Magazin'Art

pastel

L’AAPARS fête ses 35 ans

avec le peintre Juan Cristobal

Les gens qui font l’événement

Pour souligner cet événement, l’AAPARS est fière de recevoir l’artiste peintre international Juan Cristobal en tant qu’artiste invité à la 13e édition de son Exposition Concours Automnale. Tous les amateurs d’art sont conviés à venir visiter l’Exposition Concours qui présentera des œuvres d’une grande qualité, créées par les 72 artistes sélectionnés. Cet événement aura lieu les 22 et 23 octobre prochains au Centre Marcel-Dulude de 10 h à 17 h. Un défilé des artistes aura lieu le samedi 22 octobre à 13 h 30, suivi du vernissage et remise de prix à 14 h. Le Centre Marcel-Dulude est situé au 530, boulevard Clairevue Ouest à Saint-Bruno de-Montarville. Pour plus d’information, consultez www.aapars.com.

L’artiste invité, Juan Cristobal, est arrivé au Québec à l’âge de 17 ans. Après 35 ans de carrière en art, il a peint 2300 portraits au pastel et plus de 3000 tableaux à l’huile, pastel et acrylique représentant des paysages, scènes de vie, natures mortes et autres. Amateur et grand observateur de la nature, Juan Cristobal vit avec intensité les quatre saisons et les lumières changeantes du jour à la nuit. La peinture en plein air demeure une de ses plus grandes passions. Il est membre de l’Institut des Arts figuratifs du Québec, Maître en beaux-arts à l’Académie internationale des beaux-arts du Québec et Maître pastelliste à la Société de Pastel de l’Est du Canada. Il a fondé l’Académie Cristobal, École supérieure de dessin et peinture et enseigne à Montréal, Québec, Charlevoix et ailleurs.

Automne 2016

Pour souligner cet événement, l’AAPARS est fière de recevoir l’artiste peintre international Juan Cristobal en tant qu’artiste invité à la 13e édition de son Exposition Concours…

La cage, je resterai en vie, 24 x 70 po, 2016

Sandra Chevrier

Héroïsme au féminin

Sur le Web, présente des artistes inspirants qui utilisent les médias sociaux et diverses plateformes de partage dans le but de promouvoir leur art sur Internet.

L’artiste articule sa démarche sur la quête de liberté identitaire de la femme contemporaine : « Une réalité où le rôle de la femme est préconçu et où celle-ci se doit d’être à la fois aimante, puissante, passionnée et travailleuse, tout en respectant les diktats que la société dans laquelle elle évolue lui impose. »

Après plusieurs esquisses préparatoires, l’artiste transpose avec assurance sur le canevas ses personnages mélancoliques et énigmatiques. Dans sa dernière série « Les Cages Super Héros », les femmes de Chevrier sont muselées par des masques graphiques extraits de bande dessinée américaine. Pour l’artiste, ce mimétisme symbolise ces prisons sociales où elles cachent leur véritable identité. Dans ses œuvres, Sandra Chevrier confronte le dynamisme tiré des onomatopées, des couleurs vives et de la victoire face à la grisaille de la défaite et l’émouvante fragilité. Elle évoque ainsi la lutte quotidienne de ces femmes, nourries par les fausses attentes qu’elles se font de la beauté et de la perfection. « Si les Super-Héros tombent et se relèvent, alors nous devrions nous aussi accepter nos faiblesses et garder courage face à l’épreuve. Réalisons que nous sommes humains. »

Originaire des Laurentides et Bachelière en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal, Sandra Chevrier vit et travaille actuellement à Montréal. Ses œuvres voyagent au Japon, en Nouvelle-Zélande, en Angleterre, en Norvège, aux États-Unis et en Chine.

Parlez-nous de votre médium ?

S. C. : J’utilise plusieurs médiums : acrylique, aquarelle, pastel, graphite et parfois le collage. Je peux produire de très grands formats sur canevas ou concevoir de plus petites œuvres sur papier. J’aime aussi travailler avec le bois; avec celui-ci je peux jouer avec des formes atypiques.

Si vous aviez à écrire un tweet de moins de 140 caractères décrivant votre travail artistique, quel serait ce tweet (mots-clics inclus) ?

S. C. : Portraits portant des masques. Cages symbolisant nos prisons quotidiennes. Valse entre réel et imaginaire, vrai et faux, remède et poison.

Quelle est l’importance pour un artiste peintre d’avoir son site Internet et une présence sur les médias sociaux ?

S. C. : Les réseaux sociaux sont devenus les meilleurs outils dont peut bénéficier un artiste. L’art devient maintenant accessible aux humains aux quatre coins du monde en quelques clics seulement. Il voyage lui-même sans effort. Les galeries en souffrent beaucoup; les artistes n’ont plus nécessairement besoin d’une galerie ou d’un agent car ils peuvent eux-mêmes promouvoir leur travail, et ce, sans débourser le moindre sou. Je suis très active sur les réseaux sociaux et ils sont la principale raison de mon succès à l’international.

Que recommandez-vous aux artistes qui n’ont pas de site Internet et qui n’ont pas ou très peu de budgets ?

S. C. : Il y a plusieurs façons de promouvoir gratuitement son travail. Instagram serait mon premier choix, ensuite viennent les sites comme Facebook, Ello, les forums d’art tels que Banksy Forum et Espresso Beans, LinkedIn, Pinterest….

Sur un le plan professionnel, combien de temps investissez-vous dans les médias sociaux ?

S. C. : Tous les jours je tente de publier au moins une photo ou quelques photos sur Instagram. Les gens qui suivent mes profils aiment voir les work in progress, des esquisses, ma vie dans l’atelier, certains moments de ma vie… Ainsi ils réalisent le travail derrière une œuvre. Ils m’accompagnent dans mes voyages autour du monde et lors de mes expositions. Ils apprennent à connaître un peu qui je suis, comme personne, comme maman, femme d’affaires et artiste.

 

La cage tout ce que je suis

La cage tout ce que je suis

 

Quel est l’impact des médias sociaux sur votre carrière ?

S. C. : J’ai maintenant des clients dont je n’aurais d’aucune autre façon pu acquérir les contacts : des célébrités, des investisseurs milliardaires. Par exemple, je suis maintenant amie avec la chanteuse Alicia Keys et le rappeur Swizz Beatz, fondateur de la « The Dean Collection ». Cette prestigieuse collection s’est enrichie de plusieurs œuvres d’artistes émergents et reconnus.

Votre page Facebook a près de 19 000 abonnés. Utilisez-vous cette plateforme pour faire la promotion de votre travail artistique ?

S. C. : Je vous avoue que depuis ma découverte d’Instagram, je préconise cette plateforme plutôt que Facebook. Pour un artiste visuel qui travaille avec des images, Instagram semble plus efficace et m’aide à rejoindre un plus large public. Je compte maintenant plus de 40 000 abonnés sur cette plateforme. Cependant, pour un meilleur contrôle de mes médias et une gestion plus efficace, je relie mon compte Instagram à mes comptes Twitter et Facebook.

Avez-vous une galerie marchande sur Internet ? Si oui, quelle place les transactions en ligne occupent-elles dans vos revenus ? Sentez-vous une réticence de la part des artistes à vendre leurs pièces en ligne ?

S. C. : J’ai vendu par moi-même durant plusieurs années jusqu’à ce que ma carrière prenne un virage international. J’expose aux quatre coins du globe, j’ai donc des clients de partout. Mon partenaire d’affaire et gérant d’artiste Jean-Pascal Fournier a ouvert la Galerie C.O.A et une galerie marchande en ligne dans le but de disposer d’un lieu physique à Montréal et, du coup, nous donner une certaine crédibilité. Maintenant je peux faire imprimer une édition de 350 giclées ou sérigraphies qui se vendront en moins de 15 secondes sur le site. J’y vends aussi des originaux. Le site Internet et la galerie nous ont également permis d’acquérir une liste de contacts et de clients qui se sont ajoutés à notre infolettre. Ils sont avisés dès qu’il y a des œuvres disponibles. Après quelques essais et erreurs, nous travaillons maintenant avec des compagnies de transport de confiance et qui acheminent les œuvres partout dans le monde. Évidemment il peut arriver des pépins, mais les gens nous font confiance et sont conscients des risques. Nous offrons un bon service après-vente en cas de problème.

Quels sont vos projets pour les 6 prochains mois (ou +) ? Expositions ? Résidences d’artiste ? Formations ?

S. C. : Je reviens tout juste d’une exposition à Hong Kong et à New York. Je me lance dans la production de ma prochaine exposition solo qui aura lieu à Los Angeles à l’automne. J’exposerai également en Norvège, en Australie et à Miami d’ici la fin de l’année.


Texte de Isabelle Gagné

Tous les liens pour suivre Sandra Chevrier sur le Web afin de rester connecté avec cette artiste :

Site internet officiel : sandrachevrier.com

Facebook : Facebook.com/sandra.chevrier

Instagram : instagram.com/sandrachevrier

Sandra Chevrier est représentée par la Galerie C.O.A à Montréal : coagallery.com

 

Nous vous invitons aussi à rester connecté avec Magazin’Art sur nos différents médias :

Site Internet officiel : magazinart.com

Twitter : twitter.com/magazinart

Facebook : facebook.com/magazinart

Pinterest : pinterest.com/magazinart

L’artiste articule sa démarche sur la quête de liberté identitaire de la femme contemporaine…

entourant marie-Hélène Lapointe au centre, à gauche Francine Bouchard, Suzanne Godbout et à droite, Kim c. Pelletier et Joyce Paradis

Quatre nouveaux membres

à l’institut des arts figuratifs

Les gens qui font l’événement

L’institut des arts figuratifs annonce que quatre artistes ont été sélectionnés pour devenir membres signataires de l’organisme national. Le choix de ces artistes est l’aboutissement d’un processus fait par un Comité de sélection qui a procédé à l’analyse des dos- siers de candidature à partir d’une grille d’évaluation rigoureuse. Il s’agit des artistes peintres Francine Bouchard, aquarelle, Trois-Rivières, Suzanne Godbout, pastel, Contrecoeur, Kim C. Pelletier, huile, Montréal, et Joyce Panadis, dessin, Odanak.

Fondé en 1986, l’IAF a comme objectif la promotion de l’art figuratif de qualité et la reconnaissance d’artistes œuvrant spécifi- quement dans cette forme d’expression. Ayant développé une véritable expertise en art figuratif, l’IAF regroupe plus de 145 membres professionnellement actifs en peinture, sculpture et autres techniques artistiques. Plusieurs jouissent d’une renommée nationale et même internationale. À l’occasion de son assemblée générale annuelle tenue le 24 avril dernier, l’IAF s’est donné un nouveau président en la personne de M. Pierre Morin. Ce dernier sera appuyé d’une équipe dynamique d’administrateurs composée de mesdames Suzanne Therrien, Kim Veilleux, Carole Bonneau et de monsieur Jean-Pierre Neveu.

Été 2016

L’institut des arts figuratifs annonce que quatre artistes ont été sélectionnés…

Exposition Concours Automnale

de l’AAPARS

Les gens qui font l’évènement

L’AAPARS recevra à titre d’artiste invité, pour la 12e édition de son Exposition Concours Automnale, Monsieur Jean-Claude Poitras, designer de mode réputé et artiste peintre. Cet événement aura lieu les 31 octobre et 1er novembre 2015, vernissage le samedi 31 octobre à 15 h, au Centre Marcel-Dulude à Saint-Bruno-de-Montarville. M. Poitras exposera ses oeuvres récentes et rencontrera le public. Ce talentueux designer de mode a débuté sa carrière d’artiste peintre au hasard d’un week-end pluvieux des années 1990 au cours duquel il a ressorti ses pastels et s’est remis à semer des idées. Depuis lors, il enrichit son terreau fertile, explorant l’aquarelle, le pastel et les encres de Chine qu’il couche sur des papiers faits mains, du verre et des canevas. L’exposition Concours présentera des oeuvres d’une grande qualité créées par les 72 artistes sélectionnées par un jury indépendant.

L’AAPARS a connu un grand succès à l’occasion de son Exposition Printanière 2015, les 2 et 3 mai derniers au Pavillon Jordi-Bonet à Mont-Saint-Hilaire. Elle y a attiré près de 1000 personnes pour admirer les oeuvres de plus de 68 artistes peintres, membres de l’AAPARS. L’événement s’est déroulé avec la participation de l’artiste invité, M. André Michel, artiste peintre et sculpteur, président fondateur du Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire et de la Maison amérindienne qui célèbrent cette année leur 20e et 15e anniversaire de fondation.

Été 2015

 

L’AAPARS recevra à titre d’artiste invité, pour la 12e édition de son Exposition Concours Automnale, Monsieur Jean-Claude Poitras…