Magazin'Art

Exclusifs aux abonnés

Albini Leblanc

Suivre son étoile

Grande rencontre

« Pour être peintre, il faut modifier ses sens. Les inverser de façon à voir avec les doigts et à toucher avec les yeux. » – Thomas H. Cook

Impossible de sortir indemne d’une rencontre avec le maître Albini Leblanc tellement il touche par sa véracité face à son métier. Rencontre avec un « monument» qui n’a jamais fait de concession pour plaire au marché de l’art. Et qui se livre volontiers à Magazin’Art au sujet de son indéfectible passion depuis près de quarante ans.

Rue Saint-Jean Baptiste, Sherbrooke, 12 x 24 po

Rue Saint-Jean Baptiste, Sherbrooke, 12 x 24 po

Je me souviens d’une entrevue au moment où il demeurait dans une majestueuse demeure ancestrale bien campée devant le fleuve à St-Jean de l’Île d’Orléans. Ses yeux et ses toiles projetaient alors le bonheur de voir défiler les paysages au fil de l’eau du fleuve et tout autant les glaces miroitantes en hiver sur la chaussée étroite de l’avenue Royale. Mais pour ce nouveau tête-à tête, je retrouve le peintre Albini Leblanc en son loft-atelier situé au cœur du quartier des artistes à Québec. Un site urbain caractérisé par ses anciennes manufactures austères recyclées en ateliers, soit exactement l’opposé des paysages champêtres de l’île qu’il aime tant. Amoureux de l’architecture patrimoniale des maisonnettes québécoises valsant au tournant des chemins de traverse et tout autant des scènes de rues urbaines où les éclats du soleil succèdent à la pluie et la neige, l’artiste nomade suit l’inspiration de son étoile.

Ste Famille D’Orléans, 16 x 20 po

Ste Famille D’Orléans, 16 x 20 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

À noter que les images sont une gracieuseté de la Galerie Symbole Art.

Albini Leblanc est représenté par :

Galerie Symbole Art, 2770, de Salaberry, Montréal, QC H3M 1L3 514 336-2332

Galerie Douce-Passion, 42 A, rue Notre-Dame, Québec, QC G1K 4G1 418 648-9292, info@galeriedoucepassion.com

Galerie Iris, 30, rue Saint-Jean-Baptiste, Baie-Saint-Paul, QC G3Z 1L9 418 435-5768

17 décembre 2018

« Pour être peintre, il faut modifier ses sens…

Jacques Hamel

Profil d’artiste

« La valeur d’un artiste se mesure non seulement à la qualité de ses œuvres, mais tout autant au degré d’amour et de persévérance qu’il met pour les accomplir. » – Cécile Fortier Keays

Près de 40 ans de carrière. Des parents qui ont fait l’École des Beaux-Arts de Québec du temps des Jean-Paul Lemieux, Dallaire, et Paul Lacroix. Il baigne dans un univers artistique et dessine depuis l’âge de 5 ans tel un grand curieux de son environnement. Sa main est assurée et se développe sans cesse. Les décors comme les atmosphères heureuses défilent dans sa tête à la manière des « polaroids » livrant instantanément l’image au photographe dès le déclic de l’appareil.

Influencé par le mode de vie de ses parents, mais largement dérouté par ceux-ci quant à la perspective de faire carrière en art. Le voilà tout de même inscrit à la fin de l’adolescence à l’École des Beaux-Arts de Québec qui deviendra l’École des arts visuels de l’Université Laval. Un peu déçu et aigri de ne pas apprendre à sa guise les rudiments et les bases de la peinture, il se tournera vers les théories et les savoirs de la communication graphique. Antoine Dumas et Claude A. Simard seront ses professeurs chevronnés.

Parc des Gouverneurs, 16 x 20 po

Parc des Gouverneurs, 16 x 20 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Jacques Hamel est représenté par la prestigieuse Galerie Douce-Passion 42A, rue Notre-Dame, Québec.

17 décembre 2018

« La valeur d’un artiste se mesure non seulement à la qualité…

Sylvie Drainville

S’immiscer dans les profondeurs

À découvrir

Animée d’une pulsion de vie d’une intensité peu commune, Sylvie Drainville conçoit des peintures sur bois qui tentent de provoquer le cœur tout en lui offrant du réconfort, à travers des espaces composés à la fois de référents enracinés dans le réel et de systèmes parallèles relevant de l’imaginaire. Parce qu’ils adoptent des perspectives empiriques plutôt que classiques, ses tableaux permettent une composition d’ensemble déployée en différentes strates superposées rappelant la géologie des sols.

Le regard qui s’attarde peut ainsi s’enfoncer peu à peu par paliers dans une histoire qui, bien qu’universelle, devient toute personnelle au gré de son interprétation. S’y lovent aussi des endroits plus intimes où se réfugier, pour se sentir en sécurité malgré l’immensité des lieux. Il importe toutefois d’entrer lentement dans le tableau pour bien l’observer, une image à la fois, afin de se couler dans ses tranchées pour que l’émotion puisse s’imprégner dans la mémoire.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier

www.drainville.ca

17 décembre 2018

Animée d’une pulsion de vie d’une intensité peu commune…

Sculpter la matière

Formes, volume et espace

« Tout au long de sa carrière, l’artiste voit différents défis et besoins jalonner son parcours. Ces événements lui permettent de poser des bases d’une nouvelle recherche, d’approfondir un sujet, d’oser une nouvelle technique et ainsi de s’ouvrir sur d’autres possibilités. Peu importe le contexte de création, symposium, résidence artistique ou concours d’art public, l’œuvre a son histoire et ses raisons d’exister. » Nathalie Racicot, Commissaire, Exposition De l’idée au geste, 2018.

Dans le domaine artistique, l’identification d’un créateur selon sa pratique donne une clé au spectateur. Toutefois certains créateurs expriment une telle polyvalence de genres et entretiennent un rapport de création avec plusieurs matériaux à un point tel que les nomenclatures auxquelles on se réfère habituellement deviennent des carcans. Sculpteure, artiste du textile, artiste multidisciplinaire, spécialiste de la pratique hybride, Carole Baillargeon est tout ça à la fois et encore.

Carole Baillargeon - Photo © Stéphane Bourgeois

Carole Baillargeon – Photo © Stéphane Bourgeois

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Marie-France Bégis

Pour en apprendre davantage sur le travail de Carole Baillargeon:

vimeo.com/215582959/dbefd23d56

www.lafabriqueculturelle.tv/capsules/6927

www.lafabriqueculturelle.tv/capsules/10002

Ses expositions en cours :

De l’idée au geste à la Maison Hamel-Bruneau, arrondissement Sainte-Foy-Sillery, Québec du 18 septembre au 16 décembre 2018

Ainsi…/ Thus… au Centre Culturel Franco-Manitobain, CCFM, Winnipeg 13 décembre 2018 au 7 février 2019

17 décembre 2018

« Tout au long de sa carrière, l’artiste voit différents défis…

Michel Mandron, 1920-2015, Avion de guerre. Il a reproduit plusieurs centaines d’avions, dont ce biplan de 1927

Regard complice

sur l’art populaire

Art populaire

« Pour vivre, une œuvre d’art n’a pas besoin ni de beauté ni de laideur. Elle a besoin de vivre. » – Elmer Diktonius

Si vraie pour les uns. Et si déconcertante pour les autres. Impossible pour quiconque de rester insensible à cette forme d’art brute de plus en plus présente au sein des collections publiques et privées. Bon d’accord, il reste du chemin à faire pour sortir ces œuvres de la marginalité, mais s’il n’en tenait qu’à moi, il est clair qu’il s’agit d’une expression de l’art que j’aimerais bien faire connaître à toutes les sensibilités.

L’art populaire, aussi désigné par « art des gosseux » ou « des patenteux », semble trouver son origine au Québec chez nos ancêtres cultivateurs qui sculptaient durant les temps libres de l’hiver des pièces de bois « peinturlurées » en guise de jouets pour la marmaille ou encore pour se plonger dans les plaisirs francs de créer, histoire de se remémorer les doux souvenirs et autres événements marquants de la vie rurale.

Joseph-Arthur Bouchard, 1920-2010, Baie St-Paul (Charlevoix), Vache, bois

Joseph-Arthur Bouchard, 1920-2010, Baie St-Paul (Charlevoix), Vache, bois

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Rendez-vous des sculpteurs en art populaire du Québec au Musée de la civilisation à Québec les 27 et 28 avril 2019.

On peut se procurer les livres de monsieur Levasseur en téléphonant au 514 386-7946 ou en écrivant à l’adresse courriel adrien@artpopulaire.com

Collection privée : Adrien Levasseur  – © Photo : Philippe Le Scelleur

17 décembre 2018

« Pour vivre, une œuvre d’art n’a pas besoin ni de beauté ni de laideur…

La Galerie de la Rive

Portrait de galerie

Le parcours de Jacques Chevalier, peintre professionnel depuis une cinquantaine d’années, s’enrichit depuis quelques mois de sa nouvelle idée d’établir une galerie d’art dans une résidence pour aînés, une première au Québec. Auparavant propriétaire de la Galerie Chevalier et de la galerie Le reflet de l’art dans le vieux Montréal, cette initiative s’appuie sur ces expériences passées ainsi que sur sa bonne connaissance du milieu de l’art.

Toujours animé par l’envie de créer et la tête encore remplie d’idées, Jacques Chevalier n’est pas prêt à poser ses pinceaux et continue d’aller de l’avant avec ses projets. À l’instar de son ancien ami Tex Lecor, Chevalier est un des membres fondateurs de l’Institut des arts figuratifs (IAF), une des plus grandes organisations pour la reconnaissance d’excellence de la pratique artistique et le regroupement d’artistes, et sa réputation jouit d’une notoriété qui s’est étendue notamment jusqu’en France, en Suisse, en Hollande et dans les Caraïbes.

Quelques tableaux de Jacques Chevalier à la galerie de la Rive

Quelques tableaux de Jacques Chevalier à la galerie de la Rive

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Galerie de la Rive, 7095 boul. Gouin Est, Montréal 

17 décembre 2018

Le parcours de Jacques Chevalier, peintre professionnel…

Bâtisseurs de la Nation

Avec la publication du magazine de l’hiver 2018-2019 arrive la fin de cette formidable série d’articles au sujet des pionniers et des bâtisseurs du Canada d’hier à aujourd’hui. De concert avec la Galerie Q et ses artistes peintres choisis, nous avons pu dresser le portrait des politiciens qui ont édifié le pays en relatant leurs parcours truffés d’embûches, de déceptions, de déboires, mais surtout de fulgurantes réussites. Rappelons tout autant la qualité de création des artistes qui se sont prêtés au jeu avec grande sensibilité. Les voici : Juan Cristobal, Masoud Habibyan, Ginet LeBlond, Olga Muzychko et Susan Statham.

Jean Chrétien (1993-2003)

Jean Chrétien

Jean Chrétien

Jean Chrétien fut le 20e Premier ministre du Canada. Il a pris de nombreuses initiatives sur lesquelles il a travaillé au fil des ans, et eut un impact très positif sur l’économie du pays. C’est cette décision de réforme qui fait qu’il se lance dans la course pour devenir le Premier ministre. La dette fédérale, les impôts élevés et un déficit annuel alarmaient le pays. En 1998, après 30 ans en déficit, le Canada sous sa direction devenait excédentaire. Pour atteindre ce résultat, il a coupé dans les programmes fédéraux et les transferts de paiements aux provinces et aux territoires. Cela eut des répercussions sur les programmes sociaux tels que les soins de santé publique, ce qui résultat en surplus et ainsi réduit la dette nationale.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

80 % de l’édition Collectionneur des Bâtisseurs de la Nation ont déjà été vendus. Précommandez votre copie via le site www.galerie-q.com ou au 705-944-8888.

Pour voir les autres tableaux des artistes ou pour visiter Galerie Q : Galerie Q, Cavana, ON 

17 décembre 2018

Avec la publication du magazine de l’hiver 2018-2019…

Normand Boisvert

Peindre pour vivre et vivre pour peindre. 50 ans d’une création passionnée !

Grande rencontre
Faire la rencontre et la visite de l’atelier du peintre Normand Boisvert relève d’une expérience dont il est impossible de sortir « indemne » tant l’œuvre est expressive, magique, colorée, l’artiste chaleureux, passionné, humain. Et l’atelier vibrant d’une poésie défiant toutes limitations à la liberté et à la joie de vivre en s’incluant à titre de spectateur à la féerie de l’atmosphère des images.

Oui, par l’entremise des œuvres du peintre Normand Boisvert, nous entrons dans un univers succulent aux résonances d’une époque révolue, de joie de vivre. Paysagiste d’un bel imaginaire où réalité et poésie se mélangent pour structurer des compositions qui interpellent au premier coup d’œil, l’artiste a depuis 50 ans travaillé voire s’est sacrifié à la beauté de la nature québécoise et à son empreinte d’humanité.

Normand Boisvert dans son atelier

Normand Boisvert dans son atelier

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

L’artiste est représenté par : Galerie Douce Passion, Québec – Galerie d’art Iris, Baie-Saint-Paul – Stephen Lowe Gallery, Calgary – Dimension Plus, Montréal – Westmount Gallery, Toronto – State of the art Gallery, Toronto – Ryan fine art Gallery, Ontario

19 septembre 2018

Faire la rencontre et la visite de l’atelier du peintre…

Nathalie Lapointe

Quand l’univers médiéval rejoint la rêverie de la contemporanéité

Profil d’artiste

La meilleure des peintures repose toujours sur une organisation voire une construction solide et équilibrée entre les formes et les couleurs. Sous chacune des œuvres de Nathalie Lapointe se retrouve une structure classique du savoir composer. Portraits. Ombres et lumières. Compositions axées sur les tiers de l’espace du tableau.

Connaissances touchant à la théorie savante des couleurs. Transparences de l’huile épousant le grain de la toile. Travail sensible à la spatule. Et j’en passe tant l’expérience est grande. Fascinée par les atmosphères et les édifices en hauteur, voici qu’elle s’aventure du côté des châteaux médiévaux s’accrochant à la précarité des falaises. Merci Nathalie Lapointe !

Summer Shades, huile sur toile, 36 x 18 po

Summer Shades, huile sur toile, 36 x 18 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Galerie Québec Art, 40, rue Notre-Dame, Québec, Qc 418-692-8200

19 septembre 2018

La meilleure des peintures repose toujours…

Loretta Fasan

L’art au féminin

C’est maintenant perçu comme audacieux de peindre des images agréables au plan esthétique – Loretta Fasan

Loretta Fasan nous confie : « Je me dois de donner vie à certaines images. Ce fort sentiment qui m’habite m’amène à créer des images de femmes possédant des qualités que j’admire, et j’essaie autant que possible de les rendre iconiques. »

Ceci étant dit, Loretta Fasan peint aussi des paysages et accepte les commandes; elle travaille également en séries. Ainsi elle a peint une suite de têtes féminines remarquables, enjolivées de motifs décoratifs extraordinaires. Elles n’ont rien à envier aux héroïnes de la Guerre des Trônes. « Je peins des femmes. Elles sont parfois mystérieuses, parfois drôles ou encore sereines. J’utilise des couleurs intenses et parfois plus subtiles, des textures, de la feuille d’or, des motifs et des costumes, et je tente de créer une image iconique que j’atténue ensuite par l’expression du visage. »

L’artiste se plait à créer en accentuant les qualités qui sont intemporelles : la sérénité, l’espoir, la grâce, un sentiment de paix. Elle aime dépeindre la bonté et la douceur et n’a que faire de la violence. « J’évite de représenter la violence, elle engendre trop facilement la laideur. C’est maintenant perçu comme audacieux de peintre des images qui sont agréables au plan esthétique. »

Iris, huile et feuilles d'or sur toile, 30 x 30 po

Iris, huile et feuilles d’or sur toile, 30 x 30 po

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Noel Meyer

19 septembre 2018

Loretta Fasan nous confie : « Je me dois de donner…

René Lalonde

De purs éclats d’allégresse

Réalisme contemporain

Tout décolle véritablement pour René Lalonde le jour où il participe à la fameuse Art Expo de New York en 1999, une des plus grandes vitrines mondiales pour les arts visuels en Amérique du Nord. Alors qu’il existe une liste d’attente pour pouvoir y participer, un concours de circonstances lui permet d’y obtenir un kiosque et d’y exposer une vingtaine de ses œuvres.

À l’époque, Lalonde fait essentiellement des paysages imaginaires où s’ancrent de petites maisons chaleureuses et réconfortantes, pour lesquelles il a un public fidèle au Canada. Comme cela fait déjà un certain temps qu’il exploite ce thème, il a envie de faire autre chose pour cet événement d’envergure et décide de se lancer dans cette aventure avec une toute nouvelle proposition, soit des dessins géométriques colorés dont les racines cubistes sont réinterprétées de façon libre et fantaisiste. Cette idée lui est venue bien avant, mais le public local n’est pas au rendez-vous lors de sa première tentative à la galerie Denison dans le Vieux-Montréal. C’est donc l’occasion d’explorer cette envie d’abstraites structures fractionnées qui l’habite depuis longtemps. Une fois sur place, un important éditeur d’œuvres d’art remarque son travail et promet de convaincre le président de la compagnie Chalk & Vermilion Fine Arts et le directeur des ventes des galeries Martin Lawrence de venir voir ses toiles.

Happiness in a vase

Happiness in a vase

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier

À Montréal, il est possible d’admirer quelques-unes de ses toiles seulement à la galerie Cazeault sur la rue Sherbrooke Ouest. On peut aussi contacter l’artiste par courriel à renelalonde@videotron.ca pour toute information supplémentaire concernant son travail exceptionnel. 

19 septembre 2018

Tout décolle véritablement pour René Lalonde…

France Malo

Soif de création

Sur la cimaise

Artiste multidisciplinaire, chercheuse infatigable, curieuse professionnelle, France Malo crée depuis 45 ans une œuvre inspirée, d’une très grande diversité. Sur divers supports, ses recherches révèlent sa soif d’apprendre et d’expérimenter.

Établie avec sa famille dans la région de Mont Saint-Hilaire depuis toujours, France Malo a reçu l’appel des arts comme une vocation. À l’école primaire, elle se distingue déjà en remportant les concours et en acceptant des petits défis artistiques qui auront tôt fait de l’encourager. Dès l’âge de 8 ans, elle fait des essais en sculpture avec l’argile bleue qu’elle trouve derrière la maison familiale. Grâce à un concours initié par Radio-Canada, elle s’envole vers un camp d’été artistique en Europe où sa curiosité pour les différents médiums sera stimulée. Elle y découvrira entre autres le cinéma, qu’elle explorera par la suite. Vers l’âge de 15 ans, elle expose pour la première fois dans un café, et elle lance son entreprise de conception graphique et d’illustration et accumule les petits contrats tels que pochettes d’albums et bande dessinée. « La BD m’a servie d’introduction au mouvement, » se souvient l’artiste. « À cette époque je recherchais surtout la perfection technique. »

Réseaux

Réseaux

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Isabelle Gauthier

Représentée par :

Galerie d’Art France Malo, Beloeil

Galerie Nicole Taillon, Magog

UNO, Québec

19 septembre 2018

Artiste multidisciplinaire, chercheuse infatigable…