Magazin'Art

peinture

Alter ego

Marie Montiel

Les gens qui font l’événement

Grande admiratrice de l’art classique, la peintre Marie Montiel est depuis toujours fascinée par le vivant. Qu’il soit humain ou animal, le sujet porte en lui une émotion, une fragilité et une sensibilité qui lui sont propres. Juxtaposées, les œuvres de la série Alter Ego mettent en relief les ressemblances tant visuelles qu’émotives entre humain et animal et posent un regard sensible sur le rapport entre eux.

Alter EgoDu 18 septembre au 11 décembre 2016. Centre culturel Yvonne L. Bombardier, 1002, av. J-A Bombardier, Valcourt, Cantons-de-l’est. 450 532-3350.

Automne 2016

 

Grande admiratrice de l’art classique, la peintre Marie Montiel est depuis toujours fascinée par le vivant. Qu’il soit humain ou animal, le sujet porte en lui une émotion, une fragilité et une sensibilité…

Notre Dame du Portage, huile sur toile, 30 x 40 po

Au rythme du fleuve

Claude De Lorimier

Clin d’œil

Avec sa maison située en face du Mont Ste-Anne et vue sur l’île d’Orléans, Claude De Lorimier a le bonheur d’habiter un lieu qui l’inspire à longueur d’année. Ce n’est pas un hasard si ses toiles dépeignent les humeurs du fleuve et ses rives avec un regard émerveillé. Cet émerveillement est nécessaire pour la peintre autodidacte car il est l’élément déclencheur qui la pousse à choisir le moment et le rendre, cheveux au vent, les sens en éveil.

Le travail de Claude De Lorimier se décrit par une grande douceur, une touche impressionniste, un enveloppement paisible. Peintre sur le motif depuis ses débuts, l’artiste cherche d’abord à reproduire les sensations ressenties lors de sa séance en nature. Affichant une grande maitrise de la couleur, la recherche des teintes les plus précises possibles occupera une grande partie de ses soins. Que ce soit la teinte turquoise du fleuve un jour en particulier ou le vert d’une épinette, l’objectif est de donner l’impression à l’observateur d’être sur les lieux. La recherche de la lumière est aussi un des pivots de ses tableaux, point important pour rendre l’évanescence du temps ou l’immensité d’un lieu sous le poids du ciel. Outre le plaisir de créer quelque chose de beau, elle en retire un autre bénéfice : « Peindre met une pause sur le mental, je n’ai pas le temps de penser ! » L’art est un lieu bien connu de zénitude.  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Isabelle Gauthier

Représentée par : Galerie Clarence Gagnon

Avec sa maison située en face du Mont Ste-Anne et vue sur l’île d’Orléans, Claude De Lorimier…

entourant marie-Hélène Lapointe au centre, à gauche Francine Bouchard, Suzanne Godbout et à droite, Kim c. Pelletier et Joyce Paradis

Quatre nouveaux membres

à l’institut des arts figuratifs

Les gens qui font l’événement

L’institut des arts figuratifs annonce que quatre artistes ont été sélectionnés pour devenir membres signataires de l’organisme national. Le choix de ces artistes est l’aboutissement d’un processus fait par un Comité de sélection qui a procédé à l’analyse des dos- siers de candidature à partir d’une grille d’évaluation rigoureuse. Il s’agit des artistes peintres Francine Bouchard, aquarelle, Trois-Rivières, Suzanne Godbout, pastel, Contrecoeur, Kim C. Pelletier, huile, Montréal, et Joyce Panadis, dessin, Odanak.

Fondé en 1986, l’IAF a comme objectif la promotion de l’art figuratif de qualité et la reconnaissance d’artistes œuvrant spécifi- quement dans cette forme d’expression. Ayant développé une véritable expertise en art figuratif, l’IAF regroupe plus de 145 membres professionnellement actifs en peinture, sculpture et autres techniques artistiques. Plusieurs jouissent d’une renommée nationale et même internationale. À l’occasion de son assemblée générale annuelle tenue le 24 avril dernier, l’IAF s’est donné un nouveau président en la personne de M. Pierre Morin. Ce dernier sera appuyé d’une équipe dynamique d’administrateurs composée de mesdames Suzanne Therrien, Kim Veilleux, Carole Bonneau et de monsieur Jean-Pierre Neveu.

Été 2016

L’institut des arts figuratifs annonce que quatre artistes ont été sélectionnés…

Les tableaux de Rémi Clark

Un pan de la collection beaux-arts

de l’Université Laval à découvrir

Les gens qui font l’événement

L’exposition Légendes de France et de Nouvelle-France – La collection Lauréat H. Veilleux. S’inspirant des légendes d’ici et de France, l’artiste peintre Rémi Clark a créé une série de 34 œuvres, 18 huiles et 16 fusains, qui ont appartenu à Lauréat H. Veilleux. Aujourd’hui décédé, M. Veilleux souhaitait que sa collection ne soit jamais scindée. Par respect pour sa volonté, sa famille la léguait à l’Université Laval en 2014.

Subjugué par les légendes qui animent l’imaginaire collectif québécois, l’artiste peintre Rémi Clark a matérialisé sa fascination par une première œuvre représentant le canot volant de « La chasse-galerie ». Ce fut le début d’une grande collaboration entre l’artiste et Lauréat H. Veilleux, propriétaire de la galerie Le Chien d’Or, qui l’aide à documenter ses recherches sur les légendes de chez nous. L’artiste approfondit sa démarche jusqu’en France, découvrant les ramifications entre les légendes nées dans la mère patrie et celles de la Nouvelle-France. Son cycle de création donne corps à la collection de tableaux de Lauréat H. Veilleux ainsi qu’à un ouvrage de Fernand Grenier qui recense les récits terriens qui l’ont inspiré. L’exposition est en cours jusqu’au 9 septembre 2016, à la Bibliothèque du pavillon Jean-Charles-Bonenfant, 1er  étage, 2345, allée des Bibliothèques, Université Laval.

Été 2016

L’exposition Légendes de France et de Nouvelle-France – La collection Lauréat H. Veilleux…

L'espace bleu

Niko

Les gens qui font l’événement

L’artiste de renom international Niko est dorénavant présentée en permanence à la Galerie d’art Céleste de Saint-Sauveur. Les toiles de Niko ont été sur les cimaises de New York, de Californie et un peu partout à travers le monde. C’est sans contredit un avantage incontestable pour les collectionneurs d’ici de la retrouver dans cette galerie prestigieuse.

La Galerie d’art Céleste est située au 285, rue Principale, Saint-Sauveur, 450-227-0333.

Été 2016

L’artiste de renom international Niko est dorénavant présentée…

Jean-Guy Desrosiers

Symposium Cap-Santé

riche en couleurs

Les gens qui font l’événement

La 16e édition du Symposium de peinture « Cap-Santé riche en couleurs » se tiendra au cœur du beau village de Cap-Santé les 25 et 26 juin 2016. Plus d’une soixantaine d’artistes y présenteront leurs œuvres sous la présidence d’honneur de monsieur Jean-Guy Desrosiers.

Été 2016

La 16e édition du Symposium de peinture « Cap-Santé riche en couleurs » se tiendra…

Près de Stornoway

Une autre médaille d’or

pour Sylvia Audet

Les gens qui font l’événement

L’artiste Sylvia Audet s’est récemment mérité la médaille d’or pour un paysage intitulé Près de Stornoway, une toile peinte à l’acrylique de 36 x 24 pouces, lors de l’Exposition international du CASPQ à St-Jean d’Angely en France. C’est une autre reconnaissance internationale qui s’inscrit dans la foulée d’une longue carrière artistique. Vous pouvez voir les œuvres de l’artiste en consultant son site web : sylviaaudet-artistepeintre.com, ou en visitant le Musée du Bronze d’Inverness, jusqu’au 9 octobre 2016, lors d’une exposition sur le thème Do, ré, mi, de la musique à nos yeux. Il sera aussi possible de voir d’avantages d’œuvres de Sylvia Audet à la Galerie Dosha de Beloeil, du 31 août au 11 septembre prochains, lors d’une exposition en duo avec l’artiste Richard Paquette. Richard et Sylvia préparent une exposition d’art contemporain où le figuratif et l’abstrait s’exprimeront sur le thème Reflets et transparences. Une autre exposition à ne pas manquer.

Été 2016

L’artiste Sylvia Audet s’est récemment mérité la médaille d’or…

Un p'tit bout de rue, 30 x 15 po (détail)

L’artiste Jacques Landry

redéfinit la composition des petits villages d’antan

Les gens qui font l’événement

Après une année 2015 exaltante et une participation remarquée à plusieurs symposiums au Québec permettant aux visiteurs de découvrir ses arbres majestueux et ses ambiances musicales aux couleurs riches et vibrantes, l’artiste Jacques Landry redéfinit, avec une vision très personnelle, la composition des petits villages d’antan avec leurs petites rues serrées. « Les villages ont toujours été un lieu de rencontres et d’échanges. La présence de personnages dans mes œuvres permet de raconter une histoire et de sentir la joie de vivre des gens, » nous dit Jacques Landry.

L’année 2016 est bien amorcée pour l’artiste avec une participation confirmée aux symposiums Découvr’art (Cap rouge) et Art & Passion (Ste-Julie) en juin, Symposium de Ste-Rose en juillet, Rendez-vous des peintres à Ste-Flore en août et retour dans son atelier/galerie en septembre pour le Circuit des Arts de Saint-Bruno-de-Montarville. Il participe également au collectif sous le thème La danse de la matière à la Galerie mp tresart à Durham-Sud, du 1er avril au 30 juin 2016, et sera à cette galerie toute l’année.

Été 2016

Après une année 2015 exaltante et une participation remarquée à plusieurs symposiums au Québec…

La tourmente des couleurs, 36 x 36 po

Festival de peinture de Mascouche

Une 28e édition aux couleurs de Joan Dumouchel

Les gens qui font l’événement

Fidèle à sa mission de faire connaître différents styles et courants artistiques et certains des meilleurs peintres québécois, le Festival de peinture de Mascouche convie cette année les festivaliers à entrer dans un univers circassien, onirique, peuplé d’échassières et de chevaux. Place à l’imaginaire de Joan Dumouchel ! Présentée du 3 au 5 septembre dans le lumineux petit pavillon du Parc du Grand-Coteau, l’exposition réunira une vingtaine d’œuvres affichant les thèmes chers à l’artiste.

En parallèle, près de 100 artistes seront réunis sous un chapiteau érigé au cœur du majestueux parc mascouchois ainsi qu’au pavillon du Grand-Coteau. Beau temps, mauvais temps, allez rencontrer des artistes fabuleux et faire le plein de couleurs.

Détails au festivalpeinturemascouche.com

Été 2016

Fidèle à sa mission de faire connaître différents styles et courants artistiques…

Rencontres d’artistes de juin

à la Galerie Perreault

Réservez votre 5 à 7 du jeudi 2 juin 2016 pour venir rencontrer l’artiste Nathalie Lapointe. Venez échanger, verre de bulles à la main avec cette artiste aux œuvres hautes en couleurs et en contraste.


Durant tout le mois de juin, la galerie organise des échanges et rencontres avec les artistes.

Jeudi 2 juin 17h à 19h — Nathalie Lapointe

Jeudi 9 juin 17h à 19h — Stefan Horik

Samedi 11 juin 14h à 16h — Nathalie Frenière

Jeudi 16 juin 17h à 19h — Marie-France Boisvert

Samedi 18 juin 14h à 16h — Danielle Champoux

Jeudi 23 juin 17h à 19h — Gagnon

Samedi 25 juin 14h à 16h — Pierre Bellemare

Jeudi 30 juin 17h à 19h — Hugo Landry

 


 

Galerie perreault

Au plaisir de vous y rencontrer au 205, rue Saint-Paul, Québec.

Informations : 418 692-4772  |  Visitez la page Facebook de la Galerie Perreault

 

Réservez votre 5 à 7 du jeudi 2 juin 2016…

Melvin Florez et Isabel Picard exposent en duo.

Jusqu’au 8 mai, l’espace galerie de La Clarté-Dieu présente l’exposition Matière apprivoisée où se font écho les hauts-reliefs de la peintre Isabel Picard et les sculptures de métal de Melvyn Florez.

On peut soupçonner que les artistes invités sont d’abord des praticiens, des adeptes d’un savoir-faire longuement étudié, amoureusement apprivoisé. La matière saillante très colorée que privilégie Isabel Picard dans son approche picturale se conjugue à merveille avec les entrelacs d’acier et d’aluminium tout en mouvement des sculptures de Melvyn Florez. La maîtrise technique incontestée de leurs œuvres n’a d’égal que leur poésie!

 

Galerie de la Clarté-Dieu
220, Grande-Allée Est
Québec(Québec)

 


Source: Isabel Picard et la Galerie La Clarté-Dieu

 

Jusqu’au 8 mai, l’espace galerie de La Clarté-Dieu présente l’exposition…

Michel LeRoux

Féerie et scintillements

Grande rencontre

« Le rôle social du peintre paysagiste? Montrer la beauté de la nature afin d’inciter les humains à l’apprécier au point de vouloir la protéger pour éviter sa destruction.  »Martial Raysse

Il y a des peintres qui nous surprennent par l’angle du sujet présenté ou encore par l’habileté déployée pour le livrer. D’autres comme Michel LeRoux savent nous surprendre en nous livrant ces deux aspects en toute fluidité. Oui, tout bouge et danse à l’intérieur de l’espace d’un tableau de LeRoux. L’œil est largement sollicité. Tout s’y fait mouvement. Voici des œuvres qui, pour notre plus grand plaisir, débordent du premier regard.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Michel LeRoux est représenté par les galeries suivantes : Adele-Campbell Fine Art Gallery, Whisler, Bc, Canada; Dimension Plus, Montréal, Qc, Canada; Edward Montgomery Fine Art, Carmel-by-the Sea, California, USA; Galerie d’art Iris, Baie-Saint-Paul, Qc, Canada; Galerie d’art Michel-Ange, Montréal, Qc, Canada; Galerie d’Art Michel Bigué, Saint-Sauveur, Qc, Canada; Harbour Gallery, Mississauga, On, Canada

Il y a des peintres qui nous surprennent par l’angle du sujet présenté ou encore par l’habileté déployée pour le livrer. D’autres comme Michel LeRoux savent nous surprendre en nous livrant…

Lyse Paquette

Douce évasion

L’art au féminin

Depuis quatorze ans, Lyse Paquette a mis son talent au service de la douceur et de la beauté. Empreintes de sensualité et d’émotion, ses toiles sont reconnaissables par leur punch graphique et leur sujet récurrent, le visage féminin.

Lyse Paquette se souvient d’avoir toujours dessiné. La mère de l’artiste a montré les rudiments de l’art à ses deux filles à un jeune âge. « Je rêvais des Beaux-Arts » se remémore la peintre Lavalloise. « Mon père, un diplômé du HEC, voyait d’un mauvais œil que sa fille se lance dans l’art. Il me suggéra de me diriger dans ce qu’on appelait alors le dessin commercial. » La rencontre avec l’art graphique a été un véritable coup de foudre. Travailler en créant, malgré le stress et la pression inhérente à cette occupation, la passionnait. « J’y ai passé 30 années merveilleuses, où j’avais le sentiment d’être exactement où je devais être. »

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte d’Isabelle Gauthier

L’artiste est représentée par : Galerie Céleste, Saint-Sauveur; Galerie d’art Royale et associés, Québec; Galerie d’art Beauchamp, Baie-Saint Paul; Beauchamp Art Gallery, Toronto; Galerie Rimawi, Rosemère

Depuis quatorze ans, Lyse Paquette a mis son talent au service de la douceur et de la beauté. Empreintes de sensualité et d’émotion, ses toiles sont reconnaissables par leur punch…

France Jodoin

L’autre paysage

Réalisme contemporain

Organiques et évocatrices, intemporelles et oniriques, les toiles de France Jodoin font figure de fenêtres sur le subconscient. Celui de l’artiste et celui de l’observateur, car la palette de ciel et d’eau laisse tout le loisir au spectateur d’imaginer un scénario à sa guise. C’est d’ailleurs l’intention de l’artiste. (suite…)

Organiques et évocatrices, intemporelles et oniriques, les toiles de France Jodoin font figure de fenêtres sur le subconscient…

Dage

Place aux hasards heureux

Clin d’œil

« Toute oeuvre se situe au confluent d’une réalité perçue, d’un sentiment et d’une énergie à rendre sur la toile.  »George Perec

Tantôt d’une sensibilité toute en douceur. Tantôt d’une énergie, extrême. Magistral est le terme qui vient à l’esprit devant les tourbillons de couleur sur les toiles grand format de Dage. Une épithète qui ne s’applique qu’aux réels créateurs. Surtout que l’artiste contribue de manière personnelle à la démonstration effervescente de notre époque si liée à la vitesse, au mouvement et à l’instantanéité du moment. D’ailleurs ses personnages et autres sujets sont choisis en fonction de l’émotion et de l’énergie que la peintre saura faire rayonner bien au-delà de l’illustration servile et du confort de la technique d’une automate.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Présente au sein de collections privées au Québec, au Canada, en Australie, aux États-Unis et aux Émirats arabes unis, Dage est représentée par la Galerie Québec Art, 40 rue Notre-Dame, Québec, Canada. Tél : 418-692-8200

 

 

Tantôt d’une sensibilité toute en douceur. Tantôt d’une énergie, extrême. Magistral est le terme qui vient à l’esprit devant les tourbillons de couleur sur les toiles grand format de Dage…

L’OR

Peindre les recoins de son esprit

À découvrir

Le thème de la prochaine exposition solo de L’OR « Des recoins de mon esprit  », qui se tiendra à la Galerie 3440 de la rue Fleury à Montréal-Nord, s’est élaboré sur 375 années. Il célèbre le lien historique qui unit Chicago et Montréal. L’OR a visité Chicago en 2013, pour y présenter une exposition à succès d’art figuratif et aussi pour se familiariser avec la ville de son époux, James.

Ayant à l’esprit les futures célébrations du 375e  anniversaire de Montréal en 2017, à la suggestion de son mari, l’artiste prend l’audacieuse décision de dévier de sa trajectoire habituelle et délaisser les nus figuratifs pour créer un ensemble de tableaux représentant des scènes urbaines de sa ville natale de Montréal et de Chicago.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de James Wise

L’exposition « Des recoins de mon esprit » se tiendra à Montréal, du 23 au 29 mai prochains, à la Galerie 3440, située au 3440, rue Fleury est.

Le vernissage aura lieu le vendredi 27 mai, de 19 h à 20 h. Visiter : www.aavnm.org.

 

Le thème de la prochaine exposition solo de L’OR « Des recoins de mon esprit », qui se tiendra à la Galerie 3440 de la rue Fleury à Montréal-Nord, s’est élaboré sur 375 années…

Laurie Marois

Facebook comme galerie d’art.

Sur le Web, présente des artistes inspirants qui utilisent les médias sociaux et diverses plateformes de partage dans le but de promouvoir leur art sur Internet.

 

Contrairement à beaucoup d’artistes, Laurie Marois découvre la peinture tardivement. Elle développera cet intérêt à travers des études en arts plastiques à Jonquière pour ensuite naturellement se diriger en enseignement des arts à l’Université du Québec à Chicoutimi où elle décroche un baccalauréat.

Originaire de Normandin au Lac Saint-Jean et installée à Québec depuis quelques années, elle assumait jusqu’à tout récemment deux carrières de front, celles d’artiste-peintre et de pédagogue. L’artiste connait un tel succès sur les médias sociaux qu’elle se consacre depuis peu uniquement qu’à son art.

Véritable « touche-à-tout », Laurie Marois s’exprime à la fois dans une démarche figurative et abstraite. Ses oeuvres colorées et énergiques combinent judicieusement ces deux univers. L’artiste privilégie les œuvres de grands formats et sa production artistique se fait par séquence, une œuvre ne nait jamais seule. Les formes animalières sont actuellement au centre de ses recherches picturales. De cette ménagerie se révèle une gestuelle précise aux coups de pinceaux assurés cohabitant harmonieusement avec l’imprévisible technique du dripping. Une dichotomie picturale qui se veut le miroir même de la personnalité de l’artiste, à la fois organisée et imprévisible.

MAGAZINART_PRINTEMPS2016094

Parlez-nous de votre médium ?

L. M. : Je peins principalement à l’acrylique, mais parfois, selon un sujet qui demande plus de réalisme, je peins à l’huile. Je maîtrise assez bien les deux médiums donc je crée aléatoirement, selon l’inspiration, divers sujets.

Si vous aviez à écrire un tweet de moins de 140 caractères décrivant votre travail artistique, quel serait ce tweet (mots clics inclus) ?

L. M. : Tu veux savoir comment je me sens aujourd’hui ? Voilà ma dernière toile … #artdujour #joiedansmoncoeur #cerfcoloré #jexplosedecouleurs #peinture

Quelle est l’importance pour un artiste-peintre d’avoir son site Internet et une présence sur les médias sociaux ?

L. M. : Pour ma part, je vois Facebook comme ma propre galerie d’art. C’est une visibilité au niveau mondial. Je peux publier tout ce que je produis et le vendre à l’autre bout de la planète en quelques secondes. C’est une vitrine accessible à la fois précieuse et délicate. Il faut faire très attention à ce qu’on diffuse et s’assurer de bien identifier chacune de ses créations pour éviter le plagiat. Il en reste que le plus important est le contact avec le public. En tant que peintre, on fait vivre des émotions aux gens par notre habileté à créer des images, donc inévitablement les gens prennent le temps d’inscrire leurs commentaires et nous écrire en privé. Il est primordial de leur démontrer notre reconnaissance et leur dire que nous sommes touchés par leurs réactions. Il ne suffit pas de publier des œuvres, mais de prendre conscience de l’impact de chacune de nos réalisations sur les émotions des utilisateurs de la plateforme. Il faut aussi diffuser régulièrement tout en respectant sa propre créativité.

MAGAZINART_PRINTEMPS2016092

Que recommandez-vous aux artistes qui n’ont pas de site Internet et qui n’ont pas ou très peu de budgets ?

L. M. : Il est important de se concentrer sur ce qui est accessible pour soi. Bien entendu, les médias sociaux sont une excellente option, mais il y a également des endroits publics tels que les bibliothèques, centres d’artistes, cafés, restaurants, etc. qui peuvent accueillir gratuitement des expositions. Il suffit de bien s’informer aux endroits stratégiques.

Sur le plan professionnel, combien de temps investissez-vous dans les médias sociaux ?

L. M. : Je consacre la moitié de mon temps à ma page Facebook afin de garder un contact régulier avec mes clients. Que ce soit un dimanche matin ou un mardi soir, il n’y a pas de mauvais moment pour répondre à un client ou publier ma dernière création. C’est à mon avis ce qui fait tout le succès de mon art.

Quel est l’impact des médias sociaux sur votre carrière ?

L. M. : Ma page Facebook a connu tant de succès dans la dernière année qu’elle m’a apporté plus d’une centaine de commandes. Après avoir exposé un peu partout au Québec et être entrée en galerie d’art, je suis devenue si débordée en terme de production artistique que j’ai dû mettre en veille mon emploi comme enseignante suppléante en arts. Bref, j’ai tout mis de côté pour vivre de mon art grâce aux médias sociaux.

Votre page Facebook a près de 20 000 abonnés. Qu’est-ce que ça vous demande comme temps de gestion de communauté au quotidien ?

L. M. : Ma vie tourne littéralement autour de ma page Facebook. Que ce soit lorsque je suis encore au lit tôt le matin, en déplacement partout au Québec ou en production dans mon atelier, je garde un contact permanent (peut-être abusif) avec ce qui se passe sur ma page. Mon travail est ma passion et ma passion mon travail donc je m’assure d’être à jour sur toutes les notifications, messages ou partage de publication. Malheureusement, il m’arrive de ne pas tout voir étant donné la quantité d’interactions sur ma page quotidiennement. Je commence à songer sérieusement à engager une gestionnaire de communauté !

Êtes-vous sur Instagram ? Si oui, utilisez-vous cette plateforme pour faire la promotion de votre travail artistique ?

Je commence de plus en plus à utiliser cette plateforme pour y présenter les « dessous de mon travail ». C’est la partie plus intime de mon univers, car on y retrouve tout ce qui a trait à la production de mes œuvres, mon état d’esprit ou encore ma vie « hors atelier ». C’est un accès direct à ma vie plus personnelle que professionnelle.

Si vous aviez un seul site Internet d’inspiration à recommander aux artistes, quel serait-il ?

L. M. : Je vais être probablement la personne la moins originale au monde, mais Pinterest est pour moi un incontournable pour regarder des œuvres abstraites. Ça me donne un tel désir de peindre ! Sinon, lorsque je recherche un sujet particulier, je me réfère au site 123rf.com où je me procure des photos libres de droits. J’ai accès à un bon nombre d’images d’excellentes qualités et j’y trouve toujours des sujets inspirants pour peindre ce dont j’ai envie.

Quels sont vos projets pour les 6 prochains mois (ou +) ? Expositions ? Résidences d’artiste ? Formations ?

L. M. : Malgré tous les rêves que je possède et les milliers de projets qui germent dans ma tête pour mon art, j’ai sincèrement la seule et unique intention d’être capable de vivre de mon art pour le reste de ma vie. Bien sûr, j’aimerais exposer à l’étranger, car j’ai une envie profonde de diffuser mon art partout dans le monde, mais mon objectif à court et long terme serait de conserver ma passion pour la peinture et de pouvoir en vivre. Simple, mais vrai !


Texte d’Isabelle Gagné

 

Tous les liens pour suivre Laurie Marois sur le Web afin de rester connecté avec cette artiste :

Facebook : Facebook.com/lauriemaroisartiste

Instagram : Instagram.com/mmemarois

 

Laurie Marois est aussi représentée par la Galerie Guylaine Fournier à Baie-Saint-Paul – galerieguylainefournier.com

 

Nous vous invitons aussi à rester connecté avec Magazin’Art sur nos différents médias :

Site Internet officiel : magazinart.com

Twitter : twitter.com/magazinart

Facebook : facebook.com/magazinart

Pinterest : pinterest.com/magazinart

Contrairement à beaucoup d’artistes, Laurie Marois découvre la peinture tardivement. Elle développera cet intérêt à travers des études en arts plastiques à Jonquière…

Alain Bédard

Couleurs de vie

Les livres

Voici le genre d’ouvrage que l’on laisse trainer sur la table à café, histoire de se plonger dans les images par pur plaisir de les regarder. Peintre de Québec plutôt connu au Canada, chacune des pages nous fait découvrir des lieux visités et les émotions qui y sont rattachées. « Une terrasse, un café, la mer, les villes, l’architecture et les gens sont des sujets remplis de couleur. » dit-il. On aimera cette manière de peindre si proche de Claude-A Simard, mentor et ami de longue date.

www.alainbedard.com

Printemps 2016

Voici le genre d’ouvrage que l’on laisse trainer sur la table à café, histoire de se plonger dans les images par pur plaisir de les regarder. Peintre de Québec plutôt connu…

Lise Boilard

nous revient

Les gens qui font l’événement

Suite à trois participations « avec mention », à la Société nationale des Beaux-Arts de Paris, Lise Boilard poursuit ses activités sur la scène locale et internationale. La galerie Art’et Miss la représente à Paris et elle a participé à plusieurs expositions dans des pays de la Communauté européenne. En novembre dernier elle réalisait à Laval l’exposition solo « Croissance et Harmonie  » où elle présentait sa collection de femmes élégantes et très féminines. Nous la retrouvons à l’exposition duo « Face à Face  », en compagnie de l’artiste Jacqueline Gosselin, en cours à la maison Le Sélection Laval jusqu’au 24 avril 2016.

Lise Boilard nous propose une série de toiles modernes, abstraites ou semi abstraites. L’artiste est restée fidèle à elle-même en exploitant, comme elle sait si bien le faire, les techniques mixtes qui sont sa spécialité. Son atelier de Rosemère, où elle enseigne les techniques mixtes et la sculpture, bourdonne d’activité. Elle y prépare une nouvelle exposition duo pour la mi-mars « La Vie est Belle » avec Josée Gauthier, où pour la première fois elle présentera uniquement ses sculptures.

Printemps 2016

 

Suite à trois participations « avec mention », à la Société nationale des Beaux-Arts de Paris, Lise Boilard poursuit ses activités sur la scène locale et internationale…

En primeur, l’AAPARS présente

un défilé des artistes

Les gens qui font l’événement

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) a tenu avec succès sa 12e  Exposition concours automnale, les 31 octobre et 1er novembre derniers, au Centre Marcel-Dulude à St-Bruno-de-Montarville. En grande première, l’Association y présentait un défilé des artistes, commenté par l’artiste invité Monsieur Jean-Claude Poitras. Ce défilé d’art s’est avéré un véritable succès auprès des visiteurs qui ont pu voir une oeuvre de chacun des artistes d’une façon originale et dynamique.

L’AAPARS jouit d’une excellente réputation et présente des expositions dont l’éthique et la qualité de présentation sont reconnues et recherchées. Depuis 35 ans, l’AAPARS soutient ses membres dans leur démarche artistique. L’association compte aujourd’hui près de 500 artistes issus de 95 villes du Québec. Pour plus d’information, on peut s’abonner au blogue en consultant le site web www.aapars.com, visiter la galerie virtuelle des artistes et suivre la page de l’Association sur Facebook.

Printemps 2016

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) a tenu avec succès sa 12e Exposition concours automnale, les 31 octobre et 1er novembre derniers…

L’artiste Manon Potvin

devient Maître en Beaux-arts

Les gens qui font l’actualité

Une année fructueuse pour l’artiste peintre estrienne puisqu’elle a remporté plusieurs prix à la dernière édition des « American Arts Awards » aux États-Unis, de même que le prix du Mérite en peinture accordé par le jury du Salon des Arts Visuels de Brossard. Elle obtient maintenant la reconnaissance de ses pairs en recevant le titre de Maître en Beaux-Arts de l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec. Un titre honorifique et une très grande distinction qui reconnait l’excellence en art visuel tant dans la qualité du travail que par sa technique, sa créativité et son apport à la profession. Ayant également été reçue récemment comme membre de l’Institut des Arts Figuratifs, cela fait de Manon Potvin, la plus jeune peintre à détenir ces deux prestigieux honneurs.

Native de Montréal mais résidant à Magog depuis plus de 15 ans, l’artiste peintre surréaliste accumule de nombreux prix des jurys et du public tant à l’échelle nationale qu’internationale. Elle publiait récemment un premier livre d’art « Et si…  » regroupant une quarantaine d’œuvres peintes et écrites.

Printemps 2016

 

Une année fructueuse pour l’artiste peintre estrienne puisqu’elle a remporté plusieurs prix…

Une année qui présage bien

pour Jacqueline Gosselin

Les gens qui font l’événement

Ce début d’année 2016 apporte déjà d’importantes reconnaissances pour l’artiste Jacqueline Gosselin. Nominée artiste émérite de la Corporation Rose-Art de Laval en janvier pour l’aspect unique et original de ses oeuvres, la particularité de ses couleurs, le fini de chacun de ses tableaux, elle est accueillie à l’émission Nos Artistes  sur les ondes de TVRL en février.

Artiste coloriste, elle dépeint le monde qui lui vient en tête et qui évolue tout ou long de la création du tableau. Des couleurs vibrantes se superposent aux textures, des effets plastiques, des formes presque vivantes commencent à apparaitre. « Je veux émouvoir, sensibiliser, donner du rêve, et un bon souvenir à ceux qui plongeront le regard dans mes oeuvres, » dit-elle. Elle expose au Sélection de Laval, 3300, Boulevard Le Carrefour, du 21 février au 24 mars 2016, une collection de tableaux grand format empreinte de poésie.

Récipiendaire de plusieurs prix elle est l’artiste invitée au Symposion de L’AAAVT le 17 juin prochain au magnifique site de l’Île-des-Moulins à Terrebonne.

Printemps 2016

 

Ce début d’année 2016 apporte déjà d’importantes reconnaissances pour l’artiste Jacqueline Gosselin…

Paul-Henri Falardeau

(1929-2015)

Hommage

Brillant gestionnaire financier auréolé du plus grand prestige. Devant la majesté des lieux et la qualité de vie ambiante, cet administrateur assigné par ses patrons à résider dans Charlevoix a senti le besoin d’exprimer sa vision des lieux. Homme d’une intelligence et d’une sensibilité inouïe, sa recherche d’authenticité l’amena à s’inscrire aux cours de l’École des beaux-arts de Québec afin de pouvoir dire d’une manière personnelle.

Les peintres Bruno Côté, Iacurto, Rousseau et autres géants lui auront fourni l’occasion de peaufiner son style lors de rencontres en peignant sur le motif. Ambiance idyllique. Nostalgie du mode de vie rural. Visions bucoliques senties. Orchestrateur des lumières fugitives : sous son pinceau, nous retrouvons la dimension champêtre du bonheur de celui qui regarde et exulte !

En terminant, soulignons que Paul-Henri Falardeau est le frère de feu Jean-Charles Falardeau, premier sociologue du Québec et fondateur du Conseil des arts du Canada. Monsieur Falardeau est représenté par la Galerie Symbole-Art à Montréal. À toute sa famille, nos plus sincères condoléances.

La rédaction

Brillant gestionnaire financier auréolé du plus grand prestige. Devant la majesté des lieux et la qualité de vie ambiante, cet administrateur assigné par ses patrons…

Marcel Barbeau

(1925-2016)

Hommage

Ce peintre important du Refus Global aura créé jusqu’à la fin de sa vie. Gavé, mais présent devant le défi de la toile. « Je ne me suis jamais demandé pourquoi je continuais. J’agis. Je crée comme je respire. Je ne me demande pas pourquoi je respire ni pourquoi je crée. En fait, c’est un combat vis-vis de moi-même, face à mes propres intentions, face à mes désirs. » Voici le témoignage qu’il m’a rendu pour l’écriture de mon bouquin, Être Artiste, publié en août.

Les plus grandes distinctions et les prix pullulent. Et tout autant les expositions en des lieux et musées plus que prestigieux à travers le monde. Le domaine des arts visuels vient de perdre un de ses plus grands actifs représentants en matière de renouveau en arts visuels. Que cela soit senti, entendu et partagé !

La rédaction

Site web de l’artiste

Ce peintre important du Refus Global aura créé jusqu’à la fin de sa vie. Gavé, mais présent devant le défi de la toile…

Expo Galerie 2016

Visitez la plus importante exposition d’arts visuels en Montérégie

Près de 100 artistes peintres à découvrir!

Artiste invitée : Claudine Mercier, humoriste et artiste peintre

L’Association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) s’installe au Quartier DIX30 pour son Expo Galerie 2016, la plus grande exposition d’arts visuels hivernale en Montérégie. L’AAPARS vous y invite le temps d’un week-end, les samedi et dimanche, 5 et 6 mars prochains de 10 h à 17 h. Ce nouveau local d’exposition est situé au Quartier DIX30, 9750, boulevard Leduc, suite 25, à Brossard, à proximité des magasins DeSerres (matériel d’artiste) et Bureau en Gros. L’Association tiendra son vernissage le samedi 5 mars à 15 h, accompagné d’une dégustation Porto Cabral et chocolat. Mesdames Chantal Gauvreau et Isabelle Legault, de Desjardins, Gestion de patrimoine, valeurs mobilières seront les coprésidentes d’honneur de l’évènement.

C’est avec un immense plaisir que l’AAPARS reçoit à titre de porte-parole Madame Claudine Mercier, humoriste et artiste-peintre :

«C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je vous invite à venir rencontrer les artistes de l’APPARS à l’Expo Galerie du Quartier DIX30. Vous y trouverez beaucoup  de talent au pouce carré! J’y exposerai moi-même quelques toiles et il me fera plaisir d’échanger avec vous. Au plaisir de vous y voir! »

Venez admirer plus de 750 œuvres uniques, d’inspiration figurative et non-figurative. Les visiteurs auront le privilège de s’entretenir avec les artistes de leurs techniques respectives et d’observer des peintres à l’œuvre tout au cours du week-end. Prix à gagner parmi les visiteurs qui voteront pour leur artiste préféré. De plus, l’achat d’une œuvre sur place vous donnera la chance de gagner la valeur de l’œuvre acquise  jusqu’à concurrence de 300$. L’entrée est gratuite.

Depuis 35 ans, l’AAPARS soutient ses membres, dans leur démarche artistique. L’Association compte aujourd’hui près de 500 artistes issus de 95 villes du Québec.  Elle jouit d’une excellente réputation et présente des expositions dont l’éthique et la qualité de présentation sont reconnues et recherchées.

Pour plus d’informations, suivez-nous sur Facebook. Abonnez-vous à notre blogue et visitez la galerie virtuelle des artistes en consultant notre site web sur www.aapars.com.

Visionner l’affiche de l’événement

 


Source: Réjean Gosselin  |  Directeur de la publicité et des communications de l’AAPARS  |  Tél: 450-449-2998

Visitez la plus importante exposition d’arts visuels en Montérégie.
Près de 100 artistes peintres à découvrir!
Artiste invitée : Claudine Mercier, humoriste et artiste peintre

Exposition de Lise Boilard et Jacqueline Gosselin

Les artistes Lise Boilard et Jacqueline Gosselin vous présentent sur les murs du grand passage galerie du Sélection Laval un bel éventail de leurs oeuvres dans le cadre de l’exposition Face à face du 21 février au 26 avril 2016.

Vernissage
Dimanche 21 février 2016, de 14h à 17h.

Le Sélection Laval
3300, boulevard le Carrefour, Laval

Consulter l’invitation officielle


Source: Lise Boilard

 

Les artistes Lise Boilard et Jacqueline Gosselin vous présentent sur les murs du grand passage galerie…

Exposition « De l’ombre à la lumière »

du peintre Denis Courchesne

Du 31 janvier au 31 mars 2016, le Musée Marius-Barbeau de St-Joseph de Beauce présente l’exposition « De l’ombre à la lumière » du peintre Denis Courchesne.

Cette superbe exposition mise en œuvre par la commissaire du musée, madame Renée Gilbert, met en valeur ce talent inné de notre région et toute l’ampleur de sa production.

Dans ce magnifique musée beauceron, vous retrouverez quelques œuvres (peintures, dessins et papiers déchirés) du passé, mais surtout celles plus récentes de ses deux thèmes de prédilection : « ses scènes campagnardes qui invitent à la méditation, et ses chaises qui incitent à la réflexion » comme disait si bien la commissaire.

Ces scènes campagnardes (les plus anciennes, plus ombragées, tout comme les plus récentes nimbées de lumière), ou, tout comme ces chaises (qui virevoltent dans l’espace selon une chorégraphie orchestrée par l’artiste et interpellent notre imaginaire), donne tout son sens au titre de de l’exposition : « Courchesne, de l’ombre à la lumière ».

Ce peintre authentique est maintenant reconnu au Québec par sa façon particulière de traiter ses deux thèmes, par cette palette de couleur qui lui est propre et par cette lumière unique qui vous transcende et vous habite à la vue de ses tableaux.

Pour ce vendeur qui disait il y a plusieurs années qu’il finirait sa vie professionnelle comme artiste peintre, eh bien, c’est chose faite.


Source: France Doyon, relationniste. Musée Marius-Barbeau

Du 31 janvier au 31 mars 2016, le Musée Marius-Barbeau de St-Joseph de Beauce présente l’exposition « De l’ombre à la lumière » du peintre Denis Courchesne.

Claude Picher (1927-1998)

Comme un diamant brut des profondeurs

Grande rencontre

« Je vois la pratique de l’art comme une véritable incarnation de la vie, comme un excès, une folie, un infini, une liberté, une chose organique qui peut nous emmener plus loin que tous les voyages » — Clémentine Célarié

Un artiste de la dimension de Claude Picher, cela ne s’invente pas. Le peintre a connu le succès professionnel dès la fin de l’adolescence. Autant apprécié par les collectionneurs que Jean Paul Lemieux à travers le Canada, rapidement il aura obtenu la notoriété nationale. De caractère volontaire, spontané, primesautier, il est aussi connu pour son implication politique ainsi que ses critiques acerbes face aux systèmes établis encadrant le domaine des arts visuels. Regard sur un géant de l’art aujourd’hui presque oublié, mais tellement d’actualité.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Claude Picher est représenté par :

Galerie Douce Passion, 42 rue Notre-Dame, à Québec

Galerie Perreault, 205 rue Saint-Paul, à Québec

 

La rédaction remercie ces deux galeries pour les images fournies pour illustrer ce texte.

 

Un artiste de la dimension de Claude Picher, cela ne s’invente pas. Le peintre a connu le succès professionnel dès la fin de l’adolescence. Autant apprécié par les collectionneurs que…

Juan Cristobal Pinochet Araya

Il reste tant à faire !

Sur la cimaise

« Je suis devenu artiste sans trop m’en rendre compte, » dit Juan Cristobal Pinochet Araya. L’art faisait en effet partie intégrante de sa vie à Québec, où il était arrivé adolescent en provenance du Chili. Sa mère était artiste peintre, voilà comment il s’intéressa à l’art, fasciné qu’il était, tout silencieux, à la regarder peindre. Celle-ci ayant établi son studio dans la demeure familiale, la voir travailler, les pinceaux dans des bocaux, les tables et les tiroirs remplis de tubes de couleur, lui paraissait tout naturel. Enfant déjà, il savait ne pas toucher à quoi que ce soit qui pouvait être couvert de peinture fraîche. Ce qui fait qu’aujourd’hui, des années plus tard, lors de démonstrations il peut porter une chemise blanche et un veston qui demeurent en parfait état de propreté.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Valerie Kent

Juan Cristobal Pinochet Araya est représenté par :

Galerie Q

1521 County Road 10, Cavan, Ontario, L0A 1C0

Tél. : (705) 944-8888

www.galerie-q.com

« Je suis devenu artiste sans trop m’en rendre compte, » dit Juan Cristobal Pinochet Araya. L’art faisait en effet partie intégrante de sa vie à Québec, où il était arrivé…

Louise Léveillé

Apprendre à voir au-delà…

L’art au féminin

Le lien intime qui unit Louise Léveillé à la nature représente assurément la porte d’entrée qui lui permet d’éprouver un sentiment de béatitude lorsqu’elle s’y branche de tout son être, dans une paix profonde. Ayant depuis longtemps la certitude que le monde est bien plus vaste que ce que l’on en perçoit, l’artiste parvient à s’y connecter entièrement et à ressentir un état de grâce lui donnant accès à un plan spirituel dont la dimension dépasse les limites de son environnement purement physique.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Lisanne LeTellier

Le lien intime qui unit Louise Léveillé à la nature représente assurément la porte d’entrée qui lui permet d’éprouver un sentiment de béatitude lorsqu’elle s’y branche de tout son être…

Goran Hamsic

Je peins parce que je ne suis pas un peintre

Artiste venu d’ailleurs

« La peinture est la face visible de l’iceberg qui m’habite.  » – Dali

Au moment d’écrire ces lignes, Paris est le siège d’attentats meurtriers. Des bombes. Des fusillades à partir d’un véhicule sur des gens attablés à la terrasse d’un café. Puis une rasade de balles sur l’audience entière d’une salle de spectacle prise en otage. Des morts. Cela sans que chacun ne comprenne pourquoi. Goran Hamsic a connu la guerre. À tous les jours, les douleurs de trois balles dans son corps le ramènent constamment à l’incompréhension et à l’urgence de vivre le moment présent. L’homme dit avoir perdu ses illusions face au sens de la vie. Il a vu des gens mourir autour de lui. Les massacres. Dit ne pas avoir peur de mourir. Seul exutoire : la peinture. Le temps de se sentir revivre à nouveau. Rencontre avec un personnage revenu du bout de la nuit.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

L’artiste est représenté par la Galerie Douce Passion,
42, rue Notre-Dame, Québec.

Au moment d’écrire ces lignes, Paris est le siège d’attentats meurtriers. Des bombes. Des fusillades à partir d’un véhicule sur des gens attablés à la terrasse d’un café. Puis une rasade de balles…

Ginet Leblond

Une peinture aux notes musicales

Profil d’artiste

Quelle qualité magique fait que les œuvres de certains artistes peintres se distinguent de celles des autres ? Qu’est-ce qui rend leurs tableaux uniques et identifiables ?

L’oeuvre de Ginet Leblond s’imprègne d’une douce lumière, qui se veut joyeuse au crépuscule. Cette œuvre peut aussi sembler frigide et solennelle quand la froide lumière transperce les os et que le repas chaud quotidien cuit sur une flamme nue. Grâce à leur thème historique et fascinant, ses toiles prennent vie et perdurent naturellement.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Valerie Kent

Ginet Leblond est représentée par :

Galerie Q

1521 County Road 10, Cavan, Ontario, L0A 1C0

Tél. : (705) 944-8888

www.galerie-q.com

Quelle qualité magique fait que les œuvres de certains artistes peintres se distinguent de celles des autres ? Qu’est-ce qui rend leurs tableaux uniques et identifiables…

Yvon Lemieux

Mon art, mon cheminement

Peindre un pays

Né dans la petite paroisse de Saint-Pascal à Québec, Yvon Lemieux a commencé à peindre à l’âge de 16 ans; il peint maintenant depuis 50 ans. Comme le temps passe vite quand on s’amuse ! C’est en esquissant au crayon les personnes rassemblées sur la place municipale que débute le cheminement artistique d’Yvon. Par chance, son professeur de huitième année est aussi un artiste et celui-ci expose ses toiles sur les murs de la classe. Yvon s’applique alors à copier ce qu’il voit, jouant de couleurs et de formes sur la toile. L’observation attentive, le dessin, la composition et l’harmonie des couleurs lui procureront quelques difficultés d’apprentissage.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Valerie Kent

Yvon Lemieux est représenté par:

Galerie Q

1521 County Road 10, Cavan, Ontario, L0A 1C0

Tél. : (705) 944-8888

www.galerie-q.com

 

 

Né dans la petite paroisse de Saint-Pascal à Québec, Yvon Lemieux a commencé à peindre à l’âge de 16 ans; il peint maintenant depuis 50 ans. Comme le temps passe vite…

Nathalie Voisine

Le mystère et l’émotion

À découvrir

« Je crois fermement que l’art est une merveilleuse façon d’exprimer mes émotions, mes humeurs. Il n’y a rien de plus motivant pour moi que de me retrouver en studio, dans mon propre espace, avec mes pinceaux et mes tubes de peinture, où je peux peindre et me dépasser. »

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Valerie Kent

Nathalie Voisine est représentée par :
Galerie Q
1521 County Road 10, Cavan, Ontario, L0A 1C0
Tél. : (705) 944-8888
www.galerie-q.com

Je crois fermement que l’art est une merveilleuse façon d’exprimer mes émotions, mes humeurs. Il n’y a rien de plus motivant…

L’Association des Artistes
en Arts Visuels

de Terrebonne

Les gens qui font l’événement

Organisme sans but lucratif fondé en 2009, l’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne (AAAVT) regroupe des artistes peintres, sculpteurs et photographes, qu’ils soient amateurs, semi-professionnels ou professionnels. L’AAAVT est gérée par un conseil d’administration composé de huit artistes en arts visuels. Sa mission est de promouvoir les arts visuels ; réaliser des activités artistiques et culturelles ; regrouper les efforts et le talent des artistes de Terrebonne et de la région ; favoriser la création et la diffusion des arts visuels ; favoriser un lieu de rencontre. Chaque année, les membres sont invités à participer à l’exposition collective du printemps ainsi qu’aux Petits formats en décembre dans des locaux fort appréciés des nombreux visiteurs. Des possibilités d’expositions solos ou en petits groupes, des ateliers et conférences sont aussi offerts périodiquement. La plus importante réalisation de l’association est sans contredit l’organisation du Symposium en Arts Visuels en juin, sur l’Île-des-Moulins, qui connaît annuellement un vif succès. Ces symposiums regroupent une sélection de 80 artistes de fort calibre et attirent annuellement des milliers de visiteurs. Pour devenir membre, consulter le site web, www.aaavt.org et remplir le formulaire d’adhésion.

Hiver 2016

Organisme sans but lucratif fondé en 2009, l’Association des Artistes en Arts Visuels de Terrebonne (AAAVT) regroupe des artistes peintres, sculpteurs et photographes, qu’ils soient amateurs…

Jungle avec panthères

Musée international

d’art naïf de Magog

Les gens qui font l’événement

La mission du Musée international d’art naïf de Magog est de collectionner l’art naïf international; faire découvrir l’art naïf par ses expositions, ses programmes publics et tous les autres moyens de diffusion et de promotion dont il dispose; partager l’art naïf avec d’autres institutions qui désirent collaborer à sa mission.

Le Musée international d’art naïf de Magog (MIANM) est le seul musée au Canada à être entièrement consacré à l’étude et la mise en valeur de l’art naïf. Sa collection compte près de 800 œuvres de plus de 250 artistes provenant de 32 pays différents. Quelque 240 œuvres composent la collection d’art naïf québécois (35 % de la collection) du Musée. La plupart de ces œuvres sont des huiles ou des acryliques sur toile, mais on trouve aussi d’autres médiums et d’autres supports. Plusieurs de ces toiles décrivent des scènes de la vie traditionnelle ou des scènes de la vie quotidienne d’aujourd’hui. La nature joue souvent un grand rôle. La plus grande partie de la collection du MIANM est constituée d’œuvres d’artistes étrangers, outre le Canada, 31 pays sont représentés dans la collection. La grande diversité de ces œuvres et de leurs origines permet d’apprécier les multiples facettes et l’originalité de cette forme d’art universelle.

Hiver 2016

La mission du Musée international d’art naïf de Magog est de collectionner l’art naïf international; faire découvrir l’art naïf par ses expositions, ses programmes publics…

Gilles Pelletier, Bienvenue à North-Hatley

Galerie Jeannine Blais

Les gens qui font l’événement

Située au coeur du village de North Hatley, sur les rives du lac Massawippi, la Galerie Jeannine Blais a pour objectif de vous offrir des oeuvres d’art d’une grande qualité, d’artistes peintres et sculpteurs d’ici et d’ailleurs. Animer une galerie d’art dans le décor enchanteur de North Hatley, c’est plus qu’un métier, plus qu’une profession, disons le simplement, c’est vivre intensément une passion. Cette galerie mérite qu’on s’y arrête, ne serait-ce que pour découvrir différents styles artistiques, surtout l’art naïf qu’elle présente sous toutes ses facettes. Depuis trois décennies, la galerie contribue à faire connaître cette forme artistique colorée et optimiste auprès de collectionneurs et d’amateurs d’art. Dans la section boutique du site web de la galerie, vous serez ravi de trouver plusieurs livres , biographies d’artistes ainsi qu’une grande variété de cartes sans texte (reproductions de ses tableaux). La galerie édite également un beau calendrier grand format d’art naïf de 13 mois en couleur.

Hiver 2016

Située au coeur du village de North Hatley, sur les rives du lac Massawippi, la Galerie Jeannine Blais a pour objectif de vous offrir des oeuvres d’art d’une grande qualité, d’artistes peintres…

Sentenza

David Merlin,

36 heures de peinture en continu

Les gens qui font l’événement

Le 26 novembre dernier, l’artiste peintre David Merlin dévoilait sa dernière exposition intitulée IDENTITÉS, qui avait lieu à la Galerie 203, dans le Vieux-Port de Montréal, où Merlin est d’ailleurs un des nouveaux artistes permanents. Ce lancement a été ponctué du dévoilement d’une toute nouvelle toile de l’artiste produite dans les 36 heures précédant l’événement. Ayant entamé la création de l’œuvre originale le mardi 24 novembre vers 22 h, le peintre s’est arrêté pour la présentation du tableau le 26 novembre vers 10 h. David Merlin est un artiste peintre spécialisé dans la création de portraits et d’œuvres expressives. Montréalais d’adoption, mais Parisien d’origine, il s’inspire entre autres de l’art cinématographique ainsi que de la Renaissance. Grâce à l’utilisation du clair-obscur et des plans rapprochés, Merlin crée des œuvres fascinantes où les visages sont au premier plan. Le peintre projette sur ses toiles l’image personnelle qu’il se fait de différents personnages et de leurs émotions, tout en y apportant, de par son art, une certaine ambiguïté. Son inspiration est aussi nourrie par plusieurs styles musicaux, particulièrement la musique classique.

Hiver 2016

Le 26 novembre dernier, l’artiste peintre David Merlin dévoilait sa dernière exposition intitulée IDENTITÉS, qui avait lieu à la Galerie 203, dans le Vieux-Port de Montréal…

Clarence Bourgoin,

chasseur de paysages

Les gens qui font l’événement

Le peintre canadien Clarence Bourgoin est natif de Saint-Léonard au Nouveau-Brunswick. Il a résidé 30 ans au Québec. Se qualifiant lui-même de « chasseur de paysages », il est peintre figuratif faisant partie du mouvement expressionniste. Le résumé de ses 40 ans de carrière énumère autant de participations à des symposiums d’art figuratif au Québec et à l’échelle internationale que de prix et de mentions d’honneur. En 2001, il devient Membre signataire de l’Institut des arts figuratifs (IAF). En 2005, l’International Artist Magazine lui a consacré un reportage intitulé « Master Painters of the World – Canada Showcase 2005 ». En 2007, lors d’une exposition au Carrousel du Louvre à Paris, Clarence Bourgoin s’est vu remettre un prix spécial pour son œuvre par le bureau de la Société nationale des beaux-arts de Paris. En 2014, il est honoré par l’Institut des arts figuratifs (IAF) en se voyant décerner le titre de membre émérite. Clarence Bourgoin est répertorié au Musée des beaux-arts de Montréal depuis 1987.

Hiver 2016

Le peintre canadien Clarence Bourgoin est natif de Saint-Léonard au Nouveau-Brunswick. Il a résidé 30 ans au Québec. Se qualifiant lui-même de « chasseur de paysages »…

L’Académie Royale des arts du Canada

Actualités

RCA, trois lettres inscrites en terminaison de la signature des artistes les plus reconnus. Cet acronyme signifie que la personne est membre de L’Académie Royale du Canada. L’organisation honorifique regroupe à ce jour 790 créateurs professionnels établis à travers toutes les régions du Canada. L’organisation nationale au service des arts contemporains est considérée comme un organisme de bienfaisance ayant pour finalité d’encourager, de favoriser et de promouvoir la création canadienne faisant preuve d’excellence.

Joseph-Richard Veilleux, artiste peintre d’une démarche aussi singulière et fructueuse qu’accomplie, homme d’action et d’opinion depuis plus de 40 ans, est le premier président canadien français de L’Académie Royale du Canada. Dévoué à soutenir la communauté artistique au Québec et au pays, le rôle de président sied bien aux activités visant à promouvoir les arts visuels en offrant des bourses et des prix, en facilitant la réalisation d’événements et de projets, et ce, en collaboration avec membres RCA et amis. « Mon plus beau rêve pour le moment est d’établir un musée d’art contemporain à Saint-Georges de Beauce, » confie Joseph-Richard Veilleux. On retrouve les œuvres de Joseph-Richard Veilleux à la Galerie Linda Verge à Québec ainsi qu’à la Galerie Bernard à Montréal.

Hiver 2016

RCA, trois lettres inscrites en terminaison de la signature des artistes les plus reconnus. Cet acronyme signifie que la personne est membre de L’Académie Royale du Canada…

Valerie Kent

Son art est sa route de la soie

Réalisme contemporain

« La peinture est ma vocation et une des grandes passions de ma vie. Peindre ne m’a jamais paru un travail, mais plutôt un très grand plaisir et un défi à relever, une série d’énigmes à résoudre. Je suis d’avis que la Police de l’art n’existe pas et que je peux expérimenter, improviser et créer à ma guise et, quel que soit le résultat, c’est le processus qui compte vraiment, alors tout va très bien pour moi. Je crois également qu’il n’y a pas de mauvais tableaux : ils ne sont tout simplement pas encore terminés. » – Valerie Kent.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 

La peinture est ma vocation et une des grandes passions de ma vie. Peindre ne m’a jamais paru un travail, mais plutôt un très grand plaisir et un défi à relever…

Cantin

Mémoire en superposition

Sur le web présente des artistes inspirants qui utilisent les médias sociaux et diverses plateformes de partage dans le but de promouvoir leur art sur Internet.

Originaire de Jonquière, Patrice Cantin obtiendra son Baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal en 2002. Durant ses études, l’artiste explore la peinture via une approche interdisciplinaire intégrant parfois la musique et la performance. De ces recherches académiques naîtront les prémices de son corpus actuel.

L’artiste identifie son désir de peindre par la réminiscence d’une composition et d’une couleur. Ces abstractions transportent une charge d’idées, de concepts accumulés au fil du temps et emmagasinés à travers les canaux de sa mémoire créative. « Je ne prends pas de notes. Les formes, les ambiances, les couleurs, les contrastes se superposent dans ma tête ». L’artiste démarre un tableau sans réel plan d’exécution, faisant confiance à son instinct. Le narratif surgit au fil de l’exécution et c’est à partir de ces mouvements, de ces superpositions de matière, de cette distinctive gestuelle que nait un Cantin.

Oily Selfie

Oily Selfie

Parlez-nous de votre médium ?

C. : Je travaille présentement à l’huile et avec les bâtons à l’huile. Je n’utilise pratiquement pas d’outils mis à part mes mains et la spatule.

Décrivez votre travail en un tweet de 140 caractères, motsclics inclus ?

C. : #Cantin artiste peintre #portraits abstraits, travail semi-figuratif portant sur la lumière et les jeux d’ombres et de taches.

Quelle est l’importance pour un artiste peintre d’avoir son site Internet et une présence sur les médias sociaux ?

C. : Être branché sur le web aujourd’hui est très important, voire même essentiel. Ma carte de visite, c’est mon site ! Pour tous les gens que je ne rencontre pas ou qui ne se présentent pas à mon atelier, le site Internet est une belle façon de faire voir mon travail. Les réseaux sociaux permettent de partager mon travail et de le faire connaître à des gens qui sont en dehors de notre cercle d’amis.

Pablo Picasso

Pablo Picasso

Avez-vous fait appel à un professionnel pour la conception et la programmation de votre site ?

C. : Je suis moi-même webmestre et programmeur. C’est ce qui me permet d’arrondir mes fins de mois. Je conçois et design mes trucs comme je le veux !

Que recommandez-vous aux artistes qui n’ont pas de site Internet et qui n’ont pas ou très peu de budgets ?

C. : Il y a plusieurs plateformes qui existent aujourd’hui pour réaliser un site sans avoir les connaissances nécessaires. Par contre, il faut y mettre le temps. Prendre des bonnes photos est essentiel.

À quelle fréquence faites-vous les mises à jour de votre site Internet ?

C. : Chaque fois que j’ai un nouveau tableau, je fais une mise à jour.

Sur le plan professionnel, combien de temps investissez-vous dans les médias sociaux ?

C. : Hum… Je vais paraître accro, mais je passe énormément de temps devant mon écran à faire la promo de mes tableaux. C’est constant. Si j’aligne le temps passé dans une journée, je dirais entre 3 et 5 heures.

Neon Boss

Neon Boss

Quel est l’impact des médias sociaux sur votre carrière ?

C. : Je vends 90 % de mon travail sur le web. 75 % par Facebook. C’est une plateforme très puissante lorsque l’on sait bien s’en servir.

Si vous aviez un seul site Internet d’inspiration à recommander aux artistes, quel serait-il ?

C. : Pour m’inspirer, je vais parfois sur Etsy.com. Beaucoup de créateurs y sont et c’est une belle fenêtre pour se rafraîchir le côté créatif du cerveau lorsqu’il est en panne !

Quels sont vos projets pour les 6 prochains mois (ou +) ? Expositions ? Résidence d’artiste ? Formations ?

C. : Je travaille présentement sur des triptyques grand format, très épurés et mouvementés. J’exposerai à Toronto en septembre lors de la foire « Toronto Outdoor Art ». En 2016 je serai à la Galerie Carte Blanche pour une expo solo.


 Texte d’Isabelle Gagné

Tous les liens pour suivre Cantin sur le Web afin de rester connecté avec l’artiste :

Site Internet officiel : galeriecantin.com

Facebook : facebook.com/galeriecantin

Twitter : twitter.com/lecantin

Instagram : instagram.com/lecantin

YouTube : youtube.com/user/lecantin

 

L’artiste identifie son désir de peindre par la réminiscence d’une composition et d’une couleur. Ces abstractions transportent une charge d’idées, de concepts…

Élène Gamache

Artiste d’un essor supérieur

L’art au féminin

« Le parfum des fleurs comme les effluves d’une oeuvre fleurant bon la joie de créer, sont pleins de stratagèmes. Si vous traitez vos fleurs et vos oeuvres d’art avec négligence, sachez qu’elles éparpilleront tout de même leurs secrets aux quatre vents. » Louise de Vilmorin

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte de Michel Bois

Élène Gamache est représentée par : Galerie Jean-Pierre Valentin, Montréal, Québec ; L’Harmatan, Baie-Saint-Paul, Québec ; West-End Gallery, Edmonton, Alberta ; Roberts Gallery, Toronto, Ontario ; Galerie Saint-Laurent + Hill, Ottawa, Ontario

 

Élène Gamache. Quel exemple de sensibilité et de persévérance ! Du domaine de la tapisserie monumentale à la pratique de la peinture, tout procède dans sa…

Diane Coudé

Le rendez-vous

À découvrir

Plonger dans les toiles de Diane Coudé, c’est comme prendre un petit sentier tranquille à côté de la cohue. Ses intérieurs intimistes, baignés d’une lumière enveloppante, sont des lieux de quiétude et de contemplation. On entend presque le tic-tac de l’horloge et le ronronnement du chat.

Ce monde que l’artiste crée, il est le résultat de son cheminement à elle et la somme du baguage des expériences de sa vie. On ne sera donc pas surpris d’apprendre qu’elle vient du monde du théâtre et qu’elle y a oeuvré pendant 25 ans comme créatrice de décors, qu’elle a réalisé des peintures scéniques, des costumes et des marionnettes, bref une artiste en tout point capable de créer avec plusieurs types de matières. Nous ne sommes pas surpris parce que ses intérieurs ont cette qualité scénographique, cette attention à la lumière et ce sens de la tension entre ombres et lumières. Mais Diane Coudé se donne désormais un rendez-vous avec la peinture, un rendez-vous trop longtemps retardé, remis, négligé. L’appel se fait urgent !

Native du Saguenay, Diane Coudé est la troisième enfant d’une famille habitant la banlieue de Chicoutimi. Seule artiste de la famille, elle rêve alors de devenir actrice. Ses études en arts de la scène et arts plastiques la conduiront vers Montréal, où ses enseignants reconnaissent plutôt ses talents plastiques, une réalité qu’elle devra elle-même accepter. Très adaptable, elle se fraie dans le monde de la scène et y fait carrière pendant de longues années. Mais toujours, ce désir de peindre pas très loin de la surface. « En tournée, j’achetais toujours du matériel dans le but de m’y mettre. Je me faisais en quelque sorte une promesse. » Le mode de vie de pigiste en tournée étant ce qu’il est, c’est avec difficulté qu’elle peut se consacrer à cette discipline.

Au travers des contrats de scène, elle enseigne les arts plastiques à temps partiel. Au fil des ans, ce travail lui offre une occasion de finalement se poser en devenant permanent. Cette occasion de prendre racine sera le début du rendez-vous tant attendu que Diane Coudé se donnait. Mais juste avant ce changement, un autre élément influencera son destin : un stage de peinture en 2004 chez l’artiste français Christoff Debusschere. Sans aucune expérience et avec une amie passionnée de peinture, elle se lance dans l’aventure abruptement, inspirée par la lumière splendide qui se dégage des tableaux du maître. « C’était passionnant et éprouvant. La troisième journée j’ai compris et j’ai pu évoluer dans l’instant présent. » Un an plus tard, elle répètera exactement la même démarche sans avoir peint au cours de l’année, autrement que dans sa tête. « C’était le même modèle, j’ai eu le choc de me retrouver au même point. J’ai versé quelques larmes. Lorsque je regarde ces toiles aujourd’hui, je vois très clairement l’état dans lequel j’étais. »

Le vase d'Anduze

Le vase d’Anduze

Après ces apprentissages, la peinture occupera une place régulière à son horaire. Sa source d’inspiration est la lumière qui habille des lieux connus et aimés, des ilots de quiétude où il fait bon se poser. « Je me raconte des histoires, je trouve que les objets et les intérieurs possèdent une charge émotive que je tente de rendre par coups de pinceau pas trop précis. Je cherche un rendu énergique, je veux sentir la vitalité dans le geste. » Pour Diane Coudé, chaque tableau est une aventure, une occasion de laisser un peu de soi derrière. « J’ai toujours aimé la patine, le mystère. Je suis émue par les vieilles affaires. L’idée que quelqu’un trouve une de mes oeuvres dans une brocante, dans cent ans, et puisse s’y intéresser me séduit. »

Voilà donc dix ans qu’elle produit des tableaux en suivant son intuition et en faisant confiance à son talent. Le plus important pour elle est de rester authentique, de suivre sa quête artistique sans trop se soucier du regard d’autrui. Elle souhaite se commettre encore plus et l’artiste aux multiples talents qu’elle est prend un joyeux plaisir à créer des objets dérivés de ces oeuvres. « Je suis une petite artiste tranquille en quête de beauté et de paix. » Créer à temps plein est évidemment un objectif, un objectif qu’elle sait tout à fait possible puisque la vie de théâtre lui a réussi malgré les difficultés inhérentes à cette occupation. « J’ai un fort instinct de survie. Je suis une contemplative-active. » Cette lancée vers l’extérieur est donc actuellement en cours avec sa première exposition solo qui vient tout juste d’avoir lieu cet été à la Maison Lacombe.

Les pots anciens

Les pots anciens

Pour réaliser son rêve, ne reste donc que de continuer à peindre. Lors de séjours à sa maison de campagne de Calixa-Lavallée, elle s’adonne à peindre la vie de village. Devantures de maison, bégonias luxuriants et animaux paresseux, Diane Coudé est interpelée par la quiétude et honore désormais son rendez-vous avec la peinture.


Texte d’Isabelle Gauthier

Plonger dans les toiles de Diane Coudé, c’est comme prendre un petit sentier tranquille à côté de la cohue. Ses intérieurs intimistes, baignés d’une lumière enveloppante…

Galerie d’art Céleste

Les gens qui font l’événement

Il y aura une journée porte ouverte le samedi 12 décembre, de 14 h à 19 h, en présence de tous les artistes de la galerie Céleste, au 285, Principale à Saint-Sauveur-des- Monts. Vins et fromages seront offerts aux visiteurs. Pour plus de renseignements, contacter Madame Chantal Malek au 450 227-0333.

Automne 2015

Il y aura une journée porte ouverte le samedi 12 décembre, de 14 h à 19 h, en présence de tous les artistes de la galerie Céleste…

L’AAPARS reçoit

Jean-Claude Poitras

Les gens qui font l’événement

L’association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud recevra à titre d’artiste invité pour la 12e édition de son Exposition Concours Automnale, Monsieur Jean-Claude Poitras, designer de mode réputé et artiste peintre. Celui-ci a déclaré : « J’ai été en mesure à quelques reprises d’apprécier le talent et la créativité des membres de l’AAPARS et de constater le dynamisme de ses dirigeants, c’est pourquoi je me sens honoré de pouvoir contribuer à ma façon au rayonnement de ce merveilleux collectif d’artistes. »

L’événement aura lieu les 31 octobre et 1er novembre, de 10 h à 17 h, vernissage le samedi 31 octobre à 15 h, au Centre Marcel-Dullude situé au 530, boulevard Clairevue Ouest à Saint-Bruno-de-Montarville. L’exposition Concours présentera des oeuvres d’une grande qualité, créées par les 72 artistes sélectionnés par un jury indépendant. Questionné sur l’importance que tient l’art dans sa vie, Monsieur Poitras a répondu : « Je suis né pour créer, cela est mon destin, ma vie et ma passion. Je me suis toujours nourri de l’Art sous toutes ses formes. Toutes les époques ont su m’inspirer et je crois profondément que les artistes sont venus au monde pour faire une réelle différence, car ils sont de véritables initiateurs de changement. Peut-on imaginer à quoi pourrait ressembler un monde sans art ? Un corps sans âme. »

Automne 2015

L’association des Artistes Peintres Affiliés de la Rive-Sud recevra à titre d’artiste invité pour la 12e édition de son Exposition Concours Automnale…

Nicole Coulombe

L’artiste joyeuse

L’art au féminin

Énergique et vibrante, colorée et joyeuse. Lorsque l’on peut décrire l’artiste de la même façon que ses toiles, c’est que celle-ci atteint un niveau d’authenticité qui dépasse la signature. Nicole Coulombe marche vers ses rêves, armée de ses pinceaux et la tête pleine de couleurs.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

 Texte d’Isabelle Gauthier

Représentée par la Galerie Symbol’Art, Montréal

Énergique et vibrante, colorée et joyeuse. Lorsque l’on peut décrire l’artiste de la même façon que ses toiles, c’est que celle-ci atteint…

Nathalie Frenière

Parlons impressions

Clin d’œil

« Avant de juger une peinture, cherchez ce que le peintre a voulu et ne le condamnez pas sur les sacrifices qu’il a dû faire pour mieux rendre sa pensée. Le génie consiste surtout à oser les efforts nécessaires, si grands qu’ils soient. » Anatole France

Études en communication graphique à l’époque où tout se faisait à la main. Quinze ans de labeur et d’efforts soutenus pour produire des logos de prestige tels « Adidas » et « SNC Lavalin ». Puis vint une autre étape d’apprentissage à l’arrivée du numérique, entre autre le fameux logiciel « Photoshop », pour être en tête de file de la concurrence.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

Nathalie Frenière est représentée par : Ward-Nasse Gallery, New York, USA – Westmont Gallery, Toronto, ON – Galerie d’art Vigneault, Repentigny, QC

Études en communication graphique à l’époque où tout se faisait à la main. Quinze ans de labeur et d’efforts soutenus pour produire…

Manon Potvin

Le pinceau enchanté

À découvrir

« L’artiste ne doit pas copier la nature, mais prendre les éléments de la nature et créer un nouvel assemblage pour atteindre à l’imaginable des gens. »Magritte

Nul besoin de trouver la clé des oeuvres de Manon Potvin. Animaux, personnages, éléments de la nature, forêts, se révèlent aux spectateurs à travers une dimension fabulatrice et visionnaire qui nous atteint bien au-delà de tout entendement. Pénétrer l’univers de Manon Potvin est suave, puisqu’il nous oblige à plonger de plain-pied dans le surréalisme et le symbolisme.

Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more

Texte de Michel Bois

On communiquera avec l’artiste par le biais de son site : www.manonpotvin.com

Nul besoin de trouver la clé des oeuvres de Manon Potvin. Animaux, personnages, éléments de la nature, forêts, se révèlent aux spectateurs…

Raphaëlle Séguin

Nouveaux visages

Sur le web présente des artistes inspirants qui utilisent les médias sociaux et diverses plateformes de partage dans le but de promouvoir leur art sur Internet.

Si un jour vous croisez Raphaëlle Séguin, il est possible qu’elle capte un aspect de votre physionomie faciale pour la création de l’un de ses joyeux personnages.

Les tableaux de l’artiste sont effectivement peuplés de personnages aux grands yeux intrigants et lunettes discrètes. Qu’ils se nomment Colin, Fabrice ou Sacha, les sujets nous fixent candidement et semblent parfois nous questionner du regard. Sur sa page Facebook, qu’elle alimente avec régularité, Raphaëlle Séguin partage généreusement sa passion, son travail en atelier et son quotidien d’artiste. Au printemps 2015, elle fut finaliste au provincial à ExpoPlus, un concours qui se déroulait exclusivement sur Internet et les médias sociaux. L’artiste connaît actuellement un bel accueil pour son travail pictural. Il est possible d’apprécier ses oeuvres d’acryliques et de pastels dans diverses galeries du Québec ainsi qu’aux États-Unis.

Quelle est l’importance pour un artiste peintre d’avoir son site Internet et une présence sur les médias sociaux ?

R.S. : Selon moi, il est primordial pour un artiste d’avoir son propre site Internet afin de lui permette de toucher directement le public et dans un but d’obtenir une bonne visibilité pour la reconnaissance de son travail. Les amateurs d’art peuvent ainsi découvrir mon travail créatif sans avoir à se déplacer en galerie. L’utilisation des plateformes de réseaux sociaux s’avère également fort stimulante pour rejoindre des acheteurs potentiels. Ces plateformes m’offrent la possibilité de me connecter avec d’autres artistes qui exposent en galeries et d’échanger sur leurs expériences, projets, démarches, etc. C’est aussi via les réseaux sociaux que j’ai eu l’occasion de discuter avec des amateurs provenant de la France, de l’Espagne, des États-Unis et du Mexique. Comme quoi Internet est sans frontière !

Quel serait le tweet de 140 caractères décrivant votre travail artistique, mots-clics inclus ?

R.S. : Tableaux au style contemporain créés avec #passion et brin de folie. #ludiques, sensibles, naïfs, candides, introspectifs, colorés. BOUM !

Fabrice, 48 x 40 po.

Fabrice, 48 x 40 po.

Avez-vous fait appel à un professionnel pour la conception et la programmation de votre site ?

R.S. : J’ai tout fait moi-même. De nos jours, il est facile (mais exigeant) de concevoir son propre site Internet sans être un spécialiste dans le domaine. Il suffit de prendre le temps et de s’informer un peu. Pour ma part, j’ai monté mon site à l’aide de la plateforme Wix (http://fr.wix.com).

À quelle fréquence faites-vous les mises à jour de votre site Internet ?

R.S. : Si possible de manière hebdomadaire, sinon encore plus fréquemment. C’est selon mon temps disponible que je sois en période de création ou non.

Combien de temps investissez-vous sur votre page Facebook ?

R.S. : J’y suis présente de manière quasi quotidienne. Durant mes pauses à travers mon processus de création, je prends mes messages ou diffuse de l’information.

Est-ce que les médias sociaux ont eu un impact marquant dans votre carrière? Avez-vous un exemple concret ?

R.S. : Absolument ! Le printemps dernier, une de mes oeuvres a remporté le concours ExpoPlus organisé par Abribus et Québecor média. Le public devait voter, via leur site Internet, pour une oeuvre de leur choix parmi 10 finalistes. Ils étaient aussi invités à partager leur choix sur les réseaux sociaux. C’est grâce à cette reconnaissance que mon oeuvre intitulée « Harry » fût projetée sur des panneaux lumineux de sept pieds de haut, et ce dans une vingtaine d’Abribus du grand Montréal.

Selon vous, si vous aviez un seul site Internet à recommander aux artistes, quel serait-il ?

R.S. : Je trouve que le site Internet fubiz.com est très intéressant. Il présente quotidiennement le meilleur de la culture créative contemporaine : graphisme, culture, produits, clips et arts numériques.

Avez-vous des projets d’exposition ?

R.S. : Je prépare une exposition solo à Rosemère. Les détails seront partagés sur ma page Facebook et mon site Internet. J’ai 1001 projets en tête et n’aurai probablement pas assez de toute une vie pour les réaliser !


Texte d’Isabelle Gagné

Tous les liens pour suivre Raphaëlle Séguin sur le Web afin de rester connecté avec l’artiste :

www.raphaelleseguin.com

www.facebook.com/creationras

ExpoPlus : abribus.ca/concours/expo-plus/exposition/grandpublic/oeuvre/raphaelle-seguin

Nous vous invitons aussi à rester connecté avec Magazin’Art sur nos différents médias :

Site Internet officiel : magazinart.com

Twitter : twitter.com/magazinart

Facebook : facebook.com/magazinart

Pinterest : pinterest.com/magazinart

Si un jour vous croisez Raphaëlle Séguin, il est possible qu’elle capte un aspect de votre physionomie faciale pour la création…