Magazin'Art

composition

Rest area

Sandra Veillette

Soupir de forêt

Formes volume et espace

Tels de petits écrins précieux, l’art délicat de Sandra Veillette capture l’éphémère beauté de la nature. Recueillies avec émotion et assemblées avec sensibilité, ces œuvres organiques uniques sont montées sur des aimants, permettant de les exposer de façon originale et modulable.

Dès son enfance en Abitibi, Sandra Veillette côtoie une nature immense. Celle des cartes postales du Canada : la forêt, les cieux, la faune. Élevée par ses grands-parents, elle accompagne son grand-père, homme de nature, à la pêche et fait de la motoneige sous la pleine lune. Le silence et la lenteur l’obligent à apprendre l’observation. Elle collectionne déjà des pierres et boutons de fleurs séchées. À l’âge de onze ans elle déménage à Montréal et entre au pensionnat. Sous la guidance des religieuses, elle touche à diverses formes d’art appliqué : poterie, émail, fusain. Elle se défend bien en dessin et considère brièvement le dessin de mode.

Petit plaisir

Petit plaisir

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Isabelle Gauthier

Représentée chez :
Galerie Québec Art (exclusivité pour Québec)
Balcon d’Art, Saint-Lambert
Musée Colby-Curtis, Stanstead

Tels de petits écrins précieux, l’art délicat de Sandra Veillette…

Un p'tit bout de rue, 30 x 15 po (détail)

L’artiste Jacques Landry

redéfinit la composition des petits villages d’antan

Les gens qui font l’événement

Après une année 2015 exaltante et une participation remarquée à plusieurs symposiums au Québec permettant aux visiteurs de découvrir ses arbres majestueux et ses ambiances musicales aux couleurs riches et vibrantes, l’artiste Jacques Landry redéfinit, avec une vision très personnelle, la composition des petits villages d’antan avec leurs petites rues serrées. « Les villages ont toujours été un lieu de rencontres et d’échanges. La présence de personnages dans mes œuvres permet de raconter une histoire et de sentir la joie de vivre des gens, » nous dit Jacques Landry.

L’année 2016 est bien amorcée pour l’artiste avec une participation confirmée aux symposiums Découvr’art (Cap rouge) et Art & Passion (Ste-Julie) en juin, Symposium de Ste-Rose en juillet, Rendez-vous des peintres à Ste-Flore en août et retour dans son atelier/galerie en septembre pour le Circuit des Arts de Saint-Bruno-de-Montarville. Il participe également au collectif sous le thème La danse de la matière à la Galerie mp tresart à Durham-Sud, du 1er avril au 30 juin 2016, et sera à cette galerie toute l’année.

Été 2016

Après une année 2015 exaltante et une participation remarquée à plusieurs symposiums au Québec…

Louise Léveillé

Apprendre à voir au-delà…

L’art au féminin

Le lien intime qui unit Louise Léveillé à la nature représente assurément la porte d’entrée qui lui permet d’éprouver un sentiment de béatitude lorsqu’elle s’y branche de tout son être, dans une paix profonde. Ayant depuis longtemps la certitude que le monde est bien plus vaste que ce que l’on en perçoit, l’artiste parvient à s’y connecter entièrement et à ressentir un état de grâce lui donnant accès à un plan spirituel dont la dimension dépasse les limites de son environnement purement physique.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne LeTellier

Le lien intime qui unit Louise Léveillé à la nature représente assurément la porte d’entrée qui lui permet d’éprouver un sentiment de béatitude lorsqu’elle s’y branche de tout son être…