Magazin'Art

Koyman Galleries

Plein d’espoir,30 x 30 po

Lucie Michel

Effusions lyriques entre le ciel et la terre

Clin d’oeil

« Tous ces gens qui vous rasent sur l’art, allez donc leur apprendre que ce n’est pas seulement une question de métier, mais qu’il faut en plus un certain quelque chose dont aucun professeur n’enseigne le secret… de la finesse…du charme… de la poésie. Et cela on le porte en soi. » – Renoir

D’entrée de jeu, je vous dirai que devant une toile de Lucie Michel j’éprouve une sorte de ravissement indéfinissable. Un sentiment à la fois si tendre et violent, qu’il m’emporte ailleurs par son intensité. Les couleurs savoureuses que Lucie Michel introduit dans ses paysages laissent entendre un chant de liberté sur le chemin des émotions impromptues. Mais qui est donc cette artiste peintre dont j’ai découvert les oeuvres rue Saint-Pierre, à Québec ?

Baccalauréat spécialisé en arts visuels de l’université Concordia à Montréal, en 1983. Maîtrise en enseignement des arts plastiques de la même institution, en 1997. Voici le précieux savoir académique qu’elle a su surpasser avec bonheur. Sa découverte des tableaux de Marc-Aurèle Fortin, Tom Thompson, Jennifer Hornyak, Alex Powers et Virginie Bocaert, l’a irrémédiablement fait basculer dans l’univers de la création pure. L’acrylique, le crayon à l’encre et le fusain demeurent ses médiums préférés.

Mais encore ?

Lucie Michel sait livrer sa passion et sa tendresse pour la nature et les partager d’une manière singulière. Aussi, par le recours aux coloris audacieux et tout autant aux effets lumineux et diffus des formes à la limite de l’abstraction, selon moi, seule une peintre authentique peut évoquer par le paysage des émotions nouvelles d’une telle intensité. À une époque où certains artistes conceptuels en mal d’idées s’en remettent par dépit à la nouvelle technologie, cette paysagiste pour sa part ouvre encore et encore des portes avec désinvolture et grâce.

Enseignante amenée depuis 20 ans à livrer les secrets décantés de la couleur auprès des adolescents du secondaire, sa pratique professorale n’aura d’aucune façon altéré son univers créatif. Ses tableaux décrivent des scènes du Québec et de la Nouvelle-Angleterre, plus précisément les vallons bucoliques de l’état du Maine où elle a passé son enfance à dessiner la position des arbres, les courbes des collines et l’effusion lyrique, lente et suave des couleurs gorgées des sucs de l’été, se déclinant dans la gamme infinie de ses variations pour accueillir l’automne.

Rayon lumineux, 24 x 30 po

Rayon lumineux, 24 x 30 po

Une artiste libre

Noire et mauve, Douceur matinale, Rosée du matin, Soleil couchant, Réconfort – autant de titres, autant d’incitations à jouer avec les taches d’acrylique, les dégoulinades du hasard, les traces d’un pinceau sec, les formes plus évoquées que montrées ou encore la texture matérielle du jute de la toile. Il serait malheureux pour les amateurs de paysage d’ignorer cette artiste véritable par son oeuvre, authentique par l’intention, pure dans le geste créateur sans tricherie aucune. Cette tache dégouline… qu’il en soit ainsi alors ! Lucie Michel projette sur la toile toute l’énergie, la candeur de l’enfance et toutes les forces cachées qui l’animent.

Précipité, 20 x 24 po

Précipité, 20 x 24 po

Ici, un semblant de maison ! Là, des conifères ! Plus loin, la mer… peut-être ! Qu’est-il besoin de parler d’abstraction ou de figuration pour décrire cette oeuvre, vibrante de toutes les sonorités de la terre, de l’eau et du ciel ? L’orangé, le mauve, le vert profond, puis les couleurs de rêve, le bleu céleste et le rose crépusculaire, contribuent à l’atmosphère d’une vision extasiée, irréelle et féerique. Parlons d’une peinture née d’une paix intérieure trouvant son équilibre entre les formes et les couleurs comme suspendues dans l’espace immatériel de la toile.

Champêtre, 40 x 40 po

Champêtre, 40 x 40 po

Il m’a fait tellement plaisir de vous faire connaître une paysagiste libre et consciente de l’être. Cependant, devant ses toiles, le spectateur ne saura jamais soupçonner tous les efforts déployés afin d’atteindre un rendu dépouillé, zen, en toute simplicité. Sauf qu’ils auront permis à une artiste, généreuse tout autant dans son enseignement aux plus jeunes, de pouvoir enfin se donner à sa véritable vocation artistique. Aujourd’hui, un public de plus en plus large perçoit la magie qui guide sa main dans le récit du paysage recréé, sous le charme duquel je suis tombé. Quel plaisir de pouvoir le partager avec vous !


Texte de Michel Bois

Lucie Michel est représentée par Galerie d’art Internationale à Québec, Galerie Art & Style à Baie-Saint-Paul, Dimension Plus à Montréal et Koyman Galleries à Ottawa. Pour communiquer avec l’artiste par internet : www.luciemichel.ca

D’entrée de jeu, je vous dirai que devant une toile de Lucie Michel j’éprouve une sorte de ravissement indéfinissable. Un sentiment à la fois si tendre et violent, qu’il m’emporte…

Lise Labbé

Ode à la simplicité

Visite d’atelier

Dans l’édition du 14 avril 2014 du quotidien La Presse, Marc Bergevin, directeur général du Canadien, parle d’une toile qu’il a acheté et qui le suit partout : des enfants jouant au hockey dans la ruelle, une toile peinte par Lise Labbé. L’artiste a été secouée d’émotion en lisant ce témoignage. « Il n’y a pas meilleur tonique que l’appréciation des gens. » Pour cette amateur de hockey, le compliment était encore plus doux.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


 Texte d’Isabelle Gauthier

Lise Labbé est représentée par les galeries suivantes:

Le Balcon d’Art, Saint-Lambert

Chase Gallery, Beaconsfield

Galerie 2000, Montréal

Galerie Iris, Baie-St-Paul

L’Art-iste, St-Jean-sur-Richelieu

Galerie Robert Senneville, Sherbrooke

Koyman Galleries, Ottawa

Dans l’édition du 14 avril 2014 du quotidien La Presse, Marc Bergevin, directeur général du Canadien, parle d’une toile qu’il a acheté…