Magazin'Art

volume et espace .

Marie-Claude Demers

Moment de grâce ‒ Élans créateurs et enthousiasme heureux

Formes, volume et espace

« Ensoleillée, la sculpture est mémoire ensoleillée. » 
— Miguel Angel Asturias

La totale en ce samedi après-midi pour une entrevue. Grand air vivifiant. De la neige immaculée partout. Les vallons annoncent les multiples rencontres avec les chevreuils par dizaine. Puis un atelier d’artiste blotti sur les hauteurs d’un rang menant à l’infini. Celui de Marie-Claude Demers. Une artiste au talent tangible, généreuse, chaleureuse. Et une œuvre en bronze, magique, plus que formidable. Je suis à la renverse ! L’œuvre est sublime. Porteuse de bonheur, qui plus est. Cela autant dans les détails que dans sa monumentalité. Sublime ravissement !

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Où trouver ses œuvres
Atelier Marie-Claude Demers, 418-453-3351
Musée du bronze, 1760, ch. Dublin, Inverness, QC, 418-453-2101
Galerie Jeannine Blais, 100, rue Main, C.P. 90, North Hatley, QC, J0B 2C0, 819-842-2784
Galerie dʼart Iris, 30, Saint-Jean-Baptiste, Baie-Saint-Paul, QC, G3Z 1L9, 418-435-0224
Galerie dʼart La Marée Montante, 1317, chemin Royal, Saint-Laurent, Île d’Orléans, QC, G0A 3Z0, 418-828-1859
Galeries dʼart Beauchamp, info@galeriebeauchamp.com 1-877-694-2244

Une artiste au talent tangible, généreuse, chaleureuse. Et une œuvre en bronze, magique, plus que formidable.

Carpe Diem,

le credo de Nicole Taillon

Formes, volume et espace

Le temps. Précieuse ressource s’il en est une. Il glisse entre les doigts de certains tandis que d’autres n’en ont que faire. Et pourtant… l’existence de tout un chacun n’est qu’éphémère en ce bas monde où l’on nous promet de gagner du temps grâce à la technologie, mais, paradoxalement, jamais l’Homme n’en a autant manqué, jamais n’a-t-il été si essoufflé, tant pressé.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte de Dominic Villeneuve

Au Québec, Nicole Taillon est représentée par la Galerie Richelieu (rue Saint-Denis, Montréal), par la Galerie Jeannine-Blais (North Hatley) ainsi que par la Galerie Carpe Diem (Magog).

 

Le temps. Précieuse ressource s’il en est une. Il glisse entre les doigts de certains tandis que d’autres n’en ont que faire. Et pourtant…

Shokichi Sato

Quand l’essentiel est de réaliser les formes que l’on sent

Formes, volume et espace

« Il faut se contenter de découvrir, mais toujours se garder d’expliquer. » – Georges Braque.

Le bronze, matériau traditionnel et de vieille tradition. Ce médium est l’un de ceux qui attirent le plus les sculpteurs du fait de pouvoir y juxtaposer dans UN même élan l’éclat des surfaces lisses à la finesse minutieuse des détails en relief. Cela étant écrit, à notre époque, la volonté de produire des oeuvres en bronze est intéressante puisqu’elle nous montre comment cette matière s’adapte admirablement aux expressions contemporaines.

De fait, autrefois, le bronze servait principalement à concrétiser les symboles religieux et autres monuments de personnages incontournables de l’histoire. Or, poussé par d’autres motivations dont celle non plus de représenter mais de s’exprimer, le sculpteur Shokichi Sato entretient avec le bronze des rapports d’actualité. Pensons à un véritable dialogue où les possibilités éloquentes de la plasticine entrent pour beaucoup dans l’élaboration de ses oeuvres.

Sur la route du devenir

Shokichi Sato est né à Kitamé, au Japon, en 1937. Or, c’est dans la foulée des bourses accordées par les Etats-Unis au peuple japonais, en guise d’actions réparatrices d’après-guerre, que Sato arrive au Wisconsin afin de parfaire un savoir en matière de production laitière. Cette formation devant le ramener au Japon avec l’acquisition de connaissances visant la mise en marché d’une industrie laitière viable. Sauf qu’il en fut autrement ! Artiste dans l’âme, Shokichi Sato fit des pieds et des mains pour émigrer au Canada « terre promise de tous les possibles et du respect des libertés ». C’est grâce à une détermination assidue et un labeur exemplaire au quotidien qu’on accordera à ce Japonais, réfugié d’un pays chamboulé par la guerre, de devenir citoyen canadien. Ainsi le retrouverons-nous du côté de Drummondville, au sein d’un élevage industriel de poulets. Il y trouvera une sécurité financière afin de fonder une famille. Et la vie étant ce qu’elle est, deux enfants naîtront.

La femme au berceau

La femme au berceau

Banal que tout cela ? Certainement pas sous l’angle de la création d’un sculpteur de très grand talent en devenir. En effet, le sculpteur a découvert la joie qu’apporte la sculpture permettant aux spectateurs de pouvoir toucher une nouvelle réalité. « Un tableau, dit-il, donne l’illusion de la vérité. Mais devant une sculpture, vous pouvez toucher la réalité. Si je peins un personnage, il s’agit d’une représentation. C’est une image. Mais si je sculpte ce personnage, la sensation de pouvoir toucher cet objet issu de mon esprit permet une joie spéciale au désir de toucher avec la main. »

Albert Rousseau

Installé au Québec depuis 1968, voici qu’en 1972 il se met à la pratique du dessin sous les enseignements du vénéré Albert Rousseau. Succéderont des ateliers avec Montagutelli, fondeur français de passage au Québec, expert du coulage du bronze, qui l’initiera aux techniques de la cire perdue et à la magie des patines. Notons ici, qu’à titre d’autodidacte dans l’âme, Sato aura su garder une réelle distance avec les enseignements, histoire de personnaliser ce qui pouvait nourrir le style de sa propre originalité.

L'oeuf ou la poule

L’oeuf ou la poule

Alors

Les sculptures de Sato demeurent complices des formes morphologiques animales et humaines. Elles sont de notre temps comme elles sont de tous les temps. Je ne saurais oublier de souligner au passage qu’une vie parallèle habite ces objets semblables à des évocations défiant la mort, porteuses, parfois comme des oeufs, des énergies de vie. Ses oeuvres, émanant d’une technique impeccable, découlent d’intuitions communiquant avec la notion du sacré. Créateur, le sculpteur Sato n’est pas seulement un ouvrier du bronze, car c’est par cette matière qu’il touche et définit sa propre expérience de vivre en tant qu’homme devant les mystères de la résurgence de la vie, encore et encore. Sato s’exprime totalement dans toutes ses réalisations. Il fait corps par le touché avec elles. Chacune de ses sculptures est une rencontre privilégiée avec la nature, la vie animale et la fusion de sa vision de la vie dont il traduit la force naturelle de l’instinct, primitive.

Coquine

Coquine

Anne Marrec

Lors de ma visite à l’atelier de Sato, installé dans un Moulin construit autour de 1760 en Bellechasse, quel plaisir de rencontrer la peintre Anne Marrec, conjointe de Shokichi Sato. Quelle fougue exprimée sur la toile ! Fusain, et acrylique jouant du coude à coude afin d’obtenir l’ultime expression du mouvement. Cela sans redevance à aucune école. Dessinatrice naturelle et de grand talent, le mouvement de ses chevaux répond à la vivacité de sa vision, ne laissant surtout pas indifférent.


Texte de Michel Bois

Shokichi Sato est représenté par : Galerie Jean-Pierre Valentin, Montréal ; Galerie Michel-Ange, Montréal ; Galerie Yvon Desgagnés, Baie-Saint-Paul ; Galerie Dimension Plus, Montréal ; Galerie d’art du Mont-Ste-Anne, Beaupré

 

Le bronze, matériau traditionnel et de vieille tradition. Ce médium est l’un de ceux qui attirent le plus les sculpteurs du fait de pouvoir y juxtaposer dans…

De l’art naïf en bronze

signé Ginette Laplante

Forme, volume et espace

Au Québec, lorsqu’il est question d’art naïf, Ginette Laplante n’a plus besoin de présentation. Son univers coloré et expressif, teinté d’humour et empreint de légèreté, sait charmer depuis plus de 20 ans un public toujours grandissant. Si l’artiste originaire de Drummondville, au Centre-du- Québec, est reconnue pour ses peintures à l’huile, elle se livre depuis peu à une nouvelle passion, la sculpture sur bronze.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Dominic Villeneuve

Au Québec, lorsqu’il est question d’art naïf, Ginette Laplante n’a plus besoin de présentation. Son univers coloré et expressif, teinté d’humour et empreint de légèreté…

Jacinthe Lagueux

Présence lumineuse du corps féminin

Formes, volume et espace 

« La lumière est diffuse, fugace, changeante voire capricieuse. Elle possède toutes les ruses. Difficile d’être satisfait de son ouvrage, aussi beau soit-il. » – Rosal de Sainte-Croix, maître verrier émérite.

De la simple affiche pour une publicité sous toutes ses formes en passant par les panneaux géants, le cinéma, la télévision, les chandails et les sacs d’emballage, les images projetées de la femme se font de plus en plus pernicieuses, superficielles et toxiques au sein de notre société. Cela étant, quel bonheur de rencontrer une femme, également artiste de talent, nous prouver sa liberté d’agir et sa sensibilité en nous présentant ses créations sous le thème du corps féminin cherchant le sens de « LA » beauté objective. Jacinthe Lagueux, artiste passionnée par le verre thermoformé, n’en est pas à ses premières expositions. Aussi en est-il alors encore plus passionnant de rendre compte de l’évolution d’une artiste en pleine possession de ses moyens et dont les œuvres aux éclats lumineux diffusent sa rayonnante sensitivité.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

De la simple affiche pour une publicité sous toutes ses formes en passant par les panneaux géants, le cinéma, la télévision, les chandails et les sacs d’emballage…

Chantal Gauvreau

De pierre et de lumière

Forme, volume et espace

Installée à Weedon, en Estrie, personnalité généreuse et enthousiaste, la sculpteure Chantal Gauvreau est sans doute l’une des artistes les plus réputées de la Montérégie et au-delà.

Née en Gaspésie au sein d’une famille qui adorait le théâtre, voyageuse curieuse et lectrice passionnée, c’est sans regret – on pourrait dire sans surprise – qu’elle délaisse son diplôme en sciences économiques acquis à l’Université de Sherbrooke pour se tourner tout d’abord vers la joaillerie afin de laisser libre cours à sa créativité. Elle découvre l’oeuvre de l’artiste Patricio Rivera, sculpteur et musicien d’origine chilienne, qui avait dû fuir la dictature militaire de son pays dans les années 70. Établi à Sherbrooke en Estrie, il réalisait des murales en cuivre inspirées de l’art primitif africain. Chantal Gauvreau s’oriente alors vers la sculpture sur métal. Le succès vient rapidement et, en 1990, elle obtient le Grand Prix des métiers d’art de l’Estrie et devient membre de l’Association des sculpteurs de la Montérégie.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte par Catherine Guex

 

Installée à Weedon, en Estrie, personnalité généreuse et enthousiaste, la sculpteure Chantal Gauvreau est sans doute l’une des artistes les plus réputées de la Montérégie et au-delà…

Xavier Raventós

Forme, volume et espace

Né à Barcelone, Xavier Raventós est Catalan, à l’instar de plusieurs générations. Xavier, ‘Javier’ comme on dit en Espagnol, possède le regard du sculpteur Inuit lorsqu’il s’apprête à travailler une roche brute du Grand Nord, cherchant la pierre qui lui montrera ce qu’elle porte en elle : un oiseau, un autre animal ou une forme hu-maine. D’autres poètes, d’autres sculpteurs vont recueillir sur les plages ce que les océans ou la mer abandonnent sur le sable : des bois blanchis par le sel et polis par la houle. Xavier Raventós, lui, ramasse la ferraille. Objets rouillés qui portent en eux leur propre his-toire et qui la lui racontent, témoins jusqu’ici silencieux d’une vie ancestrale. Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte par Christiane Frenay

Rencontre organisée par lʼintermédiaire de Madame Anny Alric, Directrice, Organisation des expositions à la Médiathèque de Céret.

 

 

Né à Barcelone, Xavier Raventós est Catalan, à l’instar de plusieurs générations. Xavier, ‘Javier’ comme on dit en Espagnol, possède le regard du…