Magazin'Art

Musée Stewart

Une saison en art Montréal

MONTRÉAL

Région métropolitaine

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN. Cette importante exposition pluridisciplinaire offre une lecture inédite du cinéma western en considérant ses liens avec les arts visuels (peinture, sculpture, photographie) depuis le milieu du XIXe siècle à nos jours. La création, la  transmission et la transformation du mythe western en Amérique y sont étudiées. Plus de 400 peintures, sculptures, installations, photographies, artéfacts,  photogrammes et extraits de films rendent compte de l’évolution du genre marqué par un dialogue incessant entre les beaux-arts et le cinéma. L’exposition célèbre la beauté du western et expose également ses versants plus sombres. Elle  aborde certains préjugés envers les peuples des Premières Nations que le western a contribué à perpétuer et explore des thèmes reliés à des questions toujours actuelles telles que  la violence, la représentation stéréotypée des genres, les relations interraciales et l’acceptation de la différence. Elle entend démontrer à quel point l’art a le pouvoir à la fois d’entretenir et de remettre en cause les croyances les plus répandues. Du 14 octobre 2017 au 4 février 2018.


Le Musée des beaux-arts de Montréal vient d’acquérir un tableau remarquable, le modello, ou modèle achevé, du célébrissime Portrait de Louis XIV en habit  royal par Hyacinthe Rigaud (Musée du Louvre, Paris). Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du musée affirme : « Nous sommes très heureux d’avoir pu saisir sur le marché de l’art cette  icône de la peinture, le modello d’un des portraits les plus fameux  de l’histoire de l’art occidental. Souvent répliqué et même pastiché, il est à l’origine d’une riche lignée iconographique du portrait type du souverain. Ce tableau s’intègre avec pertinence dans notre collection en art international historique, car Louis XIV a permis à la Nouvelle France de passer véritablement du stade de comptoir commercial au stade de colonie de peuplement. »


Le Musée des beaux-arts de Montréal et sa directrice générale et conservatrice en chef, Nathalie Bondil, ont été honorés de quatre prix soulignant le travail accompli dans la promotion de la diversité et de l’inclusion. Le prix Paul Gérin-Lajoie de l’organisme Ensemble pour la diversité et le prix Phénicia Socitété 2017 de la Chambre de commerce LGBT du Québec ont été remis à Nathalie Bondil. Le MBAM a reçu le prix Allié.e. de la Fondation Émergence et a été désigné « partenaire de l’année » par l’organisme Le Gris-Montréal. Ces reconnaissances soulignent les efforts  déployés par le Musée et sa directrice afin de soutenir les nombreux programmes et initiatives favorisant l’inclusion et la diversité.


La rentrée culturelle 2017 au Musée McCord s’amorce sous le signe de la photographie contemporaine, grâce à des expositions qui dévoilent des œuvres inédites et jettent un éclairage sur une démarche moins connue du public. Ainsi, depuis le début du mois de septembre, le Musée présente l’installation Jayce Salloum – location/dis-location(s): beyond the pale, dans le cadre de MOMENTA | Biennale de l’image. Continuité d’une archive photographique que Jayce Salloum constitue depuis 1979 au fil de ses voyages à travers le monde, cette encyclopédie subjective faite d’images personnelles et publiques organisées par thèmes, aborde des questions liées aux territoires disputés, au nationalisme, à l’intégration sociale ou aux crises identitaires. Jusqu’au 12 novembre 2017.


Le Musée McCord présentera également l’exposition GABOR SZILASI : LE MONDE DE L’ART, Photographies de vernissages à Montréal, 1960-1980. L’exposition proposera une quarantaine de photographies de Gabor Szilasi, pour la plupart inédites, montrant des vernissages d’expositions et d’autres événements artistiques qui ont eu lieu à Montréal entre 1960 et 1980. Dans un style documentaire spontané, elles immortalisent des visages, des lieux et l’effervescence de la scène artistique montréalaise à une époque de bouleversements sociaux et culturels. Du 7 décembre 2017 au 8 avril 2018.


Novembre marque l’arrivée au Musée McCord de l’exposition annuelle consacrée aux jouets, qui s’intitule TOHU-BOHU AU PAYS DES CONTES. Cette exposition est une invitation à découvrir l’univers des contes merveilleux qui ont enchanté des générations d’enfants et qui continuent de les charmer aujourd’hui : Le Petit  Chaperon rouge, Hansel et Gretel, Jacques et le haricot magique, La Petite Sirène et Cendrillon. Ces récits sont réinterprétés dans un espace immersif et ludique. Le jeune visiteur sera invité à découvrir un univers bouleversé par un mauvais sort jeté par la fée Carabosse. Du 19 novembre au 11 mars 2018.


Intitulée QUÉBEC, une très grande fresque néo-réaliste, produite par l’artiste new-yorkais Adam Miller, sera exposée dans l’Atrium du Musée McCord pour quelques jours seulement. Commanditée par l’homme d’affaires montréalais Salvatore Guerrera dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, la toile d’une dimension de près de neuf mètres carrés porte sur l’histoire du Québec et sa place dans le Canada. Du 2 au 5 novembre 2017.


Les pères Noël s’installent au Musée Stewart. Cette exposition, devenue une tradition incontournable du temps des fêtes, est de retour pour une 5e édition. Petits et grands pourront apprécier une étonnante collection composée d’une trentaine de figurines de pères Noël, dont  plusieurs ont été confectionnées à la main par des artistes charmés par la magie de Noël. Pour ajouter à la féérie de Noël, l’élégant château de poupées Szálasi, qui s’illumine et s’anime au son de la musique, sera également  exposé, ainsi que des photographies illustrant l’hiver montréalais au début  du 20e siècle et des capsules  sur les traditions de Noël. Du 15 novembre 2017 au 7 janvier 2018.


L’exposition permanente du Musée Stewart, Histoires et Mémoires, révèle près de 500 artéfacts, documents, livres rares, cartes et armes anciennes issus des collections du Musée. Mettant en lumière différentes périodes de notre histoire, telles les grandes explorations en Amérique, la vie en Nouvelle-France, la fondation de Montréal, le développement des sciences et les grands conflits, cette exposition s’inscrit comme une destination  de premier plan pour souligner le 150e anniversaire du Canada. À noter que les 28 et 29 octobre, de 10h à 17h, les  esprits malins s’emparent du Musée pour l’Halloween. À cette occasion, parents et enfants sont invités à se présenter costumés au Musée.


Le Partenariat du Quartier des spectacles propose aux Montréalais et aux touristes une expérience artistique inédite : KM3 (prononcé kilomètre cube). Faisant partie de la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal, cet événement est un grand parcours d’art public créé à l’occasion des festivités de la ville. Une vingtaine d’œuvres originales investissent les façades, les places, les parcs, les trottoirs et les vi­trines du territoire du Quartier des spec­tacles pour  permettre au public de voir la ville sous un nouveau jour: surprenante, onirique, rémventée. KM3 propose une déambulation à travers le Quartier des spectacles, des places iconiques jusqu’aux lieux les plus  insolites, réunissant des œuvres immersives,  interactives ou contemplatives conçues spécialement pour Montréal, qui plairont autant au grand public et aux familles qu’aux initiés. Une série de rendez-vous  rassembleurs et festifs animera également le quartier des spec­tacles, mettant ainsi en valeur ce parcours d’art public. Pour obtenir plus d’informa­tion, consultez le km3artpubic.com et le quartierdesspectacles.com. Présentement en cours, jusqu’au 15 octobre 2017.

Automne 2017

À l’agenda cette cet automne à Montréal

MONTRÉAL

Au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Toulouse-Lautrec affiche la Belle Époque, qui connaît un vif succès, se poursuit. Une occasion exceptionnelle d’admirer pour la première fois une collection particulière de près de 100 estampes et affiches d’Henri de Toulouse-Lautrec, artiste français qui a saisi comme nul autre l’âme de la vie nocturne parisienne à l’orée du XXe siècle. Jusqu’au 30 octobre 2016.


Le Musée des beaux-arts de Montréal présente également l’exposition She Century – Tracer son portrait, de l’artiste québécoise Julie Favreau. Réalisé en 2015 dans le cadre d’un quatrième parrainage d’artiste en résidence à la Fonderie Darling par le MBAM, ce projet explore par la vidéo, la photographie et la sculpture, la charge évocatrice et symbolique qu’un geste peut révéler par l’interaction à un objet. Jusqu’au 13 novembre 2016.


Le Centre des arts graphique du Musée des beaux-arts de Montréal devient le théâtre des fantasmes et des visions cauchemardesques de quelques-uns des plus grands maîtres de la gravure de la fin du XIXe siècle, avec l’exposition « Le soleil noir de la Mélancolie » – Monstres inconscients, de Goya et Blake à Redon et Munch. Cette exposition, dont le titre « Le soleil noir de la Mélancolie » est tiré du sonnet El desdichado de Gérard Neval, rassemble dessins et lithographies d’une quinzaine d’artistes romantiques qui ont puisé dans leur imagination créatrice matière à susciter des émotions fortes chez le spectateur. Jusqu’au 11 décembre 2016.


Le Musée des beaux-arts de Montréal accueille cet automne l’exposition Focus : Perfection – Robert Mapplethorpe, consacrée à l’un des photographes les plus in- fluents et controversés du XXe siècle. En exclusivité canadienne, cette première grande rétrospective en Amérique rassemblera quelque 250 œuvres du photographe américain Robert Mapplethorpe (1946- 1989) reconnu pour ses compositions maîtrisées et pour l’audace de ses sujets ayant suscité des réflexions nouvelles sur les questions de genre, de race et de sexualité. L’exposition couvre la carrière globale de l’artiste, depuis ses premières productions de la fin des années 1960 jusqu’à sa mort prématurée en 1989. Elle dévoile les méthodes de travail et les techniques préférées du photographe ainsi que le caractère spontané et expérimental de sa pratique, tout en mettant l’accent sur la perfection esthétique de ses tirages. Du 10 septembre 2016 au 22 janvier 2017.


Écho féminin à la grande rétrospective que le MBAM consacre au photographe Robert Mapplethorpe, l’exposition Elles photographes réunit plus de 70 œuvres de 30 photographes contemporains d’ici et d’ailleurs. Ce riche corpus d’œuvres est l’occasion d’observer la pluralité des approches et des thèmes qui singularisent le regard féminin contemporain. Au-delà de leur travail photographique, ces artistes sont aussi anthropologues, archéologues, performeuses et militantes. Elles appréhendent le monde à travers leur objectif et s’intéressent aux territoires du « féminin » en mettant à nu leur propre corps, s’interrogeant sur les notions de beauté et d’identité. Jusqu’au 19 février 2017.


Dans le cadre de La Biennale de Montréal 2016, Le Musée des beaux-arts de Montréal accueillera l’artiste de réputation internationale Kerry James Marshall au Carré d’art contemporain, pavillon Jean-Noël Desmarais. Considéré parmi les artistes américains les plus importants de sa génération, Marshall interroge la représentation des Afro-Américains dans la société et l’histoire de l’art, à travers une œuvre multidisciplinaire allant de la peinture à la bande dessinée. Réalisant des portraits, des intérieurs, des nus et des paysages dans divers médiums, Marshal assemble des événements réels et imaginés tirés de l’histoire et de la culture afro-américaines. Du 19 octobre 2016 au 29 janvier 2017.


Présentement en cours au Musée McCord, l’exposition Grandes demeures, Montréal, 1974 – Photographies de Charles C. Gurd. Dans les années 1910 à 1930, de célèbres hommes d’affaires montréalais comme Louis-Joseph Forget, entre autres, se firent ériger par les meilleurs architectes de l’époque de somptueuses résidences représentatives du style edwardien. Cette exposition témoigne d’un style et d’un art de vivre désormais révolus. Elle réunit quarante magnifiques photographies en noir et blanc, prises à la lumière naturelle en 1974 par un jeune architecte et artiste photographe montréalais, Charles C. Gurd. Elles illustrent l’intérieur de ces maisons exceptionnelles, transformées ou disparues au fil du temps, avec l’évolution du mode de vie et des goûts des nouvelles générations. Jusqu’au 16 novembre 2016.


Dans le cadre des festivités entourant le 375e anniversaire de Montréal et le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, le Musée McCord présente une grande exposition thématique, Notman, photographe visionnaire, sur la vie et l’œuvre de ce Montréalais d’origine écossaise, le plus grand photographe canadien du 19e siècle et pionnier de la photographie au Canada. Proposant un point de vue renouvelé sur la carrière de William Notman (1826-1891), cette présentation s’articule autour des aspects étonnamment modernes de la personnalité de l’artiste qui ont contribué à son immense succès. L’exposition réunit près de 300 photographies et objets puisés essentiellement dans la collection du Musée. Si les épreuves d’époque sont au cœur de l’exposition, diverses installations en nouvelles technologies viendront compléter l’expérience du visiteur. Du 4 novembre 2016 au 26 mars 2017.


Une exposition permanente au Musée McCord sera définitivement fermée à compter du 23 janvier 2017. Il s’agit de l’exposition Montréal – Points de vue. Dix facettes différentes de l’histoire de la ville de Montréal, des premiers occupants avant l’arrivée des Européens jusqu’à la ville moderne avec son métro et ses gratte-ciel. Le public peut y découvrir ses quartiers mythiques, les moments forts de son histoire, les gens qui ont marqué son développement. Le Musée pose un second regard sur la métropole en exposant le travail de l’artiste contemporain Kent Monkman, Bienvenue à l’atelier : une allégorie de la réflexion artistique et de la transformation. Jusqu’au 23 janvier 2017.


En permanence au Musée McCord, l’exposition Porter son identité – La collection Premier Peuples. Cette exposition propose aux visiteurs de partir à la découverte de l’héritage des Premiers Peuples, véritable témoin de la richesse de leurs cultures et de leurs identités. Elle convie le public à com- prendre l’importance du vêtement dans le développement, la préservation et la communication des identités sociale, culturelle, politique et spirituelle des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Une exposition à découvrir ou à redécouvrir alors que près de 85 % des objets sont renouvelés régulièrement.


Au Musée Stewart, les esprits curieux sont invités pour l’Halloween. Durant le weekend de l’Halloween, du 28 au 31 octobre, l’exposition Curiosités – La collection du Musée Stewart mise en scène par Jérôme Fortin, prendra des allures de cabinet de curiosités hanté autour duquel une programmation familiale spéciale sera proposée. Le vendredi 28 octobre, dès 19h, le Musée organisera une expérience nocturne intitulée Objets curieux, objets hantés, et les samedi et dimanche 29 et 30 octobre, place aux créatures étranges pour l’activité Drôles de monstres. Les visiteurs sont conviés à se présenter costumés à l’accueil du Musée afin d’être gâtés de friandises. L’exposition Curiosités présentant plus de 370 objets hétéroclites et inusités datant du 16e au 20e siècle se poursuit jusqu’au 12 mars 2017.

Automne 2016

 

 

 

 

 

 

 

Au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Toulouse-Lautrec affiche la Belle Époque, qui connaît un vif succès, se poursuit. Une occasion exceptionnelle d’admirer pour la première fois une collection particulière…

MONTRÉAL

Présentée au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Partenaires en design : Alfred H. Barr, Jr. et Philip Johnson met l’accent sur un aspect essentiel de l’évolution du design moderne américain soit la collaboration entre le premier directeur du Museum of Modern Art (MoMa) de New York et le premier conservateur d’architecture de ce musée. L’exposition souligne l’apport de ces deux visionnaires et amis qui ont répandu les idées du Bauhaus et fait connaître le design et l’architecture modernes en Amérique du Nord. En mettant l’architecture, le design, la photographie et le cinéma sur le même pied d’égalité que les beaux-arts, Alfred H. Barr, Jr. et Philip Johnson ont transformé la vocation des musées et de l’enseignement de l’art sur tout le continent. L’exposition conjugue la présentation d’objets de design à une expérience originale qui rend hommage à l’esprit audacieux des deux  hommes. Jusqu’au 21 août 2016.

 

Déjà vue par plus de 202 000 visiteurs au Musée des beaux-arts de Montréal et plus de 87 000 au Virginia Museum of Fine Arts à Richmond, l’exposition Métamorphoses : dans le secret de l’atelier de Rodin s’est posée pour une 3e étape au Peabody Essex Museum, à Salem (Massachusetts). Organisée par le MBAM, en collaboration avec le Musée Rodin de Paris, cette exposition bénéficie de prêts exceptionnels du Musée Rodin, dont les plâtres anciens d’atelier et monumentaux Le Penseur et Le Baiser en tournée pour la première fois en Amérique du  Nord. L’exposition à Salem réunit 175 sculptures d’Auguste Rodin, en plus de révéler le processus créatif de ce grand maître, jusqu’au 5 septembre 2016. L’exposition s’envolera par la suite vers Groningue aux Pays-Bas, où elle sera présentée au Groninger Museum du 19 novembre 2016 au 20 avril 2017.

 

Le Musée McCord présente l’exposition Eleganza – La mode italienne de 1945 à aujourd’hui. Cette impressionnante exposition célèbre le travail des designers parmi les plus réputés qui ont marqué l’univers de la mode italienne au cours de la période suivant la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Elle dresse un portrait global et historique des moments charnières ayant contribué à l’essor de la mode italienne et à son évolution et souligne la qualité exceptionnelle des techniques, des matériaux et des savoir-faire qui ont permis de forger la réputation de l’Italie au sein de l’industrie mondiale de la mode. Le public découvrira de multiples robes et costumes des plus grands créateurs et quelques pièces de talents émergents ainsi que de nombreux accessoires. L’exposition regroupe près de 130 objets, incluant 100 pièces de vêtements, véritables témoins du glamour et de l’influence de la mode italienne de 1945 à aujourd’hui. Jusqu’au 25 septembre 2016.

 

Présentement en cours au Musée Stewart, l’exposition Curiosités – La collection du Musée Stewart mise en scène par Jérôme Fortin regroupe des objets hétéroclites et inusités issus des collections du Musée. L’exposition a été conçue en collaboration avec l’artiste Jérôme Fortin, reconnu pour ses œuvres inspirées des cabinets de curiosités du 16e siècle. Dans cette interprétation artistique, les sens, la surprise et l’émerveillement sont au cœur de l’expérience du visiteur. Petits et grands sont appelés à découvrir des univers à la fois singuliers et poétiques en parcourant des pièces mystérieuses. L’exposition regroupe plus de 370 objets historiques rares et inédits datant du 16e au 20e siècle dans un espace contemporain qui saura surprendre et séduire le public. Les objets de la collection sont disposés d’une manière totalement différente et fascinante impliquant la participation des visiteurs qui, pour les découvrir, devront ouvrir des portes, observer par des fenêtres ou même épier par le trou de la serrure. Jusqu’au 12 mars 2017.

Été 2016

Présentée au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Partenaires en design…