Magazin'Art

New-York

Boudro

Quand l’art fait «Pop» et «Boum»

Le Pop Art

Boudro a déjà peint la splendeur des paysages de Charlevoix. Or, depuis son cœur bat pour la démesure et l’effervescence de New York. Plus précisément pour le Pop Art dont il a retenu le côté expressif des supers héros, des bandes dessinées et des logos publicitaires.

Boudro est né en 1967 à Sept-Îles, mais il a vécu à Montréal depuis l’enfance. Beaucoup plus tard, il migre et aménage son atelier sur la Rive-Sud de l’île. Et de là ses œuvres se promènent un peu partout sur la planète.

C’est son boulot « nourricier » dans les années 1980 à titre de guide touristique, alors qu’il étudiait en design industriel, qui l’a conduit à vivre l’effervescence de la démesure visuelle des panneaux publicitaires de Times Square. Ébahi par le plan cartésien de la grosse pomme avec ses rues à angle droit, l’expérience visuelle lui a permis de saisir l’harmonie et l’équilibre des diverses juxtapositions des symboles et des logos réparties de manière à former une mosaïque où nous retrouverons en son centre, une cible, clin d’œil à Jasper Johns, histoire de happer le regard du spectateur. Aussi ses œuvres sont des plus expressives. Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Michel Bois

En permanence à la Galerie Perreault 205, rue Saint-Paul, Ville de Québec. Tél. : 418 692-4772

 

Boudro a déjà peint la splendeur des paysages de Charlevoix. Or, depuis son cœur bat pour la démesure et l’effervescence de New York…

L'espace bleu

Niko

Les gens qui font l’événement

L’artiste de renom international Niko est dorénavant présentée en permanence à la Galerie d’art Céleste de Saint-Sauveur. Les toiles de Niko ont été sur les cimaises de New York, de Californie et un peu partout à travers le monde. C’est sans contredit un avantage incontestable pour les collectionneurs d’ici de la retrouver dans cette galerie prestigieuse.

La Galerie d’art Céleste est située au 285, rue Principale, Saint-Sauveur, 450-227-0333.

Été 2016

L’artiste de renom international Niko est dorénavant présentée…

Lyse Paquette

Douce évasion

L’art au féminin

Depuis quatorze ans, Lyse Paquette a mis son talent au service de la douceur et de la beauté. Empreintes de sensualité et d’émotion, ses toiles sont reconnaissables par leur punch graphique et leur sujet récurrent, le visage féminin.

Lyse Paquette se souvient d’avoir toujours dessiné. La mère de l’artiste a montré les rudiments de l’art à ses deux filles à un jeune âge. « Je rêvais des Beaux-Arts » se remémore la peintre Lavalloise. « Mon père, un diplômé du HEC, voyait d’un mauvais œil que sa fille se lance dans l’art. Il me suggéra de me diriger dans ce qu’on appelait alors le dessin commercial. » La rencontre avec l’art graphique a été un véritable coup de foudre. Travailler en créant, malgré le stress et la pression inhérente à cette occupation, la passionnait. « J’y ai passé 30 années merveilleuses, où j’avais le sentiment d’être exactement où je devais être. »

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte d’Isabelle Gauthier

L’artiste est représentée par : Galerie Céleste, Saint-Sauveur; Galerie d’art Royale et associés, Québec; Galerie d’art Beauchamp, Baie-Saint Paul; Beauchamp Art Gallery, Toronto; Galerie Rimawi, Rosemère

Depuis quatorze ans, Lyse Paquette a mis son talent au service de la douceur et de la beauté. Empreintes de sensualité et d’émotion, ses toiles sont reconnaissables par leur punch…

L’OR

Peindre les recoins de son esprit

À découvrir

Le thème de la prochaine exposition solo de L’OR « Des recoins de mon esprit  », qui se tiendra à la Galerie 3440 de la rue Fleury à Montréal-Nord, s’est élaboré sur 375 années. Il célèbre le lien historique qui unit Chicago et Montréal. L’OR a visité Chicago en 2013, pour y présenter une exposition à succès d’art figuratif et aussi pour se familiariser avec la ville de son époux, James.

Ayant à l’esprit les futures célébrations du 375e  anniversaire de Montréal en 2017, à la suggestion de son mari, l’artiste prend l’audacieuse décision de dévier de sa trajectoire habituelle et délaisser les nus figuratifs pour créer un ensemble de tableaux représentant des scènes urbaines de sa ville natale de Montréal et de Chicago.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de James Wise

L’exposition « Des recoins de mon esprit » se tiendra à Montréal, du 23 au 29 mai prochains, à la Galerie 3440, située au 3440, rue Fleury est.

Le vernissage aura lieu le vendredi 27 mai, de 19 h à 20 h. Visiter : www.aavnm.org.

 

Le thème de la prochaine exposition solo de L’OR « Des recoins de mon esprit », qui se tiendra à la Galerie 3440 de la rue Fleury à Montréal-Nord, s’est élaboré sur 375 années…

Une sculpture

de Susan Stromberg acquise par le Hyde Museum de Glens Falls

Les gens qui font l’événement

L’année s’annonce excellente pour la sculpteure Susan Stromberg. Sa sculpture de marbre grec intitulée Adirondack Nature  a été récemment acquise par Hyde Museum de Glens Falls, New York, suite à une décision unanime du Comité des acquisitions et du Conseil d’administration. En prime, Madame Stromberg a été invitée à se joindre au Conseil d’administration.

Quoique sa résidence principale soit à Montréal, Susan Stromberg possède également une maison et atelier à Lake George, New York, et c’est à cet endroit qu’elle a puisé son inspiration pour Adirondack Nature , une sculpture de 36 par 12 par 14 pouces.

La sculpteure raconte que la pièce de marbre blanc brut se trouvait déjà dans son atelier depuis plusieurs années, en attente de ce moment précis. Amoureuse de la nature, Susan Stromberg, comme bien d’autres personnes assises sur les rives du lac, a passé de nombreuses heures à observer avec grand plaisir la faune du lac.

Selon ses dires, l’inspiration lui vint soudainement de rendre hommage à la splendeur naturelle de la région et elle se mit à travailler comme sous l’effet d’une transe. La pièce détaille avec soin une mère héron nourrissant son petit d’un poisson, sur fond d’arbres et de fleurs.

Susan Stromberg prononcera une conférence intitulée « Working in 3 Dimensions  », à la Women’s Art Society of Montreal, au Musée McCord de Montréal, le 12 avril 2016, à 13 h 30.

Printemps 2016

L’année s’annonce excellente pour la sculpteure Susan Stromberg…

Claude Picher (1927-1998)

Comme un diamant brut des profondeurs

Grande rencontre

« Je vois la pratique de l’art comme une véritable incarnation de la vie, comme un excès, une folie, un infini, une liberté, une chose organique qui peut nous emmener plus loin que tous les voyages » — Clémentine Célarié

Un artiste de la dimension de Claude Picher, cela ne s’invente pas. Le peintre a connu le succès professionnel dès la fin de l’adolescence. Autant apprécié par les collectionneurs que Jean Paul Lemieux à travers le Canada, rapidement il aura obtenu la notoriété nationale. De caractère volontaire, spontané, primesautier, il est aussi connu pour son implication politique ainsi que ses critiques acerbes face aux systèmes établis encadrant le domaine des arts visuels. Regard sur un géant de l’art aujourd’hui presque oublié, mais tellement d’actualité.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Claude Picher est représenté par :

Galerie Douce Passion, 42 rue Notre-Dame, à Québec

Galerie Perreault, 205 rue Saint-Paul, à Québec

 

La rédaction remercie ces deux galeries pour les images fournies pour illustrer ce texte.

 

Un artiste de la dimension de Claude Picher, cela ne s’invente pas. Le peintre a connu le succès professionnel dès la fin de l’adolescence. Autant apprécié par les collectionneurs que…

Sophie Lapointe à Montréal,

New York et Rochester en 2016

Les gens qui font l’événement

Sophie Lapointe (Bebejabets) présentera La Coureuse des Bois Expose , du 4 au 29 janvier prochain sur les murs de la boutique Georges Laoun Opticien dans le bâtiment du Musée des beaux-arts de Montréal. Cette exposition, plusieurs fois sélectionnée par jury, comporte une quinzaine d’œuvres originales, des acryliques sur toile. En janvier dernier, la direction de la Galerie Luhring Augustine de New York a acheté une œuvre de l’artiste, mieux connue à l’international sous le pseudonyme Bebejabets, dans le cadre de l’exposition Postcards From The Edge pour le bénéfice de Visual Aids. Honorée de cette expérience, Sophie Lapointe réitèrera du 29 au 31 janvier 2016, en exposant une œuvre à la Sikkema Jenkins & Co. Gallery de New York. Ce sera une sixième fois que Bebejabets exposera une œuvre dans les galeries de New York. Ses acryliques sur papier sont d’ailleurs aussi fort prisées par les collectionneurs de Rochester, New York, l’artiste ayant déjà participé à 2 expositions au Centre d’Art contemporain de Rochester. Maintenant membre de la galerie, Sophie Lapointe y expose présentement une toile faisant partie de l’exposition « The Big Picture  » en cours jusqu’au 17 janvier prochain.

Hiver 2016

Sophie Lapointe (Bebejabets) présentera La Coureuse des Bois Expose , du 4 au 29 janvier prochain sur les murs de la boutique Georges Laoun Opticien dans le bâtiment du Musée…

Gabriel Landry expose

à New York

Actualités

L’artiste peintre Gabriel Landry, originaire de Natashquan et habitant Longueuil, a vu plusieurs de ses œuvres exposées chez Agora Gallery à New York. Réunissant 15 artistes de divers pays, l’exposition « Persistence of Form  » y avait lieu du 1er  au 21 décembre 2015. Le travail pictural de Gabriel Landry aborde principalement des thématiques philosophiques, poétiques et spirituelles, dans un style qu’il qualifie de symbolisme-cloisonniste. Son approche symbolique lui permet des mises en scènes qui traduisent ses visions du monde par des moyens d’expression spécifiques. Chaque tableau contient, en ce sens, une petite histoire ouverte à de multiples interprétations. La méthode du cloisonnement assure un équilibre des formes ainsi que la décomposition des figures par tranches telles qu’utilisées dans un vitrail ou un prisme. Au fil des ans, Gabriel Landry a participé à de nombreuses expositions et remporté plusieurs prix. 22 de ses oeuvres ont fait l’objet d’un livre intitulé « Au-delà de l’Apocalypse », publié par Novalis en 2010. De plus, un film de fiction inspiré de sa vie et de son œuvre, intitulé Natashquan . Le secret de l’arc-en-ciel , a été conçu et réalisé par Gabriel Marian Oséciuc, cinéaste et producteur indépendant.

Hiver 2016

L’artiste peintre Gabriel Landry, originaire de Natashquan et habitant Longueuil, a vu plusieurs de ses œuvres exposées chez Agora Gallery à New York. Réunissant…

René Gagnon

Atteindre l’intemporel

Peindre un pays

« J’ignore si mes tableaux sont surréalistes ou pas, mais je sais qu’ils sont l’expression la plus franche de moi-même. »Frida Kahlo

Devant moi, l’homme se tient droit comme un chêne. Les mains sont immenses. La chevelure hirsute à la Albert Einstein. Un regard profond où l’on débusque les joies les plus grandes et les affres de l’expérience humaine. René Gagnon négocie depuis 86 ans avec les aléas de la vie, dont 67 ans avec les démons de la création.

Sur la table du resto, les photographies contenues dans son livre défilent. Ici, à la pêche avec Riopelle, Paul Rebeyrolle et Stanley Cosgrove. Une autre avec Alfred Pellan, lors d’une exposition à Paris. Merci à la vie d’avoir mis sur ma route la création de René Gagnon ! S’agit-il du secret le mieux gardé de l’histoire de l’art du Québec !

Marc-Aurèle Fortin, Rousseau, Ayotte et autres

Tout en procédant d’un hasard merveilleux, la venue à la création de René Gagnon fut toute simple. Voué sans conviction à prendre a relève sur la ferme natale, au village de Sainte-Anne de Chicoutimi, voici que son oncle, René Bergeron, agent influent du milieu des arts visuels, invite les artistes qu’il représente à peindre le grandiose du Saguenay et de la Côte-Nord. Les Marc-Aurèle Fortin, Cosgrove, Albert Rousseau, René Richard, Rodolphe Duguay, Léo Ayotte, furent les premiers peintres rencontrés par Gagnon à l’Anse-à- Benjamin, près de son village.

« J’adorais les voir capter la lumière, chacun à sa manière, souvent tirée du même paysage mais toujours avec une atmosphère et quelque chose de très personnel. Autour du repas du soir, ils s’autocritiquaient. On y parlait aussi beaucoup de l’avant-garde abstraite de Borduas et de la figuration surréaliste de Pellan. Moi, je me faisais tout petit. J’écoutais. Marc-Aurèle Fortin, il était mon préféré entre tous. La féerie dans le feuillage des arbres, les harmonies lumineuses provenant des supports peints en gris ou en noir ; j’adorais la liberté qu’il prenait à transformer les éléments du paysage pour les rendre encore plus expressifs. »

Baie Sainte-Marguerite sur le Saguenay

Baie Sainte-Marguerite sur le Saguenay

Peindre le pays

« J’aime ce pays, j’en suis plein et ce qui déborde de ce trop plein, c’est ma peinture, mon expression. »

Son père étant persuadé que son fils allait reprendre les rênes de la ferme, la nuit, René Gagnon peint. Acculé à l’évidence, son paternel, résigné, lui offre un coffret de peinture. Dans l’enthousiasme de peindre, sa vie amoureuse turlute ! René se marie et devient rapidement à son tour père de cinq enfants. Pour subvenir aux besoins de sa famille, il travaille chez Alcan, une entreprise de production d’aluminium à Chicoutimi. Sauf que le désir de peindre à temps plein le ronge toujours. Entre-temps, il dut s’éloigner du clan familial pour dénicher des acheteurs et des collectionneurs à travers le Québec. « Puis je suis parti en aventurier à New York. Des galeristes m’ont propulsé dans le monde de l’art et des célébrités. J’aurais pu y faire carrière et connaître la fortune. Mais je suis revenu au Québec pour mes enfants, même si j’y menais une vie cinq étoiles, sans une cenne en poche. »

Vint par la suite l’aventure d’une galerie à Montréal, puis les voyages à travers le monde. De fait, Gagnon peut se glorifier d’avoir fait connaître l’immensité de nos espaces et la beauté indicible des paysages québécois lors d’expositions présentées aux États-Unis, en France, aux Bahamas, au Maroc, aux Philippines, en Chine, à Taiwan et en Malaisie, avec un succès dépassant la commune mesure.

Aurores Boréales

Aurores Boréales

Son art et retour à l’Anse-de-Roche

Parlons d’une peinture issue de l’incessante recherche permettant d’établir une communauté d’esprit avec les peintres qui se livrent avec enthousiasme à l’abstraction gestuelle et lyrique. Ajoutons cependant qu’à l’étalement instinctif des couleurs à la spatule, on sent chez Gagnon un principe d’organisation liant les masses et les saillies, le ciel et la terre, donc. Or, s’il recourt à l’usage du pinceau de soie pour rehausser l’effet heureux des glacis, devant ses toiles, l’on songe à un monde en mouvance constante et dans lequel des cascades d’eau traceraient sur la terre, dans le froid et la lumière, les sillons de clarté d’un exceptionnel visionnaire. Vivant au jour le jour, après une période de maladie, René Gagnon est de retour en son domaine de L’Anse-De-Roche. Les projets pullulent, dont une toile de dimensions monumentales. Va sans dire que l’artiste peintre et son épouse, Claire-Hélène Hovington, seront ravis de vous recevoir, sous invitation seulement, au Musée René Gagnon. info@renegagnon.com

De rêve et de paysages

Soulignons la sortie de la biographie complète du peintre sous le titre De rêve et de paysages. Il s’agit d’un formidable ouvrage de 200 pages offrant généreusement 48 photographies des oeuvres du peintre, des citations et des clichés de parties de pêche en compagnie des Riopelle, Cosgrove et bien d’autres. Le tout signé Christine Gilliet qui, avec minutie et sensibilité, a su mener à terme ce projet après trois années à recueillir les souvenirs et propos de René Gagnon. Pour acheter le livre, on contactera l’artiste par courriel à info@renegagnon.com ou via la Galerie 203 : 514 439-4203 ou au 514 261-0899


 Texte de Michel Bois

Devant moi, l’homme se tient droit comme un chêne. Les mains sont immenses. La chevelure hirsute à la Albert Einstein…

L’effet Corno

Les gens qui font l’évènement

Le tout Québec des collectionneurs privés était là ! Il s’agissait de sa première exposition d’importance à Québec depuis qu’elle habite New York, soit depuis 23 ans. Vernissage en sa présence sur invitation seulement. 250 fanas de l’art se sont mis à la recherche de la nouveauté sur les cimaises de la Galerie d’art Perreault. Et ils n’ont pas été déçus : détails hyperréalistes troublants, dichotomies fougueuses entre l’abstraction et la figuration. Mais surtout, un accès privilégié aux portraits des icônes sacrées du Pop Art, dont Marylin Monroe et le sulfureux feu Jean-Michel Basquiat. Corno, 60 ans, ouvre encore et encore la porte à l’émotion par son talent pointu à dire la sensualité du corps, mais tout autant par l’intimité vécue par la peintre à l’énergie des gestes aux larges pinceaux, jouant aussi tout autant sur les cordes primordiales et émotives du portrait. OUF ! New York, Londres, Paris, Italie, Monaco, Hong Kong, Singapour, Séoul, Dubaï : quand la création se fait internationale pour une québécoise via la Galerie d’art Perreault à Québec.

L’exposition de petits et grands formats a eu lieu du 16 au 30 août, à la Galerie d’art Perreault, 205, rue Saint-Paul, Québec. 418-692-4772

Automne 2014

Le tout Québec des collectionneurs privés était là ! Il s’agissait de sa première exposition d’importance à Québec depuis qu’elle habite New York, soit depuis 23 ans. Vernissage en sa…

Art Expo

New York 2014

Les gens qui font l’évènement

Considéré comme le plus grand Salon international d’art contemporain, Art Expo de New York accueille chaque année plus de 20 000 visiteurs dont fait partie une large part de collectionneurs. Pour les artistes sélectionnés, la participation à l’événement se fait l’une des plus belles vitrines offertes au monde entier. Aussi, nous ne saurions passer sous silence la présence québécoise des Pierre Otis, France Malo, Éric Tardif et Nelly Kim. Des artistes dont la trajectoire nous tient à coeur.

Été 2014

Considéré comme le plus grand Salon international d’art contemporain, Art Expo de New York accueille chaque année plus de 20 000 visiteurs dont fait partie une large part…