Magazin'Art

actualités

INVITATION AUX ARTISTES


1. Village en arts – Appels de dossiers

La fin de semaine des 7, 8 et 9 juillet 2017 marquera le
 20e anniversaire du Symposium Village en arts de Lévis (Saint-Nicolas). Le Comité organisateur est déjà à pied d’œuvre pour préparer une 20e édition mémorable et, à cet effet, souhaite recevoir un grand nombre de dossier d’artistes avant la date limite du 28 février 2017.

Une invitation spéciale s’adresse à tous les exposants des 19 dernières années à venir célébrer cet événement. Bienvenue à tous les artistes des arts visuels et des métiers d’art !

Le formulaire d’inscription est disponible sur le site www.villageenarts.com.


2. Printemps de la sculpture 2017 – Appel de candidatures

Une invitation est faite aux artistes de partout au Québec et d’ailleurs à la 4e édition de l’expo-vente Printemps de la sculpture, à Sainte-Adèle au cœur des Laurentides, qui aura lieu du vendredi au dimanche les 19-20-21 mai 2017. L’événement se tiendra à la Place des citoyens, 999, boulevard de Sainte-Adèle, Sainte-Adèle (Québec) J8B 2N4.

L’appel de candidatures pour les artistes qui souhaitent participer au Printemps de la sculpture 2017 est maintenant en cours. Une quarantaine d’artistes sculpteurs de calibre professionnel pourront y présenter leurs créations.

Pour s’inscrire, remplir le formulaire d’inscription disponible sur le site www.printempsdelasculpture.com et le retourner par courriel ou par la poste en fournissant les documents suivants : brève démarche artistique ; 3 photos d’œuvres récentes avec titre, dimensions (cm) et matière utilisée ; 1 photo, type portrait de l’artiste avec coordonnées ; chèque pour couvrir les frais d’inscription au montant de 100 $.

Le nombre de kiosques étant restreint, en réservant tôt vous pourriez être assuré d’un espace. La Salle Rousseau-Vermette (rez-de-chaussée) et la Salle Parc (rez-de-jardin) seront disponibles à cette occasion.

Date limite pour la réception des candidatures : au plus tard le 5 février 2017.

Hiver 2017

 

Appels de dossier pour les artistes

Joseph-Richard Veilleux

Les gens qui font l’événement

Il a étudié avec les plus grands, ici comme ailleurs en Europe. Il a exposé tout autant dans les plus grandes capitales du monde. Sur son CV, on peut lire premier préssident francophone de l’Académie Royale du Canada. Beauceron d’origine, son travail reste peu connu et vu en sa région natale. Or, en grandes pompes, voici que le Musée Marius-Barbeau rend hommage aux œuvres récentes de Joseph-Richard Veilleux réunies sous le titre Réceptacles d’une cosmogonie. Plus de 20 œuvres grand format sur toile plongent le spectateur dans le déferlement d’un récit mettant en formes et en lumières la création originelle de l’univers. L’ensemble spectaculaire est d’une profonde poésie toute en sensibilité. Peindre pour Veilleux est comme respirer et rêver le monde. N’est-ce pas là ce que l’on demande à un artiste vrai ? Un must !

Réceptacles d’une cosmogonie, de Joseph-Richard Veilleux,
Musée Marius-Barbeau,
139, rue Sainte-Christine,
Saint-Joseph-de-Beauce.

Jusqu’au 22 janvier 2017.

Hiver 2017

 

Il a étudié avec les plus grands, ici comme ailleurs en Europe. Il a exposé tout autant dans les plus grandes capitales du monde…

13e edition de l’expo-concours

de l’AAPARS

Les gens qui font l’événement

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) a tenu avec succès les 22 et 23 octobre derniers la 13e édition de son Exposition Concours Automnale au Centre Marcel-Dulude à Saint-Bruno-de-Montarville. Les artistes gagnants se sont partagé une bourse de 2 000 $. De plus, des mentions honorifiques toutes catégories ont été attribuées. Plus de 1 300 visiteurs ont admiré près de 500 œuvres créées par les 72 artistes peintres sélectionnés par un jury professionnel. Les visiteurs et les exposants ont apprécié la présence de l’artiste invité, M. Juan Cristobal qui a présenté ses œuvres et rencontré le public. Un défilé des artistes, commenté par M. Michel Viens, journaliste-présentateur et animateur de l’émission Les Ex à Radio-Canada, s’est aussi avéré un véritable succès.

Les juges ont souligné la qualité exceptionnelle et la diversité des œuvres produites par l’ensemble des artistes exposants. Ils ont sélectionné les œuvres primées à partir des critères suivants : la composition ; les couleurs ; la maîtrise du médium ; la créativité et l’originalité ; la présentation et l’appréciation personnelle de l’œuvre dans son ensemble.

Le Musée des Beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire offre aux récipiendaires des deux premiers prix, en art figuratif et non figuratif, une exposition d’une durée d’un mois en juin 2017 à la Maison Paul-Émile-Borduas. FÉLICITATIONS aux artistes gagnants. L’AAPARS vous donne rendez-vous à son prochain événement, Expo Galerie les 4 et 5 mars 2017 au Centre multifonctionnel Francine-Gadbois à Boucherville.

Hiver 2017

 

 

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) a tenu avec succès les 22 et 23 octobre derniers la 13e édition de son Exposition Concours Automnale…

Prix mondiaux pour trois artistes

de la Galerie Vigneault

Les gens qui font l’événement

Les American Art Awards viennent de couronner trois artistes avec des prix mondiaux. En effet trois artistes membres de l’Institut des Arts Figuratifs, aussi représentés par la Galerie Vigneault de Repentigny, ont reçu de gigantesques accolades dans diverses catégories.

Gilles Durand a remporté à lui seul les 2e, 3e, 4e et 5e prix internationaux dans la catégorie Aquarelle, personnages. Cet artiste de la région de Grenoble en France aime beaucoup les voyages et affectionne le Québec. « Dans le travail d’atelier que je réalise d’après les croquis et photos rame- nés de mes pérégrinations, je m’e orce de retrouver l’état d’urgence éprouvé sur le vif. La circulation de la lumière et la respiration des formes guident mes compositions. »

Deux prix ont été décernés à Chantal Julien, de Sherbrooke, soit le 2e prix en Composition florale non réaliste avec la peinture Ballerines, une huile de 24 x 24 pouces et un 6e prix dans la catégorie Personnages, expressionnisme. Elle travaille spontanément en épurant la forme pour utiliser la couleur et la lumière de manière expressive et elle aime «explorer le terrain mystérieux entre le perçu et le senti, entre l’instinct et le rationnel.»

Pour sa part, Lorraine P. Dietrich de Shawinigan a remporté cette année un 6e prix en Réalisme floral avec sa peinture Sérénade, aquarelle sur papier Waterford, 21 x 15 pouces. Rappelons que les American Art Awards ont décerné à Lorraine Dietrich plusieurs prix en 2010, dont le 1er prix, catégorie Aquarelle (Comme un Ave Maria) et en 2012, dont le 1er prix en Réalisme floral (Hymne à l’amour).

Hiver 2017

 

Les American Art Awards viennent de couronner trois artistes avec des prix mondiaux…

Louise Léveillé

Les gens qui font l’événement

L’artiste de réputation internationale vient de compléter une œuvre magistrale sur les 350 ans d’histoire de Saint-Jean-sur-Richelieu, de 1666 à aujourd’hui. Le tableau Passer pour l’avenir de 2 par 8 pieds orne pour un temps limité les murs de l’hôtel Relais Gouverneur de Saint-Jean. Cette œuvre narrative raconte les moments les plus importants de l’histoire de la ville associés étroitement à la création de la province de Québec. Se lisant de gauche à droite comme un livre d’histoire, vous y découvrirez tous les aspects de la vie qui ont marqués la region et qui font de cette partie de la province une des régions importantes dans l’histoire de la colonisation.

Passionnée d’histoire, Louise Léveillé a fait maintes recherches depuis 2004 et s’est penchée surtout sur l’histoire militaire de la région, le Fort Saint-Jean, le premier collège militaire bilingue au Canada, afin d’ainsi transmettre de manière éclairée, dans des couleurs vibrantes, les dates, les êtres, les choses et les endroits  stratégiques avec précision.

Hiver 2017

L’artiste de réputation internationale vient de compléter une œuvre magistrale sur les 350 ans d’histoire de Saint-Jean-sur-Richelieu, de 1666 à aujourd’hui…

Roger Ricard

Les gens qui font l’événement

Roger Ricard fête ses 35 années de représentation en galeries dont 28 ans à Saint Sauveur-des-Monts dans les Laurentides. Peintre paysagiste autodidacte il applique l’huile sur ses toiles de jute en reliefs de couleurs par touches larges au pinceau. Il utilise parfois une perspective asymétrique afin de rendre l’image plus naturelle.

Ses tableaux ont été primés en France et au Québec à maintes reprises. Ils font partie de plusieurs collections privées et publiques à travers le monde. On retrouve l’une de ses toiles en permanence au Musée canadien des civilisations de Hull.

Joyeux anniversaire monsieur Ricard !

Hiver 2017

 

Roger Ricard fête ses 35 années de représentation en galeries dont 28 ans à Saint Sauveur-des-Monts dans les Laurentides. Peintre paysagiste autodidacte…

Rollande Dufault

Les gens qui font l’événement

Amsterdam Whitney Gallery. Une Galerie auréolée d’un immense prestige. Au cœur de New York. Plusieurs marcheraient sur les genoux pour y exposer. Telle est la chance de la peintre Rollande Dufault, artiste choisie et invitée à y presenter des œuvres de novembre à décembre, sans parler des collectifs auxquels elle participera sur une période d’un an. La peintre se plaît à imbriquer toutes references figuratives dans une expression à la limite de l’abstraction. Soit la combinaison de deux réalités. Ce qui demeure les pistes de ses investigations picturales.

Amsterdam Whitney Gallery, 531, West 25th Street, New York

Hiver 2017

 

Amsterdam Whitney Gallery. Une Galerie auréolée d’un immense prestige.

Viatour-Berthiaume

lauréat d’un prix lors du Gala de Longueuil

Les gens qui font l’événement

Le Conseil des arts de Longueuil tient à féliciter le duo d’artisans sculpteurs Marie-Annick Viatour et Gaétan Berthiaume pour l’obtention du Prix Ambassadeur, catégorie culture, qui leur a été remis le mardi 2 novembre dans le cadre du Gala de Longueuil : l’excellence d’ici.

Viatour-Berthiaume, des artistes professionnels de Longueuil ont été recompenses du Prix pour l’excellente exposition présentée à l’été 2016 à la Maison de la culture de Longueuil, intitulée Sous l’écorce des mots de Kim Túy. Cette exposition était inspirée du livre Ru de l’auteure longueuilloise d’origine vietnamienne. Le prix Ambassadeur reconnait l’excellence et l’originalité d’un projet ayant contribué au rayonnement de Longueuil sur la scène régionale, nationale ou internationale dans le milieu de la culture. Le Conseil des arts de Longueuil a pour mission de soutenir la création, la production et la diffusion artistique sur le territoire de la ville de Longueuil. Le Conseil des arts de Longueuil est le troisième conseil des arts municipal québécois après ceux de Montréal et de Saguenay.

Hiver 2017

 

 

Le Conseil des arts de Longueuil tient à féliciter le duo d’artisans sculpteurs Marie-Annick Viatour et Gaétan Berthiaume pour…

Anne Drouin

Les gens qui font l’événement

Qui dit fleurs, couleurs suaves, sensibilité extrême et harmonie des parfums colorés, pense inévitablement à la création d’Anne Drouin, une artiste des plus actives et appréciées du grand public de l’art. On devine qu’elle est de tous les prestigieux salons d’art un peu partout dans le monde. Depuis plusieurs années la peintre fait dans la recherche de la botanique et des couleurs avec succès. Or un de ses objectifs est de faire pénétrer de plain-pied le spectateur dans l’immensité d’un univers oral innommé. Résultat : un formidable paravent de six panneaux qui mesure 7 pieds sur 9, enchâssés dans une structure de fer forgé d’une belle efficacité. Le tout épousant la forme que le collectionneur voudra bien lui donner pour permettre l’intimité. Le lot du labeur de l’artiste est de toujours innover. En voici un exemple épatant !

Anne Drouin, peintre, enseignante en ateliers supervisés et hôtesse d’un gîte… au 514 497-3934

Hiver 2017

 

Qui dit fleurs, couleurs suaves, sensibilité extrême et harmonie des parfums colorés, pense inévitablement à la création d’Anne Drouin…

SHERBROOKE

Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke présente l’exposition Jean Soucy, peintre clandestin. Il s’agit de la dernière présentation de cette exposition itinérante organisée par le Centre d’exposition Lethbridge. Une soixantaine d’œuvres, de nombreux documents et plusieurs artefacts convient le public à la découverte de la riche carrière artistique de Jean Soucy (1915-2003). Grâce au travail exhaustif et minutieux d’archi- vistes, d’historiens de l’art et de proches de Jean Soucy, l’exposition promet une incur

sion au cœur des grands moments qui ont marqué le parcours exceptionnel du peintre, autant que les anecdotes et l’abondante correspondance qui offrent un portrait fidèle de cet artiste méconnu. Ce parcours se dévoile au fil de quatre périodes marquantes correspondant aux années 40 à 60, où les artistes s’affranchissent de l’académisme classique pour embrasser de nouveau sujets, langages et moyens plastiques au gré de leur subjectivité. Du 28 janvier au 26 mars 2017.

Hiver 2017

 

Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke présente l’exposition Jean Soucy, peintre clandestin.

SAINT-JÉRÔME

Le Musée d’art contemporain des Laurentides présente la première exposition individuelle muséale de Karen Tam, Sheen-wah-zree, seconde partie d’un projet en trois volets dont le premier est actuellement présenté à la Galerie Hugues Charbonneau et se poursuivra au centre EXPRESSION de Saint-Hyacinthe en 2017- 2018. Ce travail s’inscrit dans les recherches de Tam sur l’impact des échanges culturels, sociaux et économiques qui ont historiquement liés la Chine à l’Occident par le biais de la marchandisation de la culture chinoise, des objets antiques, musées, collectionneurs, missionnaires jésuites et communautés chinoises installées hors pays. L’artiste s’interroge sur les diverses formes de constructions culturelles et imaginaires à travers des reconstitutions d’objets et d’espaces (restaurant chinois, karaoké lounge, fumerie d’opium et divers sites culturellement connotés). Jusqu’au 12 février 2017.

Hiver 2017

Le Musée d’art contemporain des Laurentides présente la première exposition individuelle muséale de Karen Tam, Sheen-wah-zree…

MONTRÉAL

L’exposition du Musée des beaux-arts de Montréal Métamorphoses : Dans le secret de l’atelier de Rodin a entamé la 4e étape de sa tournée internationale au Groninger Museum, aux Pays-Bas, où elle tient l’affche jusqu’au 30 avril 2017. Déjà vue par près de 400 000 visiteurs à Montréal, Richmond (Virginie) et Salem (Massachusetts), cette exposition consacrée à Auguste Rodin réunit à Groningue quelque 140 bronzes, marbres et plâtres, ainsi que des esquisses et des photographies inédites que révèlent le processus créatif de ce grand maître de la sculpture. Elle offre l’occasion d’admirer nombre de chefs-d’œuvre de l’artiste, dont Le Penseur et Le Baiser. Il s’agit de la plus grande exposition jamais consacrée à Rodin au Pays-Bas. Métamorphoses : Dans le secret de l’atelier de Rodin est produite et mise en tournée par le MBAM, en collaboration avec le Musée Rodin (Paris).


Cette année, le Musée McCord offre aux enfants Les aventures d’Alfred, un compte à voir et à entendre. C’est l’histoire d’Alfred, un sympathique ourson qui voit sa vie se transformer car le papa de William décide de faire le grand ménage dans la maison et oups, les jouets disparaissent ! Mais, Alfred n’a pas dit son dernier mot, il aimait son ami William… Il part donc à sa recherche dans tout le village. C’est le début d’une aventure rocambolesque ! Raconté en mots et en musique, et écrit par l’auteure et musicienne Suzanne De Serres, ce conte à voir et à entendre permet aux petits et grands de rêver debout. L’installation scénographique, réalisée par Michael Slack, intègre au fil de l’histoire une cinquantaine d’objets de la collection du Musée McCord. Du 2 décembre 2016 au 12 mars 2017.


À venir au Musée McCord, l’exposition Mode Expo 67. L’Expo 67 a été un événement marquant de l’histoire du Québec, en attirant plus de 50 millions de visiteurs. Elle a représenté une occasion rêvée pour les créateurs montréalais et la mode canadienne de se faire connaître à l’international. Cette exposition met en valeur la riche collection de vêtements et accessoires du Musée McCord, liés à Expo 67, ainsi que sa collection d’archives. Elle réunit plus d’une soixantaine de costumes, des uniformes d’hôtesses de différentes provinces et de différents pays, des vêtements griffés de designers québécois, de même que des croquis, des photographies spectaculaires prises sur le site et des témoignages de ceux qui ont participé à cette grande manifestation. Du 10 mars au 1er octobre 2017.


Le Centre canadien d’architecture présente actuellement Le temps presse : une contre-histoire environnementale du Canada moderne. À l’occasion du 150e anniversaire du Canada en 2017, le CCA propose une exposition qui interroge certaines idées préconçues concernant la relation du Pays avec la nature. Organisée et préparée par le directeur du CCA, Mirko Zardini, conçue par Kuehn Malvezzi, avec l’aide du graphiste Massimo Pitis, l’exposition analyse le lien contradictoire qui existe entre les régions sauvages idéalisées du Canada et leur exploitation simultanée, en proposant une série de récits mettant en relief les changements dans la relation entre les humains et la nature. Le temps presse : une contre-histoire environnementale du Canada moderne va au-delà de l’exposition documentaire ou historique, en ayant recours à une multitude d’éléments pour créer des récits entrecroisés portés par des voix multiples. Jusqu’au 9 avril 2017.

Hiver 2017

 

L’exposition du Musée des beaux-arts de Montréal Métamorphoses : Dans le secret de l’atelier de Rodin a entamé la 4e étape de sa tournée internationale…

Gail Descoeurs

Les gens qui font l’événement

Gail Descoeurs sera présente cet automne au Symposium Rêve d’Automne où elle peindra avec ses pairs devant le public. Ne manquez pas cette occasion de rencontrer des artistes d’ici à l’œuvre et de faire connaissance avec cette artiste particulièrement.

Automne 2016

 

Gail Descoeurs sera présente cet automne au Symposium Rêve d’Automne où elle peindra avec ses pairs devant le public. Ne manquez pas cette occasion de rencontrer…

Moulin La Lorraine

Les gens qui font l’événement

Quel endroit ! Nature, art et culture patrimoniale en un même lieu. Le sentier pédestre m’a fait voir la nature, sentir les effluves sauvages, admirer la diversité des fleurs et des sculptures monumentales tout au long du tumulte d’une cascade d’eau vivifiante, suffisamment énergique pour actionner la roue du moulin à farine. Au fait, la mouture de la farine n’aura plus de secret pour vous après votre visite. Ni ses propriétés alimentaires. Quant à la salle d’exposition, parlons d’art contemporain nous ramenant à l’expérience de vivre exprimée par des moyens actuels, souvent inusités. J’y retournerai en septembre ou en octobre pour piqueniquer avec les amis et les enfants. Juste pour la coloration des feuilles… et l’émerveillement de la légèreté d’être.

Automne 2016

Moulin La Lorraine, 1286, route 277, Lac-Etchemin. 418 625-4400.

 

Quel endroit ! Nature, art et culture patrimoniale en un même lieu. Le sentier pédestre m’a fait voir la nature, sentir les effluves sauvages, admirer la diversité des fleurs..

Galerie d’art St-Aubin Marion

à Château-Richer

Les gens qui font l’événement

Après avoir parcouru pendant plus de 25 ans tout le Québec avec leurs pinceaux, c’est dans le village de Château-Richer, berceau de la francophonie en Amérique, que les artistes peintres Louise Marion et Yvon St-Aubin ont déposé leurs penates et ouvert leur galerie d’art. La réalisation d’un rêve de vie a pris forme pour ces deux artistes peintres professionnels aux tableaux colorés et ils en sont très fiers. La nouvelle Galerie d’Art St-Aubin Marion est ouverte au public au 8361, Avenue Royale, Château-Richer, dans une magnifique maison ancestrale datant de 1850, érigée sur un terrain concédé à Toussaint Toupin en 1650.

Yvon St-Aubin est un artiste peintre paysagiste aux couleurs éclatées. Les rayons de lumière dans ses tableaux constituent sa signature artistique. Rappelons que Poste Canada a émis un timbre en 2010 avec un de ses tableaux. Louise Marion a exposé au Musée du Louvre à Paris et sa production de scènes urbaines et ses paysages de la Provence et de la Toscane remportent un vif succès auprès du public. La Galerie d’art offre des tableaux originaux de formats variés des deux artistes ainsi que quelques produits dérivés de leurs productions. Ne vous surprenez pas de les voir peindre devant leur Galerie d’art sur la Côte de Beaupré.

Automne 2016

Après avoir parcouru pendant plus de 25 ans tout le Québec avec leurs pinceaux, c’est dans le village de Château-Richer, berceau de la francophonie en Amérique…

Beauce-Art

Les gens qui font l’événement

En 2013 naissait l’Internationale de sculpture de St-Georges. Juin dernier fut la 3e édition et une extraordinaire réussite pour l’événement devenu incontournable. Pour ce faire, des sculpteurs renommés provenant du Québec, du Nouveau-Brunswick, d’Europe et d’Afrique ont su dispenser imagination et labeur devant public afin de créer un espace muséal à ciel ouvert. Parrainé par l’Organisation internationale de la Francophonie, pas moins de 100 œuvres monumentales viendront constituer ce site d’exception à la fin du projet en 2023. « Cette année, la thématique incitait les artistes à scruter les liens entre le mouvement, la vélocité et l’énergie de l’eau, du bouillonnement au tourbillonnement » me rappelle lors de ma visite, Joseph-Richard Veilleux, directeur artistique de Beauce Art. « L’idée de mouvements quantiques, aquatiques et hydrauliques de l’eau a su susciter une recherches d’angles et de points de vue inusités » se plaît-il à dire au moment où nous nous approchions de l’œuvre Source de vie du Québécois Don Darby : pur moment de rêve où l’illusion surréaliste du rêve s’impose sur la réalité !!!! Notons que le site est accessible tout au long de l’automne au cœur de St-Georges en Beauce.

Automne 2016

 

En 2013 naissait l’Internationale de sculpture de St-Georges. Juin dernier fut la 3e édition et une extraordinaire réussite pour l’événe- ment devenu incontournable…

Nathalie Lapointe

à la galerie Céleste

Les gens qui font l’événement

Nous soulignons la présence des œuvres de l’artiste peintre Nathalie Lapointe en permanence à la galerie Céleste de Saint- Sauveur, au 285 rue Principale. C’est un ajout sans contredit pour cette galerie en plein essor.

Automne 2016

 

Nous soulignons la présence des œuvres de l’artiste peintre Nathalie Lapointe en permanence à la galerie Céleste de Saint- Sauveur, au 285 rue Principale…

L’artiste international Jaume Plensa

conçoit une œuvre monumentale pour Montréal

Les gens qui font l’événement

Dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, le sculpteur catalan de réputation internationale, Jaume Plensa, conçoit Source, une œuvre d’art public qui sera installée à la future entrée Bonaventure du centre-ville de Montréal, et ce grâce à l’apport de deux importants mécènes Mme France Chrétien Desmarais et M. André Desmarais. Cette collaboration est une première pour Montréal. Source fait référence à l’origine d’un ruisseau, des racines de l’énergie et de la vitalité de Montréal, et constitue une métaphore de la richesse des cultures que Montréal a accueillies au cours de ses presque quatre siècles d’existence.

Une œuvre monumentale à un endroit stratégique, la sculpture Source sera d’une hauteur approximative de 10 mètres, faisant face à la ville. Actuellement en cours de conception, l’œuvre sera inaugurée en septembre 2017 dans le cadre du 375e de  Montréal. Installées dans des espaces publics, les sculptures de Jaume Plensa apportent une touche de beauté et de contemplation à la densité du paysage urbain. En créant Source, Plensa a voulu tenir compte de l’importance de l’eau dans l’histoire de la ville, autant pour le commerce que l’immigration et les communications, mais aussi de la place des Premières Nations en tant que fondateurs de Montréal.

Jaume Plensa crée des sculptures et des installations qui unissent les individus à travers les liens de la spiritualité, du corps et de la mémoire collective. Grâce à une large gamme de matériaux, incluant le marbre, l’albâtre, l’acier, la fonte, la résine, la paraffine et le verre, ainsi que la lumière, l’eau et le son, Plensa apporte une forme physique et un volume aux composantes de la condition humaine et de l’éphémère.

Automne 2016

 

Dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, le sculpteur catalan Jaume Pensa…

Galerie Le Chien d’Or

Johanne Thomassin, peintre et galeriste. Vocation d’exception !

Les gens qui font l’événement

Quelle énergie ! « En moi, il y a une artiste et une galeriste. J’adore peindre pour m’exprimer, et j’aime prendre part aux discussions sur l’art avec le public. Plus encore lorsque l’on sonde mes tableaux, » explique madame Thomassin. En art, elle est autodidacte. À titre de galeriste, elle a appris par le labeur dispensé au bon fonctionnement de diverses galeries influentes durant plusieurs années. D’ailleurs, c’est de ses connaissances en matière de mise en marché de l’art que lui est venue l’idée d’un atelier-galerie où elle proposerait ses œuvres à la vente. Aujourd’hui, propriétaire de la célèbre Galerie Le Chien d’Or, située à proximité du Château Frontenac et dont la légende fait partie du patrimoine culturel  québécois, ce lieu lui sert à la fois d’atelier de création et de salle d’exposition.

Johanne Thomassin est native de St-Joachin-de-Montmorency, à proximité de Cap Tourmente, lieu de pèlerinage pour les oies blanches du Canada. La nature qui l’entoure demeure la source privilégiée de son inspiration. Animaux, natures mortes, paysages, fleurs, l’artiste sait y inscrire sa griffe par son sens aigu de l’harmonie des couleurs et la liberté de ses lignes. L’approche est consciencieuse et sentie, le métier est irréprochable, l’imagination s’y fait prospective, mais avant toute chose, la création de Johanne Thomassin est surtout léchée avec beaucoup de gourmandise pour le grand plaisir des visiteurs.

Automne 2016

 

Johanne Thomassin est native de St-Joachin-de-Montmorency, à proximité de Cap Tourmente…

Francois Faucher

célèbre ses 40 années de carriere

Les gens qui font l’événement

L’année 2016 marque en effet les 40 ans de métier de l’artiste peintre vibrationniste François Faucher. Afin de bien célébrer cet événement, plusieurs expositions ont été planifées. Au mois d’octobre dernier, François Faucher a fait un retour sur son passé en présentant une exposition à l’Espace Adagio de la bibliothèque Félix-Leclerc à Val-Bélair. C’est à cet endroit qu’il avait exposé ses œuvres à deux reprises durant les années 1990. Par la suite une exposition a eu lieu à la Galerie Symbole Art de Montréal au mois de novembre. Cette galerie expose les œuvres de l’artiste depuis maintenant 26 ans. Le Musée Beaulne de Coaticook a aussi accueilli une rétrospective des œuvres du peintre l’hiver dernier.

L’artiste peintre a aussi participé à trois expositions en France cette année, dont une exposition collective avec les artistes d’une galerie d’art à St-Rémy de Rouergue. Il a par la suite présenté une exposition solo dans une galerie d’art à Vouvant, considéré comme l’un des plus beaux villages de France. Cette exposition s’est déroulée pendant plus d’un mois et demi et elle a été publicisée dans la revue française Univers des Arts. Deux nouvelles galeries d’art ont accepté de prendre ses tableaux en permanence et lui ont proposé chacune une exposition solo. La première eut lieu à Rochefort le 22 juillet 2016 et l’autre aura lieu à Auvillar en mai 2017. François Faucher est maintenant représenté en permanence par neuf galeries d’art en France. Après avoir présenté une quinzaine de murales dans trois endroits différents au Québec au cours de l’été, afin de bien clôturer la célébration de ses 40 années de carrière, l’artiste exposera ses œuvres dans sa ville natale, à la Station des Arts de Thetford-Mines au mois d’octobre 2016.

Automne 2016

 

 

 

 

L’année 2016 marque en effet les 40 ans de métier de l’artiste peintre vibrationniste François Faucher. Afin de bien célébrer cet événement, plusieurs expositions ont été planifées…

Chantal Malek

à la Galerie Le Bourget

Les gens qui font l’événement

Chantal Malek peint depuis plus de 25 ans exclusivement à la spatule. Elle expose en galerie depuis 15 ans et ses œuvres sont appréciées par les collectionneurs de plusieurs pays. Les tableaux de Chantal Malek se retrouvent depuis peu à la Galerie Le Bourget du 34, rue Saint-Paul, espace B à Montréal. Elle enseigne les techniques à l’huile et à l’acrylique à sa galerie de Saint-Sauveur où elle organize des solos et des expositions de groupe pour les artistes de la galerie.

Automne 2016

Chantal Malek peint depuis plus de 25 ans exclusivement à la spatule. Elle expose en galerie depuis 15 ans et ses œuvres sont appréciées par les collectionneurs de plusieurs pays…

Alter ego

Marie Montiel

Les gens qui font l’événement

Grande admiratrice de l’art classique, la peintre Marie Montiel est depuis toujours fascinée par le vivant. Qu’il soit humain ou animal, le sujet porte en lui une émotion, une fragilité et une sensibilité qui lui sont propres. Juxtaposées, les œuvres de la série Alter Ego mettent en relief les ressemblances tant visuelles qu’émotives entre humain et animal et posent un regard sensible sur le rapport entre eux.

Alter EgoDu 18 septembre au 11 décembre 2016. Centre culturel Yvonne L. Bombardier, 1002, av. J-A Bombardier, Valcourt, Cantons-de-l’est. 450 532-3350.

Automne 2016

 

Grande admiratrice de l’art classique, la peintre Marie Montiel est depuis toujours fascinée par le vivant. Qu’il soit humain ou animal, le sujet porte en lui une émotion, une fragilité et une sensibilité…

Baie-Saint-Paul

Deux expositions majeures se poursuivent au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. L’incontournable Fenosa et Picasso, une amitié, une primeur en Amérique du Nord qui réunit 114 œuvres et artéfacts illustrant l’amitié qui lia le sculpteur catalan Apel·les Fenosa à Pablo Picasso. Et, sous le signe de la passion de collectionner, le troisième volet de la série Les grands collectionneurs – Oser voir autrement, qui réunit des œuvres marquantes de l’art contemporain grâce à la collaboration de collectionneurs québécois. Jusqu’au 6 novembre 2016.

Automne 2016

 

Deux expositions majeures se poursuivent au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. L’incontournable Fenosa et Picasso, une amitié, une primeur en Amérique du Nord qui réunit 114 œuvres et artéfacts…

MONTRÉAL

Au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Toulouse-Lautrec affiche la Belle Époque, qui connaît un vif succès, se poursuit. Une occasion exceptionnelle d’admirer pour la première fois une collection particulière de près de 100 estampes et affiches d’Henri de Toulouse-Lautrec, artiste français qui a saisi comme nul autre l’âme de la vie nocturne parisienne à l’orée du XXe siècle. Jusqu’au 30 octobre 2016.


Le Musée des beaux-arts de Montréal présente également l’exposition She Century – Tracer son portrait, de l’artiste québécoise Julie Favreau. Réalisé en 2015 dans le cadre d’un quatrième parrainage d’artiste en résidence à la Fonderie Darling par le MBAM, ce projet explore par la vidéo, la photographie et la sculpture, la charge évocatrice et symbolique qu’un geste peut révéler par l’interaction à un objet. Jusqu’au 13 novembre 2016.


Le Centre des arts graphique du Musée des beaux-arts de Montréal devient le théâtre des fantasmes et des visions cauchemardesques de quelques-uns des plus grands maîtres de la gravure de la fin du XIXe siècle, avec l’exposition « Le soleil noir de la Mélancolie » – Monstres inconscients, de Goya et Blake à Redon et Munch. Cette exposition, dont le titre « Le soleil noir de la Mélancolie » est tiré du sonnet El desdichado de Gérard Neval, rassemble dessins et lithographies d’une quinzaine d’artistes romantiques qui ont puisé dans leur imagination créatrice matière à susciter des émotions fortes chez le spectateur. Jusqu’au 11 décembre 2016.


Le Musée des beaux-arts de Montréal accueille cet automne l’exposition Focus : Perfection – Robert Mapplethorpe, consacrée à l’un des photographes les plus in- fluents et controversés du XXe siècle. En exclusivité canadienne, cette première grande rétrospective en Amérique rassemblera quelque 250 œuvres du photographe américain Robert Mapplethorpe (1946- 1989) reconnu pour ses compositions maîtrisées et pour l’audace de ses sujets ayant suscité des réflexions nouvelles sur les questions de genre, de race et de sexualité. L’exposition couvre la carrière globale de l’artiste, depuis ses premières productions de la fin des années 1960 jusqu’à sa mort prématurée en 1989. Elle dévoile les méthodes de travail et les techniques préférées du photographe ainsi que le caractère spontané et expérimental de sa pratique, tout en mettant l’accent sur la perfection esthétique de ses tirages. Du 10 septembre 2016 au 22 janvier 2017.


Écho féminin à la grande rétrospective que le MBAM consacre au photographe Robert Mapplethorpe, l’exposition Elles photographes réunit plus de 70 œuvres de 30 photographes contemporains d’ici et d’ailleurs. Ce riche corpus d’œuvres est l’occasion d’observer la pluralité des approches et des thèmes qui singularisent le regard féminin contemporain. Au-delà de leur travail photographique, ces artistes sont aussi anthropologues, archéologues, performeuses et militantes. Elles appréhendent le monde à travers leur objectif et s’intéressent aux territoires du « féminin » en mettant à nu leur propre corps, s’interrogeant sur les notions de beauté et d’identité. Jusqu’au 19 février 2017.


Dans le cadre de La Biennale de Montréal 2016, Le Musée des beaux-arts de Montréal accueillera l’artiste de réputation internationale Kerry James Marshall au Carré d’art contemporain, pavillon Jean-Noël Desmarais. Considéré parmi les artistes américains les plus importants de sa génération, Marshall interroge la représentation des Afro-Américains dans la société et l’histoire de l’art, à travers une œuvre multidisciplinaire allant de la peinture à la bande dessinée. Réalisant des portraits, des intérieurs, des nus et des paysages dans divers médiums, Marshal assemble des événements réels et imaginés tirés de l’histoire et de la culture afro-américaines. Du 19 octobre 2016 au 29 janvier 2017.


Présentement en cours au Musée McCord, l’exposition Grandes demeures, Montréal, 1974 – Photographies de Charles C. Gurd. Dans les années 1910 à 1930, de célèbres hommes d’affaires montréalais comme Louis-Joseph Forget, entre autres, se firent ériger par les meilleurs architectes de l’époque de somptueuses résidences représentatives du style edwardien. Cette exposition témoigne d’un style et d’un art de vivre désormais révolus. Elle réunit quarante magnifiques photographies en noir et blanc, prises à la lumière naturelle en 1974 par un jeune architecte et artiste photographe montréalais, Charles C. Gurd. Elles illustrent l’intérieur de ces maisons exceptionnelles, transformées ou disparues au fil du temps, avec l’évolution du mode de vie et des goûts des nouvelles générations. Jusqu’au 16 novembre 2016.


Dans le cadre des festivités entourant le 375e anniversaire de Montréal et le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, le Musée McCord présente une grande exposition thématique, Notman, photographe visionnaire, sur la vie et l’œuvre de ce Montréalais d’origine écossaise, le plus grand photographe canadien du 19e siècle et pionnier de la photographie au Canada. Proposant un point de vue renouvelé sur la carrière de William Notman (1826-1891), cette présentation s’articule autour des aspects étonnamment modernes de la personnalité de l’artiste qui ont contribué à son immense succès. L’exposition réunit près de 300 photographies et objets puisés essentiellement dans la collection du Musée. Si les épreuves d’époque sont au cœur de l’exposition, diverses installations en nouvelles technologies viendront compléter l’expérience du visiteur. Du 4 novembre 2016 au 26 mars 2017.


Une exposition permanente au Musée McCord sera définitivement fermée à compter du 23 janvier 2017. Il s’agit de l’exposition Montréal – Points de vue. Dix facettes différentes de l’histoire de la ville de Montréal, des premiers occupants avant l’arrivée des Européens jusqu’à la ville moderne avec son métro et ses gratte-ciel. Le public peut y découvrir ses quartiers mythiques, les moments forts de son histoire, les gens qui ont marqué son développement. Le Musée pose un second regard sur la métropole en exposant le travail de l’artiste contemporain Kent Monkman, Bienvenue à l’atelier : une allégorie de la réflexion artistique et de la transformation. Jusqu’au 23 janvier 2017.


En permanence au Musée McCord, l’exposition Porter son identité – La collection Premier Peuples. Cette exposition propose aux visiteurs de partir à la découverte de l’héritage des Premiers Peuples, véritable témoin de la richesse de leurs cultures et de leurs identités. Elle convie le public à com- prendre l’importance du vêtement dans le développement, la préservation et la communication des identités sociale, culturelle, politique et spirituelle des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Une exposition à découvrir ou à redécouvrir alors que près de 85 % des objets sont renouvelés régulièrement.


Au Musée Stewart, les esprits curieux sont invités pour l’Halloween. Durant le weekend de l’Halloween, du 28 au 31 octobre, l’exposition Curiosités – La collection du Musée Stewart mise en scène par Jérôme Fortin, prendra des allures de cabinet de curiosités hanté autour duquel une programmation familiale spéciale sera proposée. Le vendredi 28 octobre, dès 19h, le Musée organisera une expérience nocturne intitulée Objets curieux, objets hantés, et les samedi et dimanche 29 et 30 octobre, place aux créatures étranges pour l’activité Drôles de monstres. Les visiteurs sont conviés à se présenter costumés à l’accueil du Musée afin d’être gâtés de friandises. L’exposition Curiosités présentant plus de 370 objets hétéroclites et inusités datant du 16e au 20e siècle se poursuit jusqu’au 12 mars 2017.

Automne 2016

 

 

 

 

 

 

 

Au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Toulouse-Lautrec affiche la Belle Époque, qui connaît un vif succès, se poursuit. Une occasion exceptionnelle d’admirer pour la première fois une collection particulière…

Une question de signature

L’art et les affaires

On raconte qu’un jour où Picasso se trouve dans un café, il se fait aborder par des admirateurs. Pour leur faire plaisir, il exécute sur place un petit dessin et le leur remet. Les admirateurs, s’extasiant devant l’esquisse, demandent alors au maître de le signer. Picasso reprend aussitôt le dessin et le déchire.

On ne sait pas si cette anecdote est véridique, mais il demeure que sur le marché de l’art, la valeur intrinsèque d’une œuvre et la signature de son créateur sont indissociables, quelle que soit l’époque de son exécution. La signature est donc la marque d’une création unique. Sans celle-ci, une œuvre n’a pas d’identité, comme ces statues grecques qui ne portent que le nom du lieu où on les a découvertes.

Une question de renommée

Certains collectionneurs vous diront fièrement qu’ils possèdent un tableau de tel artiste, de telle période, et qu’il s’agit d’une valeur sûre. Si vous leur demandez s’ils admirent le tableau pour sa beauté ou pour sa valeur marchande, leur réponse fera indéniablement référence à sa signature. Celle-ci confère à l’œuvre une aura qu’on ne saurait remettre en question, surtout quand l’artiste est mort et que ses créations sont exposées dans un musée.

Picasso, Dali, Riopelle, voilà des valeurs sûres, leur signature donnant à leurs œuvres leur notoriété respective. Est-il incongru de se questionner sur la valeur esthétique de certaines créations, même signées par des artistes connus ? Quelle serait la valeur d’un grand tableau monochrome de Barnett Newman qui ne porterait pas sa signature ? Qu’on le veuille ou non, la signature de son créateur donne inévitablement sa pertinence et sa valeur marchande à un tableau.

Une question de production

Certains artistes écoulent toute leur production, y compris des éléments moins réussis. D’autres ne laissent sortir de leur atelier que les créations qu’ils considèrent comme des œuvres accomplies. Un collectionneur avisé se doit donc d’être sélectif quand il veut faire une acquisition d’une certaine importance.

Cette question de signature se pose encore plus quand il s’agit d’œuvres à tirages multiples comme les gravures, les lithographies ou les sérigraphies. La signature de l’artiste sert alors à confirmer qu’il reconnaît chaque épreuve comme étant sa création, héritage d’une époque où les tirages, obtenus par des moyens artisanaux, n’étaient pas parfaitement identiques. Dans ce contexte, une gravure tirée à 20 exemplaires n’a pas la même valeur qu’une autre tirée à 200. La signature de l’artiste peut donc être garante de son authenticité sans pour autant être un gage de sa valeur.

La qualité des reproductions d’œuvres d’artistes connus atteint aujourd’hui un degré de perfection inégalé notamment avec le procédé d’imprimerie à jets d’encre appelé « giclée », lequel peut reproduire plusieurs nuances de couleurs et même de textures. Le résultat est étonnant et très proche de l’original. Ces procédés rendent ainsi accessibles à tous des œuvres qui ne le seraient pas autrement. À l’époque de l’éphémère, l’art n’échappe pas aux tendances de la consommation, où se confondent parfois art et décoration.

Une question de prix

Que devrait-on retenir de tout cela ? Que le coup de cœur devrait être le premier critère à considérer puisque l’œuvre convoitée fera partie de notre vie de tous les jours. Comme dans un rapport amoureux, on n’imagine pas le jour où on pourra s’en lasser. Toutefois, l’éblouissement devant la beauté ou l’émotion que suscite un tableau ne devrait jamais se transformer en aveuglement, quelle que soit la signature de son créateur.

Il y a lieu de considérer la signature d’un artiste non seulement parce qu’on aime sa façon de créer, mais aussi pour déterminer si le prix demandé est justifié par la renommée attachée à cette signature. Certains critères devraient être considérés tels que son âge, son originalité, sa production, sa diffusion et son rayonnement. Pour des achats plus importants, le coup de cœur devrait être appuyé par une recherche auprès de personnes compétentes, capables de donner une opinion éclairée. Certains consultants et galeristes se sont construit une réputation qui dépasse celle du simple commerçant. N’hésitez pas à les consulter !

Texte de Paul Carbonneau

 

 

 

On raconte qu’un jour où Picasso se trouve dans un café, il se fait aborder par des admirateurs. Pour leur faire plaisir, il exécute sur place un petit dessin et le leur remet…

Alain Bédard

Couleurs de vie

Les livres

Voici le genre d’ouvrage que l’on laisse trainer sur la table à café, histoire de se plonger dans les images par pur plaisir de les regarder. Peintre de Québec plutôt connu au Canada, chacune des pages nous fait découvrir des lieux visités et les émotions qui y sont rattachées. « Une terrasse, un café, la mer, les villes, l’architecture et les gens sont des sujets remplis de couleur. » dit-il. On aimera cette manière de peindre si proche de Claude-A Simard, mentor et ami de longue date.

www.alainbedard.com

Printemps 2016

Voici le genre d’ouvrage que l’on laisse trainer sur la table à café, histoire de se plonger dans les images par pur plaisir de les regarder. Peintre de Québec plutôt connu…

Une sculpture

de Susan Stromberg acquise par le Hyde Museum de Glens Falls

Les gens qui font l’événement

L’année s’annonce excellente pour la sculpteure Susan Stromberg. Sa sculpture de marbre grec intitulée Adirondack Nature  a été récemment acquise par Hyde Museum de Glens Falls, New York, suite à une décision unanime du Comité des acquisitions et du Conseil d’administration. En prime, Madame Stromberg a été invitée à se joindre au Conseil d’administration.

Quoique sa résidence principale soit à Montréal, Susan Stromberg possède également une maison et atelier à Lake George, New York, et c’est à cet endroit qu’elle a puisé son inspiration pour Adirondack Nature , une sculpture de 36 par 12 par 14 pouces.

La sculpteure raconte que la pièce de marbre blanc brut se trouvait déjà dans son atelier depuis plusieurs années, en attente de ce moment précis. Amoureuse de la nature, Susan Stromberg, comme bien d’autres personnes assises sur les rives du lac, a passé de nombreuses heures à observer avec grand plaisir la faune du lac.

Selon ses dires, l’inspiration lui vint soudainement de rendre hommage à la splendeur naturelle de la région et elle se mit à travailler comme sous l’effet d’une transe. La pièce détaille avec soin une mère héron nourrissant son petit d’un poisson, sur fond d’arbres et de fleurs.

Susan Stromberg prononcera une conférence intitulée « Working in 3 Dimensions  », à la Women’s Art Society of Montreal, au Musée McCord de Montréal, le 12 avril 2016, à 13 h 30.

Printemps 2016

L’année s’annonce excellente pour la sculpteure Susan Stromberg…

Symposium international

de la sculpture de Ville de Saint-Georges en Beauce

Les gens qui font l’événement

S’il n’existait pas, la sculpture serait orpheline !

Au Québec comme à travers le Canada tout entier, le dynamisme des Beaucerons fait figure de proue en plusieurs domaines. Cette fois, il s’agit d’une effervescence peu commune ayant trait à l’univers de la création sculpturale tout en favorisant l’émergence et le croisement de l’art international d’artistes du Québec, du Canada et de l’étranger. Je suis à la renverse !

L’objectif (et la volonté)

L’International de la sculpture à Ville de Saint-Georges s’est donné pour mandat de présenter 10 symposiums internationaux de sculpture. Patronnés par l’Organisation internationale de la Francophonie, la tenue de ces événements conduira à la création d’un espace permanent de sculptures tel un musée en extérieur à Ville de Saint-Georges. Bref, l’ensemble des œuvres réalisées viendra constituer un patrimoine culturel d’une valeur incommensurable.

Pour cette nouvelle édition

Les artistes choisis se sont appliqués à nous faire ressentir la vélocité et l’énergie de l’eau, celle du bouillonnement jusqu’au puissant maelstrom des courants en cascades. De fait, la thématique aborde la rencontre des rivières Chaudière et Famine en leur point de confluence. Il est clair que les organisateurs du symposium ont su développer l’idée de la présence des courants hydriques au coeur de l’espace urbain de Ville de Saint-Georges.

Loin de l’illustration servile de l’eau déferlante, les créations des 10 sculpteurs, choisis parmi les divers horizons culturels de l’Organisation internationale de la Francophonie (72 pays), proposeront une multitude d’angles et d’approches inédits. Aussi aurons-nous le plaisir d’expérimenter et de s’approprier les visions de Kossi Assou du Togo, de Don Darby du Québec, de Sylvie Koechlin de la France, d’André Lapointe du Nouveau-Brunswick, de Jean- François Maheux du Québec, de Jean-Yves Menez de la France, de Nicolae Mincu de la Roumanie, de Guy Nadeau du Québec, de Philippe Pallafray du Québec, enfin de Marie-Josée Roy du Québec.

Sous la supervision aguerrie de l’artiste Joseph-Richard Veilleux, directeur artistique, la 3e édition du Symposium international de la sculpture de Ville de Saint- Georges se tiendra du 3 mai au 21 juin 2016. Parlons alors d’un incontournable de calibre universel, doublé du plaisir inopiné et exceptionnel des découvertes s’offrant dans un décor idyllique au sein d’un parc linéaire qui, tel un musée en pleine nature, se transformera au fil des saisons. Quoi demander de plus ? Vous êtes avertis !

Texte de Michel Bois

Printemps 2016

Au Québec comme à travers le Canada tout entier, le dynamisme des Beaucerons fait figure de proue en plusieurs domaines…

Soirée d’échange et de partage

à la galerie Céleste

Les gens qui font l’événement

À la galerie d’art Céleste de Saint-Sauveur, le 12 décembre dernier avait lieu une soirée dégustation vin et fromage en l’honneur de nos artistes et collectionneurs. Ils ont eu la chance d’échanger et de partager la même passion qui est l’art. Merci à nos collectionneurs qui ont acquis des oeuvres de nos artistes. galeriedartceleste.com

Printemps 2016

À la galerie d’art Céleste de Saint-Sauveur, le 12 décembre dernier avait lieu une soirée dégustation vin et fromage en l’honneur de nos artistes et collectionneurs…

Lise Boilard

nous revient

Les gens qui font l’événement

Suite à trois participations « avec mention », à la Société nationale des Beaux-Arts de Paris, Lise Boilard poursuit ses activités sur la scène locale et internationale. La galerie Art’et Miss la représente à Paris et elle a participé à plusieurs expositions dans des pays de la Communauté européenne. En novembre dernier elle réalisait à Laval l’exposition solo « Croissance et Harmonie  » où elle présentait sa collection de femmes élégantes et très féminines. Nous la retrouvons à l’exposition duo « Face à Face  », en compagnie de l’artiste Jacqueline Gosselin, en cours à la maison Le Sélection Laval jusqu’au 24 avril 2016.

Lise Boilard nous propose une série de toiles modernes, abstraites ou semi abstraites. L’artiste est restée fidèle à elle-même en exploitant, comme elle sait si bien le faire, les techniques mixtes qui sont sa spécialité. Son atelier de Rosemère, où elle enseigne les techniques mixtes et la sculpture, bourdonne d’activité. Elle y prépare une nouvelle exposition duo pour la mi-mars « La Vie est Belle » avec Josée Gauthier, où pour la première fois elle présentera uniquement ses sculptures.

Printemps 2016

 

Suite à trois participations « avec mention », à la Société nationale des Beaux-Arts de Paris, Lise Boilard poursuit ses activités sur la scène locale et internationale…

En primeur, l’AAPARS présente

un défilé des artistes

Les gens qui font l’événement

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) a tenu avec succès sa 12e  Exposition concours automnale, les 31 octobre et 1er novembre derniers, au Centre Marcel-Dulude à St-Bruno-de-Montarville. En grande première, l’Association y présentait un défilé des artistes, commenté par l’artiste invité Monsieur Jean-Claude Poitras. Ce défilé d’art s’est avéré un véritable succès auprès des visiteurs qui ont pu voir une oeuvre de chacun des artistes d’une façon originale et dynamique.

L’AAPARS jouit d’une excellente réputation et présente des expositions dont l’éthique et la qualité de présentation sont reconnues et recherchées. Depuis 35 ans, l’AAPARS soutient ses membres dans leur démarche artistique. L’association compte aujourd’hui près de 500 artistes issus de 95 villes du Québec. Pour plus d’information, on peut s’abonner au blogue en consultant le site web www.aapars.com, visiter la galerie virtuelle des artistes et suivre la page de l’Association sur Facebook.

Printemps 2016

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) a tenu avec succès sa 12e Exposition concours automnale, les 31 octobre et 1er novembre derniers…

L’artiste Manon Potvin

devient Maître en Beaux-arts

Les gens qui font l’actualité

Une année fructueuse pour l’artiste peintre estrienne puisqu’elle a remporté plusieurs prix à la dernière édition des « American Arts Awards » aux États-Unis, de même que le prix du Mérite en peinture accordé par le jury du Salon des Arts Visuels de Brossard. Elle obtient maintenant la reconnaissance de ses pairs en recevant le titre de Maître en Beaux-Arts de l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec. Un titre honorifique et une très grande distinction qui reconnait l’excellence en art visuel tant dans la qualité du travail que par sa technique, sa créativité et son apport à la profession. Ayant également été reçue récemment comme membre de l’Institut des Arts Figuratifs, cela fait de Manon Potvin, la plus jeune peintre à détenir ces deux prestigieux honneurs.

Native de Montréal mais résidant à Magog depuis plus de 15 ans, l’artiste peintre surréaliste accumule de nombreux prix des jurys et du public tant à l’échelle nationale qu’internationale. Elle publiait récemment un premier livre d’art « Et si…  » regroupant une quarantaine d’œuvres peintes et écrites.

Printemps 2016

 

Une année fructueuse pour l’artiste peintre estrienne puisqu’elle a remporté plusieurs prix…

Une année qui présage bien

pour Jacqueline Gosselin

Les gens qui font l’événement

Ce début d’année 2016 apporte déjà d’importantes reconnaissances pour l’artiste Jacqueline Gosselin. Nominée artiste émérite de la Corporation Rose-Art de Laval en janvier pour l’aspect unique et original de ses oeuvres, la particularité de ses couleurs, le fini de chacun de ses tableaux, elle est accueillie à l’émission Nos Artistes  sur les ondes de TVRL en février.

Artiste coloriste, elle dépeint le monde qui lui vient en tête et qui évolue tout ou long de la création du tableau. Des couleurs vibrantes se superposent aux textures, des effets plastiques, des formes presque vivantes commencent à apparaitre. « Je veux émouvoir, sensibiliser, donner du rêve, et un bon souvenir à ceux qui plongeront le regard dans mes oeuvres, » dit-elle. Elle expose au Sélection de Laval, 3300, Boulevard Le Carrefour, du 21 février au 24 mars 2016, une collection de tableaux grand format empreinte de poésie.

Récipiendaire de plusieurs prix elle est l’artiste invitée au Symposion de L’AAAVT le 17 juin prochain au magnifique site de l’Île-des-Moulins à Terrebonne.

Printemps 2016

 

Ce début d’année 2016 apporte déjà d’importantes reconnaissances pour l’artiste Jacqueline Gosselin…

Lorraine P. Dietrich

expose en Grèce

Les gens qui font l’événement

L’artiste québécoise internationale Lorraine P. Dietrich, IAF, NEWS, SCA, présentait des peintures sur le thème de la fleur dans une exposition Trio international , tenue du 12 février au 2 mars derniers, à la Galerie Techni de Kilkis, un centre d’art renommé situé au nord de Thessaloniki en Grèce. « Ce fut pour moi un privilège d’exposer avec de grands artistes aussi réputés que George Politis, RI, AWS, IAF, de Grèce et Andy Wood, PRI, RBA, IAF et membre honoraire RWS, de l’Angleterre, » nous dit Madame Dietrich.

Les trois artistes aiment travailler ensemble, ils ont fait partie de quelques symposiums de haut niveau au Québec et de biennales internationales d’aquarelle en Grèce, notamment au Musée EMS de Thessaloniki. Leurs tableaux sont exposés en permanence à la Galerie d’art Vigneault de Repentigny dans la région de Montréal. Pour sa part, Lorraine P. Dietrich a fait aussi partie d’un jury international pour une exposition de grande envergure à Thessaloniki métro, qui compte plus de 1 million d’habitants, capitale culturelle de la Macédonie, grande région au nord de la Grèce.

Printemps 2016

L’artiste québécoise internationale Lorraine P. Dietrich, IAF, NEWS, SCA, présentait des peintures sur le thème de la fleur dans une exposition Trio international…

Paul-Henri Falardeau

(1929-2015)

Hommage

Brillant gestionnaire financier auréolé du plus grand prestige. Devant la majesté des lieux et la qualité de vie ambiante, cet administrateur assigné par ses patrons à résider dans Charlevoix a senti le besoin d’exprimer sa vision des lieux. Homme d’une intelligence et d’une sensibilité inouïe, sa recherche d’authenticité l’amena à s’inscrire aux cours de l’École des beaux-arts de Québec afin de pouvoir dire d’une manière personnelle.

Les peintres Bruno Côté, Iacurto, Rousseau et autres géants lui auront fourni l’occasion de peaufiner son style lors de rencontres en peignant sur le motif. Ambiance idyllique. Nostalgie du mode de vie rural. Visions bucoliques senties. Orchestrateur des lumières fugitives : sous son pinceau, nous retrouvons la dimension champêtre du bonheur de celui qui regarde et exulte !

En terminant, soulignons que Paul-Henri Falardeau est le frère de feu Jean-Charles Falardeau, premier sociologue du Québec et fondateur du Conseil des arts du Canada. Monsieur Falardeau est représenté par la Galerie Symbole-Art à Montréal. À toute sa famille, nos plus sincères condoléances.

La rédaction

Brillant gestionnaire financier auréolé du plus grand prestige. Devant la majesté des lieux et la qualité de vie ambiante, cet administrateur assigné par ses patrons…

Marcel Barbeau

(1925-2016)

Hommage

Ce peintre important du Refus Global aura créé jusqu’à la fin de sa vie. Gavé, mais présent devant le défi de la toile. « Je ne me suis jamais demandé pourquoi je continuais. J’agis. Je crée comme je respire. Je ne me demande pas pourquoi je respire ni pourquoi je crée. En fait, c’est un combat vis-vis de moi-même, face à mes propres intentions, face à mes désirs. » Voici le témoignage qu’il m’a rendu pour l’écriture de mon bouquin, Être Artiste, publié en août.

Les plus grandes distinctions et les prix pullulent. Et tout autant les expositions en des lieux et musées plus que prestigieux à travers le monde. Le domaine des arts visuels vient de perdre un de ses plus grands actifs représentants en matière de renouveau en arts visuels. Que cela soit senti, entendu et partagé !

La rédaction

Site web de l’artiste

Ce peintre important du Refus Global aura créé jusqu’à la fin de sa vie. Gavé, mais présent devant le défi de la toile…

L’Association des Artistes
en Arts Visuels

de Terrebonne

Les gens qui font l’événement

Organisme sans but lucratif fondé en 2009, l’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne (AAAVT) regroupe des artistes peintres, sculpteurs et photographes, qu’ils soient amateurs, semi-professionnels ou professionnels. L’AAAVT est gérée par un conseil d’administration composé de huit artistes en arts visuels. Sa mission est de promouvoir les arts visuels ; réaliser des activités artistiques et culturelles ; regrouper les efforts et le talent des artistes de Terrebonne et de la région ; favoriser la création et la diffusion des arts visuels ; favoriser un lieu de rencontre. Chaque année, les membres sont invités à participer à l’exposition collective du printemps ainsi qu’aux Petits formats en décembre dans des locaux fort appréciés des nombreux visiteurs. Des possibilités d’expositions solos ou en petits groupes, des ateliers et conférences sont aussi offerts périodiquement. La plus importante réalisation de l’association est sans contredit l’organisation du Symposium en Arts Visuels en juin, sur l’Île-des-Moulins, qui connaît annuellement un vif succès. Ces symposiums regroupent une sélection de 80 artistes de fort calibre et attirent annuellement des milliers de visiteurs. Pour devenir membre, consulter le site web, www.aaavt.org et remplir le formulaire d’adhésion.

Hiver 2016

Organisme sans but lucratif fondé en 2009, l’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne (AAAVT) regroupe des artistes peintres, sculpteurs et photographes, qu’ils soient amateurs…

Jungle avec panthères

Musée international

d’art naïf de Magog

Les gens qui font l’événement

La mission du Musée international d’art naïf de Magog est de collectionner l’art naïf international; faire découvrir l’art naïf par ses expositions, ses programmes publics et tous les autres moyens de diffusion et de promotion dont il dispose; partager l’art naïf avec d’autres institutions qui désirent collaborer à sa mission.

Le Musée international d’art naïf de Magog (MIANM) est le seul musée au Canada à être entièrement consacré à l’étude et la mise en valeur de l’art naïf. Sa collection compte près de 800 œuvres de plus de 250 artistes provenant de 32 pays différents. Quelque 240 œuvres composent la collection d’art naïf québécois (35 % de la collection) du Musée. La plupart de ces œuvres sont des huiles ou des acryliques sur toile, mais on trouve aussi d’autres médiums et d’autres supports. Plusieurs de ces toiles décrivent des scènes de la vie traditionnelle ou des scènes de la vie quotidienne d’aujourd’hui. La nature joue souvent un grand rôle. La plus grande partie de la collection du MIANM est constituée d’œuvres d’artistes étrangers, outre le Canada, 31 pays sont représentés dans la collection. La grande diversité de ces œuvres et de leurs origines permet d’apprécier les multiples facettes et l’originalité de cette forme d’art universelle.

Hiver 2016

La mission du Musée international d’art naïf de Magog est de collectionner l’art naïf international; faire découvrir l’art naïf par ses expositions, ses programmes publics…

Gilles Pelletier, Bienvenue à North-Hatley

Galerie Jeannine Blais

Les gens qui font l’événement

Située au coeur du village de North Hatley, sur les rives du lac Massawippi, la Galerie Jeannine Blais a pour objectif de vous offrir des oeuvres d’art d’une grande qualité, d’artistes peintres et sculpteurs d’ici et d’ailleurs. Animer une galerie d’art dans le décor enchanteur de North Hatley, c’est plus qu’un métier, plus qu’une profession, disons le simplement, c’est vivre intensément une passion. Cette galerie mérite qu’on s’y arrête, ne serait-ce que pour découvrir différents styles artistiques, surtout l’art naïf qu’elle présente sous toutes ses facettes. Depuis trois décennies, la galerie contribue à faire connaître cette forme artistique colorée et optimiste auprès de collectionneurs et d’amateurs d’art. Dans la section boutique du site web de la galerie, vous serez ravi de trouver plusieurs livres , biographies d’artistes ainsi qu’une grande variété de cartes sans texte (reproductions de ses tableaux). La galerie édite également un beau calendrier grand format d’art naïf de 13 mois en couleur.

Hiver 2016

Située au coeur du village de North Hatley, sur les rives du lac Massawippi, la Galerie Jeannine Blais a pour objectif de vous offrir des oeuvres d’art d’une grande qualité, d’artistes peintres…

Sentenza

David Merlin,

36 heures de peinture en continu

Les gens qui font l’événement

Le 26 novembre dernier, l’artiste peintre David Merlin dévoilait sa dernière exposition intitulée IDENTITÉS, qui avait lieu à la Galerie 203, dans le Vieux-Port de Montréal, où Merlin est d’ailleurs un des nouveaux artistes permanents. Ce lancement a été ponctué du dévoilement d’une toute nouvelle toile de l’artiste produite dans les 36 heures précédant l’événement. Ayant entamé la création de l’œuvre originale le mardi 24 novembre vers 22 h, le peintre s’est arrêté pour la présentation du tableau le 26 novembre vers 10 h. David Merlin est un artiste peintre spécialisé dans la création de portraits et d’œuvres expressives. Montréalais d’adoption, mais Parisien d’origine, il s’inspire entre autres de l’art cinématographique ainsi que de la Renaissance. Grâce à l’utilisation du clair-obscur et des plans rapprochés, Merlin crée des œuvres fascinantes où les visages sont au premier plan. Le peintre projette sur ses toiles l’image personnelle qu’il se fait de différents personnages et de leurs émotions, tout en y apportant, de par son art, une certaine ambiguïté. Son inspiration est aussi nourrie par plusieurs styles musicaux, particulièrement la musique classique.

Hiver 2016

Le 26 novembre dernier, l’artiste peintre David Merlin dévoilait sa dernière exposition intitulée IDENTITÉS, qui avait lieu à la Galerie 203, dans le Vieux-Port de Montréal…

Clarence Bourgoin,

chasseur de paysages

Les gens qui font l’événement

Le peintre canadien Clarence Bourgoin est natif de Saint-Léonard au Nouveau-Brunswick. Il a résidé 30 ans au Québec. Se qualifiant lui-même de « chasseur de paysages », il est peintre figuratif faisant partie du mouvement expressionniste. Le résumé de ses 40 ans de carrière énumère autant de participations à des symposiums d’art figuratif au Québec et à l’échelle internationale que de prix et de mentions d’honneur. En 2001, il devient Membre signataire de l’Institut des arts figuratifs (IAF). En 2005, l’International Artist Magazine lui a consacré un reportage intitulé « Master Painters of the World – Canada Showcase 2005 ». En 2007, lors d’une exposition au Carrousel du Louvre à Paris, Clarence Bourgoin s’est vu remettre un prix spécial pour son œuvre par le bureau de la Société nationale des beaux-arts de Paris. En 2014, il est honoré par l’Institut des arts figuratifs (IAF) en se voyant décerner le titre de membre émérite. Clarence Bourgoin est répertorié au Musée des beaux-arts de Montréal depuis 1987.

Hiver 2016

Le peintre canadien Clarence Bourgoin est natif de Saint-Léonard au Nouveau-Brunswick. Il a résidé 30 ans au Québec. Se qualifiant lui-même de « chasseur de paysages »…

Sophie Lapointe à Montréal,

New York et Rochester en 2016

Les gens qui font l’événement

Sophie Lapointe (Bebejabets) présentera La Coureuse des Bois Expose , du 4 au 29 janvier prochain sur les murs de la boutique Georges Laoun Opticien dans le bâtiment du Musée des beaux-arts de Montréal. Cette exposition, plusieurs fois sélectionnée par jury, comporte une quinzaine d’œuvres originales, des acryliques sur toile. En janvier dernier, la direction de la Galerie Luhring Augustine de New York a acheté une œuvre de l’artiste, mieux connue à l’international sous le pseudonyme Bebejabets, dans le cadre de l’exposition Postcards From The Edge pour le bénéfice de Visual Aids. Honorée de cette expérience, Sophie Lapointe réitèrera du 29 au 31 janvier 2016, en exposant une œuvre à la Sikkema Jenkins & Co. Gallery de New York. Ce sera une sixième fois que Bebejabets exposera une œuvre dans les galeries de New York. Ses acryliques sur papier sont d’ailleurs aussi fort prisées par les collectionneurs de Rochester, New York, l’artiste ayant déjà participé à 2 expositions au Centre d’Art contemporain de Rochester. Maintenant membre de la galerie, Sophie Lapointe y expose présentement une toile faisant partie de l’exposition « The Big Picture  » en cours jusqu’au 17 janvier prochain.

Hiver 2016

Sophie Lapointe (Bebejabets) présentera La Coureuse des Bois Expose , du 4 au 29 janvier prochain sur les murs de la boutique Georges Laoun Opticien dans le bâtiment du Musée…

Gabriel Landry expose

à New York

Actualités

L’artiste peintre Gabriel Landry, originaire de Natashquan et habitant Longueuil, a vu plusieurs de ses œuvres exposées chez Agora Gallery à New York. Réunissant 15 artistes de divers pays, l’exposition « Persistence of Form  » y avait lieu du 1er  au 21 décembre 2015. Le travail pictural de Gabriel Landry aborde principalement des thématiques philosophiques, poétiques et spirituelles, dans un style qu’il qualifie de symbolisme-cloisonniste. Son approche symbolique lui permet des mises en scènes qui traduisent ses visions du monde par des moyens d’expression spécifiques. Chaque tableau contient, en ce sens, une petite histoire ouverte à de multiples interprétations. La méthode du cloisonnement assure un équilibre des formes ainsi que la décomposition des figures par tranches telles qu’utilisées dans un vitrail ou un prisme. Au fil des ans, Gabriel Landry a participé à de nombreuses expositions et remporté plusieurs prix. 22 de ses oeuvres ont fait l’objet d’un livre intitulé « Au-delà de l’Apocalypse », publié par Novalis en 2010. De plus, un film de fiction inspiré de sa vie et de son œuvre, intitulé Natashquan . Le secret de l’arc-en-ciel , a été conçu et réalisé par Gabriel Marian Oséciuc, cinéaste et producteur indépendant.

Hiver 2016

L’artiste peintre Gabriel Landry, originaire de Natashquan et habitant Longueuil, a vu plusieurs de ses œuvres exposées chez Agora Gallery à New York. Réunissant…

L’Académie Royale des arts du Canada

Actualités

RCA, trois lettres inscrites en terminaison de la signature des artistes les plus reconnus. Cet acronyme signifie que la personne est membre de L’Académie Royale du Canada. L’organisation honorifique regroupe à ce jour 790 créateurs professionnels établis à travers toutes les régions du Canada. L’organisation nationale au service des arts contemporains est considérée comme un organisme de bienfaisance ayant pour finalité d’encourager, de favoriser et de promouvoir la création canadienne faisant preuve d’excellence.

Joseph-Richard Veilleux, artiste peintre d’une démarche aussi singulière et fructueuse qu’accomplie, homme d’action et d’opinion depuis plus de 40 ans, est le premier président canadien français de L’Académie Royale du Canada. Dévoué à soutenir la communauté artistique au Québec et au pays, le rôle de président sied bien aux activités visant à promouvoir les arts visuels en offrant des bourses et des prix, en facilitant la réalisation d’événements et de projets, et ce, en collaboration avec membres RCA et amis. « Mon plus beau rêve pour le moment est d’établir un musée d’art contemporain à Saint-Georges de Beauce, » confie Joseph-Richard Veilleux. On retrouve les œuvres de Joseph-Richard Veilleux à la Galerie Linda Verge à Québec ainsi qu’à la Galerie Bernard à Montréal.

Hiver 2016

RCA, trois lettres inscrites en terminaison de la signature des artistes les plus reconnus. Cet acronyme signifie que la personne est membre de L’Académie Royale du Canada…

Galerie d’art Céleste

Les gens qui font l’événement

Il y aura une journée porte ouverte le samedi 12 décembre, de 14 h à 19 h, en présence de tous les artistes de la galerie Céleste, au 285, Principale à Saint-Sauveur-des- Monts. Vins et fromages seront offerts aux visiteurs. Pour plus de renseignements, contacter Madame Chantal Malek au 450 227-0333.

Automne 2015

Il y aura une journée porte ouverte le samedi 12 décembre, de 14 h à 19 h, en présence de tous les artistes de la galerie Céleste…

Des bronzes de Carole Desgagné

à la boutique du MBAM

Les gens qui font l’événement

L’artiste sculpteure Carole Desgagné a été choisie par la boutique-bibliothèque du Musée des beaux-arts de Montréal pour exposer 4 bronzes pendant toute la durée de l’exposition Rodin. L’occasion représente pour l’artiste un événement extrêmement important dans son cheminement artistique, en plus de lui procurer une crédibilité auprès du public et aussi auprès de ses pairs. La passion pour les arts habite Carole Desgagné depuis l’enfance alors que très tôt la sculpture s’impose. Elle est sa complice depuis plus de 20 ans. Avec elle, elle livre ses grands combats de justice et d’égalité sociale, mais surtout, elle trouve toujours la façon d’exprimer sa passion pour la vie. L’artiste écrit toujours un texte pour accompagner ses sculptures, qui se veut la trace des émotions ressenties pendant le processus de création. L’artiste a participé à de nombreux symposiums au Québec et s’est mérité plusieurs prix et reconnaissances. Elle a aussi à son actif plusieurs expositions de groupe au Canada et en France.

Automne 2015

L’artiste sculpteure Carole Desgagné a été choisie par la boutique-bibliothèque du Musée des beaux-arts de Montréal pour exposer 4 bronzes…

Nouvelles oeuvres permanentes

dans les jardins de la Maison Antoine-Lacombe

Les gens qui font l’événement

Acquises et rénovées en 2014, trois sculptures de l’artiste lanaudoise Ginette Trépanier ont récemment été installées dans les jardins de la Maison Antoine-Lacombe. Ces sculptures ont été créées dans le cadre d’une thématique sur les femmes et leur évolution. Ensemble, elles expriment la force, la lutte, la douceur et la passion des femmes. Elles ont également été conçues pour se marier au décor extérieur. Le blanc de leur revêtement met en lumière les plantes et les aménagements. Une force est créée entre l’oeuvre et l’environnement.

Le public est invité à visiter les jardins et y découvrir les sculptures : Hélène de Troie, hommage à Germaine Grignon-Guèvrement – L’excellente sorcière, hommage à Hélène Pedneault – La déchirure, hommage à Simone de Beauvoir. L’artiste a fait don de ces trois sculptures pour permettre aux visiteurs de découvrir des oeuvres symboliques aux lignes et aux formes contemporaines.

Automne 2015

Acquises et rénovées en 2014, trois sculptures de l’artiste lanaudoise Ginette Trépanier ont récemment été installées dans les jardins de la Maison…

Jacinthe Lagueux

au Musée Marius-Barbeau

Les gens qui font l’événement

Depuis la parution relatant en nos pages la création de Jacinthe Lagueux, sculpteure sur verre thermoformé, il y a deux ans, la carrière de l’artiste a largement pris son envol. Aussi, la retrouve-t-on pour une grande exposition solo au Musée Marius-Barbeau où ses bustiers et guêpières sont exposés sous le titre Espace sensuel vitrifié.

Une création inusitée à voir absolument. Du 20 septembre au 15 novembre 2015, Musée Marius-Barbeau, 139 rue Sainte- Christine, Saint-Joseph-de-Beauce.

Automne 2015

Depuis la parution relatant en nos pages la création de Jacinthe Lagueux, sculpteure sur verre thermoformé, il y a deux ans, la carrière…

Deux femmes avisées,

une passion en commun pour l’art, deux galeries !

Les gens qui font l’événement

Collectionneuse aguerrie, France Marcotte, consultante en administration et redressement d’entreprise, n’aurait jamais osé imaginer qu’un jour elle posséderait deux galeries d’art à l’intérieur de la Place Royale, à Québec. Pas plus que son amie et adjointe au boulot, Noëline Cyr, la suivrait dans l’aventure à titre de directrice de ces galeries.

L’occasion était trop belle : une galerie de calibre qui cessait ses activités après 30 ans. Des oeuvres sublimes et une cote muséale. Mieux, un local adjacent lui permettant de toucher à l’effervescence de la contemporanéité. Du côté de Douce Passion, difficile de rester indifférent aux Borenstein, Lemieux, Richard, Fortin, Iacurto, Hopkins, Rousseau parmi d’autres sommités. Chez Québec Art, notons Pinochet, DesRosiers et Lise Marsan dans une création heureuse et renouvelée. Selon l’adage, une galerie ferme ses portes et deux autres naissent. Quoi dire de plus ! Merci la vie !

Galerie Douce Passion, 42A, rue Notre-Dame, Québec. (418) 648-9292 Galerie Québec Art, 40, rue Notre-Dame, Québec. (418) 692-8200

Automne 2015

Collectionneuse aguerrie, France Marcotte, consultante en administration et redressement d’entreprise, n’aurait jamais osé imaginer qu’un jour elle…

François Faucher en France…

et ça continue !

Les gens qui font l’événement

Dernièrement, François Faucher effectuait sa tournée annuelle en France, pour une quinzième année consécutive. Au cours de ce voyage, deux expositions avaient été planifiées. La première dans une galerie d’art de Limoges, en duo avec une artiste française. Une trentaine d’oeuvres de l’artiste ont été présentées. Lors de cette exposition, des tableaux vibrationnistes ont trouvé preneur, au grand plaisir de la galeriste et du peintre. François Faucher est représenté dans cette galerie limousine depuis un an et c’était pour lui une première exposition dans cette région. Les nombreux invités ont été conquis par son style original et unique. Le second événement avait lieu à St-Rémy (Aveyron) avec les artistes de la Galerie Art Sud. François Faucher participait à cette exposition de groupe pour la douzième année. Sept galeries d’art en France présentent en permanence les oeuvres de l’artiste de renommée internationale. Depuis un an, il a participé à des expositions collectives dans cinq de ces galeries.

Automne 2015

Dernièrement, François Faucher effectuait sa tournée annuelle en France, pour une quinzième année consécutive. Au cours de ce voyage, deux expositions…