La Moulin La Lorraine Centre d\\\\\\\\\\\\\\\
Magazin'Art


Sur la cimaise :

Majella Poirier – Il était une fois mon île

 

La fluidité et la transparence de l’aquarelle la séduisent complètement. Elle sait conserver un geste spontané qui sera déterminant. L’aquarelle fut son école de formation et l’expression de ses premières expositions. Or, l’huile puis l’acrylique lui permirent de faire exploser sa pratique artistique. Au fil des ans, les images s’estompent et laissent la place à des œuvres semi-figuratives pour notre plus grand plaisir.

 

 

Déjà toute petite, c’était elle qui gagnait les concours de dessin à l’école. Là-bas aux Îles de la Madeleine. Quelque chose d’intangible la poussait à créer. Peut-être était-ce la nature même des îles. Autodidacte, Majella Poirier s’exprime pendant quelques années par le truchement de l’aquarelle en réalisant des oeuvres figuratives. Le peintre sculpteur Jean Devost s’avèrera l’initiateur de sa réelle passion, l’aquarelle. La fluidité et la transparence de l’aquarelle la séduisent complètement. De cette période de création elle conservera un geste spontané qui sera déterminant dans sa pratique des techniques mixtes. L’aquarelle fut son école de formation et l’expression de ses premières expositions. L’huile puis l’acrylique lui permirent de faire exploser sa pratique artistique. Au fil des ans, les images précises qui couvrent ses toiles s’estompent et laissent la place à des oeuvres semi-figuratives. Des oeuvres qui frôlent l’abstraction. Tandis que par moments, elle laisse aller sa main à un geste ample sous lequel disparait toute trace d’éléments figuratifs, à d’autres instants, elle esquisse des voilures et des mâts de bateaux, des rochers immergés par la mer ou encore la silhouette lointaine d’un village. « […] L’intensité de la peinture à l’huile est venue bousculer ma pratique. Plus tard, l’acrylique et les techniques mixtes ont ouvert plus grandes les portes de l’imaginaire où l’abstrait se mêle à la frontière du figuratif, » s’empresse de préciser l’authentique madelinienne. L’artiste cumule plusieurs expositions solos dans l’Est de la province depuis le début des années 2000. En 2013, Majella Poirier reçoit la première place du prix du jury à l’Art Expo 2013 de Deerfield Beach en Floride. Plus récemment, en 2019 elle est co-récipiendaire du prix St-Denys Garneau avec sa fille, pour l’oeuvre Bord de mer, un recueil de textes rédigés par sa fille et de reproductions de ses oeuvres. En décembre 2019, elle expose plusieurs toiles à la galerie Tatiana Malinine à Fort Lauderdale en Floride.

 

 


La Nature en Folie, 48 × 60 po


L’intérieur de la galerie

 

Majell’art

987, chemin de la Grave

Havre-Aubert (Québec) G4T 9C8

majellapoirier.com

 

Marie-France Bégis

 


 

Pour lire l’intégralité de l’article…

Achetez notre fabuleux numéro Été 2020 en format numérique PDF ou en papier!

 

 

Mots clés : Havre-Aubert,  Majella Poirier,  Majell’art,  

Leave a Reply