Magazin'Art

Automne 2016

L’artiste international Jaume Plensa

conçoit une œuvre monumentale pour Montréal

Les gens qui font l’événement

Dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, le sculpteur catalan de réputation internationale, Jaume Plensa, conçoit Source, une œuvre d’art public qui sera installée à la future entrée Bonaventure du centre-ville de Montréal, et ce grâce à l’apport de deux importants mécènes Mme France Chrétien Desmarais et M. André Desmarais. Cette collaboration est une première pour Montréal. Source fait référence à l’origine d’un ruisseau, des racines de l’énergie et de la vitalité de Montréal, et constitue une métaphore de la richesse des cultures que Montréal a accueillies au cours de ses presque quatre siècles d’existence.

Une œuvre monumentale à un endroit stratégique, la sculpture Source sera d’une hauteur approximative de 10 mètres, faisant face à la ville. Actuellement en cours de conception, l’œuvre sera inaugurée en septembre 2017 dans le cadre du 375e de  Montréal. Installées dans des espaces publics, les sculptures de Jaume Plensa apportent une touche de beauté et de contemplation à la densité du paysage urbain. En créant Source, Plensa a voulu tenir compte de l’importance de l’eau dans l’histoire de la ville, autant pour le commerce que l’immigration et les communications, mais aussi de la place des Premières Nations en tant que fondateurs de Montréal.

Jaume Plensa crée des sculptures et des installations qui unissent les individus à travers les liens de la spiritualité, du corps et de la mémoire collective. Grâce à une large gamme de matériaux, incluant le marbre, l’albâtre, l’acier, la fonte, la résine, la paraffine et le verre, ainsi que la lumière, l’eau et le son, Plensa apporte une forme physique et un volume aux composantes de la condition humaine et de l’éphémère.

Automne 2016

 

Dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, le sculpteur catalan Jaume Pensa…

Galerie Le Chien d’Or

Johanne Thomassin, peintre et galeriste. Vocation d’exception !

Les gens qui font l’événement

Quelle énergie ! « En moi, il y a une artiste et une galeriste. J’adore peindre pour m’exprimer, et j’aime prendre part aux discussions sur l’art avec le public. Plus encore lorsque l’on sonde mes tableaux, » explique madame Thomassin. En art, elle est autodidacte. À titre de galeriste, elle a appris par le labeur dispensé au bon fonctionnement de diverses galeries influentes durant plusieurs années. D’ailleurs, c’est de ses connaissances en matière de mise en marché de l’art que lui est venue l’idée d’un atelier-galerie où elle proposerait ses œuvres à la vente. Aujourd’hui, propriétaire de la célèbre Galerie Le Chien d’Or, située à proximité du Château Frontenac et dont la légende fait partie du patrimoine culturel  québécois, ce lieu lui sert à la fois d’atelier de création et de salle d’exposition.

Johanne Thomassin est native de St-Joachin-de-Montmorency, à proximité de Cap Tourmente, lieu de pèlerinage pour les oies blanches du Canada. La nature qui l’entoure demeure la source privilégiée de son inspiration. Animaux, natures mortes, paysages, fleurs, l’artiste sait y inscrire sa griffe par son sens aigu de l’harmonie des couleurs et la liberté de ses lignes. L’approche est consciencieuse et sentie, le métier est irréprochable, l’imagination s’y fait prospective, mais avant toute chose, la création de Johanne Thomassin est surtout léchée avec beaucoup de gourmandise pour le grand plaisir des visiteurs.

Automne 2016

 

Johanne Thomassin est native de St-Joachin-de-Montmorency, à proximité de Cap Tourmente…

Francois Faucher

célèbre ses 40 années de carriere

Les gens qui font l’événement

L’année 2016 marque en effet les 40 ans de métier de l’artiste peintre vibrationniste François Faucher. Afin de bien célébrer cet événement, plusieurs expositions ont été planifées. Au mois d’octobre dernier, François Faucher a fait un retour sur son passé en présentant une exposition à l’Espace Adagio de la bibliothèque Félix-Leclerc à Val-Bélair. C’est à cet endroit qu’il avait exposé ses œuvres à deux reprises durant les années 1990. Par la suite une exposition a eu lieu à la Galerie Symbole Art de Montréal au mois de novembre. Cette galerie expose les œuvres de l’artiste depuis maintenant 26 ans. Le Musée Beaulne de Coaticook a aussi accueilli une rétrospective des œuvres du peintre l’hiver dernier.

L’artiste peintre a aussi participé à trois expositions en France cette année, dont une exposition collective avec les artistes d’une galerie d’art à St-Rémy de Rouergue. Il a par la suite présenté une exposition solo dans une galerie d’art à Vouvant, considéré comme l’un des plus beaux villages de France. Cette exposition s’est déroulée pendant plus d’un mois et demi et elle a été publicisée dans la revue française Univers des Arts. Deux nouvelles galeries d’art ont accepté de prendre ses tableaux en permanence et lui ont proposé chacune une exposition solo. La première eut lieu à Rochefort le 22 juillet 2016 et l’autre aura lieu à Auvillar en mai 2017. François Faucher est maintenant représenté en permanence par neuf galeries d’art en France. Après avoir présenté une quinzaine de murales dans trois endroits différents au Québec au cours de l’été, afin de bien clôturer la célébration de ses 40 années de carrière, l’artiste exposera ses œuvres dans sa ville natale, à la Station des Arts de Thetford-Mines au mois d’octobre 2016.

Automne 2016

 

 

 

 

L’année 2016 marque en effet les 40 ans de métier de l’artiste peintre vibrationniste François Faucher. Afin de bien célébrer cet événement, plusieurs expositions ont été planifées…

Chantal Malek

à la Galerie Le Bourget

Les gens qui font l’événement

Chantal Malek peint depuis plus de 25 ans exclusivement à la spatule. Elle expose en galerie depuis 15 ans et ses œuvres sont appréciées par les collectionneurs de plusieurs pays. Les tableaux de Chantal Malek se retrouvent depuis peu à la Galerie Le Bourget du 34, rue Saint-Paul, espace B à Montréal. Elle enseigne les techniques à l’huile et à l’acrylique à sa galerie de Saint-Sauveur où elle organize des solos et des expositions de groupe pour les artistes de la galerie.

Automne 2016

Chantal Malek peint depuis plus de 25 ans exclusivement à la spatule. Elle expose en galerie depuis 15 ans et ses œuvres sont appréciées par les collectionneurs de plusieurs pays…

Baie-Saint-Paul

Deux expositions majeures se poursuivent au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. L’incontournable Fenosa et Picasso, une amitié, une primeur en Amérique du Nord qui réunit 114 œuvres et artéfacts illustrant l’amitié qui lia le sculpteur catalan Apel·les Fenosa à Pablo Picasso. Et, sous le signe de la passion de collectionner, le troisième volet de la série Les grands collectionneurs – Oser voir autrement, qui réunit des œuvres marquantes de l’art contemporain grâce à la collaboration de collectionneurs québécois. Jusqu’au 6 novembre 2016.

Automne 2016

 

Deux expositions majeures se poursuivent au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. L’incontournable Fenosa et Picasso, une amitié, une primeur en Amérique du Nord qui réunit 114 œuvres et artéfacts…

MONTRÉAL

Au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Toulouse-Lautrec affiche la Belle Époque, qui connaît un vif succès, se poursuit. Une occasion exceptionnelle d’admirer pour la première fois une collection particulière de près de 100 estampes et affiches d’Henri de Toulouse-Lautrec, artiste français qui a saisi comme nul autre l’âme de la vie nocturne parisienne à l’orée du XXe siècle. Jusqu’au 30 octobre 2016.


Le Musée des beaux-arts de Montréal présente également l’exposition She Century – Tracer son portrait, de l’artiste québécoise Julie Favreau. Réalisé en 2015 dans le cadre d’un quatrième parrainage d’artiste en résidence à la Fonderie Darling par le MBAM, ce projet explore par la vidéo, la photographie et la sculpture, la charge évocatrice et symbolique qu’un geste peut révéler par l’interaction à un objet. Jusqu’au 13 novembre 2016.


Le Centre des arts graphique du Musée des beaux-arts de Montréal devient le théâtre des fantasmes et des visions cauchemardesques de quelques-uns des plus grands maîtres de la gravure de la fin du XIXe siècle, avec l’exposition « Le soleil noir de la Mélancolie » – Monstres inconscients, de Goya et Blake à Redon et Munch. Cette exposition, dont le titre « Le soleil noir de la Mélancolie » est tiré du sonnet El desdichado de Gérard Neval, rassemble dessins et lithographies d’une quinzaine d’artistes romantiques qui ont puisé dans leur imagination créatrice matière à susciter des émotions fortes chez le spectateur. Jusqu’au 11 décembre 2016.


Le Musée des beaux-arts de Montréal accueille cet automne l’exposition Focus : Perfection – Robert Mapplethorpe, consacrée à l’un des photographes les plus in- fluents et controversés du XXe siècle. En exclusivité canadienne, cette première grande rétrospective en Amérique rassemblera quelque 250 œuvres du photographe américain Robert Mapplethorpe (1946- 1989) reconnu pour ses compositions maîtrisées et pour l’audace de ses sujets ayant suscité des réflexions nouvelles sur les questions de genre, de race et de sexualité. L’exposition couvre la carrière globale de l’artiste, depuis ses premières productions de la fin des années 1960 jusqu’à sa mort prématurée en 1989. Elle dévoile les méthodes de travail et les techniques préférées du photographe ainsi que le caractère spontané et expérimental de sa pratique, tout en mettant l’accent sur la perfection esthétique de ses tirages. Du 10 septembre 2016 au 22 janvier 2017.


Écho féminin à la grande rétrospective que le MBAM consacre au photographe Robert Mapplethorpe, l’exposition Elles photographes réunit plus de 70 œuvres de 30 photographes contemporains d’ici et d’ailleurs. Ce riche corpus d’œuvres est l’occasion d’observer la pluralité des approches et des thèmes qui singularisent le regard féminin contemporain. Au-delà de leur travail photographique, ces artistes sont aussi anthropologues, archéologues, performeuses et militantes. Elles appréhendent le monde à travers leur objectif et s’intéressent aux territoires du « féminin » en mettant à nu leur propre corps, s’interrogeant sur les notions de beauté et d’identité. Jusqu’au 19 février 2017.


Dans le cadre de La Biennale de Montréal 2016, Le Musée des beaux-arts de Montréal accueillera l’artiste de réputation internationale Kerry James Marshall au Carré d’art contemporain, pavillon Jean-Noël Desmarais. Considéré parmi les artistes américains les plus importants de sa génération, Marshall interroge la représentation des Afro-Américains dans la société et l’histoire de l’art, à travers une œuvre multidisciplinaire allant de la peinture à la bande dessinée. Réalisant des portraits, des intérieurs, des nus et des paysages dans divers médiums, Marshal assemble des événements réels et imaginés tirés de l’histoire et de la culture afro-américaines. Du 19 octobre 2016 au 29 janvier 2017.


Présentement en cours au Musée McCord, l’exposition Grandes demeures, Montréal, 1974 – Photographies de Charles C. Gurd. Dans les années 1910 à 1930, de célèbres hommes d’affaires montréalais comme Louis-Joseph Forget, entre autres, se firent ériger par les meilleurs architectes de l’époque de somptueuses résidences représentatives du style edwardien. Cette exposition témoigne d’un style et d’un art de vivre désormais révolus. Elle réunit quarante magnifiques photographies en noir et blanc, prises à la lumière naturelle en 1974 par un jeune architecte et artiste photographe montréalais, Charles C. Gurd. Elles illustrent l’intérieur de ces maisons exceptionnelles, transformées ou disparues au fil du temps, avec l’évolution du mode de vie et des goûts des nouvelles générations. Jusqu’au 16 novembre 2016.


Dans le cadre des festivités entourant le 375e anniversaire de Montréal et le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, le Musée McCord présente une grande exposition thématique, Notman, photographe visionnaire, sur la vie et l’œuvre de ce Montréalais d’origine écossaise, le plus grand photographe canadien du 19e siècle et pionnier de la photographie au Canada. Proposant un point de vue renouvelé sur la carrière de William Notman (1826-1891), cette présentation s’articule autour des aspects étonnamment modernes de la personnalité de l’artiste qui ont contribué à son immense succès. L’exposition réunit près de 300 photographies et objets puisés essentiellement dans la collection du Musée. Si les épreuves d’époque sont au cœur de l’exposition, diverses installations en nouvelles technologies viendront compléter l’expérience du visiteur. Du 4 novembre 2016 au 26 mars 2017.


Une exposition permanente au Musée McCord sera définitivement fermée à compter du 23 janvier 2017. Il s’agit de l’exposition Montréal – Points de vue. Dix facettes différentes de l’histoire de la ville de Montréal, des premiers occupants avant l’arrivée des Européens jusqu’à la ville moderne avec son métro et ses gratte-ciel. Le public peut y découvrir ses quartiers mythiques, les moments forts de son histoire, les gens qui ont marqué son développement. Le Musée pose un second regard sur la métropole en exposant le travail de l’artiste contemporain Kent Monkman, Bienvenue à l’atelier : une allégorie de la réflexion artistique et de la transformation. Jusqu’au 23 janvier 2017.


En permanence au Musée McCord, l’exposition Porter son identité – La collection Premier Peuples. Cette exposition propose aux visiteurs de partir à la découverte de l’héritage des Premiers Peuples, véritable témoin de la richesse de leurs cultures et de leurs identités. Elle convie le public à com- prendre l’importance du vêtement dans le développement, la préservation et la communication des identités sociale, culturelle, politique et spirituelle des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Une exposition à découvrir ou à redécouvrir alors que près de 85 % des objets sont renouvelés régulièrement.


Au Musée Stewart, les esprits curieux sont invités pour l’Halloween. Durant le weekend de l’Halloween, du 28 au 31 octobre, l’exposition Curiosités – La collection du Musée Stewart mise en scène par Jérôme Fortin, prendra des allures de cabinet de curiosités hanté autour duquel une programmation familiale spéciale sera proposée. Le vendredi 28 octobre, dès 19h, le Musée organisera une expérience nocturne intitulée Objets curieux, objets hantés, et les samedi et dimanche 29 et 30 octobre, place aux créatures étranges pour l’activité Drôles de monstres. Les visiteurs sont conviés à se présenter costumés à l’accueil du Musée afin d’être gâtés de friandises. L’exposition Curiosités présentant plus de 370 objets hétéroclites et inusités datant du 16e au 20e siècle se poursuit jusqu’au 12 mars 2017.

Automne 2016

 

 

 

 

 

 

 

Au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Toulouse-Lautrec affiche la Belle Époque, qui connaît un vif succès, se poursuit. Une occasion exceptionnelle d’admirer pour la première fois une collection particulière…