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Shokichi Sato est représenté par : Galerie Jean-Pierre Valentin, Montréal ; Galerie Michel-Ange, Montréal ; Galerie Yvon Desgagnés, Baie-Saint-Paul ; Galerie Dimension Plus, Montréal ; Galerie d’art du Mont-Ste-Anne, Beaupré

 

Le bronze, matériau traditionnel et de vieille tradition. Ce médium est l’un de ceux qui attirent le plus les sculpteurs du fait de pouvoir y juxtaposer dans…

MAGAZINART CONCOURS

Concours

artistes recherchés – Octobre 2014

Nous invitons à nouveau les artistes de toutes disciplines à soumettre une œuvre qui prendra place sur l’espace couverture de notre page Facebook du 31 octobre au 2 novembre 2014.
Durant 48 h, cet espace privilégié affichera l’œuvre de 2 artistes choisis par l’équipe du Magazine.
Une belle occasion de promouvoir votre travail!

Thème: Automne

Date limite pour participer : 26 octobre 2014, à 23h59
Dates d’affichages : Du 31 octobre au 2 novembre et 7 novembre au 9 novembre 2014. (16h)

 

QUELQUES CONDITIONS POUR PARTICIPER


Toutes propositions ne correspondants pas aux conditions ne seront pas considérées

  1. Vous devez être «fan» de notre page Facebook.
  2. La photo de l’œuvre soumise doit être d’assez grande qualité pour suffire aux formats normalisés d’une couverture Facebook, soit 851 pixels x 315 pixels de haut.
  3. Seuls les artistes eux-mêmes peuvent soumettre leur œuvre.
  4. Un tiers ne peut pas présenter une œuvre au nom d’un artiste, par contre vous pouvez partager cet article afin d’informer vos amis artistes!
  5. Une seule soumission par personne doit être proposée dans le fil de commentaire sous l’événement officiel.
  6. La photo doit contenir que l’oeuvre soumise sans aucun élément autour ou sur l’image – Pssst! Attention aux encadrements visibles, aux arrières-plans indésirables, aux logos et filigranes.
  7. La photo doit être au focus.
  8. La photo soumise doit s’harmoniser aisément au format couverture de notre page Facebook.

 

COMMENT PARTICIPER?


Soumettez votre œuvre directement sous la publication événement concours


Attention: vous devez cliquer sur «participer» de cette publication pour pouvoir soumettre une image
N’oubliez pas : une seule soumission par personne!

 

QUELQUES VISUELS POUR VOUS AIDER


page Facebook 2

zone de selection

 

bouton participez

 

Nous invitons à nouveaux les artistes de toutes disciplines à soumettre une œuvre qui prendra place sur l’espace couverture de notre page Facebook…

L’ange, 80 x 72 x 30 po

Francine Laurin

La recherche de la beauté

Formes, volume et espace

Le dos arqué, les mains tendues vers le ciel, les sculptures de Francine Laurin tendent vers l’aérien. On oublie d’emblée leur confection de bronze pour s’émerveiller de leur grâce et légèreté.

Née à Lachute en 1951, l’artiste a toujours su que les arts seraient sa route. À l’âge de 10 ans, l’oeuvre de bois brûlé d’Armand Vaillancourt l’avait fascinée. Quelques petits essais, une première exposition de personnages en céramique et l’exploration de divers matériaux lui confirment sa passion pour la sculpture. Elle débute ses études artistiques au Cégep en arts plastiques, puis à l’UQAM en peinture, sculpture et céramique.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte d’Isabelle Gauthier

L’artiste est représentée par : Galerie Symbole Art, Galerie Clarence Gagnon, Galerie d’art du Château Frontenac, Galerie d’art La Marée Montante

 

Le dos arqué, les mains tendues vers le ciel, les sculptures de Francine Laurin tendent vers l’aérien. On oublie d’emblée leur confection de bronze pour s’émerveiller de leur grâce et légèreté…

DOMAINE FORGET MAGAZINART

Le Domaine Forget révèle en exclusivité

un aperçu du jardin de sculptures géantes

Les gens qui font l’évènement

Le Domaine Forget, un centre culturel à but non lucratif situé à Saint-Irénée (Charlevoix), a récemment révélé un aperçu de trois des 15 sculptures géantes qui formeront une exposition unique accessible au public à partir du printemps prochain.

Les 15 oeuvres géantes sont assemblées à partir de l’acier, de verre et de granite et elles ont parcouru plus de 2 000 km à partir de leur lieu d’origine, la Georgia Institute of Technology , située à Atlanta aux États-Unis, jusqu’au terrain de 150 acres du Domaine Forget. Le sculpteur américain John Henry s’est rendu sur le site en août dernier pour assembler et dévoiler sa sculpture remarquable « La Tour », qui pèse 1 500 kg et mesure 15 m de hauteur. Les deux autres sculptures qui ont été dévoilées sont : « La Reine du fleuve » de Doug Schatz et « Portal » de Albert Paley.

Automne 2014

Le Domaine Forget, un centre culturel à but non lucratif situé à Saint-Irénée (Charlevoix), a récemment révélé un aperçu de…

Maison des Arts et Signature Laurentides Magazinart

Concours annuel

18e édition de la Maison des Arts et Signature Laurentides

Les gens qui font l’évènement

Encore une fois, grâce à la générosité de ses commanditaires, la Maison des Arts et de la Culture Saint-Faustin et Signature Laurentides ont réalisé la 18e édition de leur concours annuel destiné à faire valoir et reconnaître le talent d’artistes amateurs et professionnels de la région. Au plus grand plaisir de tous, les artistes lauréats se sont partagés des prix et bourses totalisant 4 000 $ au cours de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée le samedi 24 août dernier. Dans la catégorie bidimensionnelle : 1er prix : Renée Filion, Le temple ; 2e prix : Marie-Doris Valois, Coule la vie ; 3e prix : Laurence Petit, Passage ; 4e prix : Marie-Josée Ouellet, Les bâtisseurs du nouveau monde ; 5e prix : Lucie Auclair, Vieux Montréal . Et dans la catégorie tridimensionnelle : 1er prix : Guy Pierre, Le vent chaud ; 2e prix : Joseph Bergot, L’aigle ; 3e prix : Martine Gagnon, Bonheur ; 4e prix : Tony Fortin, La faim du monde ; 5e prix : Jacek Tomczak, Paradis perdu . Les gagnants ont été choisis par un jury composé de Jean Archambault, artiste explorateur de la région de Tremblant, Michel Lajeunesse, sculpteur professionnel de la région de Tremblant et Marie-Josée Moreau, artiste peintre de la région de Val-David. Tous les participants sont invités à poursuivre avec succès leur cheminement artistique.

Automne 2014

Encore une fois, grâce à la générosité de ses commanditaires, la Maison des Arts et de la Culture Saint-Faustin et Signature…

AUT14_HR_Page_15_Image_0001

Un bouquin incontournable

de Jacques Lisée

Les gens qui font l’évènement

Nous ne saurions ignorer la sortie d’un livre traitant de la création de Jacques Lisée, artiste sculpteur et peintre. Ce bouquin procure aux collectionneurs et amateurs d’art près de 230 reproductions couleur des oeuvres uniques de l’artiste. Le tout, enchâssé dans une reliure de grande qualité avec rabats et soutenu par les propos du poète Marc Sioui. Grand-maître au Québec du bas-relief polychrome, l’oeuvre de Jacques Lisée conserve depuis quarante ans

la force inouïe d’une joie de vivre peuplée de personnages truculents où l’humour côtoie la vie rurale et urbaine au quotidien. Un document des Éditions Gid à se procurer absolument dans toutes les bonnes librairies, ou encore par téléphone au 418-338-3368 et également par courriel : jacques.lisee@sympatico.ca

Automne 2014

Nous ne saurions ignorer la sortie d’un livre traitant de la création de Jacques Lisée, artiste sculpteur et peintre. Ce bouquin procure aux collectionneurs et amateurs d’art près de 230…

Virevolte ma Jolie et Mignonne

De l’art naïf en bronze

signé Ginette Laplante

Forme, volume et espace

Au Québec, lorsqu’il est question d’art naïf, Ginette Laplante n’a plus besoin de présentation. Son univers coloré et expressif, teinté d’humour et empreint de légèreté, sait charmer depuis plus de 20 ans un public toujours grandissant. Si l’artiste originaire de Drummondville, au Centre-du- Québec, est reconnue pour ses peintures à l’huile, elle se livre depuis peu à une nouvelle passion, la sculpture sur bronze.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Dominic Villeneuve

Au Québec, lorsqu’il est question d’art naïf, Ginette Laplante n’a plus besoin de présentation. Son univers coloré et expressif, teinté d’humour et empreint de légèreté…

Robert Bateman en compagnie de l’artiste Éric Tardif

Les sculptures volatiles d’Éric Tardif

exposées lors d’événements prestigieux

Les gens qui font l’évènement

Pour une deuxième année consécutive, une nouvelle oeuvre du sculpteur Éric Tardif, Hommage à Audubon, a été sélectionnée pour faire partie de la prestigieuse exposition Bird in Art 2013, qui a lieu du 7 septembre au 11 novembre 2013 au Musée Leigh Yawkey Woodson dans l’état du Wisconsin aux États-Unis.

En tout, les oeuvres de 95 artistes à travers le monde ont été sélectionnées pour faire partie de cette exposition. Le travail du sculpteur fut également sélectionné au Centre d’Art du Parc Algonquin à Huntsville en Ontario. Cette galerie de renommée mondiale présente des oeuvres inspirées de la flore et la faune canadienne. Situé dans l’un des plus beaux parcs provinciaux du Canada, ce centre d’art s’est bâti une longue tradition en exposant le travail de Tom Thomson à Michael Dumas, en passant par Robert Bateman. La galerie est ouverte jusqu’au 19 octobre 2013.

Soulignons finalement que l’oeuvre d’Éric Tardif intitulée Paradise Bird fut également exposée au Centre d’Art Bennington au Vermont au cours de l’été, dans le cadre de l’exposition Art of the Animal Kingdom XVIII.

Automne 2013

Pour une deuxième année consécutive, une nouvelle oeuvre du sculpteur Éric Tardif, Hommage à Audubon…

Visage rose, albâtre

Chantal Gauvreau

De pierre et de lumière

Forme, volume et espace

Installée à Weedon, en Estrie, personnalité généreuse et enthousiaste, la sculpteure Chantal Gauvreau est sans doute l’une des artistes les plus réputées de la Montérégie et au-delà.

Née en Gaspésie au sein d’une famille qui adorait le théâtre, voyageuse curieuse et lectrice passionnée, c’est sans regret – on pourrait dire sans surprise – qu’elle délaisse son diplôme en sciences économiques acquis à l’Université de Sherbrooke pour se tourner tout d’abord vers la joaillerie afin de laisser libre cours à sa créativité. Elle découvre l’oeuvre de l’artiste Patricio Rivera, sculpteur et musicien d’origine chilienne, qui avait dû fuir la dictature militaire de son pays dans les années 70. Établi à Sherbrooke en Estrie, il réalisait des murales en cuivre inspirées de l’art primitif africain. Chantal Gauvreau s’oriente alors vers la sculpture sur métal. Le succès vient rapidement et, en 1990, elle obtient le Grand Prix des métiers d’art de l’Estrie et devient membre de l’Association des sculpteurs de la Montérégie.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Catherine Guex

 

Installée à Weedon, en Estrie, personnalité généreuse et enthousiaste, la sculpteure Chantal Gauvreau est sans doute l’une des artistes les plus réputées de la Montérégie et au-delà…