Magazin'Art

Musée des Beaux-Arts de Montréal

MONTRÉAL

Région métropolitaine

À voir dès la rentrée au Musée des beaux-arts de MontréalMomies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés. Après avoir connu un succès retentissant à Sydney, Hong Kong et Taiwan, cette exposition poursuit sa tournée internationale au Musée des beaux-arts de Montréal. En grande première nord-américaine, l’exposition du British Museum propose une reconstitution de la vie de six personnes ayant vécu le long du Nil entre 900 av. J.-C. et l’an 180 de notre ère. Dans une approche innovante, à la croisée des arts et de la science, elle dresse un portrait de leur identité dans le plus grand respect, tout en tirant parti de technologies de pointe. Momies égyptiennes permettra d’en apprendre davantage sur des individus aux profils variés : un jeune homme, deux prêtresses chanteuses, un prêtre, un enfant et une femme au foyer. Accompagnés d’imageries numériques 3D, de visualisations interactives et de plus de 200 objets issus de la célèbre collection égyptienne du British Museum, ces face-à-face offrent un point de vue unique sur la façon dont on vivait et mourait en ces temps reculés. Du 14 sep- tembre 2019 au 2 février 2020.


L’été s’ouvre au Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) avec l’artiste canadienne Rebecca Belmore et l’exposition Braver le monumental, plus grande exposition jamais présentée sur son travail et survol majeur des 30 dernières années. Un riche corpus d’œuvres incluant sculptures, installations, photographies et vidéos, dont certaines basées sur des performances, est présenté. L’une  des  artistes  d’art  contemporain canadiennes les plus célébrées et les plus marquantes, ses œuvres abordent avec infiniment de beauté, de sensibilité et de résilience nos relations problématiques avec le territoire, la situation des femmes, les événements historiques et la violence continue envers les peuples autochtones. Jusqu’au 6 octobre 2019.


Collection du MAC : Nadia Myre, Chloé Lum et Yannick Desranleau – Au diapason de l’exposition de Rebecca Belmore, le MAC présentera des œuvres de sa collection et de nouvelles acquisitions, notamment de Nadia Myre, dont le travail véhicule quelque chose de profondément humain, de nature à soulever des questions liées au désir, à la perte, à la résilience et à la connaissance. En relation avec des thèmes comme l’identité autochtone, la série Méditations on Red, se présente sous la forme d’un ensemble photographique représentant un fin travail de perlage. Le thème de la performativité se déploie sous une toute autre forme dans le travail de Chloé Lum et Yannick Desranleau. Deux installations, l’une sculpturale « The Face Stayed East The Mouth Went West » et l’autre vidéographique « What Do Stones Smell Like in the Forest ? » sont positionnées en dialogue. Jusqu’au 4 août 2019.


Sous le thème La vie des choses, le Musée d’art  contemporain de Montréal et MOMENTA/Biennale de l’image s’unissent pour présenter Children’s Games (Jeux d’enfants) 1999-2018, de Francis Alÿs. La série Children’s Games réunit des scènes de jeu à travers le monde. En cours depuis 1999 et composé de près d’une vingtaine de vidéos, cet inventaire d’activités ludiques montre des enfants qui font d’objets relativement simples et anodins – chaises, pièces de monnaie, sable, pierres, bouteilles de plastique, etc. – la matière première d’univers improbables et fantastiques. Du 4 septembre 2019 au 5 janvier 2020.


Le Musée McCord invite le public sur l’archipel Haida Gwaii, situé au nord-ouest du Canada, dans sa toute dernière exposition, Sding K’awXangs – Haïda : Histoires surnaturelles. Avec plus de 100 objets rares, pour la plupart issus de la riche collection Cultures autochtones du Musée, et des œuvres d’artistes contemporains, l’exposition propose une immersion dans la culture haïda d’hier et d’aujourd’hui permettant de découvrir la beauté et la richesse inestimable d’une culture qui a failli disparaître à la fin du XIXe siècle. En plus d’objets magnifiques, collectionnés à l’origine par le Montréalais d’adoption George Mercer Dawson avant d’être intégrés à la collection du Musée McCord, l’exposition présente des œuvres d’artistes haïdas contemporains. Le parcours met en lumière différents pans de la culture haïda, dont son vocabulaire artistique, le potlatch et la spiritualité, en parallèle avec les histoires surnaturelles qui habitent et animent les objets. Jusqu’au 27 octobre 2019.


Été 2019

À voir dès la rentrée au Musée des beaux-arts de Montréal…

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente l’exposition Le modèle dans l’atelier, Montréal 1880-1950 ; nouvelles acquisitions, qui lève le voile sur l’évolution de la représentation du modèle vivant par nos principaux artistes. Longtemps réprimée et censurée au pays, la représentation du modèle vivant était généralement utilisée dans le cadre d’une formation prédéterminée. La réalisation à l’Académie et dans l’atelier de l’artiste diffère cependant, le modèle s’y dévoilant parfois avec impudeur à l’encontre des préceptes d’une société conservatrice. Pour la majorité inédites et d’acquisition récente, les 70 œuvres présentées témoignent de l’impact d’un processus de création et de formation qui était autrefois au cœur de toute représentation du corps humain. De l’esquisse rapide au dessin achevé, le modèle dévoile la personnalité et l’originalité de l’artiste dans plusieurs de ses traits. Aux nombreuses œuvres d’art graphiques s’ajoutent quelques pochades et sculptures réalisées entre la fin du XIXe siècle et le milieu du siècle dernier. Jusqu’au 5 mai 2019.


Aussi en cours au Musée des beaux-arts de Montréal, Thierry Mugler : Couturissime, la toute première exposition consacrée au créateur français. Présentée à Montréal en première mondiale, cette rétrospective réunit plus de 140 tenues accessoirisées, jamais exposées sauf exception, et de nombreux documents d’archives et croquis inédits, en plus d’une centaine de photographies. L’exposition retrace le parcours d’un couturier qui a bouleversé la mode, du power dressing aux costumes de scène, avec ses matériaux glamour et sa vision théâtrale et sculpturale. L’exposition plonge dans l’imaginaire singulier de Thierry Mugler, évoquant tour à tour le perfectionnisme et le prestige hollywoodien, le rêve, la faune, l’érotisme et la science-fiction. Elle explique ses choix audacieux, dont l’utilisation de matières innovantes en haute couture comme le métal, la fausse fourrure, le vinyle et le latex. Jusqu’au 8 septembre 2019.


L’exposition Thierry Mugler : Couturissime est accompagnée d’une exposition consacrée au talent de 10 designers et collectifs d’ici : Montréal Couture. Elle rassemble pour la première fois les créations de trois icônes de la scène de la mode québécoise : Marie Saint Pierre, avec ses coupes précises et intemporelles mariant style et fonction ; Philippe Dubuc, dont la première collection a réinventé le vestiaire masculin; Denis Gagnon, qui bouleverse la mode avec son style irrévérencieux et son approche haute couture. C’est aussi l’occasion de découvrir l’univers futuriste de la créatrice Ying Gao. Les créateurs émergents sont également à l’honneur : Atelier New Regime, Nathon Kong, MARKANTOINE, Helmer Joseph, Marie-Ève Lecavalier et le duo Fecal Matter. Jusqu’au 8 septembre 2019.


Avec Alanis Obomsawin, œuvres gravées, le MBAM dévoile pour la première fois une sélection de remarquables gravures émouvantes d’Alanis Obomsawin, cinéaste, auteure, chanteuse et artiste réputée. Obomsawin travaille principalement à l’eau-forte et s’inspire de l’expérience, des souvenirs et des mythes de sa nation, le peuple abénakis. En plus d’une sélection de 25 gravures, l’exposition regroupe des objets recherchés et attrayants de paille fine et d’herbes des champs comme des paniers et des bols, faits à la main par les membres de la nation abénakise d’Odanak. Du 21 mai au 25 août 2019.


Le Musée des beaux-arts de Montréal présente la première exposition monographique au Canada consacrée aux œuvres d’Omar Ba, l’un des artistes africains les plus importants de sa génération. Ba peint surtout sur le carton avec différents médiums. Par le biais d’un langage visuel unique qui marie le figuratif et l’abstrait, l’humain et l’animal, le symbolique et le littéral, la pratique de Ba s’inscrit dans les enjeux géopolitiques et socio-économiques parmi les plus cruciaux de notre temps. À l’occasion de son passage au MBAM, l’artiste créera une installation in situ unique. Cette exposition réunit les œuvres des plus importantes séries de Ba qui illustrent sa vive critique de la violence et de la corruption de même que sa célébration de l’esprit humain. Du 28 mai au 3 novembre 2019.


L’Économusée du fier monde organise la 18e édition de son encan bénéfice annuel. Cette année, 54 œuvres seront offertes à l’encan crié et 12 œuvres à l’encan discret. L’événement se tiendra le mardi 7 mai 2019. Un cocktail sera servi à 17 h, suivi de l’encan crié à 19 h. Lors de la soirée sous la présidence d’honneur de Francine Grimaldi, Winston McQuade agira à titre de commissaire-priseur, appuyé par Annie Reynaud, animatrice. Catalogue en ligne : economusée.qc.ca, Billet : 50 $, 514 528-8444. Exposition Variations sur l’art d’ici : les œuvres sont présentées du 24 avril au 5 mai 2019, entrée libre à l’exposition.

Printemps 2019

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente l’exposition…

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée des beaux-arts de Montréal invite le public à la contemplation avec États d’âmes, esprit des lieux. Cette exposition, qui réunit plus de 80 photographies d’artistes majeurs canadiens et internationaux, souligne la passion pour la photographie du collectionneur montréalais Jack Lazare qui souhaite partager avec le public l’enchantement qui l’anime depuis vingt ans. Elle est aussi l’occasion de mettre en lumière une sélection d’œuvres parmi un ensemble important de 33 photographies généreusement offertes au Musée en 2017. Hommes d’affaires ayant fait carrière dans l’univers du voyage et l’industrie musicale, membre du comité d’acquisition Art international postérieur à 1900 du MBAM, Jack Lazare s’est façonné une remarquable collection de photographies depuis les années 1980. L’exposition révèle son regard sensible et un goût particulier pour les images suspendues dans le temps qui appellent à la réflexion. Jusqu’au 28 avril 2019.


Le Musée des beaux-arts de Montréal nous fait découvrir un monde à la limite du virtuel et du réel dans l’installation vidéo Liminals de l’artiste britanno-colombien Jeremy Shaw. Présentée en première Nord-Américaine, l’œuvre immersive explore le potentiel cathartique de l’extase spirituelle dans un futur parallèle fictif. Œuvre riche, Liminals prend tout d’abord l’apparence d’un documentaire 16 mm en noir et blanc. La voix du narrateur situe l’histoire à trois générations de nous, dans un futur où l’humanité est en voie d’extinction. Le spectateur suit huit personnages qui tentent de sauver la race humaine grâce à une extraordinaire combinaison : l’augmentation des capacités du cerveau au moyen d’ADN cybernétique et la réactualisation de rites spirituels révolus. Par cette pratique, le groupe pense accéder à un espace situé entre le monde physique et virtuel – The Liminal –, où il est possible de passer à un niveau d’évolution supérieur. Jusqu’au 24 mars 2019.


L’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière, au Musée des beaux-arts de Montréal. ET SI…? L’expression artistique pour renforcer les liens intercommunautaires et intergénérationnels. ET SI… nos peurs et nos rêves étaient un peu semblables ? ET SI… on créait ensemble ? L’ÉducExpo ET SI… ? réunit au Musée des beaux-arts de Montréal des œuvres collaboratives réalisées par des résidents de divers quartiers de Montréal et de Québec, qui représentent une diversité linguistique, culturelle et socio-économique. Cette présentation s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche-intervention mené par le centre de recherche SHERPA et l’équipe RAPS (Recherche et action sur les polarisations sociales), dont un des objectifs est de contrer la polarisation sociale et l’isolement, souvent sources de violences. Jusqu’au 13 janvier 2019.


Le Musée des beaux-arts de Montréal présente la première rétrospective d’Alexander Calder (1898-1976) au Canada, mettant en lumière toutes les facettes de la carrière du célèbre artiste moderne qui a mis l’art en mouvement. Fruit de recherches approfondies, cette grande exposition apporte un éclairage nouveau sur l’œuvre de l’artiste, vue ici sous l’angle de l’innovation. Conçue, organisée et mise en tournée par le MBAM, l’exposition Alexandre Calder : un inventeur radical présente plus de 150 œuvres (peintures, sculptures, bijoux et autres œuvres graphiques) pour mieux saisir l’étendue de la pratique multidisciplinaire extraordinairement novatrice de l’artiste – des dessins aux portraits de fil de fer, et de l’invention du mobile aux stabiles monumentaux. Jusqu’au 24 février 2019.


À l’occasion du 70e  anniversaire de la publication Refus global, Québécor présente une exposition d’œuvres et d’artefacts des Automatistes dans son espace Musée. Ce projet, conçu en collaboration avec la galerie Simon Blais pour les œuvres et Claude Gosselin pour les textes, a reçu la collaboration exceptionnelle de plusieurs artistes et collectionneurs acceptant de prêter des œuvres de l’année 1948 et voisines. Refus Global est un manifeste artistique signé par les 16 membres du mouvement des Automatistes, lancé à la Librairie Tranquille le 9 août 1948. L’essai principal est rédigé par Paul-Émile Borduas. Il est accompagné de textes de Bruno Cormier, Claude Gauvreau, Fernand Leduc et Françoise Sullivan. Il est illustré notamment avec une œuvre de Jean Paul Riopelle et des photos de Maurice Perron, également éditeur du manifeste chez Mithra-Mythe. À l’Espace musée Québécor, 612, rue Saint-Jacques, Montréal. Jusqu’au 9 janvier 2019.

Hiver 2019

 

Photo: Musée des beaux-arts de Montréal

Le Musée des beaux-arts de Montréal invite le public à la contemplation…

MONTREAL JUILLET 2018

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Trois sculptures monumentales de l’artiste Magdalena Abakanowicz (1930-2017), Figures marchant, ont fait une entrée remarquée dans la collection du Musée des beaux-arts de Montréal. Ces impressionnantes figures arpentent le Sentier de la Paix, situé dans  le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, sur la terrasse du niveau 3. Une impressionnante opération technique a dû être mise en branle afin d’installer les trois sculptures sur la terrasse. Les trois silhouettes de l’œuvre Figures marchant symbolisent la démocratie et l’un de ses principes, la liberté d’expression indi- viduelle. Elles sont  tirées d’un ensemble de 16 figures exécutées  entre 2004 et 2006 à la fonderie de Śrem en Pologne, réalisées sous la direction de Magdalena Abakanowicz alors âgée de 76 ans. Toutes sont différentes, chacune ayant été soigneusement conçue comme une œuvre unique.


Le Musée des beaux-arts de Montréal organise la première rétrospective en sol canadien de l’œuvre de l’Américain Alexander Calder : Calder. Le monde mobile d’un inventeur radical. Cette monographie d’envergure met l’accent sur l’ingéniosité de cet artiste qui a mis la sculpture en mouvement avec ses mobiles et ses stabiles. Cette exposition trouve à Montréal une résonance toute particulière, puisque le stabile géant L’Homme, commandé pour Expo 67 et érigé au parc Jean-Drapeau sera restauré en 2018. Du 22 septembre 2018 au 17 février 2019.


Toute première exposition du Musée des beaux-arts de Montréal consacrée aux livres d’heures de l’époque médiévale et de la Renaissance, Lumineuses enluminures offre l’occasion de découvrir un patrimoine méconnu à travers une sélection remarquable d’enluminures et de reliures conservées au Québec, datant du 13e au 16e siècle. Recueils de prières destinés aux laïcs, les livres d’heures sont popularisés auprès des fidèles chrétiens. Ces ouvrages manuscrits étaient pour la plupart personnalisés et enluminés de peintures miniatures – les enluminures – illustrant la vie du Christ, des saints ou de la Vierge. Au Centre des arts graphiques, Pavillon Jean-Noël Desmarais, niveau 2. Jusqu’au 6 janvier 2019.


La France est à l’honneur au Musée Stewart – Pour sa saison  2018-2019, le Musée offre une fascinante incursion dans la Ville Lumière avec un riche programme culturel qui met en vedette des historiens internationaux et célèbre la culture française sous toutes ses formes. L’exposition Paris en vitrine – Les boutiques au 18e siècle nous transporte dans la capitale en pleine effervescence commerciale, artistique et intellectuelle. Proposant un livret de visite rédigé à la manière d’une guide de voyage du 18e siècle, l’exposition nous fait traverser trois quartiers de l’époque situés de part et d’autre de la Seine : La Cité, La Ville et l’Université. Ils concentrent de nombreuses boutiques révélant tout le savoir-faire des artisans français, ainsi que le goût raffiné et exotique des marchands parisiens. Près de 400 artéfacts français des  collections du Musée Stewart recréent l’univers de ces boutiques réputées par les voyageurs et l’aristocratie française qui les fréquentaient. Jusqu’au 24 mars 2019.


Le Musée Stewart célébrera l’Halloween an proposant une activité spéciale originale qui repousse les limites d’une visite classique. Munis d’une lampe de poche, les plus petits pourront parcourir l’exposition permanente Histoire et Mémoires, plongée dans le noir avec ambiance sonore et décorée pour l’occasion. Grâce au jeu de piste « Où se cachent les intrus ? » les familles partiront à la recherche de créatures et d’objets d’Halloween dissimulés dans l’exposition. Ceux et celles ayant repéré tous les personnages auront droit à une  surprise sucrée à la fin du parcours. Les visiteurs de tous âges sont aussi invités à se présenter costumés au Musée. Le week-end du 27 et 28 octobre 2018, de 10 h à 17 h.


La Galerie d’art Stewart Hall accueille Trajectoires, une exposition itinérante du Conseil des arts de Montréal en tournée, qui regroupe trois artistes montréalaises nées ailleurs et qui ont vécu le processus d’immigration. Khadija Baket (Syrie), Dorothée Nowak (France-Pologne) et Lysette Yoselevitz (Mexique) ont des pratiques artistiques qui, sans être axées sur les questions de l’immigration, en reflètent certainement l’influence. Ces déplacements vécus d’un pays à l’autre sont ancrés dans leurs démarches. Au 176, Chemin du Bord-du-Lac à Pointe-Claire, jusqu’au 14 octobre 2018.


Candidate au doctorat en sociologie à l’UQAM, Annabelle Ponsin s’intéresse aux questions de mobilité, d’immigration et d’immersion. Elle interroge les manières dont les identités se forment dans le mouvement. Son projet de résidence Entre !, qu’elle investira sur place durant 4 semaines, vous invite à co-créer un antre réflexif du sentiment de chez-soi. En complémentarité à l’exposition Trajectoires, Annabelle Ponsin interroge nos manières d’habiter dans le mouvement :   qu’est-ce qui forme nos trajectoires de vie, nos mobilités quotidiennes, qu’est-ce que nos cartographies subjectives disent de nous, de notre rapport à l’espace, au « chez soi » ?  Profiter de sa présence à la Galerie d’art Stewart Hall, jusqu’au 29 septembre 2018, pour en découvrir davantage.

 

Automne 2018

Trois sculptures monumentales de l’artiste Magdalena Abakanowicz…

MONTREAL JUILLET 2018

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente dans le Carré d’art contemporain Motion – Émotion, la dernière série des « Tornades » de l’artiste français Jean-Michel Othoniel. Suspendues dans l’espace, ces imposantes sculptures monochromes, faites d’acier et d’aluminium, évoquent par leurs mouvements torsadés et leurs tailles imposantes la violence des changements climatiques. L’exposition s’accompagne de sept estampes à l’encre sur feuille d’or blanc marouflé sur toile, qui témoignent du cheminement de l’artiste depuis la création de Nœud Pivoine aux séries des « Lotus » et « Tornades ». Du 20 juin au 11 novembre 2018. Le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein du MBAM intègre, depuis son inauguration en 2016, Le Nœud Pivoine de Jean-Michel Othoniel ; cette sculpture de l’artiste est composée de 212 perles de verre miroir et d’acier inoxydable.


À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, le MBAM a invité sept artistes de notre diversité artistique à créer une œuvre inspirée de sa collection des cultures du monde. Artistes confirmés ou émergents ont été conviés à exprimer dans leur œuvre un dialogue transhistorique et contemporain sur le thème des collections anciennes du MBAM portant sur l’art africain, asiatique, méditerranéen et oriental, et précolombien. Leurs créations seront révélées en préfiguration de la nouvelle Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble. Du 28 août 2018 au 4 août 2019.

 

Été 2018

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente dans le Carré d’art contemporain…

Montréal

MONTRÉAL

Région métropolitaine

L’année débute faste au Musée des beaux-arts de Montréal avec Napoléon. Art et vie de cour au palais impérial, qui propose une incursion au cœur de la « Maison de l’empereur » depuis le couronnement de Napoléon on 1804 jusqu’à son exil en 1815. Pour la première fois, une exposition explique le rôle de la « Maison de l’empereur » dans le façonnage de l’identité monarchique de l’ancien général Bonaparte devenu empereur. Méthodique, voire tatillon, Napoléon veut implanter sa nouvelle dynastie. Sa « Maison de l’empereur » se compose de six départements, avec à leur tête un Grand officier. Suivez chacun de ces hauts dignitaires : Grand aumônier, Grand maître des cérémonies, Grand maréchal du Palais, Grand-Veneur, Grand chambellan et Grand écuyer. Sélectionnées à la suite de recherches approfondies, des œuvres grandioses racontent la mise en scène du pouvoir sous le Premier Empire. Avec une scénographie innovante, intégrant des projections illusionnistes, l’exposition donne à voir un panorama exceptionnel de plus de 400 œuvres et objets d’art, dont la plupart sont présentés pour la première fois en Amérique du Nord. Jusqu’au 6 mai 2018.


À l’été, le Musée des beaux-arts de Montréal présentera Face à face : D’hier à aujourd’hui, les arts « premiers » et Picasso. Une exposition qui aborde la question complexe du « primitivisme » en histoire de l’art par l’exemple bien connu de Picasso, au moyen d’une approche anthropologique. Cette exposition offre de plus une relecture des réappropriations culturelles par les artistes – hommes et femmes – contemporains d’Afrique notamment. La perspective instructive et décalée proposée par le MBAM aide à multiplier les angles de vue sur la question de la modernité. Quelque 200 œuvres provenant du Musée du quai Branly-Jacques-Chirac et du Musée national Picasso-Paris, mais aussi de collections particulières d’Europe et du Canada, permettent d’explorer ces questions. Du 12 mai au 16 septembre 2018.


En Art contemporain, au MBAM toujours : Nadia Myre. Tout ce qui reste – Scattered Remains tient l’affiche jusqu’en mai. Il s’agit de la première exposition bilan de l’artiste québécoise autochtone Nadia Myre, regroupant une vingtaine d’œuvres – photographies, sculptures et vidéos – produites entre 2000 et 2017. L’artiste y dévoile en première canadienne Code Switching (Permutation de codes), une série produite dans le cadre de sa résidence à la Fonderie Darling en 2016-2017, sous le parrainage du MBAM. Jusqu’au 27 mai 2018. À l’été, Nous sommes ici, d’ici : L’art contemporain des Noirs canadiens réunira une dizaine d’artistes Afro-Canadiens, du Québec et du Canada, dont les installations abordent des questions raciales et identitaires. Relecture des mythes associés aux Afro-Canadiens, l’exposition révèle au visiteur la persistance des récits. Elle aborde la place de cette communauté dans notre société par l’expression multiple de voix et perspectives. Une exposition qui invite à réfléchir. Du 12 mai au 16 septembre 2018.


Le Musée McCord présente l’exposition de photographies Michel Campeau – Avant le numérique. Le photographe montréalais Michel Campeau, porte un regard subjectif et sentimental sur la culture matérielle héritée de la photographie avant le numérique. Ses images de chambres noires et ses collections de photos anonymes des années 1950 rendent hommage à la grande famille des photographes amateurs, dans laquelle le visiteur se reconnaîtra. Jusqu’au 6 mai 2018.


L’art public, qui a connu un essor phénoménal à Montréal au cours de 10 dernières années, est le sujet d’une série de conférences thématiques de l’historien de l’art et sociologue Jean De Julio-Paquin. Ces conférences dominicales gratuites jettent un regard rétrospectif sur l’émergence de l’art public et chacune d’elles aborde une catégorie précise et des oeuvres marquantes réalisées dans des arrondissements montréalais. Deux de ces rencontres sont à venir. La conférence du 8 avril prochain portera sur l’art mural, une pratique en forte croissance. La dernière conférence, le 6 mai, sera dédiée à l’art photographique et numérique, une catégorie qui se nourrit des possibilités exponentielles des nouvelles technologies. Les conférences ont lieu au Centre communautaire intergénérationnel999, avenue McEachran à Outremont. 514-495-6211.


L’Économusée du fier monde organise la 17e  édition de son encan bénéfice annuel, dont les profits lui permettent de poursuivre ses activités. Cette année, 54 œuvres seront offertes à l’encan crié et 12 œuvres à l’encan discret. L’événement se tiendra le mardi 8 mai 2018. Un cocktail sera servi à 17h, suivi de l’encan crié à 19h. Lors de la soirée sous la présidence d’honneur de Francine Grimaldi, Winston McQuade agira à titre de commissaire-priseur, appuyé par Annie Reynaud, animatrice. Catalogue en ligne : economusée.qc.ca, Billet : 50 $, 514- 528-8444. Exposition Variations sur l’art d’ici : les œuvres sont présentées du 25 avrilau 6 mai 2018, entrée libre à l’exposition.

 

Printemps 2018

L’année débute faste au Musée des beaux-arts de Montréal avec Napoléon…

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée des beaux-arts de Montréal, en collaboration avec Atout France et la Mission du Centenaire, présente L’armée de laine Wool War One, une installation composée d’un sympathique bataillon de 780 petits soldats tricotés par 500 bénévoles des quatre coins du monde après un appel lancé sur Internet par la plasticienne autodidacte française Délit Maille. Inaugurée au Musée le 11 novembre, jour du Souvenir, l’installation souligne la fragile destinée des soldats et rend hommage aux victimes de la Grande Guerre (1914-1928). En cette année du centenaire de la bataille de la crête de Vimy, le MBAM s’unit à ces petites mains solidaires pour lancer un message de paix. Cette présentation s’inscrit dans le cadre de la Paix au MBAM, un vaste programme d’activités et d’expositions entamé en novembre 2016 avec l’inauguration du Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, réaffirmant les valeurs humanistes et l’engagement du Musée pour la paix, la diversité, l’inclusion sociale et le mieux-être. Jusqu’au 7 janvier 2018.


En cours au Musée des beaux-arts de Montréal : Il était une fois… Le western. Une importante exposition pluridisciplinaire offrant une lecture inédite du cinéma western en considérant ses liens avec les arts visuels (peinture, sculpture, photographie) depuis le milieu du XIXe siècle à nos jours.
Plus de 400 peintures, sculptures, installations, photographies, artéfacts, photogrammes et extraits de films rendent compte de l’évolution du genre marqué par un dialogue incessant entre les beaux-arts et le cinéma. Jusqu’au 4 février 2018.


Le Musée des beaux-arts de Montréal annonce la présentation, en février 2019, de la première exposition consacrée au créateur français Thierry Mugler. Conçue, produite et mise en tournée par le MBAM, cette exposition dévoilera les multiples univers de cette figure artistique incontournable – couturier visionnaire, metteur en scène, photographe et parfumeur – en revisitant notamment ses créations prêt-àporter et haute couture. En première mondiale à Montréal, cette imposante exposition
réunira plus de 130 tenues, pour la plupart jamais exposées, réalisées entre 1973 et 2001, en plus de nombreux documents d’archives inédits, croquis et clichés signés par certains des plus grands artistes et photographes.

Hiver 2018

Le Musée des beaux-arts de Montréal, en collaboration avec Atout France…

Une saison en art Montréal

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN. Cette importante exposition pluridisciplinaire offre une lecture inédite du cinéma western en considérant ses liens avec les arts visuels (peinture, sculpture, photographie) depuis le milieu du XIXe siècle à nos jours. La création, la  transmission et la transformation du mythe western en Amérique y sont étudiées. Plus de 400 peintures, sculptures, installations, photographies, artéfacts,  photogrammes et extraits de films rendent compte de l’évolution du genre marqué par un dialogue incessant entre les beaux-arts et le cinéma. L’exposition célèbre la beauté du western et expose également ses versants plus sombres. Elle  aborde certains préjugés envers les peuples des Premières Nations que le western a contribué à perpétuer et explore des thèmes reliés à des questions toujours actuelles telles que  la violence, la représentation stéréotypée des genres, les relations interraciales et l’acceptation de la différence. Elle entend démontrer à quel point l’art a le pouvoir à la fois d’entretenir et de remettre en cause les croyances les plus répandues. Du 14 octobre 2017 au 4 février 2018.


Le Musée des beaux-arts de Montréal vient d’acquérir un tableau remarquable, le modello, ou modèle achevé, du célébrissime Portrait de Louis XIV en habit  royal par Hyacinthe Rigaud (Musée du Louvre, Paris). Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du musée affirme : « Nous sommes très heureux d’avoir pu saisir sur le marché de l’art cette  icône de la peinture, le modello d’un des portraits les plus fameux  de l’histoire de l’art occidental. Souvent répliqué et même pastiché, il est à l’origine d’une riche lignée iconographique du portrait type du souverain. Ce tableau s’intègre avec pertinence dans notre collection en art international historique, car Louis XIV a permis à la Nouvelle France de passer véritablement du stade de comptoir commercial au stade de colonie de peuplement. »


Le Musée des beaux-arts de Montréal et sa directrice générale et conservatrice en chef, Nathalie Bondil, ont été honorés de quatre prix soulignant le travail accompli dans la promotion de la diversité et de l’inclusion. Le prix Paul Gérin-Lajoie de l’organisme Ensemble pour la diversité et le prix Phénicia Socitété 2017 de la Chambre de commerce LGBT du Québec ont été remis à Nathalie Bondil. Le MBAM a reçu le prix Allié.e. de la Fondation Émergence et a été désigné « partenaire de l’année » par l’organisme Le Gris-Montréal. Ces reconnaissances soulignent les efforts  déployés par le Musée et sa directrice afin de soutenir les nombreux programmes et initiatives favorisant l’inclusion et la diversité.


La rentrée culturelle 2017 au Musée McCord s’amorce sous le signe de la photographie contemporaine, grâce à des expositions qui dévoilent des œuvres inédites et jettent un éclairage sur une démarche moins connue du public. Ainsi, depuis le début du mois de septembre, le Musée présente l’installation Jayce Salloum – location/dis-location(s): beyond the pale, dans le cadre de MOMENTA | Biennale de l’image. Continuité d’une archive photographique que Jayce Salloum constitue depuis 1979 au fil de ses voyages à travers le monde, cette encyclopédie subjective faite d’images personnelles et publiques organisées par thèmes, aborde des questions liées aux territoires disputés, au nationalisme, à l’intégration sociale ou aux crises identitaires. Jusqu’au 12 novembre 2017.


Le Musée McCord présentera également l’exposition GABOR SZILASI : LE MONDE DE L’ART, Photographies de vernissages à Montréal, 1960-1980. L’exposition proposera une quarantaine de photographies de Gabor Szilasi, pour la plupart inédites, montrant des vernissages d’expositions et d’autres événements artistiques qui ont eu lieu à Montréal entre 1960 et 1980. Dans un style documentaire spontané, elles immortalisent des visages, des lieux et l’effervescence de la scène artistique montréalaise à une époque de bouleversements sociaux et culturels. Du 7 décembre 2017 au 8 avril 2018.


Novembre marque l’arrivée au Musée McCord de l’exposition annuelle consacrée aux jouets, qui s’intitule TOHU-BOHU AU PAYS DES CONTES. Cette exposition est une invitation à découvrir l’univers des contes merveilleux qui ont enchanté des générations d’enfants et qui continuent de les charmer aujourd’hui : Le Petit  Chaperon rouge, Hansel et Gretel, Jacques et le haricot magique, La Petite Sirène et Cendrillon. Ces récits sont réinterprétés dans un espace immersif et ludique. Le jeune visiteur sera invité à découvrir un univers bouleversé par un mauvais sort jeté par la fée Carabosse. Du 19 novembre au 11 mars 2018.


Intitulée QUÉBEC, une très grande fresque néo-réaliste, produite par l’artiste new-yorkais Adam Miller, sera exposée dans l’Atrium du Musée McCord pour quelques jours seulement. Commanditée par l’homme d’affaires montréalais Salvatore Guerrera dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, la toile d’une dimension de près de neuf mètres carrés porte sur l’histoire du Québec et sa place dans le Canada. Du 2 au 5 novembre 2017.


Les pères Noël s’installent au Musée Stewart. Cette exposition, devenue une tradition incontournable du temps des fêtes, est de retour pour une 5e édition. Petits et grands pourront apprécier une étonnante collection composée d’une trentaine de figurines de pères Noël, dont  plusieurs ont été confectionnées à la main par des artistes charmés par la magie de Noël. Pour ajouter à la féérie de Noël, l’élégant château de poupées Szálasi, qui s’illumine et s’anime au son de la musique, sera également  exposé, ainsi que des photographies illustrant l’hiver montréalais au début  du 20e siècle et des capsules  sur les traditions de Noël. Du 15 novembre 2017 au 7 janvier 2018.


L’exposition permanente du Musée Stewart, Histoires et Mémoires, révèle près de 500 artéfacts, documents, livres rares, cartes et armes anciennes issus des collections du Musée. Mettant en lumière différentes périodes de notre histoire, telles les grandes explorations en Amérique, la vie en Nouvelle-France, la fondation de Montréal, le développement des sciences et les grands conflits, cette exposition s’inscrit comme une destination  de premier plan pour souligner le 150e anniversaire du Canada. À noter que les 28 et 29 octobre, de 10h à 17h, les  esprits malins s’emparent du Musée pour l’Halloween. À cette occasion, parents et enfants sont invités à se présenter costumés au Musée.


Le Partenariat du Quartier des spectacles propose aux Montréalais et aux touristes une expérience artistique inédite : KM3 (prononcé kilomètre cube). Faisant partie de la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal, cet événement est un grand parcours d’art public créé à l’occasion des festivités de la ville. Une vingtaine d’œuvres originales investissent les façades, les places, les parcs, les trottoirs et les vi­trines du territoire du Quartier des spec­tacles pour  permettre au public de voir la ville sous un nouveau jour: surprenante, onirique, rémventée. KM3 propose une déambulation à travers le Quartier des spectacles, des places iconiques jusqu’aux lieux les plus  insolites, réunissant des œuvres immersives,  interactives ou contemplatives conçues spécialement pour Montréal, qui plairont autant au grand public et aux familles qu’aux initiés. Une série de rendez-vous  rassembleurs et festifs animera également le quartier des spec­tacles, mettant ainsi en valeur ce parcours d’art public. Pour obtenir plus d’informa­tion, consultez le km3artpubic.com et le quartierdesspectacles.com. Présentement en cours, jusqu’au 15 octobre 2017.

Automne 2017

À l’agenda cette cet automne à Montréal

MONTRÉAL

L’exposition du Musée des beaux-arts de Montréal Métamorphoses : Dans le secret de l’atelier de Rodin a entamé la 4e étape de sa tournée internationale au Groninger Museum, aux Pays-Bas, où elle tient l’affche jusqu’au 30 avril 2017. Déjà vue par près de 400 000 visiteurs à Montréal, Richmond (Virginie) et Salem (Massachusetts), cette exposition consacrée à Auguste Rodin réunit à Groningue quelque 140 bronzes, marbres et plâtres, ainsi que des esquisses et des photographies inédites que révèlent le processus créatif de ce grand maître de la sculpture. Elle offre l’occasion d’admirer nombre de chefs-d’œuvre de l’artiste, dont Le Penseur et Le Baiser. Il s’agit de la plus grande exposition jamais consacrée à Rodin au Pays-Bas. Métamorphoses : Dans le secret de l’atelier de Rodin est produite et mise en tournée par le MBAM, en collaboration avec le Musée Rodin (Paris).


Cette année, le Musée McCord offre aux enfants Les aventures d’Alfred, un compte à voir et à entendre. C’est l’histoire d’Alfred, un sympathique ourson qui voit sa vie se transformer car le papa de William décide de faire le grand ménage dans la maison et oups, les jouets disparaissent ! Mais, Alfred n’a pas dit son dernier mot, il aimait son ami William… Il part donc à sa recherche dans tout le village. C’est le début d’une aventure rocambolesque ! Raconté en mots et en musique, et écrit par l’auteure et musicienne Suzanne De Serres, ce conte à voir et à entendre permet aux petits et grands de rêver debout. L’installation scénographique, réalisée par Michael Slack, intègre au fil de l’histoire une cinquantaine d’objets de la collection du Musée McCord. Du 2 décembre 2016 au 12 mars 2017.


À venir au Musée McCord, l’exposition Mode Expo 67. L’Expo 67 a été un événement marquant de l’histoire du Québec, en attirant plus de 50 millions de visiteurs. Elle a représenté une occasion rêvée pour les créateurs montréalais et la mode canadienne de se faire connaître à l’international. Cette exposition met en valeur la riche collection de vêtements et accessoires du Musée McCord, liés à Expo 67, ainsi que sa collection d’archives. Elle réunit plus d’une soixantaine de costumes, des uniformes d’hôtesses de différentes provinces et de différents pays, des vêtements griffés de designers québécois, de même que des croquis, des photographies spectaculaires prises sur le site et des témoignages de ceux qui ont participé à cette grande manifestation. Du 10 mars au 1er octobre 2017.


Le Centre canadien d’architecture présente actuellement Le temps presse : une contre-histoire environnementale du Canada moderne. À l’occasion du 150e anniversaire du Canada en 2017, le CCA propose une exposition qui interroge certaines idées préconçues concernant la relation du Pays avec la nature. Organisée et préparée par le directeur du CCA, Mirko Zardini, conçue par Kuehn Malvezzi, avec l’aide du graphiste Massimo Pitis, l’exposition analyse le lien contradictoire qui existe entre les régions sauvages idéalisées du Canada et leur exploitation simultanée, en proposant une série de récits mettant en relief les changements dans la relation entre les humains et la nature. Le temps presse : une contre-histoire environnementale du Canada moderne va au-delà de l’exposition documentaire ou historique, en ayant recours à une multitude d’éléments pour créer des récits entrecroisés portés par des voix multiples. Jusqu’au 9 avril 2017.

Hiver 2017

 

L’exposition du Musée des beaux-arts de Montréal Métamorphoses : Dans le secret de l’atelier de Rodin a entamé la 4e étape de sa tournée internationale…

MONTRÉAL

Présentée au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Partenaires en design : Alfred H. Barr, Jr. et Philip Johnson met l’accent sur un aspect essentiel de l’évolution du design moderne américain soit la collaboration entre le premier directeur du Museum of Modern Art (MoMa) de New York et le premier conservateur d’architecture de ce musée. L’exposition souligne l’apport de ces deux visionnaires et amis qui ont répandu les idées du Bauhaus et fait connaître le design et l’architecture modernes en Amérique du Nord. En mettant l’architecture, le design, la photographie et le cinéma sur le même pied d’égalité que les beaux-arts, Alfred H. Barr, Jr. et Philip Johnson ont transformé la vocation des musées et de l’enseignement de l’art sur tout le continent. L’exposition conjugue la présentation d’objets de design à une expérience originale qui rend hommage à l’esprit audacieux des deux  hommes. Jusqu’au 21 août 2016.

 

Déjà vue par plus de 202 000 visiteurs au Musée des beaux-arts de Montréal et plus de 87 000 au Virginia Museum of Fine Arts à Richmond, l’exposition Métamorphoses : dans le secret de l’atelier de Rodin s’est posée pour une 3e étape au Peabody Essex Museum, à Salem (Massachusetts). Organisée par le MBAM, en collaboration avec le Musée Rodin de Paris, cette exposition bénéficie de prêts exceptionnels du Musée Rodin, dont les plâtres anciens d’atelier et monumentaux Le Penseur et Le Baiser en tournée pour la première fois en Amérique du  Nord. L’exposition à Salem réunit 175 sculptures d’Auguste Rodin, en plus de révéler le processus créatif de ce grand maître, jusqu’au 5 septembre 2016. L’exposition s’envolera par la suite vers Groningue aux Pays-Bas, où elle sera présentée au Groninger Museum du 19 novembre 2016 au 20 avril 2017.

 

Le Musée McCord présente l’exposition Eleganza – La mode italienne de 1945 à aujourd’hui. Cette impressionnante exposition célèbre le travail des designers parmi les plus réputés qui ont marqué l’univers de la mode italienne au cours de la période suivant la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Elle dresse un portrait global et historique des moments charnières ayant contribué à l’essor de la mode italienne et à son évolution et souligne la qualité exceptionnelle des techniques, des matériaux et des savoir-faire qui ont permis de forger la réputation de l’Italie au sein de l’industrie mondiale de la mode. Le public découvrira de multiples robes et costumes des plus grands créateurs et quelques pièces de talents émergents ainsi que de nombreux accessoires. L’exposition regroupe près de 130 objets, incluant 100 pièces de vêtements, véritables témoins du glamour et de l’influence de la mode italienne de 1945 à aujourd’hui. Jusqu’au 25 septembre 2016.

 

Présentement en cours au Musée Stewart, l’exposition Curiosités – La collection du Musée Stewart mise en scène par Jérôme Fortin regroupe des objets hétéroclites et inusités issus des collections du Musée. L’exposition a été conçue en collaboration avec l’artiste Jérôme Fortin, reconnu pour ses œuvres inspirées des cabinets de curiosités du 16e siècle. Dans cette interprétation artistique, les sens, la surprise et l’émerveillement sont au cœur de l’expérience du visiteur. Petits et grands sont appelés à découvrir des univers à la fois singuliers et poétiques en parcourant des pièces mystérieuses. L’exposition regroupe plus de 370 objets historiques rares et inédits datant du 16e au 20e siècle dans un espace contemporain qui saura surprendre et séduire le public. Les objets de la collection sont disposés d’une manière totalement différente et fascinante impliquant la participation des visiteurs qui, pour les découvrir, devront ouvrir des portes, observer par des fenêtres ou même épier par le trou de la serrure. Jusqu’au 12 mars 2017.

Été 2016

Présentée au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Partenaires en design…

Sophie Lapointe à Montréal,

New York et Rochester en 2016

Les gens qui font l’événement

Sophie Lapointe (Bebejabets) présentera La Coureuse des Bois Expose , du 4 au 29 janvier prochain sur les murs de la boutique Georges Laoun Opticien dans le bâtiment du Musée des beaux-arts de Montréal. Cette exposition, plusieurs fois sélectionnée par jury, comporte une quinzaine d’œuvres originales, des acryliques sur toile. En janvier dernier, la direction de la Galerie Luhring Augustine de New York a acheté une œuvre de l’artiste, mieux connue à l’international sous le pseudonyme Bebejabets, dans le cadre de l’exposition Postcards From The Edge pour le bénéfice de Visual Aids. Honorée de cette expérience, Sophie Lapointe réitèrera du 29 au 31 janvier 2016, en exposant une œuvre à la Sikkema Jenkins & Co. Gallery de New York. Ce sera une sixième fois que Bebejabets exposera une œuvre dans les galeries de New York. Ses acryliques sur papier sont d’ailleurs aussi fort prisées par les collectionneurs de Rochester, New York, l’artiste ayant déjà participé à 2 expositions au Centre d’Art contemporain de Rochester. Maintenant membre de la galerie, Sophie Lapointe y expose présentement une toile faisant partie de l’exposition « The Big Picture  » en cours jusqu’au 17 janvier prochain.

Hiver 2016

Sophie Lapointe (Bebejabets) présentera La Coureuse des Bois Expose , du 4 au 29 janvier prochain sur les murs de la boutique Georges Laoun Opticien dans le bâtiment du Musée…

Yvon St-Aubin

Une galerie de pigments survoltés !

Peindre un pays

Il y a trente ans, c’était inhabituel de voir un arbre rose bonbon ou franchement mauve, les éléments de la composition se contentant plutôt de reproduire la réalité sans trop de fantaisie. S’il est moins rare aujourd’hui que les propositions picturales des peintres paysagistes éclatent de couleur, Yvon St-Aubin n’en a pas moins été l’un des premiers à oser l’emploi de valeurs fortes pour illustrer les décors d’ici à sa manière, insufflant du coup un certain modernisme dans ce créneau essentiellement lié aux traditions.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte de Lisanne LeTellier

Yvon St-Aubin est représenté par les galeries Beauchamp de Québec et de Baie-St-Paul, ainsi que par la galerie Céleste de St-Sauveur, la Galerie O en art de St-Hyacinthe, la Chase Art Gallery de Beaconsfield et la Galerie du Coin, à Salaberry-de-Valleyfield.

Il y a trente ans, c’était inhabituel de voir un arbre rose bonbon ou franchement mauve, les éléments de la composition se contentant plutôt de reproduire…

Des bronzes de Carole Desgagné

à la boutique du MBAM

Les gens qui font l’événement

L’artiste sculpteure Carole Desgagné a été choisie par la boutique-bibliothèque du Musée des beaux-arts de Montréal pour exposer 4 bronzes pendant toute la durée de l’exposition Rodin. L’occasion représente pour l’artiste un événement extrêmement important dans son cheminement artistique, en plus de lui procurer une crédibilité auprès du public et aussi auprès de ses pairs. La passion pour les arts habite Carole Desgagné depuis l’enfance alors que très tôt la sculpture s’impose. Elle est sa complice depuis plus de 20 ans. Avec elle, elle livre ses grands combats de justice et d’égalité sociale, mais surtout, elle trouve toujours la façon d’exprimer sa passion pour la vie. L’artiste écrit toujours un texte pour accompagner ses sculptures, qui se veut la trace des émotions ressenties pendant le processus de création. L’artiste a participé à de nombreux symposiums au Québec et s’est mérité plusieurs prix et reconnaissances. Elle a aussi à son actif plusieurs expositions de groupe au Canada et en France.

Automne 2015

L’artiste sculpteure Carole Desgagné a été choisie par la boutique-bibliothèque du Musée des beaux-arts de Montréal pour exposer 4 bronzes…

Le quotidien de Napoléon 1er

reprend vie à Montréal

Les gens qui font l’évènement

Cet été, la fameuse Crypte de la basilique Notre-Dame (Espace B) de Montréal ouvre ses portes au public, pour une rare fois en 185 ans d’histoire, pour recevoir une exposition d’envergure internationale : Les Trésors de Napoléon. Cette exposition, qui compte plus de 350 précieux objets ayant appartenu à Napoléon, intéressera tant les amateurs d’art que d’architecture, de décoration et de mode. Elle captivera également petits et grands en les transportant à la croisée des 18e et 19e siècles. Les visiteurs peuvent admirer peintures, sculptures, dessins, gravures, objets d’art décoratif, mobilier, porcelaine et tapisseries qui caractérisent le style Empire. Plusieurs des objets exposés n’ont encore jamais été présentés en public. Principalement issue de la collection privée de Pierre-Jean Chalençon, la Collection Chalençon, France, l’exposition rassemble également quelques pièces de la Collection Serge Joyal, du Musée des Beaux-Arts de Montréal et de la Collection Power Corporation.

Ce périple dans le monde de Napoléon se fait en cinq temps : Joséphine et le couronnement, Marie-Louise et le roi de Rome, Napoléon et sa famille, les arts dans la cour de Napoléon et Napoléon à l’île Sainte-Hélène. La Crypte de la basilique Norte-Dame, qui a récemment été rénovée pour accueillir cette exposition, offre un environnement exceptionnel. L’exposition Les Trésors de Napoléon est en cours jusqu’au 1er septembre 2014.

Été 2014

Cet été, la fameuse Crypte de la basilique Notre-Dame (Espace B) de Montréal ouvre ses portes au public, pour une rare fois en 185 ans d’histoire, pour recevoir…