Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art
Montréal

MONTRÉAL

Région métropolitaine

L’année débute faste au Musée des beaux-arts de Montréal avec Napoléon. Art et vie de cour au palais impérial, qui propose une incursion au cœur de la « Maison de l’empereur » depuis le couronnement de Napoléon on 1804 jusqu’à son exil en 1815. Pour la première fois, une exposition explique le rôle de la « Maison de l’empereur » dans le façonnage de l’identité monarchique de l’ancien général Bonaparte devenu empereur. Méthodique, voire tatillon, Napoléon veut implanter sa nouvelle dynastie. Sa « Maison de l’empereur » se compose de six départements, avec à leur tête un Grand officier. Suivez chacun de ces hauts dignitaires : Grand aumônier, Grand maître des cérémonies, Grand maréchal du Palais, Grand-Veneur, Grand chambellan et Grand écuyer. Sélectionnées à la suite de recherches approfondies, des œuvres grandioses racontent la mise en scène du pouvoir sous le Premier Empire. Avec une scénographie innovante, intégrant des projections illusionnistes, l’exposition donne à voir un panorama exceptionnel de plus de 400 œuvres et objets d’art, dont la plupart sont présentés pour la première fois en Amérique du Nord. Jusqu’au 6 mai 2018.


À l’été, le Musée des beaux-arts de Montréal présentera Face à face : D’hier à aujourd’hui, les arts « premiers » et Picasso. Une exposition qui aborde la question complexe du « primitivisme » en histoire de l’art par l’exemple bien connu de Picasso, au moyen d’une approche anthropologique. Cette exposition offre de plus une relecture des réappropriations culturelles par les artistes – hommes et femmes – contemporains d’Afrique notamment. La perspective instructive et décalée proposée par le MBAM aide à multiplier les angles de vue sur la question de la modernité. Quelque 200 œuvres provenant du Musée du quai Branly-Jacques-Chirac et du Musée national Picasso-Paris, mais aussi de collections particulières d’Europe et du Canada, permettent d’explorer ces questions. Du 12 mai au 16 septembre 2018.


En Art contemporain, au MBAM toujours : Nadia Myre. Tout ce qui reste – Scattered Remains tient l’affiche jusqu’en mai. Il s’agit de la première exposition bilan de l’artiste québécoise autochtone Nadia Myre, regroupant une vingtaine d’œuvres – photographies, sculptures et vidéos – produites entre 2000 et 2017. L’artiste y dévoile en première canadienne Code Switching (Permutation de codes), une série produite dans le cadre de sa résidence à la Fonderie Darling en 2016-2017, sous le parrainage du MBAM. Jusqu’au 27 mai 2018. À l’été, Nous sommes ici, d’ici : L’art contemporain des Noirs canadiens réunira une dizaine d’artistes Afro-Canadiens, du Québec et du Canada, dont les installations abordent des questions raciales et identitaires. Relecture des mythes associés aux Afro-Canadiens, l’exposition révèle au visiteur la persistance des récits. Elle aborde la place de cette communauté dans notre société par l’expression multiple de voix et perspectives. Une exposition qui invite à réfléchir. Du 12 mai au 16 septembre 2018.


Le Musée McCord présente l’exposition de photographies Michel Campeau – Avant le numérique. Le photographe montréalais Michel Campeau, porte un regard subjectif et sentimental sur la culture matérielle héritée de la photographie avant le numérique. Ses images de chambres noires et ses collections de photos anonymes des années 1950 rendent hommage à la grande famille des photographes amateurs, dans laquelle le visiteur se reconnaîtra. Jusqu’au 6 mai 2018.


L’art public, qui a connu un essor phénoménal à Montréal au cours de 10 dernières années, est le sujet d’une série de conférences thématiques de l’historien de l’art et sociologue Jean De Julio-Paquin. Ces conférences dominicales gratuites jettent un regard rétrospectif sur l’émergence de l’art public et chacune d’elles aborde une catégorie précise et des oeuvres marquantes réalisées dans des arrondissements montréalais. Deux de ces rencontres sont à venir. La conférence du 8 avril prochain portera sur l’art mural, une pratique en forte croissance. La dernière conférence, le 6 mai, sera dédiée à l’art photographique et numérique, une catégorie qui se nourrit des possibilités exponentielles des nouvelles technologies. Les conférences ont lieu au Centre communautaire intergénérationnel999, avenue McEachran à Outremont. 514-495-6211.


L’Économusée du fier monde organise la 17e  édition de son encan bénéfice annuel, dont les profits lui permettent de poursuivre ses activités. Cette année, 54 œuvres seront offertes à l’encan crié et 12 œuvres à l’encan discret. L’événement se tiendra le mardi 8 mai 2018. Un cocktail sera servi à 17h, suivi de l’encan crié à 19h. Lors de la soirée sous la présidence d’honneur de Francine Grimaldi, Winston McQuade agira à titre de commissaire-priseur, appuyé par Annie Reynaud, animatrice. Catalogue en ligne : economusée.qc.ca, Billet : 50 $, 514- 528-8444. Exposition Variations sur l’art d’ici : les œuvres sont présentées du 25 avrilau 6 mai 2018, entrée libre à l’exposition.

 

Printemps 2018

Articles reliés

Comments are closed.