Magazin'Art

Éditorial Hiver 2019


MAGAZINART EDITORIAL hiver 2019

PÉTARD MOUILLÉ !


Plus souvent qu’autrement, les journalistes français se mettent un pied dans la bouche en parlant du Québec. Cette fois, la bourde provient du magazine L’Express sous la plume du chroniqueur Charlie Courrent. Je ne sais pas si son intention était d’apporter du piquant à son publireportage plutôt insipide. Ou bien si le « ti-québécois » Sylvain Landry, propriétaire de la Galerie Thompson Landry à Toronto voulait redorer son blason en écrasant l’importance du Québec en matière de culture… Alors pourquoi cette phrase condescendante et méprisable au goût douteux de la bouche du galeriste : « Le Québec a beaucoup de talent, mais pas de culture… (sic) » ?

Sera-t-il un autre mal cité ? Qu’a-t-il à dire pour sa défense ? Il me semble que son attitude hautaine n’a d’égal que sa propre inculture ! Mordre la main qui le nourrit, bravo !

La galerie installée à Toronto tire son épingle du jeu depuis plus de quatorze ans en présentant des artistes québécois dont la renommée, disons-le, s’est d’abord établie au Québec. Elle est surveillée, scrutée à la loupe par les collègues galeristes ontariens. Ne fait pas des affaires à Toronto qui veut… Or plus loin dans l’article on apprend que la clientèle se fait de plus internationale : Singapour, Chine, Los Angeles, Vienne ou encore Hambourg. Une évolution qui s’explique par l’attractivité croissante du marché nord-américain, dit-il, car le marché de l’art européen est hors de prix. Les Ontariens étant subjugués par les prix exigés. Faudrait-il alors parler des Ontariens comme des « sans cultures » ? Pas du tout. La tradition anglo-saxonne consomme la culture. Le Québec également, mais à une échelle moindre. Faute d’éducation ? Sans ambages, absolument pas !

Faute d’espace significatif pour les arts visuels dans les médias ? Faute de mécène ? Faute de volonté politique ? Faute du manque investi par les citoyens au rang de l’avant-dernière province en termes de placement en dollars sonnant au Canada ? Oui, toutes les réponses sont bonnes. N’en demeure pas moins qu’après avoir fondé une famille, fait l’achat d’une maison, il est clair que l’hésitation sera de courte durée entre l’achat d’une deuxième voiture et une œuvre d’art … QU’EN PENSEZ-VOUS ?
Michel Bois

Vous aimeriez faire un commentaire ?
Contactez-nous sur magazinart@videotron.ca


 

Achetez notre fabuleux numéro Automne 2018 en format numérique PDF ou en papier!

POPUP_HIVER2019