Magazin'Art

Galerie Richelieu

Globe-trotters diptyque 2 fois, 48 x 36 po (détail)

Tania Lebedeff

Émergences des images en « va-et-vient »

Grande rencontre

« Pour voir le monde autrement, il faut commencer par penser autrement. » Anton Gill

Sans l’ombre d’un doute, Tania Lebedeff, travaille en parfaite synchronicité de ses deux hémisphères : gauche et droit. Cette affirmation est déduite du constat de l’élaboration de son œuvre en macrocosme global et entier. Soit là où la silhouette humaine se métamorphose en ne se limitant pas à présenter qu’un seul angle de lecture ou d’approche, mais en nous faisant voir également des personnages en filigrane provenant de la profondeur de la toile. Le tout, enveloppé d’un univers allant au-delà de la matière pour mieux pénétrer, peut-être, la psyché.

Nuit de pleine lune, 48 x 48 po - photo © Guy l’Heureux

Nuit de pleine lune, 48 x 48 po – photo © Guy l’Heureux

Systèmes et doctrines surréalistes que tout cela ? Peut-être. Or, il me semble que l’ambition intrinsèque de la peintre s’oriente plutôt à percer les secrets de l’âme et de la passion de créer. De fait, Tania Lebedeff sait placer la poésie, le mouvement, puis le merveilleux des découvertes visuelles, de manière à nourrir la perception offerte au spectateur. Comprendre alors que ces œuvres trouvent leurs sens et leur singularité en s’imprégnant longuement au sein de la compréhension dominée par les relations entre le fond et la forme. Le fond étant le plan le plus éloigné dans l’image mais qui ressurgit à la surface dans une valse-hésitation surplombant la forme en surface. Subrepticement l’âme devient visible et relègue au second plan l’être incarné.

Les errants, 36 x 48 po - photo © Guy l’Heureux

Les errants, 36 x 48 po – photo © Guy l’Heureux

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Pour rejoindre Tania Lebedeff :

À l’atelier : 1087, Boul. Laurier, Mont-Saint-Hilaire (Québec) Canada J3G 4S6 514 834-6543

tanialebedeff.com

tanialebedeff@hotmail.com

À Montréal : Galerie Richelieu, 7903, rue Saint-Denis, Montréal (Québec) Canada H2R 2G2 514-381-2247

info@galerierichelieu.com

Image d’en-tête : Globe-trotters diptyque 2 fois, 48 x 36 po (détail) – photo © Guy l’Heureux

Sans l’ombre d’un doute, Tania Lebedeff, travaille…

L’observatrice, 3/8 21 x 23 po

Hommage à Gérard Bélanger

(1936 – 2019)

La nouvelle est tombée comme une tonne de briques. Gérard Bélanger n’est plus. On pouvait s’y attendre en considérant ses 83 ans. Mais on le croyait éternel tellement il avait de l’énergie et ce sens inné pour s’adjoindre l’énergie de la vie. Rappelons que le sculpteur a été un pionnier de la fonderie d’art au Québec. On pense à la mise en fonction de la fonderie d’Inverness au moment où les sculpteurs québécois devaient se rendre en Ontario ou aux États-Unis pour réaliser leurs œuvres. On retiendra de l’œuvre de Gérard Bélanger ce sens unique de la beauté défiant les tensions et les élans vers l’équilibre de personnages truculents, ciselés à la manière d’un diamant des profondeurs. Son savoir. Sa générosité. Son enthousiasme, mais surtout son dynamisme nous manque déjà. Merci pour tout, Maître Bélanger !

La mère et l’enfant, 6/8 15 x 11 po

La mère et l’enfant, 6/8 15 x 11 po

Un remerciement spécial à la Galerie Richelieu, 7903, rue Saint-Denis, Montréal, QC – 514 381-2247, pour la gracieuseté des images de la création de Gérard Bélanger, qu’elle représente.

La nouvelle est tombée comme une tonne de briques…

Miguel Forest

Sentir ou rien

À découvrir

« Représentation servile d’un paysage…Impossible! L’artiste paysagiste crée toujours, et avant tout, à partir de ce qu’il est à l’intérieur ! » – Fabienne Verdier, philosophe.

Chers paysagistes pour qui la vérité a le bleu du ciel et de l’eau, le blanc de la neige, le vert des conifères et l’orangé des ondulations du foin brûlé; que je vous aime, vous qui savez dire votre amour à la vie par la nature qui vous entoure ! Véritable découverte en ce qui me concerne, la création sentie de Miguel Forest en est l’heureux témoignage le plus probant.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte de Michel Bois

Miguel Forest est représenté par : Art et Style, Montréal et Baie-Saint-Paul; Galerie Internationale, Québec; Galerie Richelieu, Montréal

Chers paysagistes pour qui la vérité a le bleu du ciel et de l’eau, le blanc de la neige, le vert des conifères et l’orangé des ondulations du foin brûlé…

Aux couleurs du Portugal

avec Luce Lamoureux

Les gens qui font l’évènement

À travers les couleurs chaudes du Portugal, les oeuvres de l’artiste peintre Luce Lamoureux ont été accueillies à la Galerie Colorida à Lisbonne, ce 24 janvier 2015. Les tableaux de cette artiste, où des mouvements aux couleurs chatoyantes procurent des impressions de fleurs, sont très appréciés des amateurs d’art. Située au coeur de Lisbonne, la galerie Colorida organise périodiquement des expositions et vernissages pour des artistes provenant de différents pays d’Europe et d’Amérique, en un lieu  pittoresque et lumineux qui met en valeur les créations de chacun. Aussi représentée par la galerie French Art Network en Louisiane et en Californie, ainsi que chez Art’et Miss à Paris, l’artiste peintre se dit fort satisfaite de ces expositions à l’international. Plus près de nous, Luce Lamoureux sillonnera cette année le Québec et l’Ontario en participant à de nombreux symposiums de peinture. Elle sera aussi présente à la Galerie Richelieu à Montréal, le dimanche 26 avril, pour une porte ouverte qui se poursuivra durant quelques semaines. Une dizaine d’oeuvres nouvelles de grand format fleuriront le printemps à cette galerie où son travail est exposé depuis plusieurs années.

Printemps 2015

À travers les couleurs chaudes du Portugal, les oeuvres de l’artiste peintre Luce Lamoureux ont été accueillies à la Galerie Colorida à Lisbonne…

Dominique Normand

Peintre figurative contemporaine

Sur le web présente des artistes inspirants qui utilisent les médias sociaux et diverses plateformes de partage dans le but de promouvoir leur art sur Internet.

Diplômée en art graphique et en photographie, Dominique Normand a travaillé de nombreuses années pour la télévision et le cinéma. C’est tout naturellement que l’artiste s’est mise au pinceau en 2001.

Peindre lui procure un sentiment d’accomplissement nous explique-t-elle : « Quand je peins, j’entre dans le grand jeu magique de la vie. De paysage en paysage, mon cheminement me pousse à vouloir percer les mystères de la nature sans cesse en mouvance et l’évanescence de ses manifestations ».

L’artiste est aussi connue pour ses nombreux pèlerinages en terre sauvage. C’est dans les contrées lointaines au nord du Québec là où le temps dessine les forêts, les rivières, les marécages et les montagnes qu’elle puise l’inspiration pour ses oeuvres. Son intérêt viscéral pour la sagesse, la culture et les moeurs des peuples autochtones lui insuffle les codes qui sont à la base de son corpus créatif et des prémices de son langage pictural. C’est à travers ses peintures qu’elle illustre l’interrelation existentialiste et cette force imperceptible qui la fascine chez ces peuples.

Dominique Normand a participé à plusieurs expositions solos et collectives à travers le Québec dont à la Galerie Richelieu de Montréal, au Manifest’art à St Adolphe d’Howard, et aussi à New York et Los Angeles. L’artiste vit et travaille présentement dans les Laurentides.

Nishiyuuhires

Nishiyuuhires

Si vous aviez à écrire un tweet de 140 caractères décrivant votre travail artistique, quel serait ce tweet ?

D.N. : « Mon art s’inspire de mes pèlerinages et séjours en terre autochtone et forêts du nord du Québec et en célèbre l’esprit véritable. » #peinture

Pour un artiste, quelle est l’importance d’avoir un site Internet ?

D.N. : Un site Internet permet de présenter rapidement des oeuvres à distance tout en discutant avec un client potentiel. Il facilite ainsi la vente d’oeuvres. Il me sert de portfolio et permet d’observer mon propre développement en un coup d’oeil. J’utilise mon site pour faire la promotion de mes évènements, expositions. Les informations sur mon site permettent au lecteur de mieux apprendre à connaître mon parcours, ma démarche et mes intentions.

Le site Internet de Dominique Normand

Le site Internet de Dominique Normand

À quelle fréquence faites-vous les mises à jour de votre site Internet ?

D.N. : À peu près aux 2 ou 3 semaines, en fonction de mon rythme de production ou des évènements en cours.

Combien de temps investissez-vous dans les médias sociaux pour votre travail ?

D.N. : Environ 2 heures par jour

Comment les médias sociaux vous ont-ils aidé dans votre carrière ? Avez-vous un exemple concret?

D.N. : Par l’entremise de contacts ou directement sur Facebook et via mon site web, j’ai fait de nombreuses ventes et j’ai décroché plusieurs commissions de tableaux. LinkedIn et Facebook m’ont permis de reprendre contact avec mes collègues de travail du temps de la postproduction, de créer de nouvelles ventes et de favoriser de nouveaux projets entre artistes et gens de communications.

Avez-vous un blogue ?

D.N. : Oui, j’y place les informations sur mes expositions, les expéditions en terre Crie, les derniers documentaires réalisés, les dates et détails de conférences, les revues de presse, les articles, les oeuvres en cours et plus encore.

À quelle fréquence publiez-vous sur votre blogue ?

D.N. : Approximativement une fois toutes les semaines ou aux 10 jours.

Quels sont vos projets à court terme ?

D.N. : Une résidence d’artiste en gravure à Lasarre, une exposition collective à la galerie Simon Dupuis en octobre, la réalisation d’un troisième documentaire en terre Crie (Automne 2014) et en avril 2015, une exposition au Luxembourg.

 


 

Texte d’Isabelle Gagné (MissPixels)

Tous les liens pour suivre Dominique Normand sur le web afin de rester connecté avec l’artiste :

Site Internet officiel: dominiquenormand.ca

Blogue : dominiquenormand.com

Facebook : facebook.com/Truespiritofthenorth

Pinterest : pinterest.com/artdnor/

Saatchi : saatchiart.com/dnormand

YouTube : youtube.com/user/truespiritfilms

Behance : behance.net/dominiquenormand

LinkedIn : bit.ly/Linkedin_dNormand

Flickr : flickr.com/photos/artdominiquenormand/

 

Diplômée en art graphique et en photographie, Dominique Normand a travaillé de nombreuses années pour la télévision et le cinéma. C’est tout naturellement que l’artiste s’est mise au pinceau en 2001…

Année 2045

Virturéalité de Richard M. à la Galerie Richelieu

Les gens qui font l’évènement

La Galerie Richelieu, du 7903 rue Saint-Denis à Montréal, accueillait en octobre dernier l’exposition Année 2045 – Virturéalité  de l’artiste Richard Morin. Le vernissage tenu le 16 octobre était à l’image de l’artiste et de son oeuvre : haut en couleurs.

Le thème de la nouvelle série d’oeuvres de Richard M. fait écho aux diverses préoccupations que suscite l’époque actuelle. Loin d’être sombre, l’imagination de Morin en donne une image éclatante. Tout aussi éclatant a été ce vernissage en mettant délibérément l’accent sur les aspects « virtuel » et     « réel » de la Virturéalité annoncée. Des écrans en façade renvoyaient aux passants qui se pressaient sous leur parapluie l’effervescence qui régnait à l’intérieur de la Galerie. Tandis que l’entrée en scène d’un coursier et de sa jolie cavalière accentuait la réalité de l’exposition.

Fondateur de l’école Studio Couleur d’art, Richard M. Morin est un artiste pleinement intégré à son époque. C’est aussi un fervent pédagogue et un ardent organisateur soucieux de mobiliser les artistes, professionnels aussi bien qu’amateurs.

Cet événement qui a attiré quelque 150 visiteurs s’inscrivait parfaitement dans l’environnement soigné de la Galerie Richelieu.

Hiver 2014

La Galerie Richelieu, du 7903 rue Saint-Denis à Montréal, accueillait en octobre dernier l’exposition Année 2045…