Magazin'Art

Susan Stromberg

Illumination, grenouille en bronze avec cristal Steuben : 19 x 17 x 9 po Avec base en bois de teck : 22 x 22 x 10 po

Susan Stromberg

Les gens qui font l’évènement

Le Musée Redpath de l’Université McGill organise un colloque international ayant pour thème la menace sérieuse sur la biodiversité, les 21 et 22 septembre 2019.

Le comité organisateur a invité la sculptrice montréalaise Susan Stromberg à créer une œuvre représentant un amphibien menacé d’extinction, qui sera présentée dans le cadre de cette conférence. D’autres sculptures similaires, créées par l’artiste au cours de sa recherche, feront partie d’un encan silencieux tenu au bénéfice des scientifiques et des étudiants participant à ce colloque.

L’étude qu’elle entreprit sur les amphibiens menacés, particulièrement concernant les grenouilles, amena la sculptrice à ajouter ce nouveau thème à son répertoire et surtout accrut considérablement sa préoccupation envers la planète. En cours de création, l’œuvre ressemblait véritablement à une grenouille; dans le but de lui donner un aspect plus symbolique, plus artistique, Stromberg créa alors une ouverture en forme de grenouille de chaque côté de l’abdomen et y inséra une rarissime pièce de cristal Steuben.

En illuminant l’intérieur de sa grenouille sculptée, Susan Stromberg venait souligner l’importance de protéger l’espèce et d’assurer sa reproduction dans la chaine de la vie afin de prévenir son extinction. Avec espoir, elle intitula donc sa création : « Illumination ».

 

Automne 2019

Le Musée Redpath de l’Université McGill…

Une sculpture

de Susan Stromberg acquise par le Hyde Museum de Glens Falls

Les gens qui font l’événement

L’année s’annonce excellente pour la sculpteure Susan Stromberg. Sa sculpture de marbre grec intitulée Adirondack Nature  a été récemment acquise par Hyde Museum de Glens Falls, New York, suite à une décision unanime du Comité des acquisitions et du Conseil d’administration. En prime, Madame Stromberg a été invitée à se joindre au Conseil d’administration.

Quoique sa résidence principale soit à Montréal, Susan Stromberg possède également une maison et atelier à Lake George, New York, et c’est à cet endroit qu’elle a puisé son inspiration pour Adirondack Nature , une sculpture de 36 par 12 par 14 pouces.

La sculpteure raconte que la pièce de marbre blanc brut se trouvait déjà dans son atelier depuis plusieurs années, en attente de ce moment précis. Amoureuse de la nature, Susan Stromberg, comme bien d’autres personnes assises sur les rives du lac, a passé de nombreuses heures à observer avec grand plaisir la faune du lac.

Selon ses dires, l’inspiration lui vint soudainement de rendre hommage à la splendeur naturelle de la région et elle se mit à travailler comme sous l’effet d’une transe. La pièce détaille avec soin une mère héron nourrissant son petit d’un poisson, sur fond d’arbres et de fleurs.

Susan Stromberg prononcera une conférence intitulée « Working in 3 Dimensions  », à la Women’s Art Society of Montreal, au Musée McCord de Montréal, le 12 avril 2016, à 13 h 30.

Printemps 2016

L’année s’annonce excellente pour la sculpteure Susan Stromberg…

Susan Stromberg

La concentration d’une artiste

Après avoir créé huit nouvelles maquettes au printemps 2013, dont la dernière fut assemblée de façon instinctive tard en soirée en collant ensemble des restes de lisières de polystyrène et mise à sécher sur l’établi, lorsque Susan Stromberg fut appelée à présenter ses sculptures, cette dernière maquette, si singulière, si différente, fai- sant partie du lot, fut sélectionnée par le Comité des arts du CUSM pour célébrer le 100e anniversaire de l’Hôpital de Lachine et souli-gner sa présence au sein du Centre universitaire de santé McGill.

La maquette fut d’abord reconstituée grandeur nature en polystyrène, soit réplique exacte de la future sculpture de sept pieds de hauteur. Puis, elle fut transportée du studio à la fonderie pour être coulée en sable en aluminium. Maître de son projet, Stromberg y travaille quotidiennement au cours des quatre prochains mois, fignolant chaque aspect et s’assurant que la sculpture répond aux exigences qui se résument à « ne pas tenter de bonifier ce qui est déjà bon »; dicton médical courant dont lui fait part l’ancien chef du département de chirurgie de McGill, le Dr. Jonathan Meakins, directeur du Comité des arts du CUSM, le comité dési- rant que la maquette de leur choix soit exactement reproduite, sans aucun changement. Stromberg faisait alors face au plus grand défi de ses 35 années de carrière de sculpteure, carrière qui s’amorça lorsque le Dr. Max Stern de la Dominion Gallery of Fine Arts, découvrant ses musiciens de bronze, fit instantanément l’acquisition de l’entière collection. Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 


Texte de Susan Stromberg

Sur la photo: François Ouimet, Parti Libéral du Québec. Normand Rinfret, directeur général et CEO du Centre de santé de l’Université McGill Susan Stromberg, sculpteure Claude Dauphin, maire de Lachine Edgar Rouleau, maire de Dorval.

 

Après avoir créé huit nouvelles maquettes au printemps 2013, dont la dernière fut assemblée de façon instinctive…