Moulin La Lorraine
Magazin'Art

Hiver 2015

Paris square fleuri, 36 x 42 po

Claude A. Simard (1943-2014)

Atteindre l’intemporel

Grande rencontre

« Il faut savoir prendre son temps, ralentir s’il le faut, suivre son instinct et goûter la sensualité au quotidien. C’est l’essence même de la vérité d’âme en création. Et de sa prolongation à travers les générations. » – Calvin Klein

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Claude-A. Simard est représenté par : Galerie Alan Klinkhoff, Montréal, Québec ; Galerie Perreault, Québec, Québec ; Galerie L’Harmattan, Baie-Saint-Paul, Québec ; Galerie Richard Hevey, Sainte-Adèle, Québec ; Galerie Roberts, Toronto, Ontario ; Galerie Masters, Calgary, Alberta ; Galerie Masters, Vancouver, C.-B. ; Galerie West End, Edmonton, Alberta ; Galerie West End, Victoria, C.-B.

Jamais le décès d’un peintre et professeur universitaire en communication graphique n’aura reçu tel hommage au moyen d’une lettre publiée…

LIRE +
À vos souhaits, huile sur toile, 30 x 36 po

Raymond Quenneville

L’heure dorée

Peindre un pays

« Pour le peintre, le véritable voyage des découvertes ne consiste pas à trouver de nouveaux paysages, mais d’amener le spectateur à voir avec de nouveaux yeux. » – Marcel Proust

Les photographes britanniques et américains l’appellent « Golden Hour » : L’heure dorée. Alors, parlons ici d’une véritable découverte (pour moi) que m’a réservée le peintre Raymond Quenneville. J’adore toujours apprendre des choses qui poussent à la réflexion. D’où le plaisir de vous la livrer en retour.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Raymond Quenneville est représenté par : Fallen Leaf Gallery, 102, Main Street, Canmore, Alberta ; Galerie d’art Céleste, 285, rue Principale, St Sauveur, Québec ; Galerie Michel-Ange, 430, rue Bonsecours, Montréal, Québec ; Galeries Beauchamp, à Québec et à Baie-St-Paul, Québec ; New Masters Gallery, Carmel, California, USA ; Oceanside Art Gallery, 172, Second West ave, Qualicum Beach, B.C.

Les photographes britanniques et américains l’appellent « Golden Hour » : L’heure dorée. Alors, parlons ici d’une véritable découverte…

LIRE +
Voyage d'affaires, 36 x 48 po

Nathalie Lapointe

L’art de se libérer

L’art au féminin

Dans les eaux noires qui ceinturent la cité, les tours et bâtiments miroitants déposent leurs reflets chatoyants. Ce jaillissement de l’obscurité ; ces couleurs vives et puissantes traduisent le pouls de la vie urbaine avec toutes ses trépidations.

Cette luminosité atmosphérique décrit bien l’oeuvre de l’artiste Nathalie Lapointe, pour qui les contrastes abruptes et les cités imaginaires sont une prescription contre la course folle de la vie.

L’artiste, native de Lanaudière, a laissé sa carrière d’enseignante, qu’elle exerçait depuis onze ans, pour l’art. « J’aime les gens, j’ai beaucoup aimé travailler auprès des enfants, mais ma passion pour la peinture m’appelait. » Ce saut périlleux dans le vide a eu lieu après mûre réflexion, animée par le désir d’être son propre guide.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte d’Isabelle Gauthier

Représentée à la Galerie Le Bourget, Montréal

 

Dans les eaux noires qui ceinturent la cité, les tours et bâtiments miroitants déposent leurs reflets chatoyants…

LIRE +
Matin d'hiver, région de la Montérégie, huile, 30 x 40 po

Marcel Mussely

Visite d’atelier

Une belle journée d’été, à Longueuil, une rue calme aux maisons entourées de jardins et ombragées par les arbres, on y respire, on s’y sent bien, à mille lieues de la ville pourtant toute proche.

C’est dans cet environnement que Marcel Mussely a choisi de s’établir, en 1973, en choisissant une maison orientée vers la lumière du nord. Essentielle pour son travail, celle-ci baigne son atelier, réaménagé et agrandi il y a quelques années pour y accueillir des oeuvres de grandes dimensions . Car Marcel Mussely est peintre dans l’âme, depuis toujours, même s’il a travaillé plus de 25 ans dans le domaine de la publicité après ses études à la Famous Artist School de Westport (Connecticut) en dessin et illustrations commerciales.

Initié dès l’enfance à la science des pigments par un père artisan en mosaïque et terrazzo, il a manifesté très tôt un talent remarquable pour le dessin. Tout en travaillant, il s’est toujours attaché à peindre très régulièrement, avant qu’il ne décide, en 1988, de se consacrer exclusivement à son art, perfectionné dans les ateliers de Jordi Bonet, Michel Duguay, Marcel Favreau, Catherine Young Bastes, Tom Nicholas et Pierre Tougas. L’étude des anciens maîtres est également pour lui riche d’enseignement.

Le jardin d'eau de Monet à Giverny (2) dessin, 18 x 24 po

Le jardin d’eau de Monet à Giverny (2)
dessin, 18 x 24 po

Goélette la MP Emelie L'Accalmie, Baie-Saint-Paul

Goélette la MP Emelie L’Accalmie, Baie-Saint-Paul

Chantre de la nature, il en est l’observateur passionné, émerveillé et attentif. Il trouve une inspiration constamment renouvelée dans les paysages, les changements immuables des saisons, les variations subtiles de la lumière qui se déroule sur les reliefs, joue sur les cours d’eaux ou se glisse entre les arbres. Une discrète poésie se dégage de toutes ses oeuvres, quelqu’en soit le sujet ou le format.

L’homme n’est jamais présent, il est parfois évoqué par une trace discrète, brièvement inscrite dans un champ de fleurs qu’il a traversé, une vieille grange rongée par le temps, une barrière de bois, ou les champs plantés de colza ou de blé, bordés de verges d’or ou d’épilobes. Tout l’œuvre de l’artiste est un hommage inlassable à la nature, à sa beauté, une invitation à la contempler, loin de l’univers de béton, de l’agitation et du bruit du monde contemporain.

Vallons fleuris, région Chaudière-Appalaches, huile, 30 x 24 po « Médaille d’or » Expo-concours internationale du CAPSQ au beffroi de Bruges en Belgique en 2013.

Vallons fleuris, région Chaudière-Appalaches, huile, 30 x 24 po
« Médaille d’or » Expo-concours internationale du CAPSQ au beffroi de Bruges en Belgique en 2013.

Marcel Mussely travaille surtout à l’huile, utilisant son pinceau comme un crayon, précise-t-il. Il peint à la fois avec minutie et rapidité, dévoilant une maîtrise technique admirée autant par ses pairs que par les collectionneurs. Travaillant sur le motif pour capter l‘atmosphère du moment, il prend aussi quelques photos pour ensuite réaliser l’oeuvre dans son atelier.

Dans le rendu objectif de la nature, l’artiste insuffle une dimension beaucoup plus vaste. Les détails se fondent pour laisser toute la place à la grandeur de l’espace, au jeu des nuages dans le ciel, aux vibrations de la lumière selon l’heure de la journée, sur le sommet des arbres ou dans les sous-bois qu’elle nimbe, caressante et légère.

L'automne en Estrie, huile, 36 x 48 po

L’automne en Estrie, huile, 36 x 48 po

Un ciel pommelé de nuages dispute le premier rôle à l’étendue sans fin des arbres et des collines dans la région de Chaudière-Appalaches. La lumière changeante et les ombres de cette fin de journée modifient la perception des reliefs, transforment le paysage et l’atmosphère. On pourrait, sans effort, deviner la fraîcheur du soir qui se rapproche. Un cours d’eau, de grandes pierres plates grises, un arbre mort qui se dresse, dénudé et, en arrière-plan, des arbres aux feuilles dorées, le peintre traduit avec sensibilité, à l’aide d’une palette sobre, le sentiment de la vie minérale et végétale. L’oeil du peintre lui permet de déceler l’extraordinaire dans ce que le passant ne remarque pas. Un simple bosquet, à l’automne, est métamorphosé et devient prétexte à une célébration de cette saison si belle, aux splendeurs trop fugitives. L’artiste, avec la représentation d’une plage à Baie Saint-Paul, parvient à nous donner un sentiment de bout du monde. La grève, dans une tonalité rousse, les collines à l’arrière-plan que recouvre la végétation, les nuages qui s’étirent, toute la scène donne une impression de calme et de liberté. Il n’y a personne. L’eau, le ciel, le sable, l’essentiel est là. On perçoit le silence, à peine rompu par le clapotis de l’eau, on devine un vent léger au goût salin. Grâce à son talent et sa sensibilité, l’artiste parvient à transmettre sa vision de la magie du lieu. Celle-ci pénètre l’esprit du spectateur qui, pendant un temps, se sent transporter dans cet ailleurs auquel, inconsciemment, il aspire pour y trouver l’équilibre qu’apporte la nature dont il est trop souvent coupé.

Esquisse sur papier en préparation pour une future huile (scène d'automne,arbres).

Esquisse sur papier en préparation pour une future huile (scène d’automne,arbres).

À l’automne dernier, lors d’un événement artistique à Tadoussac, auquel participaient cinq artistes membres de l’I.A.F. (Institut des arts figuratifs), Marcel Mussely s’est livré volontiers à quelques démonstrations devant un public de tous âges. Enfants et adultes étaient fascinés de voir surgir, par la magie de quelques coups de pinceau ou de crayon, des arbres, des nuages, ou des champs. Un succès tel que l’artiste n’a guère eu la possibilité de faire autre chose ! Il a été particulièrement touché par le témoignage d’une résidente de la région, émue aux larmes qui l’a remercié de lui avoir permis d’ouvrir à nouveau les yeux sur les magnifiques paysages de sa région qu’elle regardait, sans plus jamais les voir, depuis des années. Un collectionneur de Toronto, séduit lui aussi, est reparti avec un tableau de grandes dimensions.

Marcel Musssely dessine beaucoup, directement à la plume sur le papier, sans esquisse préliminaire, et si la plupart de ses dessins sont en principe préparatoires, il s’agit d’oeuvres parfaitement achevées. Il faut souhaiter qu’un jour une exposition leur soit consacrée.

La croisée des chemins, huile, 30 x 60 po

La croisée des chemins, huile, 30 x 60 po

Les oeuvres de l’artiste, membre de l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec (AIBAQ), font partie de plusieurs collections privées et publiques au Canada. Il a figuré, seul ou avec d’autres peintres, dans de nombreuses expositions au Québec et a participé à différents salons à Barcelone, à Paris, à Rome et à Bruges où il a remporté, en 2013, la médaille d’or dans la catégorie paysages réalistes à l’occasion de la CAPSQ, une exposition-concours internationale. Plusieurs autre prix et mentions lui ont été attribués. Depuis 2000, Marcel Mussely enseigne également la composition, le dessin et la peinture à l‘huile, une autre manière de partager sa passion.


Texte de Catherine Guex

 

Une belle journée d’été, à Longueuil, une rue calme aux maisons entourées de jardins et ombragées par les arbres, on y respire, on s’y sent bien…

LIRE +
L'amour lent

Shokichi Sato

Quand l’essentiel est de réaliser les formes que l’on sent

Formes, volume et espace

« Il faut se contenter de découvrir, mais toujours se garder d’expliquer. » – Georges Braque.

Le bronze, matériau traditionnel et de vieille tradition. Ce médium est l’un de ceux qui attirent le plus les sculpteurs du fait de pouvoir y juxtaposer dans UN même élan l’éclat des surfaces lisses à la finesse minutieuse des détails en relief. Cela étant écrit, à notre époque, la volonté de produire des oeuvres en bronze est intéressante puisqu’elle nous montre comment cette matière s’adapte admirablement aux expressions contemporaines.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Shokichi Sato est représenté par : Galerie Jean-Pierre Valentin, Montréal ; Galerie Michel-Ange, Montréal ; Galerie Yvon Desgagnés, Baie-Saint-Paul ; Galerie Dimension Plus, Montréal ; Galerie d’art du Mont-Ste-Anne, Beaupré

 

Le bronze, matériau traditionnel et de vieille tradition. Ce médium est l’un de ceux qui attirent le plus les sculpteurs du fait de pouvoir y juxtaposer dans…

LIRE +
Zohar, acrylique, 36 x 30 po

Suzan Édith Baron Lafrenière

Hommage aux femmes

À découvrir

Amour et chaleur humaine, que du bonheur ! C’est dans une atmosphère de grande fête que je suis accueilli à la Galerie Baron Lafrenière à Québec en cet après-midi d’automne.

Quelle chance de rencontrer cette grande dame des arts, Suzan Édith Baron Lafrenière, et ses deux fils, Nikolas-Samuel Bernier, directeur de la galerie et François David Bernier, avocat et propriétaire de cette magnifique galerie d’art située dans l’ancienne banque Molson, près du Vieux-Port de Québec. Suzan Édith Baron Lafrenière a quatre garçons qui font activement la promotion de son oeuvre auprès du public et des collectionneurs.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Frédéric-Marc Gagné

Amour et chaleur humaine, que du bonheur ! C’est dans une atmosphère de grande fête que je suis accueilli à la Galerie Baron Lafrenière…

LIRE +
L’artisan dans son atelier

Paul Simard

L’étain l’allume, 40 ans à porter le feu sacré

Dinanderie d’art

Val-David, village effervescent où vivent et passent quantité d’artistes et d’artisans aux incroyables talents. Val-David, c’est le coeur et l’âme d’un peuple inventif.

C’est un village d’irréductibles créateurs et créatrices allumés par leur passion. Village de mains qui façonnent la matière avec pratiquement toutes les techniques et tous les matériaux que l’on puisse imaginer.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte de Robert Lafontaine

 

Val-David, village effervescent où vivent et passent quantité d’artistes et d’artisans aux incroyables talents. Val David, c’est le coeur et l’âme d’un peuple inventif…

LIRE +
La création du tableau Traces

Edith Jolicoeur

Des techniques mixtes aux nouveaux médias

Sur le web présente des artistes inspirants qui utilisent les médias sociaux et diverses plateformes de partage dans le but de promouvoir leur art sur Internet.

Edith Jolicoeur est une artiste gaspésienne dont les oeuvres furent exposées au Musée d’Histoire naturelle du Parc National de Miguasha et au Musée de la Gaspésie ainsi que dans divers lieux d’expositions reconnus.

Ses pièces font partie de collections publiques et privées en Amérique. Boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec pour des projets en recherche et création et diplômée de l’académie Internationale du Design, l’artiste s’appuie sur un style narratif. Durant près de 15 ans, elle a transformé de vieilles portes en véritables tableaux. Actuellement, sa pratique s’oriente plutôt vers les nouveaux médias, intégrant la photo, la vidéo et l’impression délaissant ainsi progressivement les supports volumineux et lourds utilisés durant les dernières années.

Edith Jolicoeur a tenu durant 13 ans une galerie d’art personnelle estivale située à Carleton-sur-Mer, dans la Baie-des-Chaleurs. Parallèlement à sa pratique artistique, elle travaille comme consultante et sa mission vise à aider les artistes et organismes culturels à tirer profit du Web et des réseaux sociaux.

 


 

Quel serait le tweet de 140 caractères décrivant votre travail artistique, mots-clics inclus ?

E.J. : S’appuyant sur un style narratif, ma démarche artistique marie les arts visuels aux nouveaux médias. #Art #Storytelling #Techno #POM

 

Selon vous, quelle est l’importance d’avoir un site Internet comme artiste, comme galeriste ?

E.J. : Comme artiste, mon site Internet me permet d’avoir une vitrine accessible en tout temps tant à mon public qu’à moi-même. Aujourd’hui, les gens ne veulent plus toujours devoir se déplacer pour avoir accès à l’art, ils veulent en consommer directement depuis chez eux et c’est possible avec le Web.

 

Avez-vous fait appel à un professionnel pour la conception et la programmation de votre site ?

E.J. : Non. J’ai suivi mes premiers cours de HTML en 1998 et j’ai toujours réalisé mes sites moi-même.

 

Que recommandez-vous aux artistes qui n’ont pas de site Internet et qui n’ont pas ou très peu de budgets ?

E.J. : Un site Internet (responsive !) est impératif, à mon avis. On peut toujours en faire un gratuitement sans nom de domaine. Sinon, on peut avoir un site avec nom de domaine et sans publicité pour une centaine de dollars par année.

 

À quelle fréquence faites-vous les mises à jour de votre site Internet ?

E.J. : En période de création, je peux faire des mises à jour quotidiennes. Sinon, ça va au gré de mes billets de blogue. Dans un monde idéal, je le mettrais à jour au moins une fois par semaine.

 

Traces, extrait d'oeuvre

Traces, extrait d’oeuvre

Sur un aspect professionnel, combien de temps investissez vous dans vos médias sociaux ?

E.J. : Si on ne parle que de mes activités artistiques, entre 4 et 10 heures par semaine selon la période.

 

Comment les médias sociaux vous ont-ils aidés dans votre carrière ? Avez-vous un exemple concret ?

E.J. : Je préfère considérer l’ensemble du Web (incluant infolettre et site Internet) que de considérer uniquement les réseaux sociaux. Dans l’ensemble, plus de 80 % de mon chiffre d’affaires est attribuable à ma présence ACTIVE sur le Web et les réseaux sociaux.

 

Avez-vous un blogue comme artiste professionnel ? Quels sont les sujets que vous abordez et à quelle fréquence publiez-vous ?

E.J. : Oui, j’ai une section blogue intégrée à mon site professionnel. J’y publie des billets dans différentes rubriques : tranche de vie d’artiste, projets spéciaux, douces montées de lait, etc. La fréquence varie selon que je sois en période de création ou non. Dans un monde idéal, j’aimerais produire au moins un billet par mois.

 

Avez-vous une galerie marchande sur Internet ? Si oui, quelle place les transactions en ligne occupent-elles dans vos revenus ? Sentez-vous une réticence de la part des artistes à vendre leurs pièces en ligne ?

E.J. : Mon site n’est pas transactionnel et je ne le souhaite pas. Principalement parce que je fais partie d’un petit nombre d’artistes « crinqués » qui exigent un contrat de vente pour chaque œuvre vendue. Tous les prix de mes oeuvres à vendre sont indiqués sur mon site et une note mentionne que je privilégie le contact humain en invitant les gens intéressés à me contacter par courriel ou par téléphone pour discuter des modalités de vente, de paiement et de livraison. Une fois une oeuvre vendue, je m’empresse de retirer le prix et je le remplace par la mention « VENDU » par discrétion et respect envers ma clientèle.

 


 

Texte d’Isabelle Gagné (MissPixels)

Tous les liens pour suivre Edith Jolicoeur sur le Web afin de rester connecté avec l’artiste.

Site Internet officiel : edithjolicoeur.com

Twitter : twitter.com/edithjolicoeur

Facebook : facebook.com/edithjolicoeur

Instagram : instagram.com/edithjolicoeur

Vimeo : vimeo.com/edithjolicoeur

LinkedIn : linkedin.com/in/edithjolicoeur

 

Nous vous invitons aussi à rester connecté avec Magazin’Art sur nos différents médias:

Site Internet officiel : magazinart.com

Twitter : twitter.com/magazinart

Facebook : facebook.com/magazinart

Pinterest : pinterest.com/magazinart

Edith Jolicoeur est une artiste gaspésienne dont les oeuvres furent exposées au Musée…

LIRE +
MAGART_H15_Page_17_Image_0002

Yvon St-Aubin

président d’honneur du Symposium de Candiac

Le gens qui font l’évènement

La fondation Hélène Sentenne organise son Symposium 2e édition, les 6 et 7 juin 2015, dans le Parc André-J.-Côté à Candiac, sous la présidence d’honneur de l’artiste peintre Yvon St-Aubin. Originaire de Salaberry-de-Valleyfield, le peintre est reconnu pour ses couleurs éclatées et lumières vives ; ses paysages impressionnants reflétant sa sensibilité provoquent indéniablement l’émotion. Il expose en permanence dans plusieurs galeries du Québec et au Canada. Ses oeuvres sont distribuées au Canada et aux États-Unis et font partie de plusieurs grandes corporations privées et publiques. Tous les artistes de la région et d’ailleurs sont invités à participer à cet événement en s’inscrivant avant le 28 février 2015. Le formulaire d’inscription se trouve sur le site Web de la fondation : www.fondationhelenesentenne.ca ou sur sa page Facebook.

Hiver 2015

La fondation Hélène Sentenne organise son Symposium 2e édition, les 6 et 7 juin 2015, dans le Parc André-J.-Côté à Candiac, sous la présidence…

LIRE +
Clarence Bourgoin, Rang Mississipi, acrylique, 30 x 40 po

« Coloré de nature »

un thème inspirant pour les artistes figuratifs

Les gens qui font l’évènement

L’exposition intitulée « Coloré de nature », sous la présidence d’honneur de l’artiste portraitiste reconnu Denis Jacques et regroupant 45 artistes professionnels et membres de l’Institut des arts figuratifs (IAF) – des artistes provenant de plusieurs régions du Québec, du Nouveau-Brunswick, des États-Unis et d’Europe – est présentée au Musée Marius-Barbeau de Saint-Joseph-de-Beauce, jusqu’au 12 avril 2015. L’IAF, fondé en 1986, a comme mission première de faire connaître et apprécier l’art figuratif par l’excellence du travail de ses membres. Les commissaires de l’exposition, mesdames Marylène Faucher et Johanne Maheux, invitent la population à voir les oeuvres des artistes de métier, des libres penseurs, des êtres humains doués pour exprimer leur vision du monde par la peinture ou la sculpture. L’art figuratif, évoluant et gardant ses adeptes passionnés, a su persister, s’affirmer et garder une place dans le marché. Pour s’en faire une idée, il suffit d’une visite au musée pour voir cette exposition qui dégage une ambiance particulière, colorée et lumineuse. À ne pas manquer !

Hiver 2015

 

L’exposition intitulée « Coloré de nature », sous la présidence d’honneur de l’artiste portraitiste reconnu Denis Jacques et regroupant…

LIRE +
Stéphanie Fiola en compagnie d'Armand Vaillancourt

Le Prix Armand Vaillancourt

décerné à Stéphanie Fiola

Les gens qui font l’évènement

C’est lors de la 24e édition de la Rencontre des Arts de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui se tenait les 25 et 26 octobre derniers, que l’artiste peintre Stéphanie Fiola s’est mérité le Prix Armand Vaillancourt, volet « Peinture » pour son oeuvre « Jour de paie ». Ce prix est décerné à l’artiste peintre s’étant distingué pour l’excellence, l’originalité et la qualité remarquable de ses oeuvres. Il y a à peine six ans, la jeune artiste peintre participait à la Rencontre des Arts en tant que simple visiteur, nous dit-elle. Visite qu’elle répétait chaque année en gardant en tête qu’un jour elle allait y participer. Remporter ce prix après seulement sa deuxième participation en tant qu’artiste est donc pour elle un très grand accomplissement.

Hiver 2015

 

C’est lors de la 24e édition de la Rencontre des Arts de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui se tenait les 25 et 26 octobre derniers que…

LIRE +
MAGAZINART_BLAQUIERE

La peintre équestre

Johanne Blaquiere honorée

Les gens qui font l’évènement

L’artiste peintre équestre Johanne Blaquiere a eu droit à de grands honneurs après avoir été choisie « Featured Artist 2014 », parmi 75 artistes américains, par le prestigieux Legacy Art Show à Albuquerque au Nouveau-Mexique. Une belle reconnaissance, présentation de l’artiste et de ses oeuvres durant un gala, rencontre avec des collectionneurs, séance de signature d’affiches et interview en direct à l’émission télévisée Good Morning New Mexico. Depuis plusieurs années, Johanne Blaquiere a une carrière à l’international. Ses œuvres sont exposées en permanence à la Rio Grande Gallery au Nouveau-Mexique. Ici au Québec, elle a sa propre galerie-atelier depuis 3 ans, située au cœur du Vieux Longueuil, lieu de création de son sujet favori : le cheval.

Hiver 2015

 

L’artiste peintre équestre Johanne Blaquiere a eu droit à de grands honneurs après avoir été choisie « Featured Artist 2014 », parmi 75 artistes américains, par le prestigieux Legacy…

LIRE +
MAGAZINART AAPARS

Un succès remarquable

et remarqué !

Les gens qui font l’évènement

La 11e édition de l’exposition/concours automnale de l’Association des Artistes Peintres de la Rive-Sud (AAPARS), qui a eu lieu les 8 et 9 novembre derniers, fut un grand succès. Près de 2 000 visiteurs se sont déplacés pour admirer plus de 500 œuvres produites par les 72 artistes peintres sélectionnés. Madame Danielle Ouimet, à titre d’artiste invitée, y exposait des œuvres de sa collection privée. Dans la catégorie Art Figuratif : les juges ont attribué le 1er prix à Nathalie Roberge, notant que sa constance dans ses sujets est la lumière, ses forces étant l’effet d’ombre et lumière, le clair/obscur, la sobriété, sa maîtrise totale ; le 2e prix à Catherine Carbonnel, pour sa constance dans son thème, sa maîtrise et l’originalité de son médium, sa signature unique et un style innovateur ; le 3e prix à Virginie Blanchette, pour l’originalité de ses compositions, sa maîtrise du dessin, son souci du détail, un résultat très réel et l’unité dans ses tableaux. Dans la catégorie Art Non Figuratif : le 1er prix a été remis à Line St-Jean, pour la sensation intemporelle et Zen de ses oeuvres, leur sobriété, pureté, simplicité et originalité. Le 5e prix honorifique Toutes Catégories a été décerné à Denis Masson, pour son contrôle de la profondeur de ses tableaux, l’uniformité de présentation, une belle composition, maîtrise du dessin et très bonne technique.

Hiver 2015

 

La 11e édition de l’exposition/concours automnale de l’Association des Artistes Peintres de la Rive-Sud (AAPARS), qui a eu lieu les 8 et 9 novembre derniers, fut un grand succès…

LIRE +
Village agréable, 8 x 8 po

L’artiste Jacques Landry prend plaisir

à transformer ses oeuvres au gré des saisons

Les gens qui font l’évènement

Après un automne intense et une participation remarquée au Symposium des peintres du Kamouraska, permettant aux visiteurs de découvrir ses arbres majestueux et ses ambiances musicales, l’artiste Jacques Landry prépare présentement sa prochaine exposition à la galerie MP Tresart à Durham-Sud sous le thème « Soleil d’hiver ». Il promet de nous faire découvrir un hiver bien différent où l’on finira même par oublier la neige pour y découvrir des scènes aux couleurs chaudes et réconfortantes donnant le goût à la fête. L’exposition a lieu du 1er janvier au 31 mars 2015. Les nouvelles scènes d’hiver du peintre lui ont permis de se retrouver parmi les artistes sous contrat avec les Éditions De Villers et son œuvre intitulée « Tissé serré » fait partie des scènes en vedette sur le site internet. L’artiste peintre Jacques Landry fera également partie de la prochaine édition du répertoire des artistes canadiens (2015-2016) qui sera disponible prochainement. Il est également représenté par la Galerie St-Charles dans le Vieux Longueuil.

Hiver 2015

Après un automne intense et une participation remarquée au Symposium des peintres du Kamouraska, permettant aux…

LIRE +
Guernica ou Amnésie Collective

Julie Lambert

Un art qui questionne

Les gens qui font l’évènement

Écologiste dans l’âme, Julie Lambert est séduite par l’intelligence de la nature, qui demeure un modèle inégalé. Les principaux objets de sa recherche en création demeurent l’espèce ailée et l’espèce humaine. Par un décloisonnement des genres, des médiums, des supports, l’artiste aborde son travail plastique avec rigueur ; ainsi, chaque discours, chaque création appelle son médium : argile, bois acrylique, aluminium, transfert d’images, vidéo. Artiste invitée au Symposium des arts UV Mutuelle de Drummondville en 2015, elle présentera ses nouvelles créations ainsi que son projet CHAOS composé d’un corpus d’œuvres monumentales où l’écologie et l’économie se trouvent conjugués dans un foisonnement qui encourage à la réflexion. De l’oeuvre picturale à l’installation vidéo, son art questionne. Esthétique et intimement symbolique, son oeuvre se lit comme une suite d’idées fragmentées qui, une fois réunies, forment un tout, une sorte de trame narrative, où la curiosité de l’observateur est mise à contribution. Julie Lambert explore, avec une grande liberté, l’espace, tant pictural que sculptural. Ses grandes murales font déjà partie de plusieurs collections corporatives.

Hiver 2015

Écologiste dans l’âme, Julie Lambert est séduite par l’intelligence de la nature, qui demeure un modèle inégalé. Les principaux objets…

LIRE +
MAGART_H15_Page_15_Image_0002

Musée des Abénakis

La vivante parole d’une nation

Les gens qui font l’évènement

La mission du Musée des Abénakis est d’engager et de développer un dialogue viable et constructif entre la culture abénakise et les membres de la communauté, ainsi qu’entre la culture autochtone et les visiteurs. Ce faisant, elle place au coeur des responsabilités du musée celle d’assurer la conservation et la transmission aux générations futures du savoir, du savoir-faire et des traditions de la nation abénakise. Le Musée des Abénakis, récipendaire du prix GalArt 2013, est le fer de lance des activités de la Société historique d’Odanak, un orgamisme à but non lucratif fondé en 1964 dans le but d’assurer la promotion du développement culturel de la maison abénakise et la conservation de ses traditions. Situé dans l’ancienne école catholique d’Odanak, en bordure de la rivière Saint-François, le Musée vous convie à découvrir la richesse culturelle de la Première Nation des Abénakis. Rénové en 2005, le Musée invite le public à visiter des expositions permanente et temporaires à thématique autochtone et à participer à des activités culturelles et éducatives de découverte.

Hiver 2015

 

La mission du Musée des Abénakis est d’engager et de développer un dialogue viable et constructif entre la culture abénakise…

LIRE +
Patrick Kinn, Déposé sur broadway

L’institut des arts figuratifs

accueille onze nouveaux membres signataires

Les gens qui font l’évènement

L’IAF s’est donné comme mission de faire reconnaître le travail et la démarche figurative de ses artistes membres, tant auprès de leurs pairs qu’auprès du grand public et des institutions culturelles. L’organisme regroupe plus d’une centaine d’artistes peintres et sculpteurs jouissant d’une importante renommée. Les membres sont sélectionnés à partir d’une grille d’évaluation unique et rigoureuse prenant en considération tant l’excellence du produit artistique que la démarche et la carrière qui le soutiennent. Onze artistes professionnels ont été accueillis au sein de l’organisation en 2014 en tant que membres signataires. Il s’agit des artistes peintres de renom Catherine Carbonnel, Liliane Fournier, Danie Gagnon, Claire Gendron, Patrick Kinn, Helmut Langeder, Andrée Marcoux, Diane Martin, Serge Nadeau, Yvon Perrier et Kim Veilleux.

Hiver 2015

L’IAF s’est donné comme mission de faire reconnaître le travail et la démarche figurative de ses artistes membres, tant auprès de leurs pairs…

LIRE +
Chantal Julien Magazin'Art

L’artiste peintre Chantal Julien

trois fois lauréate

Les gens qui font l’évènement

L’artiste peintre Chantal Julien a obtenu le 2e prix du jury au Festival des arts de Mascouche pour son tableau intitulé « Échappé de lumière ». Elle a également reçu un prix d’excellence pour son tableau « Voici votre monnaie » lors de la 46e exposition nationale de la Société des Artistes Canadiens (SAC/SCA) qui a eu lieu à la galerie d’art Salmon Arm en Colombie-Britannique. Enfin, dans le cadre du Salon d’automne du Musée du Mont Saint-Hilaire : 150 variations « Sur les traces d’Ozias Leduc », le prix d’excellence lui a été décerné pour sa gravure « Hommage ». Chantal Julien vit et travaille à Sherbrooke en Estrie. Elle participe à un grand nombre de prestigieux symposiums et expositions à l’échelle internationale. Ses oeuvres font partie de plusieurs collections publiques et privées au Canada, aux États-Unis, en Europe, au Japon et en Tunisie.

Hiver 2015

L’artiste peintre Chantal Julien a obtenu le 2e prix du jury au Festival des arts de Mascouche pour son tableau intitulé « Échappé de lumière »…

LIRE +
Serge Nadeau dans le Magazin'Art Hiver 2015

L’artiste peintre Serge Nadeau de Disraeli

séduit une fois de plus le public

Les gens qui font l’évènement!

Lors de sa participation à la 7e édition du Symposium Gatineau en Couleurs, qui s’est tenu du 17 au 19 octobre 2014, à la maison du Citoyen de Gatineau, l’artiste peintre Serge Nadeau a en effet gagné la faveur des visiteurs et s’est mérité le prix « 2e Coup de coeur du public » parmi plus de 70 participants. On peut donc affirmer que la joie, la bonne humeur et l’énergie qui se dégage de ses œuvres aux maisons dansantes transparaissent dans le coeur des visiteurs, qui ont voulu lui rendre un peu des émotions qu’ils ont eux-mêmes ressenties. L’artiste peintre a été très touché par cette reconnaissance du public et des amateurs d’arts. Il aime toucher le coeur des gens par son art. Il ne ménage aucun effort pour le faire découvrir puisqu’il participe à chaque année à plus de 25 symposiums et expositions de peinture à travers le Québec, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. Artiste peintre expressionniste et fantaisiste, Serge Nadeau peint depuis près de 40 ans. En 2006, il a été reçu membre de la Société canadienne de l’aquarelle (SCA). Depuis, il a été récipiendaire de nombreux prix et reconnaissances. Il a également été reçu, en 2014, membre de l’Institut des arts figuratifs (IAF).

Hiver 2015

 

Lors de sa participation à la 7e édition du Symposium Gatineau en Couleurs, qui s’est tenu du 17 au 19 octobre 2014…

LIRE +
MAGAZINART INSPIRATION - marsala

Marsala

Quelques inspirations

Chaque année, le Pantone Color Institute détermine une couleur qui sera prédominante.

Notre année 2015 sera, semble-t-il, de couleur Marsala.

Une teinte chaude, riche, savoureuse comme le vin, qui oscille dans ses nuances entre le vieux rose et la brique. La Presse cite Leatrice Eiseman, directrice du Pantone Color Institute, dans un article du mois dernier : «Marsala enrichit notre esprit, notre corps et notre âme en dégageant de la confiance et de la stabilité». On peut donc s’attendre à voir cette couleur se faufiler dans notre environnement et peut-être même dans vos créations artistiques!

Nous avons rassemblé sous un tableau Pinterest, quelques photos variées imprégnées de la couleur Marsala dans le but de vous inspirer.


Par MissPixels


Chaque année, le Pantone Color Institute détermine une couleur qui sera prédominante. Notre année 2015 sera, semble-t-il, de couleur Marsala.

LIRE +