Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art
La Côte du Maine, acrylique, 12 x 16 po, 2013, La Côte du Maine, acrylique, 12 x 16 po, 2013,

Louise Calvé

Quand peindre est comme manger et boire

Grande rencontre

 « Il n’est en art qu’une chose valable, celle que l’on ne peut expliquer. » – Georges Braque

Je l’avoue, je suis tombé fou d’amour pour l’oeuvre et la femme, indissociable l’une de l’autre. Le nom de Louise Calvé est inscrit dans l’histoire de la peinture québécoise depuis les années soixante. Et la trajectoire de créativité prise par l’artiste mérite qu’on s’y arrête. Surtout pour en souligner les traits de caractère d’une artiste qui a su rapidement évoluer entre la figuration et l’abstraction omniprésente, presque obligée sous l’influence du mouvement du Refus Global. « L’expression artistique demande une liberté totale,  » explique l’artiste. Passée par Paris, elle dira sans hésiter que c’est là-bas que s’est opéré un « retournement » décisif.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 On retrouve les oeuvres de Louise Calvé sur les cimaises de la Galerie Michel-Ange, Montréal.

Texte de Michel Bois

Comments are closed.