Moulin La Lorraine
Magazin'Art

Exclusifs aux abonnés

© Littorio Del Signore - La rélève, acrylique, 24 x 36 po, 2009

Littorio Del Signore

Hommage à Montréal

Grande rencontre

C’est avec sa bonhomie habituelle que Littorio Del Signore m’accueille chez lui pour partager des pans de son existence bien remplie, toujours aussi jovial et généreux. Malgré la somme de ses accomplissements et des marques de distinction accumulées au fil de sa carrière, il demeure modeste en parlant de ses nombreuses réalisations.

Jamais il n’a eu à quémander quoi que ce soit, se contentant de produire des tableaux resplendissants de lumière qui ont su attirer l’attention de quantité de jurys. C’est ainsi que son âme d’artiste ne se fait pas prier pour raconter pêle-mêle une foule d’anecdotes qui témoignent des points forts d’une quarantaine d’années de travail. « Je ne vis que de mon art depuis mon arrivée ici, je n’ai jamais fait autre chose », précise-t-il.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier

Où trouver ses œuvres
Pour rejoindre lʼartiste : littoriodelsignore@hotmail.com

13 mars 2017

C’est avec sa bonhomie habituelle que Littorio Del Signore m’accueille chez lui pour partager des pans de son existence bien remplie, toujours aussi jovial et généreux…

LIRE +
© Roland Palmaerts

Roland Palmaerts

Fougue et lumière

Artiste venu dʼailleurs

Bien connu des amateurs d’art, l’œuvre de Roland Palmaerts ne laisse personne indifférent. Fort d’une carrière qui fleurie depuis plus de trente ans, l’énergique artiste belge personnifie la passion mise en œuvre avec une création sans cesse renouvelée, une implication artistique constante et la ferme intention de dépasser les limites.

Aquarelle, acrylique ou techniques mixtes, Roland Palmaerts n’hésite pas à explorer la matière pour traduire sa vision. La présence d’effets de lumière grandioses qui transportent l’observateur entre rêve et réalité est un des aspects caractéristique de son œuvre. Pour lui, la lumière traduit une spiritualité, une exploration de la dualité entre vie et mort qui s’exprime par de forts contrastes. En matière ou en transparence, ses sujets tant ruraux qu’urbains sont empreints de lyrisme et d’un esthétisme soutenu par une technique sans faille. Les couleurs riches et lumineuses, le trait assuré et le sens de la beauté sont exemples de la technique au service de l’imagination. Aux dires de l’artiste, son leitmotiv est de « rendre perceptible l’invisible, voir la musique et entendre le tableau. »

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Isabelle Gauthier

Où trouver ses œuvres
Balcon dʼArt, Saint-Lambert, QC
Galerie Archambault, Lavaltrie, QC
Galerie Internationale, Québec
Galerie dʼArt Iris, Baie-Saint-Paul, QC
Galerie dʼArt Iris du Manoir Richelieu, Baie-Saint-Paul, QC
Galerie dʼArt du château DB, Mont-Tremblant, QC
Galerie dʼArt Bonheur du Jour, Magog, QC
Galerie Knowlton, Knowlton, QC
Westmount Art Gallery, Toronto, ON
Galerie du Parc, Chelsea, QC
Galerie Michel Bigué, Saint-Sauveur-des-Monts, QC
Galerie La Pièce dʼArt
Stephen Lowe Art Gallery, Calgary, AB

12 mars 2017

Bien connu des amateurs d’art, l’œuvre de Roland Palmaerts ne laisse personne indifférent…

LIRE +
©Jacqueline Gosselin - en ai vu de toutes les couleurs

Jacqueline Gosselin

Voyage au pays de la fantaisie

LʼArt au féminin

Le monde coloré de Jacqueline Gosselin se décrit mieux par l’impression qu’il laisse que par la description de ses teintes. Voyage dans l’imaginaire, rêverie philosophique ou humeurs vagabondes semblent plus justement traduire son œuvre. Incursion dans la poésie de l’image.

Douze années de travail régulier apportent à l’artiste de Rosemère une vision de plus en plus définie et une technique qui suit son inspiration. Jacqueline Gosselin se souvient de son père, habile dessinateur, qui l’amusait en lui racontant des histoires qu’il illustrait à mesure. Assise sur ses genoux, un monde imaginaire naissait devant ses yeux d’enfant. C’est peut-être en ce lointain souvenir que s’enracine son penchant pour la trame narrative qui accompagne chacune de ses toiles. Observation du comportement humain ou impression de voyage, Jacqueline Gosselin ressent le besoin que chaque toile soit porteuse d’un message. Par exemple, dans son atelier, une œuvre représentant une fleur perdant ses pétales fait miroir à deux sujets en conversation assis sur une couverture dont les carrés s’égrènent aussi. Le temps qui passe, les traces que l’on sème.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Isabelle Gauthier

Où trouver ses œuvres
Informations sur le site Internet de l’artiste

12 mars 2017

Le monde coloré de Jacqueline Gosselin se décrit mieux par l’impression qu’il laisse que par la description de ses teintes…

LIRE +
Alain Bédard

Alain Bédard

Inspiré par la couleur

À Découvrir

Peintre figuratif natif de la Vieille Capitale, Alain Bédard a amorcé ses études en arts au Collège de Sainte-Foy, en 1976. Après y avoir étudié durant trois ans en techniques graphiques, il a quitté son nid pour se rendre à New York, en 1979, afin de perfectionner ses techniques. Évidemment, ce périple a eu un effet marquant sur le jeune artiste. « J’en ai profité pour découvrir les grands musées que je n’avais pas vus comme le Metropolitan Museum. Il y avait du Dali, du Picasso. C’était une ouverture sur le monde qui m’a permis de me connecter avec l’art, de voir ce qui se faisait. Lors de mon périple à New York, Dali était encore vivant. Il a été l’un des peintres qui m’ont beaucoup inspiré. À cette même époque, j’ai peint plusieurs œuvres surréalistes. Quand je suis revenu à Québec, j’ai cependant constaté que les gens n’étaient pas prêts à ce style artistique, » donne à entendre le peintre.

De 1980 à 1984, le jeune peintre entreprend donc des études en communication graphique à l’université Laval de Québec. Il aura le privilège d’avoir un professeur d’illustration et de graphisme de grand renom, Claude A. Simard. Au terme de ces trois années universitaires, il obtient son baccalauréat en graphisme. En 1984, il travaille pendant un an pour plusieurs grandes entreprises de publicité de Québec comme graphiste, designer et illustrateur. Il fonde son propre bureau de graphisme en 1985 et s’associe à plusieurs campagnes publicitaires au Québec, jusqu’en 1992.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Maxime Rioux

Où trouver ses œuvres
West End Gallery, 1203 Broad Street, Victoria, BC
Koyman Galleries, 1771 St. Laurent Blvd, Ottawa, ON
Towne Square Gallery, 94 George Street, Downtown Oakville, ON
Westmount Gallery, 88 Advance Road, Toronto, ON
Rouge Gallery, 245 3rd Avenue South, Saskatoon, SK
Chase Art Gallery, 450 Beaconsfield blvd, Beaconsfield, QC

12 mars 2017

Peintre figuratif natif de la Vieille Capitale, Alain Bédard a amorcé ses études en arts au Collège de Sainte-Foy, en 1976. ..

LIRE +
@Sophie Thibault - La meute

Sophie Thibault

Débusquer le beau

Photographie dʼart

« Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur adulte qui pénètre dans un pays étranger. » 
— Bill Brandt

Sophie Thibault, chef d’antenne à TVA, côtoie l’actualité, les catastrophes et plus souvent qu’autrement les faux pas de l’humanité. Et ce, à son pupitre au petit écran, dans son bulletin de nouvelles. Diplômée en psychologie, c’est dans le journalisme et le domaine des communications qu’elle évolue depuis 28 ans, soit dès son entrée en fonction à TVA. Certainement une influence venue de son père qui fut directeur de l’information à Radio-Canada, mais aussi de sa passion pour la photographie et les caméras. « J’adore les arts, le dessin, la peinture, même si je ne suis pas bonne ! Cela m’a toujours frustrée à l’enfance. Par contre, je me souviens d’avoir été fascinée par tout ce que je pouvais fixer dans le temps sur une pellicule. Encore plus à l’adolescence, parce que je pouvais combiner caméra, magnétoscope (vidéo) et son pour la recherche d’images « vivantes » de l’actualité. Ce qui aujourd’hui m’apparaît être en lien direct avec mon choix de carrière.
Ce que j’ignorais évidemment à l’époque. »

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Où trouver ses œuvres
Du 4 au 14 mai 2017, exposition de Sophie Thibault ‒ Tanzanie :
Retour auxorigines. Galerie Québec Art, 40, rue Notre-Dame, Ville de Québec ‒ 418 692-8200

12 mars 2017

Journaliste et chef d’antenne à TVA depuis 1988, Sophie Thibault a une autre passion: la photographie…

LIRE +
Bohémienne, acrylique, 24 x 18 po

Danou-Lynn

Garder une part de mystère

Sur la cimaise

Danielle Tremblay décide très tôt de porter un nom d’artiste, primo pour sortir du lot des Tremblay qui peuplent l’ensemble du Québec, secundo pour témoigner de son unicité en tant que créatrice.   « Je n’aime pas les comparaisons parce que même si on peut trouver des points communs aux personnes ou aux choses, rien n’est jamais pareil, » ajoute-t-elle.

Comme ses proches la surnomment déjà Danou depuis l’enfance, le choix va de soi, tout bonnement accolé à son deuxième prénom. Rien de factice, car il lui importe de rester elle-même et de se reconnaître. S’il semble banal à première vue, ce simple assemblage laisse d’ores et déjà entrevoir les deux pôles qui caractérisent ses œuvres, soit la grande part d’imaginaire qui les habitent, ancrée dans un réalisme figuratif de base. Danou, c’est l’émerveillement de la tendre jeunesse qui ne connaît encore aucune limite, qui vit dans le rêve et la fantaisie, connectée au cœur même de la créativité. Lynn, c’est le cadre plus formel qui définit la réalité, l’humain et ses réflexions, ainsi que les liens avec la matière.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne LeTellier

Les amateurs peuvent également consulter son site internet : www.danoulynn.com.

2 janvier 2017

Danielle Tremblay décide très tôt de porter un nom d’artiste, primo pour sortir du lot des Tremblay…

LIRE +
Cyclistes

Carole Desgagné

Des masses d’émotions

Formes, volume et espace

Originaire du Saguenay, Carole Desgagné est d’abord une femme d’action qui apprécie la nature et le plein air. C’est pour donner un nouveau souffle à son parcours artistique, déjà bien amorcé dans sa région, qu’elle vient s’établir à Montréal.

Cette audace se révèle gagnante, car rapidement, son art y explose et sa visibilité augmente sans cesse depuis 5 ans. Ne craignant pas d’aller de l’avant, elle peut aujourd’hui compter sur une reconnaissance publique lui ayant fait mériter plusieurs prix ainsi que de nombreuses distinctions et l’ayant amenée jusqu’au carrousel du Louvre, à Paris, pour ne nommer que cet endroit parmi tous ceux qu’elle a conquis.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier

Les amateurs peuvent voir certaines de ses pièces 
à la galerie La Marée Montante de l’île d’Orléans ainsi qu’à la galerie Suite 60 de Trois-Rivières.

on peut aussi visiter son site internet : www.caroledesgagne.com

 

 

 

 

2 janvier 2017

Originaire du Saguenay, Carole Desgagné est d’abord une femme d’action qui apprécie la nature et le plein air.

LIRE +
Circus of the mind, techniques mixtes sur toile, vernis à l’époxy, 56 x 101 po

Pierre Poulin

L’outsider de l’art

À découvrir

La petite histoire de l’art brut

Le terme « art brut » a été utilisé en 1945 par l’artiste peintre français Jean Dubuffet pour désigner les œuvres de personnes exemptes de culture artistique.

Il prolongeait ainsi les découvertes et les travaux du Dr. Hans Prinzhorn realizes dans les années 1920 sur « l’art des fous » (aussi appelé l’art asilaire) et l’étude du Dr. Walter Morgenthaler consacrée en 1921 à un interné psychiatrique, Adolf Wölfli, le plus emblématique représentant de l’art brut. Très vite, en parcourant les instituts psychiatriques de Suisse et de France, il s’est constitué une vaste collection d’œuvres qui sera administrée par la Compagnie de l’art brut, à laquelle André Breton sera associé pendant un moment. Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte d’Hélène Caroline Fournier

1 janvier 2017

Le terme « art brut » a été utilisé en 1945 par l’artiste peintre français Jean Dubuffet pour désigner les œuvres de personnes exemptes de culture artistique…

LIRE +
Cœur arc-en-ciel no

Luc Tessier

Faire battre le cœur par la couleur

Clin d’œil

« L’œuvre d’art naît du renoncement de l’intelligence à raisonner le concret. »Albert Camus

Luc Tessier peint des cœurs. Ce symbole universel et schématisé dont l’origine trouve sa source dans l’antiquité par association à la feuille de vigne, nous menant tout droit à Dionysos, le dieu du vin, de la bonne chair et de la sensualité.

Or, au cours du temps le symbole trouva sa signification à part entière. Apparut alors au moyen âge la forme en rouge (couleur du sang) pour lui donner une dimension charnelle, corporelle, physique, tangible. La croyance à l’époque voulait que les sentiments humains proviennent du cœur, il n’en fallait pas davantage pour associer le symbole de la sensualité et l’organe. Et ce, jusqu’à aujourd’hui.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Luc Tessier est représenté par les galeries suivantes :

Québec Art
 40, rue Notre-Dame, Québec, QC
418 692-8200 www.galeriequebecart.com

Galerie MP Tresart
 220, rue Hôtel-de-Ville, Durham-sud, Québec, QC 819 858-2177
 www.galeriemptresart.com

Galerie Dosha
 922, rue Laurier, Beloeil, QC
450 813-4737
 www.dosha.ca


Galerie Guylaine Fournier 104, rue Saint Jean Baptiste, Baie-Saint-Paul, QC www.galerieguylainefournier.com

Galerie Le Bourget
 34, rue Saint-Paul ouest, Montréa, QC www.leluxart.com

1 janvier 2017

Luc Tessier peint des cœurs. Ce symbole universel et schématisé dont l’origine trouve sa source dans l’antiquité…

LIRE +
Les traces, rouille et encaustique sur toile, 76,2 x 91,44 cm, 2014

France Houle

Quand la matière est le sujet

Réalisme contemporain

« Aucune matière ne peut être intelligible sans ombre et lumière. Ombre et lumière sont issues de la lumière. »
— Léonard de Vinci

La peinture matiériste et abstraite de France Houle, repose sur un dialogue entre la couleur et la matière. Dans cette approche non académique de la peinture, la surface du tableau est traitée comme une peau, avec ses coutures, ses cicatrices et ses tensions, l’artiste n’hésitant pas à faire usage de raclures, griffures, lacérations et déconstructions.

Papiers, tissus, enduits, métal oxydé, huile, encre et acrylique sont ajoutés sur la toile et travaillés dans leur texture et leurs abrasions ou érafflures obtenues par le passage de l’ensemble sous une presse d’où ressurgiront les états rayonnants de la matière par une luminosité de couleurs inusitées.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

France Houle est représentée par la Galerie Kaf Art 9367, rue Lajeunesse, Montréal
514 260-0591

1 janvier 2017

La peinture matiériste et abstraite de France Houle, repose sur un dialogue entre la couleur et la matière.

LIRE +
Moving in Time, 18 x 36 po

Gail Descoeurs

À la frontière du mysticisme

L’art au féminin

Tenter de décrire l’artiste peintre Gail Descoeurs n’est pas tâche facile, tant elle possède d’attributs. L’on pourrait dire qu’elle est déterminée et disciplinée, bien sûr, mais tout aussi bien mystique et alerte, ce qui peut paraître à priori contradictoire.

Sa création artistique s’oriente vers le réalisme contemporain. Elle peint presqu’exclusivement des paysages où l’eau et les ciels splendides volent souvent la vedette. « Ce que je préfère peindre par-dessus tout sont les ciels, les arbres, les paysages, les marais, les grands espaces et l’eau. J’aime la lumière. Même dans mes tableaux sombres la lumière est présente. »

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Noel Meyer

Gail Descoeurs est membre de L’association des artistes de Lakeshore et membre associée de la Société des artistes canadiens. Elle a gagné de nombreux premiers prix en compétition. On peut voir ses œuvres sur le site www.gaildescoeurs.com. Elle est représentée par la Galerie Iris à Baie-Saint-Paul et par la Westmount Gallery à Toronto.

1 janvier 2017

Tenter de décrire l’artiste peintre Gail Descoeurs n’est pas tâche facile, tant elle possède d’attributs. L’on pourrait dire qu’elle…

LIRE +
Mots cachés, 24 x 36 po

Joan Dumouchel

Impressions fugaces

Grande rencontre

Peintre des moments d’introspection, Joan Dumouchel sonde les nuances de la psyché humaine avec une œuvre contemporaine laissant place à l’imagination. Ses visages réalistes habitent des univers oniriques qui invitent à l’évasion. Portrait d’une intuitive.

Joan Dumouchel a toujours rêvé d’être artiste. Du plus loin qu’elle se souvienne, l’artiste de 63 ans a toujours dessiné. Au cours de ses études en arts à l’UQAM, l’abstrait avait la cote. Pourtant, le portrait a toujours exercé sur elle sa fascination. « Mes cours préférés étaient ceux de modèle vivant. Armée de fusain, je dessinais sans relâche. » Enseignante en arts plastique pendant quelques années, elle sera approchée par Omer DeSerres pour donner des ateliers aux enseignants et professeurs d’art. Cette connexion en amènera une autre, avec la compagnie de peintures acryliques Liquitex, qui l’enverra en Angleterre avec un échantillonnage sélect d’artistes internationaux ayant comme mission de tester le matériel. Une expérience inoubliable tant culturelle qu’artistique.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte d’Isabelle Gauthier

Représentée chez :

Galerie Blanche, Montréal

Iris, Baie-Saint-Paul

Michel Bigué, Saint-Sauveur

Martin Gallery, USA

Mary Martin Gallery, USA

Thompson Landry, Toronto

 

 

1 janvier 2017

Peintre des moments d’introspection, Joan Dumouchel sonde les nuances de la psyché humaine…

LIRE +