Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art

montreal

MONTRÉAL

Région métropolitaine

 Plusieurs célébrations prendront place aux quatre coins de la métropole dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal.

La Grande tournée du 375e  – La Grande tournée se décline en une dizaine d’activités qui s’arrêteront dans tous les arrondissements de Montréal. Pendant 19 weekends, un parc ou un lieu public de l’arrondissement à l’honneur accueillera de nombreuses activités dont des prestations de cirque et artistiques en collaboration avec Cirque Éloize, une exposition historique en collaboration avec le Musée McCord, des parcours gourmands ainsi que des rallyes de quartier. Jusqu’au 17 septembre 2017.


Commémoration Expo 67 – À l’occasion du 50e anniversaire de l’Expo 67, de nombreux musées montréalais proposeront des expositions variées retraçant l’histoire de cet événement marquant pour la ville de Montréal. Restez à l’affut du dévoilement d’un passeport créé spécialement pour l’événement qui offrira une expérience immersive amplifiée à ceux qui en posséderont un exemplaire. À partir d’avril 2017.


Illumination du pont Jacques-Cartier – Le simple fait de poser son regard sur le pont Jacques-Cartier de Montréal sera désormais une expérience radicalement différente. Faisant corps avec la structure tout en finesse du pont, un kaléidoscope numérique et interactif s’harmonisera aux couleurs de chaque saison ainsi qu’à l’énergie de la ville. Ce projet repoussant les limites de l’innovation touchera le coeur des usagers et des visiteurs et dotera la métropole d’une nouvelle icône visuelle. À partir du 17 mai 2017.


Avudo – Se déployant sur l’eau, Montréal AVUDO sera un hommage poétique au Fleuve à travers les ans comme au fil des saisons. L’eau du Fleuve, omniprésente, s’exprimera au moyen d’installations et de projections de grande envergure. Elle relatera l’histoire de ceux qui y vivaient, de ceux qui y sont arrivés par le fleuve, ceux qui ont vécu grâce à lui, ont bâti, innové et qui sont repartis pour faire découvrir Montréal au monde. Quai des Convoyeurs, Vieux-port de Montréal. Du 17 mai au 2 septembre 2017.


Arts de la rue – Pas moins d’une soixantaine de troupes de théâtre de rue, parmi les meilleures de la planète, convergeront vers Montréal pour présenter quelque 800 spectacles. Des centaines d’artistes provenant de six pays offriront de courtes représentations théâtrales, clownesques, acrobatiques, alliant images poétiques, moments de beauté, tantôt drôles, tantôt émouvants, parfois minimalistes et souvent grandioses. Quartier des spectacles, Du 1er au 30 juillet 2017.


LACHINE

À l’occasion du 350e anniversaire de Lachine et du 375e de Montréal, le Musée de Lachine propose une programmation spéciale faisant écho à l’histoire de Lachine, à l’exploration du territoire et à la traite des fourrures. 

Sur la route des échanges en Nouvelle-France  – Le site de la Maison Le Ber-Le Moyne au Musée Lachine renoue avec sa fonction première : un incontournable poste de traite très fréquenté sur la route des fourrures en Nouvelle-France. Dans l’ambiance historique d’un bâtiment tricentenaire, petits et grands pourront découvrir comment s’exerçait le troc entre Amérindiens et Européens, tout en manipulant peaux, outils et objets de traite. À compter du 24 mai 2017.


L’exposition historique de la Maison LeBer-Le Moyne est infiltrée par le projet Le flâneur : (re)Marquer de l’artiste Douglas Scholes, dans le cadre de l’événement national Repères 2017. Ce projet aborde le canal de Lachine à travers le regard, les actions et l’expérience du personnage créé par l’artiste et ses contributeurs. À compter du 24 mai 2017.

Été 2017

Plusieurs célébrations prendront place aux quatre coins de la métropole dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal…

MONTRÉAL

ce printemps


 

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente Chagall : Couleur et musique, la plus importante exposition jamais consacrée à Marc Chagall (1887-1985) au Canada. L’exposition traite pour la première fois de l’omniprésence de la musique dans la vie et l’œuvre de l’artiste à travers près de 340 œuvres et un important corpus documentaire. Cette approche inédite montre combien cette musicalité a imprégné l’uni-vers esthétique et artistique de Chagall, depuis ses peintures, œuvres sur papier, costumes, sculptures, céramiques, vitraux et tapisseries, jusqu’à ses créations pour la scène et ses grands projets décoratifs et architecturaux. Cette grande exposition dévoile de fabuleux costumes rarement vus du public et des décors réalisés par l’artiste pour les ballets Aleko, L’oiseau de feu, Daphnis et Chloé et l’opéra La Flûte enchantée. Entièrement sonorisée avec son installation musicale spatialisée, l’exposition est accompagnée de dispositifs multimédias : musiques, films, diaporamas photo et surtout une projection exceptionnelle du célèbre plafond de l’Opéra de Paris au Palais Garnier. Jusqu’au 11 juin 2017.


Le Musée des beaux-arts de Montréal annonce l’acquisition d’un ensemble de deux œuvres majeures de l’artiste de Winnipeg, Sarah Anne Johnson (née en 1976), offert par le Cirque du Soleil. Il s’agit de Sans titre (Goélette et feux d’artifice) (2012), une installation monumentale de plus 635 cm de diamètre et d’Explosion Panorama (2013), une photographie panoramique rehaussée d’encres (76 x 238 cm). Ces œuvres font partie de la célèbre série Arctic Wonderland que l’artiste a réalisée à la suite d’une résidence de création à Svalbard en Norvège, effectuée en 2009 à l’invitation de The Arctic Circle, un programme de la fondation The Farm (E-U).


Après avoir conquis 145 000 visiteurs au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Toulouse-Lautrec affiche la Belle Époque tient l’affiche à la Phillips Collection de Washington. Elle offre à découvrir une collection particulière exceptionnelle qui regroupe près de 100 estampes et affiches d’Henri de Toulouse-Lautrec, grand maître français qui a saisi comme nul autre l’âme de la vie nocturne parisienne de la Belle Époque. Elle comprend des œuvres emblématiques de l’artiste (Moulin Rouge – La Goulue, Ambassadeurs : Aristide Bruant, Jane Avril…), des épreuves uniques rare-ment exposées ainsi que quelques œuvres de proches de Toulouse-Lautrec, dont la célèbre Tournée du Chat Noir de Steinlen et L’Intérieur de chez Bruant : Le Mirliton, de Louis Anquetin, une toile révélée tout récemment au grand public. Jusqu’au 30 avril 2017.


IN MEMORIAM – Le Musée pleure un ami des arts : Roy L. Heenan, O.C. – C’est avec beaucoup de tristesse que le Musée des beaux-arts de Montréal a appris le décès de M. Roy L. Heenan, le 3 février dernier. Avocat émérite, personnalité du monde juridique au Canada, grand collec-tionneur et mécène, M. Heenan était un passionné d’art. Apprécié de tous, ce gentleman a soutenu avec constance l’essor des collections canadiennes et contemporaines du Musée. Son engagement extraordinaire et bénévole au service de l’institution en est un témoignage remarquable. Nous offrons à sa femme, à ses enfants ainsi qu’à l’ensemble de sa famille nos plus sincères condoléances.


Le Musée d’art contemporain de Montréal annonce la participation de l’artiste en arts visuels de renommée internationale Jenny Holzer à l’exposition Leonard CohenUne brèche en toute chose / A Crack in Everything. Afin d’offrir au public une expérience inédite des plus riches, le Musée annonce également un nouveau partenariat avec CBC / Radio-Canada. L’association entre les deux diffuseurs de culture per-mettra de célébrer les réalisations de Leonard Cohen en plus de faire rayonner au-delà de ses murs cette exposition qui s’inscrit dans la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal. Produite en exclusivité par le MAC, l’exposition proposera au public un corpus d’œuvres inédites expressément commandées et conçues par quelque 25 artistes locaux et internatio-naux. En novembre 2017, le Silo no 5, structure emblématique de Montréal, sera illuminé en l’honneur de Léonard Cohen. Cette œuvre commandée par le MAC consistera en une projection géante, en fran-çais et en anglais, de textes tirés des poèmes, chansons et autres écrits de Cohen.


Présentée au Musée McCord, l’exposition Illusions – L’art de la magie abordera la période de l’âge d’or des spectacles de magie et de ses mécanismes publicitaires et promotionnels qui misaient sur une image-rie fantasmagorique. Une sélection d’époustouflantes affiches, pour la plupart datant de la fin du 19e et du début du 20e siècle, permettra de retracer l’histoire sociale de ce phénomène encore présent aujourd’hui. Ces affiches, situées à mi-chemin entre l’art et la publicité, sont de magnifiques chromolithographies de très grand format qui immortalisent les magiciens et les numéros qui ont marqué le monde de la magie moderne. Composée de 71 magnifiques affiches et d’un éventail de documents multimédias, l’exposition illustrera la magie de scène à une époque où les Herrmann, Kellar, Chung Ling Soo, Thurston et, bien sûr, Houdini figuraient parmi les vedettes les plus connues du divertissement populaire. Du 26 mai 2017 au 21 janvier 2018.


Au Musée McCord est également présentée l’exposition Aislin, 50 années de caricatures, une rétrospective des meilleures caricatures d’Aislin au cours de cinquante années d’une carrière empreinte d’un large rayonnement. Son long séjour au journal The Gazette, son parcours médiatique bien chargé ainsi que l’acuité de son regard sur l’actualité canadienne font de lui l’un des caricaturistes les plus influents au sein du Canada anglais. Dans le cadre de cette exposition, le Musée McCord organisera une journée thématique de projection de films d’animation sur Aislin. Du 7 avril au 13 août 2017. 


Conçue, produite et réalisée par le Musée McCord, en collaboration avec la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, une exposition-installation ambulante, provisoirement intitulée La ville suspendue, se déplacera d’arrondissements en arrondissements au cours de l’été 2017. Elle présentera aux citoyens et aux visiteurs une parcelle de la grande histoire de Montréal, des morceaux choisis de celle des quartiers et des récits émouvants de Montréalais. Des photos anciennes et contemporaines et des témoignages des habitants sous forme de récits différeront pour chacun des dix-neuf arrondissements qui l’accueilleront afin d’en souligner la spécificité. Elle constituera ainsi autant de chapitres des différents visages et du développement de la métropole. De mai à septembre 2017. 


Le Musée Stewart présentera Expo 67 – Rêver le monde, une exposition inédite faisant partie de la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal et soulignant du même coup le 50e anniversaire d’Expo 67, un pan incontournable de l’histoire de la ville. Cette exposition novatrice, réalisée à partie d’images d’archives de l’Office national du film du Canada (ONF) et de Radio-Canada, invite toutes les générations de visiteurs à plonger dans cette aventure démesurée qu’a constituée Expo 67 grâce à un parcours multimédia et immersif offrant une nouvelle perspective sur l’histoire de cet événement décrit à l’époque comme « le plus grand spectacle sur Terre. » Cette exposition s’articule en six thématiques où sont célébrées la vision utopique de ce grand événement, l’envergure du projet phare d’Habitat 67, ainsi que les prouesses technologiques comme celles du pavillon Labyrinthe, l’un des plus populaires d’Expo 67 et précurseur de la technologie IMAX avec ses films à écrans multiples. À compter du 26 avril 2017. 


Le sculpteur montréalais Jean Brillant signe la scénographie de la 5e édition du spectacle Les Laissés Pour Contes et transforme ses ateliers en une grande installation. Coïncidences Productions présente la 5e édition de ce spectacle. Suite à un appel de textes, sept contes urbains inédits, inspirés du thème du courage, seront mis en scène par la directrice artistique de Coïncidences Productions, Valérie Le Maire. Dans un concept qui mise sur la proximité, les spectateurs seront invités à déambuler en petits groupes au cœur de sept univers. Ateliers Jean-Brillant, 661, Rose de Lima, Montréal (métro Lionel Groulx). Du 16 au 27 mai 2017.


 

Printemps 2017

 

Une saison en art, printemps 2017

© Littorio Del Signore - La rélève, acrylique, 24 x 36 po, 2009

Littorio Del Signore

Hommage à Montréal

Grande rencontre

C’est avec sa bonhomie habituelle que Littorio Del Signore m’accueille chez lui pour partager des pans de son existence bien remplie, toujours aussi jovial et généreux. Malgré la somme de ses accomplissements et des marques de distinction accumulées au fil de sa carrière, il demeure modeste en parlant de ses nombreuses réalisations.

Jamais il n’a eu à quémander quoi que ce soit, se contentant de produire des tableaux resplendissants de lumière qui ont su attirer l’attention de quantité de jurys. C’est ainsi que son âme d’artiste ne se fait pas prier pour raconter pêle-mêle une foule d’anecdotes qui témoignent des points forts d’une quarantaine d’années de travail. « Je ne vis que de mon art depuis mon arrivée ici, je n’ai jamais fait autre chose », précise-t-il.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne Le Tellier

Où trouver ses œuvres
Pour rejoindre lʼartiste : littoriodelsignore@hotmail.com

C’est avec sa bonhomie habituelle que Littorio Del Signore m’accueille chez lui pour partager des pans de son existence bien remplie, toujours aussi jovial et généreux…

L’artiste international Jaume Plensa

conçoit une œuvre monumentale pour Montréal

Les gens qui font l’événement

Dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, le sculpteur catalan de réputation internationale, Jaume Plensa, conçoit Source, une œuvre d’art public qui sera installée à la future entrée Bonaventure du centre-ville de Montréal, et ce grâce à l’apport de deux importants mécènes Mme France Chrétien Desmarais et M. André Desmarais. Cette collaboration est une première pour Montréal. Source fait référence à l’origine d’un ruisseau, des racines de l’énergie et de la vitalité de Montréal, et constitue une métaphore de la richesse des cultures que Montréal a accueillies au cours de ses presque quatre siècles d’existence.

Une œuvre monumentale à un endroit stratégique, la sculpture Source sera d’une hauteur approximative de 10 mètres, faisant face à la ville. Actuellement en cours de conception, l’œuvre sera inaugurée en septembre 2017 dans le cadre du 375e de  Montréal. Installées dans des espaces publics, les sculptures de Jaume Plensa apportent une touche de beauté et de contemplation à la densité du paysage urbain. En créant Source, Plensa a voulu tenir compte de l’importance de l’eau dans l’histoire de la ville, autant pour le commerce que l’immigration et les communications, mais aussi de la place des Premières Nations en tant que fondateurs de Montréal.

Jaume Plensa crée des sculptures et des installations qui unissent les individus à travers les liens de la spiritualité, du corps et de la mémoire collective. Grâce à une large gamme de matériaux, incluant le marbre, l’albâtre, l’acier, la fonte, la résine, la paraffine et le verre, ainsi que la lumière, l’eau et le son, Plensa apporte une forme physique et un volume aux composantes de la condition humaine et de l’éphémère.

Automne 2016

 

Dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, le sculpteur catalan Jaume Pensa…

Yolande Valiquette

Diversification prolifique

Formes, volume et espace

Grande aventurière lorsqu’il s’agit d’exploration artistique, Yolande Valiquette a investigué quantité de techniques et de médiums au cours de son riche parcours professionnel. Fusain, pastels, huile, acrylique, aquarelle autant qu’argile, porcelaine ou bois, tout concourt d’abord à lui offrir des sentiers vierges appelant moult découvertes. Durant sa trajectoire composite, elle fonde l’entreprise Yo Design, spécialisée en expositions thématiques et éducatives, qui la fera oeuvrer auprès d’agences gouvernementales fédérales et provinciales ainsi que d’associations professionnelles.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne LeTellier

 

Grande aventurière lorsqu’il s’agit d’exploration artistique, Yolande Valiquette a investigué quantité de techniques et de médiums au cours de son riche parcours professionnel…

L’OR

Peindre les recoins de son esprit

À découvrir

Le thème de la prochaine exposition solo de L’OR « Des recoins de mon esprit  », qui se tiendra à la Galerie 3440 de la rue Fleury à Montréal-Nord, s’est élaboré sur 375 années. Il célèbre le lien historique qui unit Chicago et Montréal. L’OR a visité Chicago en 2013, pour y présenter une exposition à succès d’art figuratif et aussi pour se familiariser avec la ville de son époux, James.

Ayant à l’esprit les futures célébrations du 375e  anniversaire de Montréal en 2017, à la suggestion de son mari, l’artiste prend l’audacieuse décision de dévier de sa trajectoire habituelle et délaisser les nus figuratifs pour créer un ensemble de tableaux représentant des scènes urbaines de sa ville natale de Montréal et de Chicago.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de James Wise

L’exposition « Des recoins de mon esprit » se tiendra à Montréal, du 23 au 29 mai prochains, à la Galerie 3440, située au 3440, rue Fleury est.

Le vernissage aura lieu le vendredi 27 mai, de 19 h à 20 h. Visiter : www.aavnm.org.

 

Le thème de la prochaine exposition solo de L’OR « Des recoins de mon esprit », qui se tiendra à la Galerie 3440 de la rue Fleury à Montréal-Nord, s’est élaboré sur 375 années…

Goran Hamsic

Je peins parce que je ne suis pas un peintre

Artiste venu d’ailleurs

« La peinture est la face visible de l’iceberg qui m’habite.  » – Dali

Au moment d’écrire ces lignes, Paris est le siège d’attentats meurtriers. Des bombes. Des fusillades à partir d’un véhicule sur des gens attablés à la terrasse d’un café. Puis une rasade de balles sur l’audience entière d’une salle de spectacle prise en otage. Des morts. Cela sans que chacun ne comprenne pourquoi. Goran Hamsic a connu la guerre. À tous les jours, les douleurs de trois balles dans son corps le ramènent constamment à l’incompréhension et à l’urgence de vivre le moment présent. L’homme dit avoir perdu ses illusions face au sens de la vie. Il a vu des gens mourir autour de lui. Les massacres. Dit ne pas avoir peur de mourir. Seul exutoire : la peinture. Le temps de se sentir revivre à nouveau. Rencontre avec un personnage revenu du bout de la nuit.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

L’artiste est représenté par la Galerie Douce Passion,
42, rue Notre-Dame, Québec.

Au moment d’écrire ces lignes, Paris est le siège d’attentats meurtriers. Des bombes. Des fusillades à partir d’un véhicule sur des gens attablés à la terrasse d’un café. Puis une rasade de balles…

Marc St-Jean

Convivialité et joie de vivre

Visite dʼatelier

Face à un défi, Marc St-Jean se lance intensément et sans réserve dans l’aventure, jusqu’à obtenir satisfaction. Sous son air sobre et son calme apparent se love une énergie débordante qui exulte lorsque vouée à un but précis. Économiste de formation, la pre-mière moitié de sa vie se passe dans le milieu de la finance, une sphère d’activités plutôt aride, cérébrale et analytique où la créativité n’a que bien peu de place. Sérieux et responsable, il préfère commencer par sécuriser ses assises avant d’oser plonger dans le vertige d’un monde qui, tel un précipice bordant une haute falaise, l’attire quasi magnétiquement en même temps qu’il craint d’y basculer. Ainsi, aussitôt qu’il est en mesure de se consacrer exclusive-ment à la peinture, son envie de s’exprimer explose en autant de couleurs qu’il porte en lui de passion retenue. Cette nouvelle plage de liberté l’enchante et il produit d’abord frénétiquement afin d’alimenter les multiples galeries qui exposent son travail et de répondre aux nombreuses commandes des amateurs d’art. Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Lisanne LeTellier

On trouve les œuvres de Marc St-Jean à la galerie Médius du marché Bonsecours à Montréal, à la galerie dʼart du Château Bromont ainsi quʼà la galerie Quatre Saisons de Québec.

 

Face à un défi, Marc St-Jean se lance intensément et sans réserve dans l’aventure, jusqu’à obtenir satisfaction. Sous son air sobre…