Galerie Jeannine Blais
Magazin'Art

Galerie Linda Verge

Joseph-Richard Veilleux

Vastitude orbitale et pastorales migratoires

Les gens qui font l’évènement

Tel était le titre de l’exposition de Joseph-Richard Veilleux RCA, tenue du 14 octobre au 8 novembre à la Galerie Linda Verge. Sur les cimaises : des œuvres uniques et foisonnantes de petits personnages redevables d’une vision poétique, des « migrants et des allants-ailleurs » en quête de l’immensité de l’humanité et du cosmos. La fluidité des êtres, le passage d’un espace voire d’une dimension à une autre par la navigation et le nomadisme dans l’imaginaire sont les thèmes porteurs de cette exposition d’exception. L’homme est d’une grande générosité dans la vie de tous les jours. Et plus encore en matière d’art. Explorateur intuitif et savant. Chercheur habile de trouvailles au pluriel, il aime dessiner sur le quai du chalet auprès d’un lac pour la beauté du ressac et des avaries impromptues. Coloriste émérite, il s’impose à la biennale de la Foire-papier par ses ventes via la Galerie Bernard. La narration des œuvres de Veilleux nous plonge au sein d’une histoire déjà commencée mais sans finalité. Ses prochaines œuvres donnent à penser qu’elles feront l’amalgame du règne végétal en regard du devenir de l’humanité.

Hiver 2019

Tel était le titre de l’exposition de Joseph-Richard Veilleux RCA…

Canotiers-62

Joseph-Richard Veilleux RCA

Rêver par l’art pour faire ressentir la réalité

Grande rencontre

« Le nomade, comme l’artiste, ne se met pas en marche s’il n’a pas une Terre promise à laquelle rêver. » – Jacques Attali

Au mot voyage, dans le dictionnaire des symboles, on lit : « Le symbole du voyage a pour origine les rites initiatiques liés au culte des héros solaires par lesquels on célébrait la victoire de la vie sur la mort. Le voyage illustre le chemin par lequel on doit passer pour acquérir la connaissance ou une dimension spirituelle supérieure. Le voyage du pèlerin est toujours suivi du retour de celui-ci à son point de départ. Le voyage de l’âme exprime la recherche de la félicité, de la vérité et de l’immortalité. Le déplacement physique représente la conquête d’un nouveau territoire. »

De fait, voilà tout ce que l’on peut évoquer au contact des œuvres intemporelles, telles des intermédiaires entre le monde des esprits et celui des vivants, du peintre Joseph-Richard Veilleux. Voyez les précaires embarcations louvoyant au gré des marées entre les vents et les flots ! Voyez le bleu de la mer se confondant avec le bleu du ciel ! Voyez les passagers au visage interrogateur se protéger par de simples ombrelles des éléments fauves venant balafrer le paisible de l’atmosphère !  Abonnez-vous au contenu de notre site internet pour lire ce texte. Subscribe to our Website content to read more


Texte de Michel Bois

Joseph-Richard Veilleux RCA sera en exposition à la Galerie Bernard à montréal du 18 août au 17 septembre 2016.
Vernissage le 17 août en présence de l’artiste.

Joseph-Richard Veilleux est aussi représenté par la Galerie Linda Verge à Québec, ainsi que par la Galerie Yvon Desgagnés, à Baie-St-Paul.

« Le nomade, comme l’artiste, ne se met pas en marche s’il n’a pas une Terre promise à…

L’Académie Royale des arts du Canada

Actualités

RCA, trois lettres inscrites en terminaison de la signature des artistes les plus reconnus. Cet acronyme signifie que la personne est membre de L’Académie Royale du Canada. L’organisation honorifique regroupe à ce jour 790 créateurs professionnels établis à travers toutes les régions du Canada. L’organisation nationale au service des arts contemporains est considérée comme un organisme de bienfaisance ayant pour finalité d’encourager, de favoriser et de promouvoir la création canadienne faisant preuve d’excellence.

Joseph-Richard Veilleux, artiste peintre d’une démarche aussi singulière et fructueuse qu’accomplie, homme d’action et d’opinion depuis plus de 40 ans, est le premier président canadien français de L’Académie Royale du Canada. Dévoué à soutenir la communauté artistique au Québec et au pays, le rôle de président sied bien aux activités visant à promouvoir les arts visuels en offrant des bourses et des prix, en facilitant la réalisation d’événements et de projets, et ce, en collaboration avec membres RCA et amis. « Mon plus beau rêve pour le moment est d’établir un musée d’art contemporain à Saint-Georges de Beauce, » confie Joseph-Richard Veilleux. On retrouve les œuvres de Joseph-Richard Veilleux à la Galerie Linda Verge à Québec ainsi qu’à la Galerie Bernard à Montréal.

Hiver 2016

RCA, trois lettres inscrites en terminaison de la signature des artistes les plus reconnus. Cet acronyme signifie que la personne est membre de L’Académie Royale du Canada…

Dans mes rêves

Gérard Dansereau

dans tous ses états

Grande rencontre

« Il faut que les gens s’habituent à voir par eux-mêmes et sans demander avis. » – Renoir

Défendre la peinture d’une imagination spontanée est une liberté à laquelle plusieurs demeurent hostiles. Pourtant, l’osmose irrationnelle de l’art et de la vie, l’épanchement lyrique, l’intuition du mystère et les trouvailles inattendues, permettent le plus large enrichissement possible à l’ensemble du tableau, définissant ainsi l’état intérieur du créateur.

Par l’imagerie de ses oeuvres, depuis toujours, Gérard Dansereau nous a habitué à se fendre le sourire d’une oreille à l’autre. Relevant du style Pop Art, le peintre invite au jeu le spectateur en désacralisant l’espace de la toile pour y inscrire, coller et peindre des signes, des symboles, de l’écriture, mais aussi un bestiaire loufoque toujours enjoué. Son but étant de raconter une histoire dont il ne connaît ni le début ni la finalité.

Du graphisme à l’art pictural

Gérard Dansereau est né à Montréal dans un quartier populaire. Il dessine depuis l’âge de 13 ans les animaux (son chat) et les objets tout autour jusqu’au moment où son frère, étudiant à l’École des beaux-arts de Montréal, lui prête des livres sur l’art savant des Warhol, Raushenberg, Rosenquist et autres maîtres du Pop Art. Le frère aura quitté le domaine des arts visuels, mais pas lui. Bien au contraire !

Après des études à l’Institut des Arts Appliqués en aménagement intérieur, puis en arts plastiques au Cégep du Vieux-Montréal, Dansereau précisera son chemin en allant décrocher un baccalauréat en design graphique de l’Université du Québec à Montréal et un autre en infographie et communication du côté de l’Université de Sherbrooke. Depuis, il s’est fait sérigraphe, photographe, enseignant à temps plein, illustrateur d’affiches pour plusieurs grandes maisons de publicité et peintre simultanément. Voyez l’énergie du personnage : tout de la sphère de la création l’intéresse. Et il y excelle ! D’ailleurs, soulignons ici, en 1988, l’obtention du Coq d’or du Publicité Club pour l’affiche Hergé à Montréal.

Le couple

Le couple

Le Dansereau nouveau

Tel un vin de grand cru, la création de Dansereau s’est encore bonifiée avec le temps. Dès sa première exposition, il trouva l’engouement du public. Oeuvre joyeuse, colorée, savante dans sa mise en image et superficielle pour les historiens de l’art essayant de se faire un nom à titre de petits pigistes à travers les médias écrits. Sauf que Gérard Dansereau aura su ouvrir l’oeil du spectateur devant une toile qui ne demande qu’à s’offrir telle un jeu optique.

Sur la rive

Sur la rive

Aucune théorie (même s’il pourrait l’établir). Aucun discours alambiqué pour expliquer au cas où le propos nous aurait échappé. En effet, la peinture de Dansereau permet au public de vivre l’expérience de la création sans se sentir pétri. Ce qui en fait un héritier formidable du Pop Art dont le but premier était de démocratiser l’oeuvre d’art. Or, voici que pour ses tableaux récents, le peintre pousse le geste jusqu’à l’expressionnisme et la forme des objets vers l’abstrait. Il y a encore des lettres, des nombres, des signes, des collages puis ses savoureux effets colorés, mais aussi, surtout, un souffle nouveau.

L’artiste sait faire circuler dans ses tableaux une réelle vibration qui est son sentiment intime, son expression de la joie de créer au moment de la découverte. Dansereau réagit comme un poète et non comme un intellectuel. D’instinct ! C’est une attitude, bien sûr, qui fera sourciller tous les théoriciens de l’art. Peu importe : « Je suis né dans un quartier populaire, j’affectionne le Pop Art (popular art). Je ne m’intéresse qu’aux rapports des couleurs, des signes et des formes pour élaborer le contenu d’un tableau. C’est ainsi ! » précise l’artiste.

Souvenir du futur

Souvenir du futur

Et c’est également de cette façon que nous recevons ces créations; une première tache de grande dimension amène la seconde, les lettres évoquent le mot, les signes tracent une sorte de trajet de lecture, les collages, enfin, font basculer la surface du tableau sur la ligne ténue de l’équilibre entre l’arrière plan et la forme représentée. Facile, devant un tableau de Dansereau, de reconstituer les sensations du peintre : tout agit à la manière d’une féerie développant un feu d’artifice. Pour lui, il ne s’agit pas de faire vrai, mais de communiquer le senti et le vrai. Merci monsieur Dansereau !

Notons que l’artiste était l’invité d’honneur pour la 26e édition du Festival de peinture, à Mascouche, en septembre dernier.


Texte de Michel Bois

Gérard Dansereau est représenté par : Galerie Michel-Ange, Montréal, Galerie d’art Iris, Baie-Saint-Paul, Galerie d’art Vincent, Château-Laurier, Ottawa, Galerie Linda Verge, Québec, Galerie d’art La Corniche, Chicoutimi, Galerie Robert Senneville, Sherbrooke, Galerie Coup de Coeur, Saint Jean-Port-Joli, Liss Gallery, Toronto.

Défendre la peinture d’une imagination spontanée est une liberté à laquelle plusieurs demeurent hostiles…