Magazin'Art

Exclusifs aux abonnés

René Gagnon

Le géant amoureux fou du Royaume du Fjord

Grande rencontre

« L’intérêt dans une toile est multiple. Le sujet, le motif, doit toujours être rendu d’une façon simple, compréhensible, mais saisissante pour le spectateur. Celui-ci doit être amené – par l’élimination des détails superflus – à suivre le chemin que le peintre lui indique et voir tout d’abord ce qui a empoigné l’exécutant. » – Alfred Sisley

Fils d’agriculteur épris de liberté, René Gagnon voulait être un coureur des bois. Or, les aléas de la vie et la douce contagion de l’art en aura décidé autrement. Et pour le mieux ! En effet, les plus grands de cette époque lui auront transmis la passion tumultueuse et fulgurante de l’art. Les René Richard, Cosgrove, Ayotte, Albert Rousseau, Marc-Aurèle Fortin et autres, ont été de ceux-là.

Au pays d’un royaume (Saguenay), huile sur Isorel, 40 x 48 po, 2008

Au pays d’un royaume (Saguenay), huile sur Isorel, 40 x 48 po, 2008

Simplement du fait qu’il était le neveu de René Bergeron, important agent d’artistes et que celui-ci invitait ses protégés à venir peindre sur ses terres au Saguenay. Ainsi, l’autodidacte René Gagnon aura reçu les meilleures leçons d’art et de vie de la bouche même de ces passionnés, épris de grande liberté. En entrevue, et à son âge avancé, il aime se rappeler ces moments de fin de journée, où chacun appréciait le travail des autres, souvent par des critiques constructives. Mais toujours dans la joie de constater ce que le collègue avait su capter du paysage et des lumières fugaces du moment.

Féerie d’automne, huile sur Isorel, 40 x 48 po, 2016

Féerie d’automne, huile sur Isorel, 40 x 48 po, 2016

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois


renegagnon.com

info@renegagnon.com

66, chemin de la Pointe à Gagnon, Anse de roche, Sacré-Cœur, QC

Musée René Gagnon, 203, rue Notre-Dame Ouest, Montréal, QC

Image d’en-tête : Féerie d’automne, huile sur Isorel, 40 x 48 po, 2016

 

Hiver 2020

28 décembre 2019

L’intérêt dans une toile est multiple…

Sylvie Grondin

Rencontre du minéral et du végétal

Abstraction en art

« La matière est l’inconscient de la forme. » – Gaston Bachelard

L’artiste exulte de joie. Jamais ses œuvres n’auront reçu un pareil accueil de la part du public. Voilà pourquoi les évènements et les dates d’expositions maculent son agenda pour encore longtemps.

Sylvie Grondin a fait ses premières armes en arts visuels en touchant l’univers de la gravure chez Engramme à Québec. Depuis, elle explore les possibilités infinies du papier et des coloris. D’où l’intégration du matériau si précieux, si révélateur, à ses tableaux en techniques mixtes.

Petits papiers (30), 20 x 20 po

Petits papiers (30), 20 x 20 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois


Sylvie Grondin est représentée par :

Galerie Off, 113 Rue Saint-Paul, Québec, QC 418 569-3316

Galerie Le Luxart, 66, Rue Saint-Paul Ouest, Montréal, QC 514 848-8944

Image d’en-tête : Les petits papiers (42), 16 x 16 po

 

Hiver 2020

28 décembre 2019

La matière est l’inconscient de la forme…

Denis Jacques

Les yeux du cœur

Réalisme contemporain

« C’est la sélection des détails et non pas leur nombre, qui donne à un portrait sa ressemblance. » – Alexis Carrel

Le premier contact est chaleureux. Et de ce fait plus que prometteur. Crâne dégarni. Anneau porté au lobe de l’oreille gauche. Regard bleu acier assumé et lui donnant l’air de rêver. Denis Jacques (IAF) est un loquace invétéré de qualité.

Les paroles coulent comme rivière : « Quand on vient de la Mauricie, tu vas vers Québec ou Montréal. Je suis allé vers la grosse ville avant, mais j’ai adoré Québec. Cela ne se compare pas. Je dessinais beaucoup et j’avais entendu parler qu’il s’y faisait beaucoup de portraits. Quand j’ai vu la rue Sainte-Anne avec les grands arbres et ses artistes sympathiques, mon choix n’as pas été difficile. Je me suis installé pour y faire d’abord des portraits pendant l’été de 1980 et j’y suis resté jusqu’en 2004, » expose l’artiste.

Mathilde au pourpoint, huile sur bois marouflé de coton, 20 x 16 po, 2015

Mathilde au pourpoint, huile sur bois marouflé de coton, 20 x 16 po, 2015

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois


Denis Jacques est représenté par :

Galerie Archambault, 1303, Notre-Dame, Lavaltrie, QC 450 586-2202

Galerie Le Pépin d’Art, 204, Boul. Sainte-Rose, Laval, QC 514 965-9637

Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec

Il est aussi le fondateur de l’Académie des Beaux-Arts de Québec où il dispense des cours à un large public : 755, boul. Charest Est, Québec, QC 581 989-1337 – admin@acbacq.comdenisjacques@acbaqc.com

denisjacques.cainfo@denisjacques.ca

Image d’en-tête : Cronos – Autoportrait, argile huileuse

 

Hiver 2020

28 décembre 2019

C’est la sélection des détails et non pas leur nombre…

Guy Brassard

Rencontre avec un passionné

Profil d’artiste

« Le tableau et le peintre se séparent quand ils ne sont plus d’aucun secours l’un pour l’autre. Quand le tableau ne sait plus nourrir le peintre,  quand  le  peintre  ne  sait  plus  nourrir  sa  peinture. » – Christian Bobin

Un grand peintre disait : « Si vous commencez une toile et que vous la voyez achevée dans votre tête, abandonnez le projet et passez à une autre ; votre toile est déjà faite, » relate l’artiste à ses élèves. Il ajoute encore « Une toile se créé, en la créant. »

Depuis deux ans Guy Brassard a la chance d’enseigner le dessin et la peinture à l’huile à divers groupes d’étudiants. Il les pousse à sortir de leur zone de confort, à délaisser rapidement la sécurité d’une photo et se laisser guider par leur instinct, ce qui émane de l’intérieur. Peintre intuitif, il leur apprend à observer, interpréter, se faire confiance, lâcher prise. « Il faut rester ouvert aux imprévus, à la surprise, à l’accident, » dit-il. « La toile parle. » Une conversation s’établit entre le peintre et sa toile. En cours de création, elle l’invite à poser une couleur, faire une forme particulière. Une fois l’œuvre terminée le peintre dira, par exemple, que le toit bleu de cette grange – encore jeune et pimpante – n’aurait pu être peint d’une autre couleur ; cette teinte s’est imposée à lui, simplement, en cours de route.

Champs de rêve, huile à la spatule sur toile, 27 x 57 po

Champs de rêve, huile à la spatule sur toile, 27 x 57 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Anny Brassard


Image d’en-tête : Les blés sont mûrs, huile à la spatule sur toile, 24 x 36 po

 

Hiver 2020

28 décembre 2019

Le tableau et le peintre se séparent quand ils ne sont plus…

Marie-Claire Plante

Une complexité multidimensionnelle

Art actuel 

Pendant des années, Marie-Claire Plante doit peindre le soir, la nuit et les fins de semaine pour vivre sa passion et répondre à son besoin profond d’exprimer ce qui l’habite, faisant carrière dans un domaine n’étant aucunement lié à celui des arts. Malgré un emploi à temps plein, elle parvient néanmoins à y consacrer plus de 30 heures par semaine pour faire évoluer son talent.

En 2013, la retraite lui ouvre une plage de disponibilité plus vaste qui lui permet de s’adonner entièrement à sa peinture, augmentant comme jamais sa vitesse de croisière artistique. Auparavant, sa nature curieuse la pousse à essayer de nombreuses techniques et elle avance d’année en année en mode recherche pour découvrir de nouvelles pistes dont la combinaison constituera plus tard son caractère pictural unique. Les avenues explorées au fil des ans s’entrelacent jusqu’à orienter son style, qui sera résolument abstrait. « J’ai toujours souhaité être artiste. À mes débuts, je ne m’autorisais pas encore à créer sans repères figuratifs et mes œuvres rejoignent aujourd’hui ce désir, déjà présent à l’origine. Les personnages ont longtemps fait partie de ma démarche, même s’ils portaient souvent en eux la manifestation de cette intention latente de faire un jour éclater les limites », observe-t-elle.

Passage obligé, techniques mixtes, 36 x 48 po

Passage obligé, techniques mixtes, 36 x 48 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier


Les tableaux de Marie-Claire Plante sont accessibles exclusivement à partir de son site web personnel, marieclaireplante.com ainsi que sur sa page Facebook.

Image d’en-tête : Au-delà, techniques mixtes, 40 x 54 po

 

Hiver 2020

28 décembre 2019

Pendant des années, Marie-Claire Plante doit peindre le soir…

La pratique émergente

de Mégane Fortin (Meg)

À découvrir

Une nouvelle figure de l’art abstrait a récemment rejoint la communauté des arts visuels au Québec : MEG. Née en 2007 dans la Capitale-Nationale, Mégane Fortin a commencé à peindre à l’âge de sept ans sous l’enseignement de son professeur, l’artiste Maurice Louis. Douée et on ne peut plus déterminée, elle est encouragée à poursuivre sa pratique émergente.

Mégane expose pour la première fois à Stoneham-et-Tewkesbury en banlieue de Québec à l’âge de neuf ans en duo avec son professeur. Cette exposition va connaître un vif succès et révéler la jeune artiste au public. Les amateurs étaient au rendez-vous la vente de la majorité de ses œuvres en fait foi, et plusieurs d’entre elles ont notamment été acquises par des collectionneurs européens.

Abstrait 4

Abstrait 4

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Marie-France Bégis


Du 23 au 26 avril 2020 : Artexpo “Solo” New York PIER 94, 711 12th Ave, New York (NY )

Du 1er décembre 2019 au 31 mai 2020 : “Vibration” Exposition thématique au Musée d’art contemporain VR 3D, 54400 Longwy (France)

www.megartiste.com

 

Hiver 2020

28 décembre 2019

Une nouvelle figure de l’art abstrait a…

Globe-trotters diptyque 2 fois, 48 x 36 po (détail)

Tania Lebedeff

Émergences des images en « va-et-vient »

Grande rencontre

« Pour voir le monde autrement, il faut commencer par penser autrement. » Anton Gill

Sans l’ombre d’un doute, Tania Lebedeff, travaille en parfaite synchronicité de ses deux hémisphères : gauche et droit. Cette affirmation est déduite du constat de l’élaboration de son œuvre en macrocosme global et entier. Soit là où la silhouette humaine se métamorphose en ne se limitant pas à présenter qu’un seul angle de lecture ou d’approche, mais en nous faisant voir également des personnages en filigrane provenant de la profondeur de la toile. Le tout, enveloppé d’un univers allant au-delà de la matière pour mieux pénétrer, peut-être, la psyché.

Nuit de pleine lune, 48 x 48 po - photo © Guy l’Heureux

Nuit de pleine lune, 48 x 48 po – photo © Guy l’Heureux

Systèmes et doctrines surréalistes que tout cela ? Peut-être. Or, il me semble que l’ambition intrinsèque de la peintre s’oriente plutôt à percer les secrets de l’âme et de la passion de créer. De fait, Tania Lebedeff sait placer la poésie, le mouvement, puis le merveilleux des découvertes visuelles, de manière à nourrir la perception offerte au spectateur. Comprendre alors que ces œuvres trouvent leurs sens et leur singularité en s’imprégnant longuement au sein de la compréhension dominée par les relations entre le fond et la forme. Le fond étant le plan le plus éloigné dans l’image mais qui ressurgit à la surface dans une valse-hésitation surplombant la forme en surface. Subrepticement l’âme devient visible et relègue au second plan l’être incarné.

Les errants, 36 x 48 po - photo © Guy l’Heureux

Les errants, 36 x 48 po – photo © Guy l’Heureux

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Pour rejoindre Tania Lebedeff :

À l’atelier : 1087, Boul. Laurier, Mont-Saint-Hilaire (Québec) Canada J3G 4S6 514 834-6543

tanialebedeff.com

tanialebedeff@hotmail.com

À Montréal : Galerie Richelieu, 7903, rue Saint-Denis, Montréal (Québec) Canada H2R 2G2 514-381-2247

info@galerierichelieu.com

Image d’en-tête : Globe-trotters diptyque 2 fois, 48 x 36 po (détail) – photo © Guy l’Heureux
17 septembre 2019

Sans l’ombre d’un doute, Tania Lebedeff, travaille…

Petite immolation II, porcelaine, enfumage et encaustique, 15,3 x 33,2 x 20 cm, 2012

Guerre et paix

L’univers antinomique du céramiste Laurent Craste

Expression actuelle

Les créations du céramiste Laurent Craste nous plongent dans un univers antinomique unique où s’opposent l’apologie du très beau et la meurtrissure de la destruction au propre comme au figuré. Volontairement, spécifiquement, l’artiste pousse la contradiction entre deux propositions de significations opposées ; entre deux idées générales issues de la réalité. D’un côté, il y a la beauté de la porcelaine présentée à l’apogée de ses qualités décoratives et d’ostentation par ses références classiques et de l’autre, la référence à des événements historiques ou contemporains marqués par de grandes cassures ou des épisodes dramatiques sociétaux.

[…] « je me sers des archétypes historiques comme d’un matériau à part entière dans une démarche de questionnement du statut de l’objet de collection. » Laurent Craste.

Laurent Craste et son œuvre Iconocraste - photo © Laurent Craste

Laurent Craste et son œuvre Iconocraste – photo © Laurent Craste

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Marie-France Bégis

Pour voir les œuvres de Laurent Craste :

– Exposition solo à la Galerie YL-S Art contemporain Saint-Gabriel de Brandon. Vernissage le 21 septembre 2019.

Foire d’art contemporain de Toronto. Galerie 3. Du 25 au 27 octobre 2019.

– Exposition solo à la Galerie 3, Québec. Du 22 novembre au 22 décembre 2019.

– Exposition collective dans le cadre de la série eXcentrer à la Galerie d’art Desjardins de Drummondville. Du 8 novembre au 15 décembre 2019.

Image d’en-tête : Petite immolation II, porcelaine, enfumage et encaustique, 15,3 x 33,2 x 20 cm, 2012 – photo © David Bishop Noriega
17 septembre 2019

Les créations du céramiste Laurent Craste nous plongent…

Eduard Gurevich - Sun's Birth Place - 38x57 - Acrylique sur toile

Eduard Gurevich

Nature cathédrale

Réalisme contemporain

« L’art est le reflet que renvoie l’âme humaine éblouie de la splendeur du beau. » – Victor Hugo

Si plusieurs artistes deviennent volubiles face à leurs œuvres à contrario, d’autres ne le sont pas du tout. Eduard Gurevich est l’incarnation de la discrétion. Cela me donne à penser au merveilleux peintre feu Jacques Hurtubise (1939-2014), une sommité de l’art du Québec qui, face aux journalistes le questionnant sur le sens de sa peinture flamboyante, se mettait en colère en leur disant qu’il avait peint !

Comme si le reste ne lui appartenait pas. Bref, il affirmait qu’une œuvre doit se défendre par elle-même sans jamais tomber dans les théories alambiquées et les discours vaseux. Dès lors, parlons d’un coup de cœur percutant. Aussi, en se frottant les rétines sur les tableaux de Gurevich, du coup, nous comprenons. Il y a communication sans vergogne. Aucuns discours ni entourloupettes savantes. Le spectateur perçoit, reçoit et s’émeut ! D’où le discernement de l’importance du parcours de vie.

April’s Adventure, acrylique sur toile, 30 x 30 po

April’s Adventure, acrylique sur toile, 30 x 30 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Eduard Gurevich est représenté par la Galerie Québec Art, 27 et 40, rue Notre-Dame, Québec, Qc, Canada – 418 692-8200

Image d’en-tête : Sun’s Birth Place, acrylique sur toile, 38 x 57 po
17 septembre 2019

Si plusieurs artistes deviennent volubiles face à leurs œuvres…

Résonance 11, acrylique et collage sur toile, 100 x 100 cm, 2019

Les dialogues temporels

d’Odette Théberge

Profil d’artiste

Les séries Mementos, Chroniques et Résonances, les murs se racontent d’Odette Théberge sont empreintes à la fois d’une vive énergie créatrice et d’une nette volonté de s’attarder à mettre en relief le passage du temps. Les sculptures-livres à l’origine de la série Mementos furent le fruit d’une découverte fortuite, qui amena l’artiste en arts visuels à se questionner sur la matérialité du livre, sa place séculaire dans nos vies et l’abandon graduel dont ils font l’objet.

Un corpus à vif, lourd de signification. Inspirée par un événement qui invitait un groupe d’amis à brûler, lors d’un feu de camp, des objets ou des papiers afin de clore un épisode de la vie de chacun, Odette Théberge y découvre dans les cendres le lendemain matin, les restes de livres.

Memento 26, livres brulés, acrylique, feuille d’or, cuir et acier (ceinture), 17 x 17 x 20 cm

Memento 26, livres brulés, acrylique, feuille d’or, cuir et acier (ceinture), 17 x 17 x 20 cm

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Marie-France Bégis

Exposition Résonances, les murs se racontent, Odette Théberge, Centre d’art Louise-Carrier du 8 septembre au 2 octobre 2019.

Image d’en-tête : Résonance 11 (détail), acrylique et collage sur toile, 100 x 100 cm, 2019
17 septembre 2019

Les séries Mementos, Chroniques et Résonances, les murs se racontent…

Sables éternels - Percée de soleil, 40 x 60 po

Yvan Bédard

Vivre la photographie de l’intérieur

La photographie dans l’art

« La composition doit être une de nos préoccupations constantes, mais au moment de photographier elle ne peut être qu’intuitive, car nous sommes aux prises avec des instants fugitifs où les rapports sont mouvants. » – Henri Cartier-Bresson.

À l’heure du multimédia et de la consommation de masse d’images de toutes provenances, la photographie contemporaine parvient à élever le photographe sur un piédestal en lui attribuant un statut bien particulier. En effet, un double rôle lui est attribué puisqu’il vient se placer en tant que témoin, mais aussi en tant qu’acteur à part entière. La création d’Yvan Bédard en est un exemple indéniable.

Depuis l’adolescence où il dessinait, peignait et prenait des photos, cet homme de l’univers des sciences, demeure avant toutes choses amoureux de l’art et de la nature. Professeur émérite de l’Université Laval en génie géomatique, docteur en génie civil, conférencier international et lauréat de plusieurs prix prestigieux pour ses recherches et écrits, il œuvre maintenant avec plénitude et passion en photographie paysagère.

Un autre temps - La rencontre, 20 x 30 po

Un autre temps – La rencontre, 20 x 30 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

yvan_bedard@hotmail.com

www.yvanbedardphotonature.com

Galerie Québec Art40, rue Notre-Dame, Québec, QC, G1K 4G1 418 692-8200

Image d’en-tête : Sables éternels – Percée de soleil, 40 x 60 po
17 septembre 2019

À l’heure du multimédia et de la consommation de masse…

Le combattant, bronze and aluminium, 40 x 44 x 30 cm

Les petites histoires

d’Huguette Joncas

Formes, volume et espace

Diplômée de la faculté des arts de l’Université Laval en 1973, Huguette Joncas entame sa carrière en arts visuels par la réalisation de toiles grands formats. Aux années ’70 correspondent ses représentations du genre humain. Elle s’initie parallèlement à la sérigraphie et artiste-entrepreneure avant son temps, elle démarre sa propre entreprise de vêtements à Québec.

Ses créations signatures proposent des vêtements rehaussés de motifs réalisés par le procédé d’impression sérigraphique. Déjà alors, la thématique de l’oiseau se dessine et se poursuivra, figure dominante, dans sa production contemporaine. Au cours de sa carrière, Huguette Joncas, revisitera à l’occasion le support du textile pour la réalisation de vêtements peints lors de différentes expositions.

Le retour, aluminium et bronze, 70 x 55 x 26 cm

Le retour, aluminium et bronze, 70 x 55 x 26 cm

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Marie-France Bégis

Pour en apprendre davantage sur Huguette Joncas visitez le : www.creationsgarnojoncas.com

Image d’en-tête : Le combattant, bronze et aluminium, 40 x 44 x 30 cm
17 septembre 2019

Diplômée de la faculté des arts de l’Université Laval en 1973…