Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art

Exclusifs aux abonnés

IMG_0922

Alain Lacaze

Une œuvre de suggestion

Grande Rencontre

« Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en changera pas. » – Léonard de Vinci

Né en 1939 à Paris, l’homme fut un enfant de la guerre qui a su grandir et se cultiver par lui-même. L’homme est un poète. Un érudit. Il est un artiste peintre français en terre d’Amérique et il est d’un savoir-faire inouï. Humble, mais riche d’une conscience toute humaine et universelle, il habite Québec depuis  les années 1980. Cet homme est Alain Lacaze.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Michel Bois
Galerie Alain Lacaze 129-131, Saint-Paul, Québec, Canada / 418 692-4381 / galerie@alainiacaze.com

24 septembre 2017

Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en changera pas…

LIRE +
25547

Marshal

L’éloquence d’une griffe unique

Réalisme Contemporain

Si la créativité moderne profite aujourd’hui de riches archives cumulant des siècles de propositions artistiques des plus diverses, elle hérite du même coup du défi de renouveler le déjà vu. Et la barre s’élève d’autant plus que la diffusion d’œuvres se multiplie. Comment dire les choses autrement d’une manière qui n’a encore jamais été faite, c’est ce qui motive Joe Marshal Foster depuis toujours. Sans pour autant renier le passé, sa démarche consiste à absorber une part de la culture qui façonne chaque individu tout en s’évertuant à découvrir des allées inexplorées correspondant à une vision tout à fait personnelle du monde. À ses yeux, ce n’est qu’avec un langage pictural  qui témoigne authentiquement de son unicité qu’un artiste peut espérer voir son travail émerger du lot.

« L’art existe depuis si longtemps, il n’y a que les cultures qui gravitent autour qui changent. Puisque tout a déjà été fait, il faut parler du connu avec une originalité qui surprend. » En l’honneur de son grand-père, un homme exceptionnel à ses yeux de qui il tient son deuxième prénom, sa signature devient Marshal.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Lisanne Le Tellier

Marshal est représenté par la galerie Le Balcon d’art de Saint-Lambert. Certaines de ses œuvres se retrouvent dans plusieurs collections d’entreprises locales et internationales. Marshalarts.org

24 septembre 2017

Si la créativité moderne profite aujourd’hui de riches archives…

LIRE +
À travers les marais 16x20

Stéphane Gagnon

Talent inconditionnel

Peindre un pays

« Tous ces gens qui vous questionnent sur la pratique de l’art… Allez donc leur apprendre que ce n’est pas seulement une question de métier. Qu’il faut en plus un certain quelque chose, dont aucun professeur n’enseigne le secret… la finesse… le charme, bref, ce que l’artiste porte en soi ! » – Renoir

Cela fait plus d’une décennie que votre Magazin’Art s’est penché sur la création notable du peintre Stéphane Gagnon. Alors, quel plaisir de vous faire part à nouveau de la dimension de son singulier talent. Rencontré des années auparavant sur l’Ile d’Orléans, l’homme devant moi a beaucoup maturé. Son œil n’a rien perdu de ses étincelles et de son acuité. Pareil à un grand millésime viticole, son art, sa palette et sa vision impressionniste se sont boni­fiés ! Et, d’un savoir assuré, le peintre oublie son mérite et fait preuve de modestie tout volontiers en entrevue. Les plus grands sont les plus simples, selon le dicton. Stéphane Gagnon en est la preuve. En matière d’art visuel, il est doué d’une sensibilité et d’une habileté extrêmes. Ce qui ne l’empêche d’entendre le tumulte des cascades, le ruis­sellement des eaux ou le cri des oiseaux, les soirs de pleine lune lorsqu’il peint. Voilà le métier qu’il a choisi! Il adore les défis. Et chaque tableau est un combat qu’il se doit de mener à bien. Tel un besoin irrépréhen­sible à combler.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Michel Bois

Stéphane Gagnon est représenté par la Galerie Douce Passion, 42A, rue Notre-Dame, Québec, Qc /418 648-9292 / www.galeriedoucepassion.com

24 septembre 2017

Tous ces gens qui vous questionnent sur la pratique de l’art…

LIRE +
tout est bleu 48"x48" – Version 2

Sylvain Coulombe

Traces de vie

Profil d’artiste

D’un regard en oblique, les personnages de l’artiste Sylvain Coulombe imposent leur douce présence. Leurs visages vallonnés de textures et de couleurs mis en valeur contre un arrière-plan dépouillé les rendent reconnaissables entre tous. Homme ? Femme ? Impossible d’y reconnaitre autre chose que le genre humain.

L’objectif de l’artiste étant de chercher à rendre l’âme du personnage, les œuvres de grand format sur bois ne laissent pas indifférentes : les visages géants, dénudés de tout artifice, expriment une histoire que l’observateur est curieux d’imaginer. « La texture amène du vécu, » selon l’artiste, qui travaille celle-ci d’une façon unique. Garder les fioritures au minimum lui permet de mettre à nu l’âme humaine et de s’assurer que son message passe sans ambages. En direct des tripes.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Isabelle Gauthier

Représenté par : Galerie Blanche, Thompson Landry, Galerie L’Harmattan, Galerie d’Art AlphaLas Olas Fine Arts, Galerie Château Frontenac.

24 septembre 2017

D’un regard en oblique, les personnages de l’artiste Sylvain Coulombe imposent…

LIRE +
edithlietar_leverdujour_techmixtessurbois_24x48pouces

Édith Liétar

Une artiste libre

À découvrir

Édith Liétar, artiste belgo-canadienne, réside au Québec depuis 1966. Diplômée en visagisme, en analyse des couleurs, en stylisme et dessin de mode, elle a longtemps été propriétaire d’une boutique de mode, analyste-conseil en style et couleurs et styliste de mode pour des magazines.

L’art a toujours fait partie de sa vie. Dès l’enfance, rien ne l’arrête dans sa liberté de création. Elle crée ensuite des vêtements qu’elle rehausse de motifs peints à la main. Après avoir suivi des ateliers de développement et de perfectionnement, elle poursuit son cheminement d’artiste peintre autodidacte. Ce cheminement la conduit tout naturellement à exposer, dès 2006, dans plusieurs pays dont la France, l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas, la Roumanie, les États-Unis, l’Italie, etc. Ses débuts en tant qu’artiste professionnelle sont marqués par une  présence rapide sur la scène internationale. D’ailleurs ses œuvres font l’objet d’acquisitions jusqu’au Moyen-Orient et font aujourd’hui partie de plusieurs collections publiques et privées.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par HeleneCaroline Fournier

www.edithlietar.com

24 septembre 2017

Édith Liétar, artiste belgo-canadienne, réside au Québec depuis 1966…

LIRE +
Annie-Cecile-Tremblay-pincée de sel

Annie-Cécile Tremblay

Quand la création et la vie ne font qu’un !

Métiers d’Art

« La création prolonge la durée du rêve qui passe à travers nous. » – Marcel Schneider

Ce texte est le premier d’une série destinée à faire connaître la création éclatée des créateurs et créatrices pétillants des métiers d’art. Pour votre plaisir ! Et le nôtre de vous dire. Merci d’entrer en contact avec nous pour signaler une création d’exception.

Sans trop savoir pourquoi, Annie-Cécile Tremblay peinait à s’investir dans la carrière de designer de mode malgré le désir pourtant bien senti. Trop superficiel, trop capitaliste, trop compétitif ? Allez savoir pourquoi ? Alors vint un autre flirt avec la scénographie cette fois, mais sans résultat ni aboutissement aucun. Par contre, jamais elle n’aurait imaginé faire son petit bonhomme de chemin dans les sentiers singuliers des métiers d’art. Jamais. Une grande et belle surprise, donc, venue avec la rencontre de Marcel Beaucage, maître Potier qui, en plus de son amitié, lui a fait découvrir l’univers de la création reposant sur un mode de vie humaniste dans lequel elle se sentait si bien. Sans ambages, se laissant emporter tête première dans l’aventure, ainsi deviendra-t-elle céramiste.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Michel Bois

Présente à travers un vaste réseau de boutiques prestigieuses au Québec, on entrera en contact avec Annie-Cécile Tremblay en téléphonant au 514 824-8863 ou par courriel à l’adresse suivante : anyce@oricom.ca

24 septembre 2017

Ce texte est le premier d’une série destinée à faire connaître la création éclatée…

LIRE +

Galerie Gruais-Grondin

Une année couronnée de succès !

Portrait de galerie

Démocratiser, promouvoir, s’impliquer, innover, rassembler ; voici les leitmotivs de la mission que se sont donnés les deux galeristes de la Galerie Gruais-Grondin qui fête une première année d’existence couronnée de succès !

Les deux galeristes propriétaires sont aussi des artistes professionnels. Il s’agit de Viviane Gruais et de Sylvie Grondin. Et bien évidemment, elles se sont rencontrées à travers diverses expositions collectives et autres lieux de diffusion de l’art visuel. Les énergies et les aspirations pour devenir galeristes étaient au rendez-vous. Au moment voulu, elles ont plongé dans l’aventure sans regarder derrière, ni regretter. Le regard toujours tourné vers l’avant.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Michel Bois

galeriedartgruaisgrondin@gmail.com / 418 658- 5588 / 2600, Boulevard Laurier, Place de la Cité Ville de Québec, GlV 4T3

20 septembre 2017

Démocratiser, promouvoir, s’impliquer, innover, rassembler ; voici les leitmotivs de la mission…

LIRE +
Aventure, acrylique et techniques mixtes, 60 x 40 po

Voltige tout en couleurs

Marc Samson

Profil d’artiste

Ayant  fait du  dépassement de soi un mode de vie depuis sa formation initiale en éducation physique, pas étonnant que Marc Samson aborde la peinture avec le même engagement et la même détermination qu’il a investi dans les disciplines sportives auxquelles il s’est dédié. Athlète de longue date, il retrouve dans l’esthétique du monde visuel l’équivalent de la perfection de mouvement qu’il vise à atteindre au fil de ses entrainements intensifs.

Pour lui, la seule façon d’obtenir des résultats satisfaisants est de mettre toute son énergie dans ce qu’il entreprend, avec la passion comme moteur d’action. Par conséquent, il se lance à fond dans l’art pictural, avec autant d’ardeur que lui a exigé l’univers de la compétition au sein duquel il a su se démarquer grâce à sa constante quête d’excellence. Picasso et Cathelin le fascinent, l’un pour son interprétation géométrique du réel, l’autre pour la richesse de ses textures. Matisse l’influence aussi par son approche moderne aux valeurs fortes et ses motifs abondants.

L’art participe aujourd’hui à sa santé globale en permettant à cette partie de lui qui veut repousser toute limite de discourir à l’infini sur la toile. Puisant dans son inconscient et dans ses souvenirs, il est à l’écoute de ses manifestations intérieures et laisse la magie s’installer d’elle-même. La reconnaissance de son talent d’artiste contribue à compléter son épanouissement, lui confirmant qu’il a su définir son style et trouver sa place dans le milieu. « Cette seconde carrière, c’est le bonheur total ! », s’exclame-t-il. Enchanté de réussir à se consacrer depuis peu uniquement à sa peinture, il confie avoir des idées par-dessus la tête. Comme la demande pour ce qu’il fait ne cesse d’augmenter, il est confiant que son choix d’avoir tout misé sur son art est le bon.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Lisanne le Tellier

Il est possible d’admirer les œuvres de Marc Samson en allant sur son site internet www.marcsamsonartist.com/fr/a-propos/ ou en visitant sa page Facebook.

13 juin 2017

Ayant fait du dépassement de soi un mode de vie depuis sa formation initiale en éducation physique…

LIRE +
GARCEAU - Peace and Love

Rouge passion

Lynn Garceau

Sur la cimaise

Ayant grandi au sein d’une famille peuplée d’artistes, il était presque prévisible que la peinture fasse un jour partie de la vie de Lynn Garceau. Par-delà cet héritage, elle constate que cette discipline l’a littéralement choisie et qu’elle ne peut emprunter aucune autre voie. Ce n’est toutefois qu’au début de la trentaine que cet appel se fait plus impératif, la poussant à s’y investir davantage suivant des élans plus puissants que jamais. Passionnée par les fleurs, tulipes, pivoines et coquelicots prennent la vedette dans ses œuvres, parfois en gros plan, parfois en embrassant un panorama plus large permettant un traitement presqu’abstrait.

« Je ne peux pas me passer des fleurs, c’est une affection familiale qu’on se transmet de génération en génération. Ce thème ne sortira donc pas de ma vie de sitôt, surtout qu’il y a quantité de lieux différents où les voir s’épanouir. » À commencer par le parc national de la Mauricie qu’elle fréquente chaque semaine depuis longtemps, le festival annuel des tulipes à Ottawa ou encore, les fabuleux jardins de l’entreprise Les Hémérocalles de l’Isle situés à Bécancour, qui comptent plus de vingt mille cultivars. Elle s’est également rendue au parc Algonquin situé entre la baie Georgienne et la rivière des Outaouais en Ontario, se promenant en kayak pour découvrir la flore aquatique et les pins tortueux qu’a si bien illustrés Tom Thompson. Elle a aussi été attirée par Giverny pour voir les jardins de Monet, sans oublier l’Espagne pour admirer ceux de l’Alhambra ainsi que la Provence, suivant l’influence de Van Gogh. De plus, son passage dans les Antilles où la lumière est tout autre lui a donné l’occasion d’aborder les espèces exotiques, cette fois représentées en pots dans de petits formats.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Lisanne Le Tellier

Les œuvres de Lynn Garceau sont disponibles uniquement en galeries, aux endroits suivants :

Galerie Bel Art, dans la ville de Québec, Galerie Beauchamp à Baie-Saint-Paul, Galerie Le Bourget à Montréal, Galerie Lumière au pinceau dans la ville de Grand-Mère, Koyman Galleries à Ottawa, Woodlands Gallery à Winnipeg, Galerie Céleste à Saint-Sauveur, Oceanside Art Gallery en Colombie-Britannique Ryan Fine Art Gallery à Port Carling, en Ontario.

13 juin 2017

Ayant grandi au sein d’une famille peuplée d’artistes, il était presque prévisible que la peinture fasse un jour…

LIRE +
Musique au menu, 24 x 36 po

Danse chromatique

François Faucher

Grande rencontre

Telle une envolée  lyrique, les toiles de François Faucher se distinguent par leur intensité pigmentaire et l’organisation spatiale des éléments figuratifs. Unique en son genre, l’œuvre résolument pimpante semble détenir sa propre trame musicale. Ce rapprochement avec l’art musical s’explique par la technique inventée par l’artiste pour incorporer un effet vibratoire aux éléments du tableau. L’ambiance qui en résulte en est une de mouvement, de chaleur vivante. Regard sur un artiste qui célèbre quarante années d’art.

Né en 1959 à Thetford Mines, François Faucher aime dessiner depuis toujours. Il reçoit tout jeune un ensemble de peinture amateur qui le mettra sur la piste de  la création. Dès 16 ans, il expose annuellement ses œuvres. Malgré son intérêt, il n’envisage pas une carrière artistique à cette époque. Il choisira l’architecture qu’il exercera sur la basse côte-nord pendant six ans. Puis, l’écoute mélancolique du « Blues du businessman » de Claude Dubois viendra solliciter un élan de passion pour son amour des arts et à 40 ans, il abandonne son métier pour lancer sa carrière d’artiste. N’ayant jamais cessé de peindre, François Faucher est un autodidacte qui a participé aux célèbres ateliers libres d’Albert Rousseau et qui s’inspire de Iacurto, Le Sauteur, Picasso et Van Gogh.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Isabelle Gauthier

Galeries canadiennes : Symbole Art (Montréal), Jutras Art Gallery (Toronto).

13 juin 2017

Telle une envolée lyrique, les toiles de François Faucher se distinguent par leur intensité pigmentaire…

LIRE +
Panache (détail), racine de pin, plus de 6 pieds de largeur, collection privée

Magicien de souche

Michel Lajeunesse

Formes, volume et espace

L’article que vous tenez entre les mains, bien que court, a pris du temps à rédiger. Pourquoi ? Parce que l’être que je rencontre tient à laisser une empreinte qui lui plaît telle une plante qui veut être photographiée en période de floraison. C’est le seul interviewé qui, à ce jour, m’a demandé une relecture. Je pèserai donc chaque phase, que dis-je ? Chaque mot. Je veux, tout comme lui, que le texte soit à la hauteur de son talent, que cette page soit magique et qu’en passant à travers elle, tout comme le miroir d’Alice, on découvre un monde fabuleux de l’autre côté.

La nourriture spirituelle de Michel Lajeunesse c’est la nature, les animaux, la forêt. Son père était un artiste également et il l’a initié au dessin plutôt qu’au hockey dès son jeune âge, le prédestinant ainsi à son futur emploi. Le talent est donc héréditaire même si, par la suite, le fiston a fréquenté l’école des Beaux-Arts.

Une  fois adulte, au cours de sa première vie, notre homme tenait un commerce. Dans le but de nourrir sa famille, il besogne dans le lettrage, la calligraphie, le graphisme et l’illustration. Il introduit au Québec les enseignes de bois enjolivées de feuilles d’or. Dans cette discipline, il gagne des prix internationaux, fait la une de magazines américains et il est l’objet de reportages ainsi que d’émissions télévisées. C’est à cette période qu’il apprend le maniement des gouges, les propriétés de la matière ligneuse et mille et une techniques du métier qui lui seront essentielles plus tard. « On ne s’improvise pas artiste, on forge son art ! »

Ses plus grandes influences proviennent de l’époque d’Alfons Mucha, durant laquelle l’esthétique des lignes ainsi que l’élégance des rythmes et des couleurs régnaient. C’était le mouvement de l’Art Nouveau (1890-1914). Parmi les contemporains, Lajeunesse affectionne, entre autres, l’artiste multidisciplinaire Hubbell qui construit des structures organiques, un peu à la manière de Gaudi Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Robert Lafontaine

10 juin 2017

L’article que vous tenez entre les mains, bien que court, a pris du temps à rédiger…

LIRE +
IMG_3768

Galerie d’art St-Aubin-Marion

Peintres et galeristes : quand le bonheur est au rendez-vous !

Portrait de galerie

Le lieu donne sur la patrimoniale et savoureuse Avenue Royale, soit à la hauteur de Château-Richer, sur la mythique côte de Beaupré. Il s’agit d’une maison bicentenaire en pierre plus qu’invitante à visiter. La Galerie St-Aubin-Marion occupe l’espace de la cuisine d’été. Et l’atelier du peintre surplombant le lieu est accessible par un escalier meunier. Ce qui fait le bonheur des visiteurs. Je jubile !

Voici ce que deux artistes au sommet de leurs arts nous proposent. Une chance inouïe pour le public. Le fana d’arts visuels et le collectionneur. Réciproquement, Yvon St-Aubin et Louise Marion éprouvent beaucoup de satisfaction à rencontrer des gens intéressés par leurs tableaux. De fait, ces artistes ont  parcouru plusieurs lieux à travers le Québec, le Canada et l’Europe. Or, ils viennent de déposer leurs pénates sur le « Chemin du Roy » en ouvrant cette galerie. La réalisation d’un rêve prend ici toute sa dimension en ce qui a trait à la création et la vie. Ouverte depuis le 1er août  2016, c’est sur un lopin de terre concédé  à Toussaint Toupin en 1650 que l’on pourra voir les artistes peindre sur le motif, en parallèle à la tenue d’ateliers en groupe à la production de croquis et de peinture dispensés par Yvon St-Aubin tout au long de l’été et de l’automne.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Galerie St-Aubin-Marion, 8361, Avenue Royale, Château-Richer.  De 9 h à 18 h, 7 jours sur 7, entre le 1er mai au 31 octobre de chaque année. On s’informe au 514 942-2514.

10 juin 2017

Le lieu donne sur la patrimoniale et savoureuse Avenue Royale, soit à la hauteur de Château-Richer, sur la mythique côte de Beaupré…

LIRE +