Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art
Francis Alÿs, Children’s Game 12 / Sillas [Chaises musicales], 2012

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée d’art contemporain (MAC) s’unit à nouveau à MOMENTA | Biennale de l’image pour présenter Francis Alÿs : Jeux d’enfants. Célébré pour son œuvre à la croisée du politique et du poétique, l’artiste belge Francis Alÿs propose une lecture à la fois intime et politisée du caractère universel et unificateur du jeu. Composée de près d’une vingtaine de vidéos, la désarmante, touchante et ludique série Children’s Games (Jeux d’enfants) réunit un inventaire de scènes de jeu dans le monde. Les images montrent des enfants qui font d’objets relativement simples et anodins – pièces de monnaie, pierres, bouteilles de plastique, etc. – la matière première d’univers improbables et fantastiques. Jusqu’au 5 janvier 2020.


La peinture occupe une place d’honneur au Musée d’art contemporain cet automne avec un important survol de la dernière décennie du travail de la peintre montréalaise Janet Werner. Les visiteurs pourront mesurer toute l’étendue de la pratique de l’artiste, qui maîtrise un genre unique de portrait fictif mettant en scène des sujets inventés. Les références à la culture pop, à l’humour et au carnavalesque se mêlent à une aura d’étrangeté dans ses œuvres où elle explore plusieurs styles de portraits. Figure majeure de la peinture canadienne qui a grandement contribué au renouvellement de la forme du portrait, Werner brouille les frontières entre l’abstraction et le réalisme, entre le réel et l’imaginaire, pour le plus grand bonheur du spectateur. Du 31 octobre 2019 au 5 janvier 2020.


La Rotonde du MAC est revisitée de façon originale et décalée en faisant l’objet d’une nouvelle série d’impressions à jet d’encre de Gisele Amantea, qui fusionne des images photographiques de cet espace emblématique du Musée avec des dessins inspirés de gravures de Giovanni Battista Piranesi datant du milieu du 18e siècle. Son intention déclarée est d’exprimer une critique personnelle du Musée et une réflexion à la fois sur ses rapports de pouvoir et sur la relation qu’elle-même entretient avec l’institution en tant qu’artiste. En exposant ses œuvres justement dans la Rotonde, le MAC participe de façon ludique à sa propre critique, au moment où il approche le début d’un projet de transformation qui prévoit la disparition de cet espace. Du 9 octobre 2019 au 15 janvier 2020.


Au MAC également, avec l’exposition Je vois ce que tu regardes, le travail des artistes torontois Luis Jacob et montréalais Serge Tousignant se rencontre dans un jumelage inédit qui permet de voir comment un champ de recherche artistique, dans ce cas-ci l’expérience du spectateur, peut se traduire de différentes façons. Jacob propose aux visiteurs de parcourir un album d’images, son Album X, où l’hétérogénéité du matériel et l’absence de légendes descriptives créent un contexte où le spectateur est libre de reconstituer des associations et des rapprochements inusités. Les sculptures polychromes de Tousignant aux formes colorées ont quant à elles l’effet d’engager une relation plus directe avec le spectateur en agissant directement sur son expérience de l’espace. Du 31 octobre 2019 au 5 janvier 2020.


Alain Paiement : Bleu de bleu – Fruit de recherches qui se sont développées sur quatre années, l’œuvre Bleu de bleu s’étend sur une parcelle de l’autoroute 20, entre l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau et le centre-ville de Montréal. Dans le cadre de cette exposition, le MAC présente l’œuvre telle qu’elle a été acquise dans la collection du Musée : une installation composée de 32 éléments de nature vidéographique, photographique et sculpturale, dont la nature conceptuelle est intrinsèquement liée à son implantation in situ. L’œuvre du Musée demeure une expérience du temps et de l’espace, mais révélée à travers une paroi de données : documents, images, plans, dessins, relevés et projections. Du 31 octobre au 5 janvier 2020.


Sous la direction du commissaire invité Mehdi Brit et de Mark Lanctôt, conservateur au MAC, ÉMERGE est une manifestation dédiée à la performance contemporaine qui réunit une dizaine d’artistes canadiens et européens parmi les plus importants de la discipline. Rassemblement le plus complet consacré à l’art de la performance jamais monté au MAC, l’événement sera une rencontre stimulante du théâtre, des arts plastiques et de l’art corporel qui mettra notamment en lumière la pluridisciplinarité des pratiques actuelles les plus engageantes. Une série d’échanges et de conférences viendra ponctuer l’événement, en marge du programme d’œuvres présentées. Du 19 au 24 novembre 2019.


Automne mode au Musée McCord avec l’exposition Jean-Claude Poitras – Mode et inspirations. En effet, l’exposition consacrée au créateur de mode Jean-Claude Poitras s’installe au Musée McCord, à Montréal, ville natale de celui qui a marqué l’univers du prêt-à-porter montréalais, québécois et canadien. L’exposition invite à plonger dans l’univers du créateur et à découvrir ses sources d’inspirations à travers images d’archives, photographies, projections et objets aux côtés de vêtements qui ont marqué et marquent toujours la mode d’ici. Dès son enfance, le designer montréalais est interpellé par les textures, le mouvement des tissus, leur nature et leur couleur. Très tôt cette attirance tactile et visuelle pour la matière deviendra le fil conducteur de sa vie professionnelle. L’exposition Jean-Claude Poitras – Mode et inspirations convie le public à rencontrer l’homme derrière le créateur par le biais de trois zones présentant ses principales sources d’inspirations : la famille et la religion, les muses et le cinéma ainsi que les voyages. Du 24 octobre 2019 au 26 avril 2020.


Un voyage étonnant sur la route des Incas à Pointe-à-Callière. Afin de percer les secrets de l’Empire inca, ses origines et son héritage, et de mettre en valeur le grand raffinement de ses créations artistiques, Pointe-à-Callière présente l’exposition Les Incas… c’est le Pérou ! Le Musée invite le public à explorer le monde captivant de la culture andine et plus particulièrement celle du Pérou, de la préhistoire à l’ère contemporaine, à la découverte des splendeurs de la civilisation inca, à la fois héritière et légataire de coutumes et de savoir-faire parmi les plus riches du patrimoine mondial. En plus d’admirer la beauté et la singularité de la faune et de la flore du territoire andin, l’exposition permettra de découvrir différentes civilisations pré-incas, leurs rites et leurs savoir-faire dans les domaines de l’agriculture, de la céramique, de la métallurgie, de la sculpture et du tissage qui ont tous eu une influence majeure sur la culture inca. Puis, au cœur de l’exposition, on y découvre la richesse de la civilisation inca, son organisation sociale et ses étonnantes réalisations artistiques. Du 27 novembre 2019 au 13 avril 2020.


L’exposition Sculpter les mots : une rétrospective de Viatour-Berthiaume sera à l’affiche de l’Union des écrivaines et écrivains du Québec (UNEQ) et à la programmation du Festival international de la littérature (FIL) du 19 septembre au 5 décembre 2019. Entre 2008 et 2018, Marie-Annick Viatour et Gaétan Berthiaume s’immergent tour à tour dans les univers de Michel Tremblay, Fred Pellerin, Kim Thúy et Boucar Diouf et réalisent quatre corpus d’œuvres uniques en bois polychrome qui donneront lieu à des expositions qui seront mises en tournée à travers le Québec. L’UNEQ et le FIL vous propose de découvrir des œuvres de Viatour-Berthiaume qui mêlent beauté, ingéniosité et espièglerie puisées à même les 60 œuvres uniques réalisées en s’inspirant d’auteurs québécois. Les courts métrages Sous l’écorce des mots de Kim Thúy et Quand Boucar Diouf s’intègre au bois… (FIFA 2019) seront diffusés durant toute la durée de l’exposition. À la Maison des écrivains, 3492, avenue Laval, Montréal, 514 849-8540. Du 19 septembre au 5 décembre 2019.

 

Automne 2019

Articles reliés

Comments are closed.