Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art

sculpteur

Charles Nadeau

Cueilleur de poésie

Formes, volume et espace

« Dans la nature, tout a toujours une raison. Si tu comprends cette raison, tu n’as plus besoin de l’expérience. » – Léonard De Vinci

Charles Nadeau a les mains telluriques et l’œil empreint de poésie. Des mains en lien direct avec l’argile, le bois et la pierre. Cela, il le sait depuis toujours. Sauf que l’homme donne libre cours à sa création seulement depuis une vingtaine d’années. L’aboutissement incontournable des aléas de la vie incarné dans son chemin qui va inexorablement vers son destin.

Ainsi, l’homme qui a fait des études en relations industrielles et en sciences politiques à l’université Laval est maintenant à la retraite d’une carrière dans le secteur de l’hôtellerie. Dès lors, il peaufine les formes lui permettant d’atteindre le pinacle de sa plénitude personnelle. Une passion lovée de romantisme bohème qu’il gardait dans sa besace (jusqu’au moment venu).

Poisson, bronze 1/8, 18 cm (longueur) x 5 cm (largeur) x 13 cm (hauteur)

Poisson, bronze 1/8, 18 cm (longueur) x 5 cm (largeur) x 13 cm (hauteur)

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois


Galerie Abel Badeau : 1499, rue Provancher, Cap-Rouge, Qc 418-262-7230

www.cestuncharles.com

Charles Nadeau a les mains telluriques et…

Éric Tardif

Les gens qui font l’évènement

Le sculpteur québécois Éric Tardif était l’artiste invité à l’édition 2018 du « Waterfowl Festival » de Easten, Maryland, aux États-Unis, près de Washington D.C., qui se tenait du 9 au 11 novembre derniers. L’artiste a créé pour cette occasion un élégant bronze impressionniste intitulé « The Lovers » qui interprète la grâce de la parade nuptiale aviaire. La démarche de l’artiste de Gatineau trouve son sens du fait qu’il a été guide interprète dans la réserve faunique du Cap Tourmente, reconnue mondialement pour l’observation des oies blanches. C’est en Floride cependant qu’il fut témoin du rituel amoureux qui fut sa source d’inspiration pour l’œuvre emblématique du festival Waterfowl 2018 représentant deux oiseaux à longue queue – The Lovers – en une seule pièce exprimant la communication voire l’intense connexion entre les deux volatiles à ce moment-là, leur grâce, leur élégance.

Hiver 2019

Le sculpteur québécois Éric Tardif était l’artiste invité…

René Taillefer

Entre l’ordre et le chaos

Les gens qui font l’évènement

Diplômé de l’École des beaux-arts de Québec en 1963, René Taillefer fut professeur à l’École des arts visuels et à l’École d’architecture de l’université Laval. Ce qui ne l’a pas empêché de participer à plusieurs expositions d’importance collectives ou solos. Ses œuvres fonts partie de collections prestigieuses privées et publiques. On retrouve également la marque du sculpteur à travers la réalisation d’œuvres monumentales réalisées dans le cadre du programme d’intégration de l’art à l’architecture, notamment devant le Palais de justice de Québec.

« J’ai souvent réalisé des œuvres à plus d’un élément, ce qui me permettait de suggérer à la fois des accords et des dissonances dans une  même  œuvre  comme  au  cœur  d’une  composition musicale » explique l’artiste. Les sciences et l’architecture demeurent ses sources d’inspiration. L’ethnologie, l’astronomie, la cybernétique et la cinétique le fascinent. Ajoutons à cela une très grande maîtrise de la matière que ce soit le bois, le métal, le ciment, le bronze ou autre matériau, voilà ce qui singularise la création méticuleuse et savamment composée avec précision et rigueur d’un René Taillefer sachant faire chanter la poésie de la matière entre tension et échappée libre. Une approche de l’art et un parcours sans aucune mesure ! On peut se procurer le magnifique catalogue en couleur de cette fabuleuse rétrospective de René Taillefer en composant le numéro de téléphone suivant : 418 828-2647


Rétrospective 1965-2018, Maison Tessier-dit-Laplante, Beauport. Du 9 juin au 28 août 2018

 

Automne 2018

Diplômé de l’École des beaux-arts de Québec en 1963…

Cinquième édition du Symposium international de la sculpture

de St-Georges, en Beauce

Les gens qui font l’évènement

Joseph-Richard Veilleux, peintre RCA, exulte de bonheur. Directeur artistique depuis la toute première mise en place du musée-jar­din de sculptures à ciel ouvert, c’est sous le thème Sculpter l’histoire en plein air qu’il vient de livrer l’une des plus belles éditions (la 5e) en matière de sculptures d’art actuel. Cent sculptures constitueront, à terme, la manifestation artistique s’échelonnant sur dix années, grâce aux échanges fructueux de Beauce Art avec les artistes beaucerons et canadiens et à la collaboration de l’Organisation internationale de la Franco­phonie. Paul Duval, l’invité d’honneur, Adrien Bobin du Canada, Vincent Di Vincenzo de la France, l’italien Benino Francini, Stéphane Langlois du Canada, l’ukrainien Michaele Levenchenko, Gabriel Malou du Sénégal, Daniel Pérez Suârez de l’Espagne, Cinthya Saenz du Costa Rica, le biélorusse Alex Sorokin et Josianne Saucier du Canada auront su relever avec brio la pensé de l’idéateur Joseph-Richard Veilleux.

« Sculpter l’histoire en plein air permet­tra de faire rayonner un merveilleux sentiment d’échange et d’immersion cultu­relle au cœur même de la Ville de Saint-Georges, » explique Joseph-Richard Veilleux. Sauf que l’internationale de sculpture demeure un partenariat exem­plaire d’importantes entreprises donnant lieu à des retombées culturelles et de création plus que significatives. Parmi le lot d’œuvres, notons Campanile de Stéphane Langlois. La sculpture en hauteur fait référence à la tour, au clocher, à la cathédrale. La forme au sol se veut l’ombre reflétant le passé, le présent et le futur. Une œuvre actuelle ouverte aux multiples interprétations à travers l’évolution de l’histoire, donc.

 

Automne 2018

Josep-Richard Veilleux, peintre RCA…

La forêt de sculptures

Bertin et son jardin

Les gens qui font l’événement

Pierre-Paul Bertin (1926-2006) – Peintre, sculpteur et graveur

Depuis 1982, s’est constitué Le Jardin de sculptures – La forêt de sculptures, de Pierre-Paul Bertin dans la cour arrière de sa maison. Cela sous la détermination de son épouse, Paule Robert-Bertin. Sous le thème L’appel à la liberté, il s’agit de pièces venant témoigner du talent indéniable de ce créateur français d’origine, passionné et amoureux fou du Québec. Résident de l’arrondissement de Beauport sur près de 40 ans, parlons ici d’un hommage à la vitalité grandiose de la nature québécoise qui le passionnait tant. Rappelons que l’artiste était le représentant de la France au Symposium de sculpture sur les Plaines d’Abraham en 1966. De là est né cet amour pour le fleuve, les oies et les avancées des terres agricoles venant s’abreuver aux eaux du fleuve. D’où sa décision de créer et de participer à l’essor de la culture du Québec. Ce jardin urbain est d’une initiative plus que formidable, pareil à un accès illimité à l’art, à l’humanité et à sa poésie. La forêt québécoise est le thème principal du jardin, mais le tellurisme qu’il traduit est un doux et véritable chant du monde. Soulignons que le Musée le Chafaud, à Percé en Gaspésie, accueillera les œuvres découlant de la passion de Bertin pour le fleuve tout au long de l’été.


Informations :

La forêt de sculptures est située au 805, avenue Royale, arrondissement de Beauport.
Des journées portes ouvertes seront organisées à nouveau dès le printemps 2018.
Les groupes scolaires sont les bienvenus.

paule.robert-bertin@videotron.ca

Pierre-Paul Bertin (1926-2006) – Peintre, sculpteur et graveur…